RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
18 
La destruction du Nord Stream a nécessité un très haut degré de planification, d’expertise et de capacité technologique

Témoignage du professeur Jeffrey D. Sachs

Témoignage de Jeffrey D. Sachs, professeur d’université à l’Université de Columbia*

Session du Conseil de sécurité de l’ONU sur la destruction du gazoduc Nord Stream, 21 février 2023.

Mon nom est Jeffrey D. Sachs. Je suis professeur d’université à l’Université de Columbia. Je suis un spécialiste de l’économie mondiale, notamment du commerce mondial, de la finance, des infrastructures et de la politique économique. Je me présente devant le Conseil de sécurité des Nations Unies en mon nom propre. Je ne représente aucun gouvernement ou organisation dans le témoignage que je vais livrer.

La destruction des pipelines Nord Stream le 26 septembre 2022 constitue un acte de terrorisme international et représente une menace pour la paix. Il est de la responsabilité du Conseil de sécurité de l’ONU de se saisir de la question de savoir qui a pu commettre cet acte, afin de traduire l’auteur devant la justice internationale, de poursuivre l’indemnisation des parties lésées, et de prévenir de telles actions à l’avenir.

Les conséquences de la destruction du Nord Stream 2 sont énormes. Elles comprennent non seulement les vastes pertes économiques liées aux pipelines eux-mêmes et à leur utilisation potentielle future, mais aussi la menace accrue qui pèse sur les infrastructures transfrontalières de toutes sortes : câbles internet sous-marins, pipelines internationaux pour le gaz et l’hydrogène, transport transfrontalier d’électricité, parcs éoliens en mer, etc. La transformation mondiale en énergie verte nécessitera une infrastructure transfrontalière considérable, y compris dans les eaux internationales. Les pays doivent avoir la certitude que leurs infrastructures ne seront pas détruites par des tiers. Certains pays européens ont récemment exprimé leur inquiétude quant à la sécurité de leurs infrastructures offshore.

Pour toutes ces raisons, l’enquête du Conseil de sécurité de l’ONU sur les explosions du Nord Stream est une priorité mondiale.

La destruction des pipelines du Nord Stream a nécessité un très haut degré de planification, d’expertise et de capacité technologique. Les pipelines du Nord Stream 2 sont une merveille d’ingénierie. Chaque section de conduite est constituée d’acier laminé d’une épaisseur de 4,5 cm et d’un diamètre interne de 1,15 mètre. La conduite est enrobée de béton de 10,9 cm d’épaisseur. Le poids de chaque section de conduite enrobée de béton est de 24 tonnes métriques. Les pipelines de Nord Stream 2, d’une longueur de 1 200 kilomètres, contiennent environ 200 000 tuyaux. Les pipelines reposent sur le fond de la mer.

La destruction d’un pipeline en acier laminé lourd, enrobé de béton, à une profondeur de 70-90 mètres, nécessite des technologies très avancées pour le transport des explosifs, la plongée pour installer les explosifs et la détonation. Le fait de le faire sans être détecté, dans les zones économiques exclusives du Danemark et de la Suède, ajoute beaucoup à la complexité de l’opération. Comme l’ont confirmé un certain nombre de hauts fonctionnaires, une action de ce type doit avoir été menée par un acteur étatique.

Seule une poignée d’acteurs étatiques disposent à la fois de la capacité technique et de l’accès à la mer Baltique pour mener à bien cette action. Il s’agit de la Russie, des États-Unis, du Royaume-Uni, de la Pologne, de la Norvège, de l’Allemagne, du Danemark et de la Suède, soit individuellement, soit en combinaison. L’Ukraine ne dispose pas des technologies nécessaires, ni de l’accès à la mer Baltique.

Un rapport récent du Washington Post a révélé que les agences de renseignement des pays de l’OTAN ont conclu en privé qu’il n’y a aucune preuve que la Russie ait mené cette action. Cela concorde également avec le fait que la Russie n’avait aucune raison évidente de commettre cet acte de terrorisme sur sa propre infrastructure critique. En effet, la Russie devra probablement supporter des dépenses considérables pour réparer les pipelines.

Trois pays auraient mené des enquêtes sur le terrorisme du Nord Stream : le Danemark, l’Allemagne et la Suède. Ces pays en savent vraisemblablement beaucoup sur les circonstances de l’attaque terroriste. La Suède, en particulier, est peut-être le pays qui a le plus à dire au monde sur la scène du crime, sur laquelle ses plongeurs ont enquêté. Pourtant, au lieu de partager ces informations au niveau mondial, la Suède a gardé les résultats de son enquête secrets pour le reste du monde. La Suède a refusé de partager ses conclusions avec la Russie et a rejeté une enquête conjointe avec le Danemark et l’Allemagne. Dans l’intérêt de la paix mondiale, le Conseil de sécurité des Nations unies devrait exiger que ces pays lui remettent immédiatement les résultats de leurs enquêtes.

Il n’existe à ce jour qu’un seul récit détaillé de la destruction du Nord Stream, celui récemment présenté par le journaliste d’investigation Seymour Hersh, ostensiblement basé sur des informations divulguées à Hersh par une source anonyme. Hersh attribue la destruction du Nord Stream à une décision ordonnée par le président américain Joe Biden et exécutée par des agents américains dans le cadre d’une opération secrète que Hersh décrit en détail. La Maison Blanche a qualifié le récit de Hersh de « complètement et totalement faux », mais n’a fourni aucune information contredisant le récit de Hersh et n’a pas proposé d’explication alternative.

De hauts responsables américains ont fait des déclarations avant et après la destruction de Nord Stream qui ont montré l’animosité des États-Unis envers les pipelines. Le 27 janvier 2022, la sous-secrétaire d’État Victoria Nuland a tweeté : « Si la Russie envahit l’Ukraine, d’une manière ou d’une autre, Nord Stream 2 n’avancera pas. » Le 7 février 2022, le président Biden a déclaré : « Si la Russie envahit… à nouveau, alors il n’y aura plus de Nord Stream 2. Nous y mettrons fin. » Lorsque le journaliste lui a demandé comment il s’y prendrait, il a répondu : « Je vous promets que nous serons en mesure de le faire. »

Le 30 septembre 2022, immédiatement après l’attaque terroriste contre le gazoduc, le secrétaire d’État Antony Blinken a déclaré que la destruction du gazoduc est « également une formidable opportunité. C’est une formidable opportunité de supprimer une fois pour toutes la dépendance à l’énergie russe et donc de retirer à Vladimir Poutine l’armement de l’énergie comme moyen de faire avancer ses desseins impériaux. » Le 28 janvier 2023, la sous-secrétaire Nuland déclarait au sénateur Ted Cruz : « Je suis, et je pense que l’administration est, très satisfaite de savoir que Nord Stream 2 est maintenant, comme vous aimez le dire, un morceau de métal au fond de la mer. »

Un tel langage n’est pas du tout approprié face au terrorisme international. J’espère que les États-Unis, ainsi que tous les autres membres du Conseil de sécurité, condamneront cet acte odieux de terrorisme international et s’associeront à une enquête urgente menée par le Conseil de Sécurité de l’ONU sur ce crime international afin de déterminer la vérité. La vérité n’est pas encore connue du monde entier, mais elle peut l’être.

Plus que jamais, le monde dépend du Conseil de sécurité de l’ONU pour faire son travail afin d’arrêter l’escalade vers une nouvelle guerre mondiale. Le monde ne sera en sécurité que lorsque les membres permanents travailleront ensemble diplomatiquement pour résoudre les crises mondiales, y compris la guerre en Ukraine et les tensions croissantes en Asie de l’Est. Le Conseil de sécurité des Nations unies est le lieu unique au monde où s’effectue ce travail d’affirmation de la paix. Plus que jamais, nous avons besoin d’un Conseil de sécurité de l’ONU sain et fonctionnel, qui s’acquitte de la mission que lui assigne la Charte des Nations unies.

Une enquête objective du Conseil de sécurité des Nations unies sur le terrorisme du Nord Stream, dans laquelle tous les pays apportent ce qu’ils savent, est importante pour la confiance mondiale dans cet organe et, surtout, pour la paix mondiale et le développement durable.

Jeffrey D. SACHS

* Le professeur Jeffrey Sachs est considéré comme une des intellectuels le plus influent du monde. Il est consultant spécial du secrétaire général des Nations unies Antonio Guterrez.

 : https://lecridespeuples.fr/2023/02/27/en-detruisant-nord-stream-les-et...

URL de cet article 38543
  

Etat de siège. Les sanctions économiques des Etats-Unis contre Cuba
Salim LAMRANI
Début du chapitre IV Les citoyens étasuniens sont autorisés à se rendre à Cuba mais il leur est strictement interdit d’y dépenser le moindre centime, ce qui rend quasiment impossible tout séjour dans l’île. Le Département du Trésor considère donc tout voyage dans l’île comme une violation de la législation sur les sanctions économiques, à moins que les personnes ayant visité Cuba puissent démontrer qu’elles n’y ont effectué aucun achat. La justice étasunienne poursuit sans relâche les contrevenants à la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"A quoi bon avoir des droits si on nous les retire au moment où on en a le plus besoin ?"

Kyle Kulinski

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.