Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


LES SONDAGES QUE L’ON NOUS CACHE SUR L’EURO

Par le Mouvement politique d’éducation populaire (M’PEP).

Le 5 janvier 2011.

Des sondages visant à mesurer l’état de l’opinion publique vis-à -vis de l’euro sont fait régulièrement dans toute l’Union européenne, la plupart en secret. Les classes dirigeantes sont affolées par la montée du mécontentement populaire contre le système de Bruxelles et pour la sortie de l’euro. Elles ont raison ! Car les quelques sondages qui parviennent à filtrer montrent une montée générale, dans toute l’Europe, de la volonté de sortir de l’euro. Ce sont les classes populaires, ouvriers et employés, les jeunes et les femmes, qui sont les plus nombreux à vouloir se libérer de ce carcan.

La propagande officielle veut nous faire croire que les gens intelligents, formés, cultivés, diplômés seraient en faveur de l’euro, et que les bêtas, les non qualifiés, les incultes, les non-diplômés, seraient contre. Finalement, le problème serait culturel et non politique, certains comprendraient les problèmes du fait de leur formation, alors que les autres seraient totalement dépassés à cause de leur manque de qualification.

Ces raisonnements fallacieux sont les mêmes que ceux qui avaient été utilisés en 1992 pour expliquer la montrée du « non » lors du référendum sur le traité de Maastricht qui devait décider de l’euro (49% de « non »). Et ce sont aussi les mêmes que ceux de 2005 pour « expliquer » la victoire du « non » lors du référendum sur le traité constitutionnel européen.

Si les ouvriers et employés se prononcent majoritairement pour la sortie de l’euro, c’est qu’ils sont les premières victimes des politiques de l’Union européenne : pression sur les salaires, destruction progressive de la protection sociale, licenciements, délocalisations… Ils comprennent parfaitement bien que l’Union européenne joue un rôle extrêmement négatif, depuis le début, en ce qui concerne leurs conditions d’existence. Les autres catégories sociales, plus « protégées », ou moins exposées, ne vivent pas la crise avec autant d’acuité et d’impact sur leur niveau de vie. Pour ces catégories, les artifices rhétoriques vivant à alimenter le mythe européen ont davantage de prise. C’est moins le cas des ouvriers et employés qui comparent plus facilement les discours et les actes.

Quant aux jeunes, s’ils rejettent de plus en massivement l’euro et le système de Bruxelles (ils avaient déjà voté « non » en grande proportion lors du référendum de 2005), c’est parce que l’Union européenne est synonyme de chômage et de précarité, d’absence de débouchés, d’une perspective aplatie sur les seules valeurs marchandes, tandis que les discours sur la paix, la solidarité ou la coopération internationale sonnent creux.

Les femmes, enfin, plus nombreuses que les hommes à rejeter l’euro, le font car elles sont davantage en contact avec la vie quotidienne. Ce sont elles qui font les courses plus souvent que les hommes et constatent combien les prix augmentent depuis l’introduction de l’euro, malgré la propagande visant à accréditer le contraire.

Voilà l’inventaire qu’a pu réaliser le M’PEP :

Sondage du 9 mars 2009, Les Échos

L’association des commerçants d’un quartier d’Almeria, en Andalousie (Espagne), a rétabli pendant quelques jours l’usage de la peseta. Elle a recueilli 4 millions de pesetas, soit 241 000 euros. Les clients sont venus de toute l’Espagne pour dépenser leurs pesetas, dont certaines dataient de la République et de la guerre civile. Selon le journal El Mundo, 35% des 18-29 ans interrogés sont favorables au rétablissement de la peseta, contre 27% pour l’ensemble de la population.

Sondage réalisé du 12 au 17 mai 2010 par l’IFOP pour la Fondation pour l’innovation Politique

Ce sont 20% des Grecs interrogés qui pensent que sortir de l’euro serait une « bonne chose » ; 15% sont favorables à la sortie de l’Union européenne.

Sondage des 21 et 22 mai 2010 réalisé par l’Institut LH2 pour nouvelObs.com

Ce sont 29% des Français interrogés qui pensent que la France devrait quitter la zone euro : ouvriers (42%) et employés (38%), personnes ayant un diplôme inférieur au baccalauréat (43%).

Sondage réalisé du 27 mai au 1er juin 2010 par l’institut Novus Opinion pour le quotidien d’affaires suédois Dagens Industri

Ce sont 61% des Suédois interrogés qui sont opposés à l’euro. Le même sondage comparable réalisé en mai 2009 donnait 44% contre.

Sondage des 9 et 10 juin 2010 réalisé par Publicis Consultants et TNS Sofres pour Europe 1, iTélé et Le Monde

Pour 62% des Français interrogés, l’euro a tendance à aggraver les effets de la crise : 76% des ouvriers et 85% des employés pensent que l’euro est un facteur aggravant de la crise.

Sondage réalisé du 10 au 12 novembre 2010 par l’IFOP pour la Lettre de l’Opinion

Ce sont 35 % des Français interrogés qui sont favorables à ce que la France quitte l’euro et revienne au franc : 52% chez les ouvriers et 50% parmi les employés ; sympathisants d’extrême-gauche (60%) ; sympathisants du PS et de l’UMP respectivement 37% et 27%.

Sondage réalisé du 29 novembre au 1er décembre 2010 pour ARD TV Deutschlandtrend

Environ 60% des Allemands interrogés pensent qu’ils ont été perdants en adoptant l’euro et auraient préféré garder le deutschemark.

Sondage des 7 et 8 décembre 2010 pour la première chaîne de télévision allemande ARD

Ce sont 36% des Allemands interrogés qui souhaitent le retour au Deutschemark.

Sondage du 10 décembre 2010

Au Portugal, 29% des personnes interrogées estiment que le pays doit quitter l’euro.

URL de cet article 12396
   
TOUS LES MEDIAS SONT-ILS DE DROITE ? Du journalisme par temps d’élection
par Mathias Reymond et Grégory Rzepski pour Acrimed - Couverture de Mat Colloghan Tous les médias sont-ils de droite ? Évidemment, non. Du moins si l’on s’en tient aux orientations politiques qu’ils affichent. Mais justement, qu’ils prescrivent des opinions ou se portent garants du consensus, les médias dominants non seulement se comportent en gardiens du statu quo, mais accentuent les tendances les plus négatives inscrites, plus ou moins en pointillé, dans le mécanisme même de l’élection. Ce sont (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Un écrivain doit désormais être un homme d’action... Un homme qui a consacré un an de sa vie aux grèves dans la métallurgie, ou aux chômeurs, ou aux problèmes du racisme, ou qui n’a pas perdu son temps. Un homme qui sait où est sa place. Si vous survivez à une telle expérience, ce que vous raconterez ensuite sera la vérité, la nécessité et la réalité, et perdurera.

Martha Gellhorn, 1935


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.