RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
10 

Un TP sur des hamsters suscite la polémique à l’université de Strasbourg

A l’université de Strasbourg, le master d’écophysiologie, écologie et éthologie est l'un des plus demandé. Il réunit des étudiants passionnés par la biologie, la défense de la biodiversité et les animaux. Sauf que, en ce premier trimestre, cette formation a dû faire face à une fronde d’une partie de ses étudiant(e)s.

Le 8 septembre dernier, sept étudiantes de deuxième année du master, parmi les vingt-deux inscrits, ont refusé de participer à travaux pratiques d’écophysiologie en avançant une impossibilité éthique. Ces travaux pratiques consistaient à inciser des hamsters afin de leur poser une sonde (pour enregistrer leur température en continu), avant de les sacrifier (par asphyxie au CO2) quelques semaines plus tard pour récupérer la sonde et prélever certains tissus. 

Contactées par les médias, les étudiantes ont indiqué les raisons de leur refus. Selon elles, l’expérience demandée pour ce TP ne respectait pas le principe des "3R" ("Réduire/Remplacer/Raffiner"), à savoir le fondement éthique de l’expérimentation animale. Pour elles, l’expérience se répétant chaque année (et pour un certain nombre d’étudiants), il existait déjà des données, réutilisables, et il leur semblait donc injustifié de sacrifier de nouveaux animaux.

Dans un premier temps, les étudiantes ont reçu la note de 0/20, le doyen de l’université défendant une expérience qui avait reçu "toutes les autorisations nécessaires" (du comité d’éthique local au ministère de la recherche). Mais les choses ont rapidement évolué. Ainsi le doyen a t-il dans un second temps indiqué que la contestation pourrait faire l’objet d’une "neutralisation" (note non prise en compte) et que le TP ne serait probablement pas reconduit l’année suivante.

Du point de vue même de la loi, une telle expérience interroge. Ainsi le décret de transposition de la directive 2010/63/UE (relative à l’utilisation d’animaux à des fins scientifiques), stipule que "les procédures expérimentales ont un caractère de stricte nécessité et ne peuvent pas être remplacées par d’autres méthodes expérimentales n’impliquant pas l’utilisation d’animaux vivants ..." ou encore que "le nombre d’animaux utilisés dans un projet est réduit à son minimum".

Quel intérêt de sacrifier autant d’animaux d’un point de vue scientifique, pédagogique ? Quel intérêt pour des étudiants ne se prédestinant pas, pour la plupart, à des métiers dans l’expérimentation animale ? Comment une telle expérience a t-elle pu recevoir l’aval des comités d’éthique ? Autant de questions, révélatrices aussi de la façon dont on considère les animaux dans notre société. En attendant, on peut se réjouir de la décision de l’université de Strasbourg. En espérant que cela crée un précédent.

URL de cet article 38424
  

Désobéir : le petit manuel, de Xavier Renou
"Celui qui n’essaie pas, et celui-là seul, a déjà perdu." On a tous déjà manifesté des dizaines de fois. On a tous signé des centaines de pétitions. Mais combien sommes-nous à nous être demandés, lucidement, sans faux-semblant, ce qu’il en était de l’efficacité, et donc, de la pertinence, de nos moyens d’actions traditionnels ? Combien sommes-nous à nous réfugier dans une espèce de pensée magique chaque fois que nous sommes en colère, en nous habituant à considérer nos modes de protestation non plus comme (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"La science permet de savoir comment faire fonctionner un train, l’histoire de savoir qu’il peut parfois aller à Auschwitz."

Jean-Christophe Defraigne, professeur, Université de Louvain

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.