Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

12 

Sortir du piège idéologique

La réalité devient de plus en plus insoutenable, l’aspiration au « changement » est de plus en plus répandue. La question du « changement » soulève trois grandes questions : celle du type de « changement » auquel on aspire, celle des structures qu’il faut modifier pour parvenir au changement souhaité, celle de la voie à suivre pour parvenir à ces transformations sociales.

Pour l’instant, c’est bien la contre-révolution capitaliste qui est en marche. Ses projets sont défendus aussi bien par la droite « décomplexée » que par les partis sociaux-démocrates. Démantèlement du droit du travail, démantèlement de la protection sociale, des services publics, budgets nationaux soumis à la règle d’or, démantèlement de toute protection de nos économies… des transformations graves, destructurantes, se mettent en place de façon accélérée et simultanée, bouleversant le monde, et nos vies, en profondeur.

Certains nous ont promis le changement, avant d’être au pouvoir, et ce sans faire de casse. Leur discours était on ne peut plus rassurant, avec des allures de réalisme. La clé de leur succès était de promettre le changement en faisant l’économie de la révolution, c’est-à -dire de modifier les structures sociales. Le discours proposait une version très « confortable » du changement : c’est promis, on va améliorer les choses mais sans toucher à rien, et d’ailleurs on s’occupe de tout.

Or les membres de l’équipe au pouvoir ne sont rien d’autre que des agents actifs de la contre-révolution capitaliste libérale. Les quelques concessions très superficielles pour tenter d’accréditer une étiquette de « gauche » ne doivent pas faire illusion sur le coeur de leur projet : leur portée réelle est très limitée.

Depuis l’acceptation du « Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance », qui induit une austérité aussi injuste qu’économiquement absurde, un recul de la démocratie, jusqu’au projet de traduire en texte de loi l’accord qui sape les fondements du droit du travail, c’est tous les jours, dans tous les domaines que se démolissent nos acquis, notre dignité de citoyens, nos espace de vie. Il n’y a pas eu de réelle annulation des dispositions prises sous le précédent quinquennat, mais leur reprise sous une autre forme, et la poursuite de l’assujettissement aux exigences du capital.

Il n’est pas exagéré de dire que le gouvernement et le PS pratique « l’enfumage » permanent ; on peut leur reconnaître un art consommé des mots et du discours pour retourner totalement la réalité dans l’image qu’ils donnent de l’action du gouvernement. Ils gonflent délibérément l’importance de la moindre « mesurette » et se targuent de leurs engagements même quand ceux-ci sont notoirement insuffisants. Les recrutements d’enseignants, qui servent de support à une campagne de publicité du PS, ne permettent même pas de ramener l’effectif au niveau où il en était en 2011. Pensent-ils nous faire oublier que, pendant ce temps, les coupes claires dans tous les services publics organisant leur asphyxie pour mieux laisser le champ libre au secteur privé lucratif ?

Il ne sert à rien de fustiger la « finance » quand, par ailleurs, on nous explique qu’il ne faut surtout rien faire pour contrarier « les marchés » ; mais « les marchés » dont il est question, ce sont les marchés financiers, c’est-à -dire rigoureusement la même chose que la finance. Comment s’étonner après que la régulation bancaire s’effectue « au pistolet à bouchon » comme l’écrit Frédéric Lordon ?

Pourtant les conséquences de ces mensonges sont de plus en plus visibles. Le nombre de chômeurs dépasse les 5 millions, il a augmenté de 8,7% en un an, plus pour les catégories les plus vulnérables, et il est de plus en plus difficile d’en sortir. Les scandales alimentaires relayent les scandales sanitaires, démontrant que la puissance publique ne se donne pas les moyens de contrôler les intérêts privés. Des faits divers dramatiques - comme l’immolation par le feu à la CAF, à Pôle Emploi, de personnes en attente de leurs moyens de vivre- en disent long sur l’incapacité de notre système social à assurer à tous un filet de sécurité minimal.

Le « changement » implique peut-être tout d’abord de sortir de ce mensonge grossier, permanent, distillé à travers tous les canaux possibles et inimaginables, dans le discours des employeurs, des politiques, des médias, et qui s’est construit pour dissimuler, contre toutes les évidences, la réalité de l’exploitation capitaliste et de sa responsabilité dans les désastres sociaux, économiques et écologiques qui vont en s’amplifiant.

On nous parle du « coût du travail » mais combien celui-ci rapporte-t-il ? Et qui s’empare de cette richesse créée ? On nous parle de « contraintes », mais qui a permis aux capitaux de se jouer des frontières, d’aller toujours vers les salaires les plus bas, vers les réglementations et les fiscalités les plus complaisantes ? On nous parle de « compétitivité », mais qu’est-ce-qui est réellement en jeu, sinon la mise en concurrence des travailleurs ? On nous dit que les caisses sont vides et que nous devons nous serrer la ceinture, mais qui ne voit que la richesse collective qui devrait les alimenter file vers les actionnaires ?

Tous ces mensonges cousus de fil blanc reposent sur la même base : la culpabilisation des citoyens, des travailleurs, qui « coûtent trop cher », dont la moindre revendication est considérée comme exorbitante, dont toute tentative pour arracher quelque amélioration serait un acte irresponsable qui va entraîner la ruine de l’économie… et qui n’auraient d’autre choix que de courber la tête et l’échine, d’accepter avec toute la patience du monde les sacrifices requis, contre une promesse d’embellie sans cesse reportée et de plus en plus cruellement démentie par les faits.

Le changement ne passera pas par une « carte blanche » donnée à des politiques. Il implique de sortir de ces pièges idéologiques et de s’interroger sur les structures du pouvoir qui nous emprisonnent pour pouvoir tous ensemble les déconstruire.

Le libéralisme est un totalitarisme

URL de cet article 19750
   


Vous avez une minute ?

Même Thème
En finir avec l’eurolibéralisme - Bernard Cassen (dir.) - Mille et Une Nuits, 2008.
Bernard GENSANE
Il s’agit là d’un court ouvrage collectif, très dense, publié suite à un colloque organisé par Mémoire des luttes et la revue Utopie critique à l’université Paris 8 en juin 2008, sous la direction de Bernard Cassen, fondateur et ancien président d’ATTAC, à qui, on s’en souvient, le "non" au référendum de 2005 doit beaucoup. La thèse centrale de cet ouvrage est que l’« Europe » est, et a toujours été, une machine à libéraliser, au-dessus des peuples, contre les peuples. Dans "La fracture démocratique", (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Surtout, soyez toujours capables de ressentir au plus profond de vous n’importe quelle injustice commise contre n’importe qui, n’importe où dans le monde. C’est la plus belle qualité d’un révolutionnaire.

Ernesto "Che" Guevara


L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.