RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

LES SONDAGES QUE L’ON NOUS CACHE SUR L’EURO

Par le Mouvement politique d’éducation populaire (M’PEP).

Le 5 janvier 2011.

Des sondages visant à mesurer l’état de l’opinion publique vis-à -vis de l’euro sont fait régulièrement dans toute l’Union européenne, la plupart en secret. Les classes dirigeantes sont affolées par la montée du mécontentement populaire contre le système de Bruxelles et pour la sortie de l’euro. Elles ont raison ! Car les quelques sondages qui parviennent à filtrer montrent une montée générale, dans toute l’Europe, de la volonté de sortir de l’euro. Ce sont les classes populaires, ouvriers et employés, les jeunes et les femmes, qui sont les plus nombreux à vouloir se libérer de ce carcan.

La propagande officielle veut nous faire croire que les gens intelligents, formés, cultivés, diplômés seraient en faveur de l’euro, et que les bêtas, les non qualifiés, les incultes, les non-diplômés, seraient contre. Finalement, le problème serait culturel et non politique, certains comprendraient les problèmes du fait de leur formation, alors que les autres seraient totalement dépassés à cause de leur manque de qualification.

Ces raisonnements fallacieux sont les mêmes que ceux qui avaient été utilisés en 1992 pour expliquer la montrée du « non » lors du référendum sur le traité de Maastricht qui devait décider de l’euro (49% de « non »). Et ce sont aussi les mêmes que ceux de 2005 pour « expliquer » la victoire du « non » lors du référendum sur le traité constitutionnel européen.

Si les ouvriers et employés se prononcent majoritairement pour la sortie de l’euro, c’est qu’ils sont les premières victimes des politiques de l’Union européenne : pression sur les salaires, destruction progressive de la protection sociale, licenciements, délocalisations… Ils comprennent parfaitement bien que l’Union européenne joue un rôle extrêmement négatif, depuis le début, en ce qui concerne leurs conditions d’existence. Les autres catégories sociales, plus « protégées », ou moins exposées, ne vivent pas la crise avec autant d’acuité et d’impact sur leur niveau de vie. Pour ces catégories, les artifices rhétoriques vivant à alimenter le mythe européen ont davantage de prise. C’est moins le cas des ouvriers et employés qui comparent plus facilement les discours et les actes.

Quant aux jeunes, s’ils rejettent de plus en massivement l’euro et le système de Bruxelles (ils avaient déjà voté « non » en grande proportion lors du référendum de 2005), c’est parce que l’Union européenne est synonyme de chômage et de précarité, d’absence de débouchés, d’une perspective aplatie sur les seules valeurs marchandes, tandis que les discours sur la paix, la solidarité ou la coopération internationale sonnent creux.

Les femmes, enfin, plus nombreuses que les hommes à rejeter l’euro, le font car elles sont davantage en contact avec la vie quotidienne. Ce sont elles qui font les courses plus souvent que les hommes et constatent combien les prix augmentent depuis l’introduction de l’euro, malgré la propagande visant à accréditer le contraire.

Voilà l’inventaire qu’a pu réaliser le M’PEP :

Sondage du 9 mars 2009, Les Échos

L’association des commerçants d’un quartier d’Almeria, en Andalousie (Espagne), a rétabli pendant quelques jours l’usage de la peseta. Elle a recueilli 4 millions de pesetas, soit 241 000 euros. Les clients sont venus de toute l’Espagne pour dépenser leurs pesetas, dont certaines dataient de la République et de la guerre civile. Selon le journal El Mundo, 35% des 18-29 ans interrogés sont favorables au rétablissement de la peseta, contre 27% pour l’ensemble de la population.

Sondage réalisé du 12 au 17 mai 2010 par l’IFOP pour la Fondation pour l’innovation Politique

Ce sont 20% des Grecs interrogés qui pensent que sortir de l’euro serait une « bonne chose » ; 15% sont favorables à la sortie de l’Union européenne.

Sondage des 21 et 22 mai 2010 réalisé par l’Institut LH2 pour nouvelObs.com

Ce sont 29% des Français interrogés qui pensent que la France devrait quitter la zone euro : ouvriers (42%) et employés (38%), personnes ayant un diplôme inférieur au baccalauréat (43%).

Sondage réalisé du 27 mai au 1er juin 2010 par l’institut Novus Opinion pour le quotidien d’affaires suédois Dagens Industri

Ce sont 61% des Suédois interrogés qui sont opposés à l’euro. Le même sondage comparable réalisé en mai 2009 donnait 44% contre.

Sondage des 9 et 10 juin 2010 réalisé par Publicis Consultants et TNS Sofres pour Europe 1, iTélé et Le Monde

Pour 62% des Français interrogés, l’euro a tendance à aggraver les effets de la crise : 76% des ouvriers et 85% des employés pensent que l’euro est un facteur aggravant de la crise.

Sondage réalisé du 10 au 12 novembre 2010 par l’IFOP pour la Lettre de l’Opinion

Ce sont 35 % des Français interrogés qui sont favorables à ce que la France quitte l’euro et revienne au franc : 52% chez les ouvriers et 50% parmi les employés ; sympathisants d’extrême-gauche (60%) ; sympathisants du PS et de l’UMP respectivement 37% et 27%.

Sondage réalisé du 29 novembre au 1er décembre 2010 pour ARD TV Deutschlandtrend

Environ 60% des Allemands interrogés pensent qu’ils ont été perdants en adoptant l’euro et auraient préféré garder le deutschemark.

Sondage des 7 et 8 décembre 2010 pour la première chaîne de télévision allemande ARD

Ce sont 36% des Allemands interrogés qui souhaitent le retour au Deutschemark.

Sondage du 10 décembre 2010

Au Portugal, 29% des personnes interrogées estiment que le pays doit quitter l’euro.

URL de cet article 12396
  

La Stratégie du Choc
Naomi KLEIN
Qu’y a-t-il de commun entre le coup d’état de Pinochet au Chili en 1973, le massacre de la place Tiananmen en 1989, l’effondrement de l’Union soviétique, le naufrage de l’épopée Solidarnösc en Pologne, les difficultés rencontrées par Mandela dans l’Afrique du Sud post-apartheid, les attentats du 11 septembre, la guerre en Irak, le tsunami qui dévasta les côtes du Sri-Lanka en 2004, le cyclone Katrina, l’année suivante, la pratique de la torture partout et en tous lieux - Abou Ghraib ou Guantanamo, aujourd’ (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Cette démocratie si parfaite fabrique elle-même son inconcevable ennemi, le terrorisme. Elle veut, en effet, être jugée sur ses ennemis plutôt que sur ses résultats. L’histoire du terrorisme est écrite par l’État ; elle est donc éducative. Les populations spectatrices ne peuvent certes pas tout savoir du terrorisme, mais elles peuvent toujours en savoir assez pour être persuadées que, par rapport à ce terrorisme, tout le reste devra leur sembler plutôt acceptable, en tout cas plus rationnel et plus démocratique.

Guy DEBORD

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.