RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Sucre amer : filmer la fraude électorale en Outre-Mer

Au cœur des années 50 à 60 a lieu un large processus de décolonisation en Afrique : le Ghana en 1957, la Guinée en 1958, le Congo et le Mali en 1960. La France du général De Gaulle commence à peine au début des années 60 à expérimenter le système politique qui va perdurer dans sa sphère d’influence africaine, celui de la Françafrique, en premier lieu au Cameroun [1], sans toutefois être résignée à abandonner ses territoires quand elle croit voir la menace de les perdre. Ainsi l’administration sous De Gaulle fait très attention aux contestations pour de meilleures conditions de vie qui se font entendre dans des territoires comme la Réunion. En 1963 lors des élections législatives, nul autre que Michel Debré est parachuté sur l’île pour se faire élire (il obtiendra 85% des voix). Face à lui, le candidat d’opposition est Paul Vergès [2], secrétaire du Parti communiste de la Réunion [3], qui sera désavantagé par les diverses manœuvres de Debré, quand bien même le Parti communiste est bien plus populaire sur l’île. Nous n’allons pas rappeler les résultats de la politique de Debré une fois élu député, mais seulement nous contenter de rafraichir à votre mémoire son rôle dans l’affaire des « enfants de la Creuse » dont nous avions déjà parlé ici [4].

C’est dans le cadre de cette élection que sera réalisé Sucre amer (le sucre est une industrie fleurissante dans l’île), le premier film français sur une campagne électorale. Réalisé par Yann Le Masson, le court-métrage montre à la fois la campagne de Debré, et les éléments frauduleux derrière, et celle des communistes du PCR. A sa sortie, le documentaire sera interdit pendant 10 ans mais sera diffusé dans les réseaux militants. Il recevra même la médaille d’or du Conseil mondial de la paix au festival international de Leipzig en 1963.

Le film débute sur une intervention de Michel Debré suite à son élection en tant que député à la Réunion, présenté comme une victoire du général De Gaulle. Pendant qu’il parle, le film nous montre des images en hauteur de l’île, juste avant qu’un nouveau narrateur nous rappelle ce qu’il est important de connaître du département d’Outre-mer (superficie, nombre d’habitants, importance de l’industrie du sucre, etc).

Nous sommes tout de suite amenés à assister à l’un des meetings pro-Debré et pro-français sur l’île, où cela chante la Marseillaise et dénonce l’autonomie prônée par le PCR. Tout d’abord, en tant que spectateur nous constatons la diversité ethnique des origines dans le public de Debré, mais aussi sociale, laissant croire à un engouement populaire pour le candidat de la droite. C’est là que la voix-off intervient pour nous raconter ce qui se trame derrière ces images : les travailleurs sont forcés par leurs employeurs à venir à ces manifestations sous peine de sanctions. Le film nous montre aussi l’ampleur de la propagande faite au candidat Debré par un fondu des affiches et journaux enjoignant à voter pour le ministre, tout en entendant en arrière-plan sonore les cris de militants scandant le nom de Debré. Moqueur, le réalisateur à travers une scène compare cette propagande à celle d’un prêtre faisant son prêche à ses fidèles.

Le documentaire nous permet aussi d’entendre les réunionnais pauvres à qui on ne donne jamais la parole, notamment une mère de famille nombreuse dénonçant le manque de moyens mis à disposition du peuple à la Réunion – tandis que l’argent coule à flot dès qu’il s’agit d’accueillir Michel Debré, ou encore ce docker payé à la tâche. C’est aussi l’occasion de dénoncer les magouilles de cette élection, loin de l’image que donne Michel Debré de celle-ci : en effet, certains Réunionnais ont purement et simplement été privés de leur carte municipale, même lorsqu’il s’agissait de conseillers municipaux, touchant spécifiquement les communistes. En plus de l’empêchement fait à une partie de la population de pouvoir s’exprimer démocratiquement, l’administration a fait voter les morts ! Quand des manifestants ont eu l’idée de se plaindre aux bureaux de votes, ceux-ci ont été dispersés par la foule de CRS venus en grand nombre pour l’élection.

Le réalisateur fait un fondu sur le visage des prolétaires réunionnais et sur leurs habitations vétustes, afin de bien marquer l’extrême précarité de cette population oubliée de Debré. Globalement, remarquons que les images sont plutôt esthétiques pour un film ayant vocation à être diffusé illégalement par les militants.

Nous finissons sur l’autre candidat aux législatives, c’est-à-dire Paul Vergès, intervenant dans un meeting du Parti communiste réunionnais. La foule en liesse l’accueille tandis que celui-ci dénonce l’oppression coloniale, la crise économique, les monopoles industriels et fonciers, ainsi que les syndicats de l’industrie de sucre, chacun empêchant l’industrialisation et le développement économique de l’île. La ligne politique : l’autonomie [5], dans la lignée du mouvement général de décolonisation que doit suivre la Réunion. Pendant que Paul Vergès énonce que les Réunionnais descendent d’Africains, de Malgaches, d’Indiens, de Chinois et de Français, le réalisateur nous montre dans le public du meeting le visage d’une personne correspondant à l’origine citée. L’objectif est de montrer que le peuple se tient tout entier derrière le Parti communiste réunionnais et son représentant, pour une amélioration de la vie ; ce pourquoi également nous voyons très peu Paul Vergès lui-même lors de son allocution. Le discours est fédérateur : le PCR souhaite parler au nom de tous les Réunionnais peu importent leurs origines, car ceux-ci doivent inévitablement diriger leur pays [6]. Le court-métrage se termine par la foule chantant l’Internationale comme chant de ralliement.

Intéressons-nous un peu au réalisateur du film, Yann Le Masson (1930-2012). Fils d’officier de la Marine, il entre à l’Ecole de cinéma avant d’entrer à l’IDHEC [7] d’où il ressort avec une formation et un diplôme de chef opérateur. Il deviendra militant du Parti communiste français. En 1955, il est envoyé à la guerre en Algérie de laquelle il reviendra traumatisé. Il se mettra alors au service du FLN en faisant office de transporteur d’armes et de professeur de guérilla. C’est dans ce cadre qu’il va réaliser son premier film avec Olga Poliakoff [8], le court-métrage J’ai huit ans, montrant la guerre d’Algérie à travers des dessins d’enfants. Il aura une vaste carrière de réalisateur de documentaires dont le plus connu est Kashima Paradise avec Chris Marker. Yann Le Masson est aussi le fondateur du groupe du cinéma parallèle (militant) visant à aider à la diffusion (notamment par l’aide du public) de courts ou long-métrages dont la création et diffusion pourraient être difficiles à cause d’interdits politiques, économiques ou juridiques. L’idée étant de permettre une liberté de création réelle face à la censure.

La production du film fut chaotique. Le réalisateur est revenu sur celle-ci dans une interview en 2005 [9]. C’est Paul Vergès qui l’avait contacté pour filmer la campagne électorale après avoir vu son premier court-métrage. Le Masson avait dû accepter en 48 h avant de partir à la Réunion, avec un peu de matériel et un ingénieur du son âgé mais acceptant de travailler gratuitement ; le PCR s’engageant toutefois à financer l’aller et le retour. Avant toute chose, ce genre de demande de la part d’un parti communiste n’est pas neuve. En effet, le Parti communiste français est le parti français ayant le plus fait appel aux artistes pour capter tel ou tel évènement comme peuvent en témoigner plusieurs ouvrages sourcés [10] et réalisateurs passés par cette case [11]. Arrivé là-bas, il commence à filmer la campagne, ce qui finit par interpeller les renseignements généraux. Réussissant à les berner en se faisant passer pour un journaliste de l’ORTF, les RG ne se rendront compte de la supercherie qu’une fois que Le Masson commencera à filmer la campagne de Vergès, lui promettant de réquisitionner ses bobines une fois son retour en France. Sachant cette menace sur son film, le réalisateur fera parvenir les bobines par bateau, tandis que les douaniers devront se contenter à son arrivée à Orly de fouiller de fausses boites à pellicules... De manière étonnante, le film, qui fut interdit 10 ans, ne sera jamais saisi par la police contrairement à d’autres œuvres militantes [12] et donc l’intégralité des images a pu être utilisée sans trop de problème de conservation.

Quel était le spectateur visé par le court-métrage ? Même s’il s’agit d’un film voulu par le Parti communiste réunionnais racontant sa lutte, il n’existe pas de preuve de sa diffusion dans l’île au cours de son interdiction. Il est donc légitime de penser qu’il s’agissait beaucoup plus de sensibiliser les militants français – en premier lieu les communistes – sur cette question, ceux-ci étant amenés à avoir connaissance de l’œuvre dans sa diffusion clandestine.

A l’instar du réalisateur René Vautier, nous pouvons classer Sucre amer dans la catégorie des films d’intervention sociale : des œuvres reflétant la réalité pour pouvoir modifier celle-ci. C’est d’ailleurs assez clair pour Le Masson qui exprimait ainsi sa raison de filmer à un journaliste : « Pour changer, devenir différent, et ainsi, aussi peu soit-il, changer le monde. » [13] Si ses films, et celui-ci en particulier, reflètent son engagement communiste, ils se font sans l’appui du PCF, comme la plupart des films anti-colonialistes, en profitant toutefois du réseau militant communiste, avec plus ou moins de laisser-faire de la part du Parti communiste [14]. Pour conclure, après Sucre amer, nous ne pouvons que vous conseiller cet autre documentaire de Jacqueline Meppiel qui remet le PCR à l’honneur 16 ans plus tard, Maloya pour la liberté, qui raconte en 50 minutes la visite sur l’île du secrétaire national du PCF, Georges Marchais avec Paul Vergès. Celui-ci est disponible sur le site Ciné-archives.

Ambroise-JRCF.

[1] Voir le livre Kamerun de Thomas Deltombe, Manuel Domergue et Jacob Tatsitsa, ainsi que Main basse sur le Cameroun de Mongo Betti.

[2] Secrétaire et créateur du Parti communiste réunionnais.

[3] Fondé le 18 mai 1959 après une demande du PCF de voir ses sections d’Outre-mer être indépendantes. De la même manière sera créé un Parti communiste martiniquais et un Parti communiste guadeloupéen.

[4] « Les enfants de la Creuse, une histoire de déportation », JRCF, 21/06/2020 : http://jrcf.over-blog.org/2020/06/les-enfants-de-la-creuse-une-histoir....

[5] A ne pas confondre avec la notion d’indépendance, la confusion étant volontairement faite par l’administration française. Cette revendication est partagée à l’époque dans d’autre départements d’Outre-mer comme la Martinique, où l’intellectuel et ancien communiste Aimé Césaire développe cette question. Nous en avions déjà parlé lors d’un précédent article au sujet d’un évènement politique intervenu ultérieurement au film : « Retour sur la Convention du Morne-Rouge », Ambroise-JRCF, 18/08/2020 : http://jrcf.over-blog.org/2020/07/retour-sur-la-convention-du-morne-rouge.html.

[6] Il faut mettre en perspective cette phrase et le fait que le gouvernement De Gaulle a parachuté sur cette île une personne n’ayant aucun lien avec la Réunion afin de les représenter...

[7] Institut des hautes études cinématographiques, créé en 1943.

[8] Sur une idée du cinéaste René Vautier.

[9] Cinématons en campagne, 2005 par Gérard Courant.

[10] Voir L’écran rouge de Tangui Perron et Les communistes et le cinéma de Pauline Gallinari.

[11] Le cas le plus célèbre étant Jean Renoir.

[12] Que l’on pense aux difficultés de René Vautier avec son film Afrique 50.

[13] « Le cinéma paradise de Yann Le Masson », JNB, 03/05/2011 : http://www.grand-ecart.fr/portraits/kashima-paradise-yann-le-masson/.

[14] Voir les pages sur le cinéma parallèle dans Les communistes et le cinéma de Pauline Gallinari (pages 236 à 242).

»» http://jrcf.over-blog.org/2021/02/sucre-amer-filmer-la-fraude-electora...
URL de cet article 37048
   

Chroniques bolivariennes : Un voyage dans la révolution vénézuelienne
Daniel Hérard, Cécile Raimbeau
Après la mort d’Hugo Chávez, que reste-t-il de la révolution vénézuélienne, de ce « socialisme du XXIe siècle » ? Ses obsèques grandioses, pleurées par des foules pendant plusieurs jours et honorées par de nombreux chefs d’État, ont contrasté avec les critiques virulentes dont il avait fait l’objet dans les médias occidentaux. Cécile Raimbeau et Daniel Hérard nous entraînent au cœur de cette révolution pacifique, à la rencontre de la base, des supporters de Chávez. Ils les écoutent et les photographient, en (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Lorsque les missionnaires chrétiens blancs sont allés en Afrique, les blancs possédaient des bibles et les indigènes possédaient la terre. Lorsque les missionnaires se sont retirés, ce sont les blancs qui possédaient la terre et les indigènes les bibles."

Dick Gregory (1932-2017)

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube (...)
22 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.