RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Une délégation de la honte à Washington

La Ligue arabe était déjà un modèle d’impuissance. Elle atteint désormais, sous la domination des monarchies du Golfe, des niveaux inégalés d’aplaventrisme aux Américains. Une délégation de ministres des Affaires arabes conduite par le Premier ministre du Qatar, Hamad ben Jassem al-Thani, est allée à Washington rencontrer le secrétaire d’Etat US, John Kerry, dans le but proclamé de faire bouger le « processus de paix ».

Officiellement, la Ligue arabe s’en tenait au plan de paix proposé au sommet de Beyrouth en 2002. C’était une offre de paix et de reconnaissance en bonne et due forme contre un retour aux lignes d’avant juin 1967. Or, au nom de la nécessité de « faire bouger » un processus qui n’existe pas, les ministres arabes en « délégation de la honte » à Washington ont transigé en acceptant l’idée d’un « échange de territoires ». Formellement, c’est un échange « égal », dans la réalité, c’est une acceptation de la « réalité » de la colonisation qui a déjà transformé le territoire présumé revenir aux Palestiniens en petits bantoustans encerclés et sans liens entre eux. C’est un scandale. La concession est si « fondamentale » qu’elle a soutiré un soupir de plaisir au secrétaire d’Etat américain, John Kerry, qui a parlé d’un « très grand pas en avant ». Ce n’est pas une « inflexion » comme aiment à le rapporter les agences de presse occidentale, c’est un abandon, un lâchage.

Saëb Aerekat, chef de la « caste » des négociateurs qui s’est créée dans la foulée du processus mystificateur d’Oslo, s’est empressé de « soutenir » la Ligue sous emprise des Arabes de l’Amérique. Il a affirmé que cela n’est « pas quelque chose de nouveau » et que la position de la Ligue reflète « la position officielle palestinienne ». M. Aerekat confirme ainsi qu’il n’est pas un vrai « négociateur ». On peut à la limite concevoir qu’il envisage de céder des territoires occupés par les colons israéliens – ce qui est inacceptable pour de nombreux Palestiniens – mais cela fait partie de la négociation menée par les Palestiniens. Mais la Ligue arabe et les pays de l’Organisation de la coopération islamique n’ont pas à faire des concessions sur le sujet. Leur assentiment – ou leur refus – aurait dû être un élément qui renforce les capacités de négociation de M. Aerekat.

Un bon négociateur devrait, normalement, s’indigner que la Ligue arabe fasse une concession aussi lourde et gratuitement. Juste pour plaire à M. Kerry qui fait mine de vouloir relancer un processus de paix qui n’existe pas. La « caste des négociateurs » a servi pendant deux décennies d’alibi grossier à un faux processus de paix qui était une vraie entreprise de colonisation et de purification ethno-religieuse. Il est honteux qu’elle serve aujourd’hui d’alibi à une concession qui ouvre la voie à l’acceptation de la colonisation à Al-Qods et des projets immobiliers mis en œuvre pour la judaïser.

POUR QUELLE RAISON LA LIGUE ARABE FAIT DES CONCESSIONS A ISRAËL QUI N’A RIEN CONCEDE ET QUI MENE UNE POLITIQUE AGRESSIVE DE COLONISATION ? RAISONNABLEMENT, IL N’Y A AUCUNE RAISON. IL Y A UNIQUEMENT UNE SERVILITE D’UNE AMPLEUR JAMAIS ATTEINTE DE LA PART D’UNE LIGUE PASSEE TOTALEMENT SOUS LA COUPE DES EMIRS DU GOLFE. ISRAËL, PAR LA VOIX DE LIVNI, S’EST REJOUI DE CETTE CONCESSION GRATUITE. ET TRES RAPIDEMENT CETTE CONCESSION ETANT DEVENUE « UN ACQUIS », NETANYAHU A FAIT SAVOIR QUE LE CONFLIT N’EST PAS « TERRITORIAL » MAIS PORTAIT SUR LE REFUS DES PALESTINIENS DE RECONNAITRE ISRAËL COMME UN ETAT JUIF. PAS BESOIN DE DECODER, CES ARABES QUI CEDENT SUR LA COLONISATION DES TERRITOIRES OCCUPES EN 1967 VONT DEVOIR « BAISSER LE FROC » ET CEDER SUR LES DROITS DE REFUGIES PALESTINIENS RECONNUS PAR LES RESOLUTIONS DE L’ONU.

URL de cet article 20437
  

Missions en conflit
Piero GLEIJESES
Cet ouvrage présente un récit haletant de la politique cubaine en Afrique de 1959 à 1976 et de son conflit croissant avec les États-Unis. L’auteur conduit le lecteur des premiers pas de Cuba pour aider les rebelles algériens combattant la France en 1961, à la guerre secrète entre La Havane et Washington au Zaïre en 1964-65 — où 100 Cubains menés par le Che Guevara ont affronté 1 000 mercenaires contrôlés par la CIA — et, finalement, à l’envoi héroïque de 30 000 Cubains en Angola en 1975-76, qui a stoppé (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quand l’ordre est injustice, le désordre est déja un commencement de justice.

Romain ROLLAND

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.