RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Syndicalisme en Colombie : la face cachée de la répression

Nombreuses sont les formes de répression subies par les syndicalistes en Colombie, violentes ou non. Il s’agit d’une mécanique bien rodée de répression anti-syndicale perpétrée par le gouvernement, les entreprises et les milices paramilitaires. Nous avons rencontré des membres du plus important syndicat de l’industrie pétrolière du pays, ainsi que le directeur d’une ONG internationale spécialisée dans l’accompagnement et la protection des organisations syndicales colombiennes. Ils nous ont fait part de leur analyse et recommandations.

Malgré sa sulfureuse réputation de narco-Etat secoué par un conflit de plus d’un demi-siècle, la Colombie est un pays qui va mieux sous le gouvernement de droite du président Juan Manuel Santos. Signature du TLC avec les États-Unis, candidature à l’OCDE, c’est une image neuve que l’on donne à voir de ce pays dans la presse et les relations internationales. Le Ministère du Tourisme Colombien a lancé en 2013 une campagne visant à promouvoir efficacement cette image avec un slogan accrocheur et amusant : « La Colombie, le risque est que tu veuilles y rester »[1].

Premier pays du sous-continent au classement Doing Business[2]de la Banque Mondiale, le pays représente un nouvel Eldorado[3]pour les investisseurs. En apparence seulement. C’est au prix de l’oubli d’un douloureux passé et du lourd tribut versé par des milliers de colombiens et colombiennes dans la défense de leurs droits au travail. Le syndicalisme en Colombie a la vie dure, et être militant syndical signifie s’exposer à des risques quotidiens, et souvent fatals.

Sous syndicalisation, violences et stigmatisation

Dans le pays le plus inégalitaire d’Amérique latine[4] et le troisième plus inégal au monde, seule 4,9% de la masse salariale est syndiquée (soit un peu plus de 800 000 personnes)[5]. Ce taux – l’un des plus faibles au monde - se trouve très en deçà des standards régionaux[6]. De plus, il a subi une chute vertigineuse depuis les années 1970[7] à l’aube des violences anti-syndicales, et il demeure en lente régression.

Cette baisse de la syndicalisation se doit a une répression importante, qu’elle soit violente ou non. Les processus de privatisation des grandes entreprises publiques ces dernières années, la sous-traitance, les fusions, la flexibilisation du travail et les menaces ont largement surpassé l’émergence de nouveaux syndicats dans le secteur privé.

Ainsi, l’acte de création administrative d’un syndicat se révèle être une barrière redoutable pour l’exercice du droit d’association. Ainsi, entre 2002 et 2007, 491 demandes de création de syndicat ont été rejetées. De plus, il s’agit du seul pays d’Amérique latine dont le gouvernement possède la faculté de dissoudre un syndicat par voie judiciaire.Le résultat global est une atomisation du mouvement syndical en petites organisations sans capacité de mobilisation ni de coordination.

Parallèlement, près des deux tiers de la population active travaillent dans l’informalité[8], ce qui implique l’absence de contrat de travail formel, peu ou aucune garantie de salaire minimum, d’horaires légaux de travail, de cotisation à la retraite et d’accès aux soins de santé.

Actuellement, la moitié des syndicats se regroupe en trois centrales syndicales[9]. La plus importante, la Centrale Unitaire des Travailleurs (CUT) qui regroupe 65% des travailleurs syndicalisés, est aussi la plus menacée[10].

En effet, être syndicaliste en Colombie est une activité à hauts risques. 63% des syndicalistes assassinés dans le monde sont Colombien-ne-s.[11] Entre 2000 et 2010, ce sont près de 1.000 dirigeants syndicaux colombiens qui ont été assassinés[12] et depuis l’entrée en fonction de l’actuel gouvernement du président Juan Manuel Santos en Août 2010, ils ont été plus de 60[13]. L’année 2013 laisse augurer une augmentation de ces violences selon l’ENS (École Nationale Syndicale), principale ONG colombienne assurant une veille sur le droit des travailleurs dans le pays.[14]. Selon les données préliminaires de l’organisation, 26 travailleurs syndiqués ont été assassinés entre le 1er janvier et le 11 décembre 2013, sans compter 13 tentatives d’homicide, 149 menaces de mort, 28 cas d’intimidation et 13 arrestations arbitraires.

LIRE LA SUITE ICI : http://regardsdameriquecentrale.blog.youphil.com/archive/2014/02/15/sy...

»» http://regardsdameriquecentrale.blog.youphil.com/archive/2014/02/15/sy...
URL de cet article 24532
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Colombie, derrière le rideau de fumée. Histoire du terrorisme d’Etat
Hernando CALVO OSPINA
L’affaire Ingrid Betancourt et la question des otages ont mis la Colombie sous les feux de l’actualité… Mais, derrière le rideau de fumée médiatique, que se passe-t-il vraiment dans ce pays ? La violence politique, conséquence de l’intransigeance de l’Etat et des énormes inégalités sociales, est au coeur de cet ouvrage, Au fil de l’histoire, l’oligarchie nationale vorace, les Etats-Unis et certaines puissances européennes, avides de soumettre un peuple pour s’emparer de ses immenses richesses (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Bon, j’imagine que vous ne pouvez tout de même pas tuer vos subordonnés"

seule réponse fournie par les élèves d’une école de commerce de Philadelphie
lorsque le professeur demanda à ses élèves de lui donner un exemple de
comportement repréhensible dans une entreprise.

Cité par Serge Halimi, dans le Monde Diplomatique de février 2005, page 2

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.