RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Stéphane Hessel. Indignez-vous !

En petit soldat du sarkozysme, le magistrat Philippe Bilger (qui a son rond de serviette chez Marianne.fr), ne s’y est pas trompé. Des gens de droite achètent, s’offrent, lisent et apprécient le livre de Stéphane Hessel. « Il est urgent de refroidir les délires », intime l’étincelant substitut général à ceux qui ont peut-être mauvaise conscience d’avoir confié le pouvoir au serviteur bling-bling du capitalisme financier, adepte de la dolce vita.

L’opuscule (28 pages) de Stéphane Hessel n’apprendra rien à ceux qui appartiennent à la gauche de gauche : ils connaissent tout du parcours extraordinaire (devant lequel Bilger s’incline, quoique avec ironie) de cet ambassadeur de France, grand résistant, torturé par la Gestapo, déporté en camp de concentration, membre de la commission chargée d’élaborer la Déclaration universelle des Droits de l’homme, proche de Mendès-France, puis de Mitterrand, inspiré par les plus hautes valeurs défendues par Camus et par la notion de responsabilité sartrienne ; mais surtout, ils sont pleinement conscients de la dénonciation des « délires » qui fait rager le partisan des peines plancher voulues par Sarkozy

A 93 ans, « à la toute dernière étape de sa vie », nous dit-il, Hessel est resté fidèle aux idéaux de sa jeune maturité, ceux, pour faire simple, du Conseil National de la Résistance. La mise en oeuvre de ces grands principes après la Deuxième Guerre mondiale, Denis Kessler, l’ancien gauchiste et ami intime de Strauss-Kahn, a voulu la « défaire méthodiquement » pour anéantir le pacte social qui avait permis, justement sans trop de casse, la reconstruction.

Une France en ruine put se permettre, nous rappelle Hessel, un plan complet de Sécurité sociale, une retraite permettant à tous les travailleurs de finir dignement leurs jours, la nationalisation des principales sources d’énergie, l’éviction des grandes féodalités économiques et financières de la direction de l’économie. De quoi donner de l’urticaire à notre grand magistrat zozotant. Aujourd’hui, la question de la protection des travailleurs est (provisoirement ?) réglée. L’accès à des soins de qualité est devenu un privilège, surtout depuis les ordonnances Juppé de 1995, puis la loi Douste-Blazy de 2004 qui écartèrent les représentants des travailleurs de la gestion des caisses primaires.

Le passage le plus poignant de ce petit livre est consacré au martyre des Palestiniens, des habitants de Gaza en particulier. Quand il se tourne vers le Proche-Orient, Bilger « préfère mille fois les affres d’un Finkielkraut aux suavités partisanes d’un Stéphane Hessel ». Parce qu’il bénéficiait d’un passeport diplomatique, ce dernier put se rendre dans la « prison à ciel ouvert », peu après l’opération " plomb durci " . Mille quatre cents morts, principalement des civils. Cinquante blessés dans l’armée israélienne. Une massue pour écraser un papillon, comme disent les Anglais.

La violence est un échec, disait Sartre. Mais c’est un échec inévitable parce que nous sommes dans un univers de violence, souvent à front renversé, comme quand les autorités israéliennes qualifient des marcheurs pacifiques palestiniens de « terroristes non-violents » !

Longue vie à ce vaillant vieillard. Un grand homme libre.

Montpellier, Éditions Indigène, 2010

URL de cet article 12393
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Auteur
En finir avec l’eurolibéralisme - Bernard Cassen (dir.) - Mille et Une Nuits, 2008.
Bernard GENSANE
Il s’agit là d’un court ouvrage collectif, très dense, publié suite à un colloque organisé par Mémoire des luttes et la revue Utopie critique à l’université Paris 8 en juin 2008, sous la direction de Bernard Cassen, fondateur et ancien président d’ATTAC, à qui, on s’en souvient, le "non" au référendum de 2005 doit beaucoup. La thèse centrale de cet ouvrage est que l’« Europe » est, et a toujours été, une machine à libéraliser, au-dessus des peuples, contre les peuples. Dans "La fracture démocratique", (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Toute manifestation à Cuba (ou à Miami, d’ailleurs) qui ne commence pas par "Abajo el bloqueo" (quoi qu’on dise ensuite) est une escroquerie ou une croisade de fous. Et brandir un drapeau états-unien à Cuba, c’est comme brandir un drapeau israélien à Gaza.

Viktor Dedaj

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.