Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Une juge britannique condamne Assange à la prison indéfiniment, en dépit de la fin de sa peine de prison

Lors d’une audience au tribunal de première instance de Westminster vendredi matin, la juge de district britannique Vanessa Baraitser a décidé que Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, restera en prison. Ceci, malgré le fait que sa peine d’emprisonnement pour s’être « soustrait à la justice » expire le 22 septembre.

Cette décision est la dernière d’une série d’atteintes aux droits juridiques et démocratiques d’Assange par le pouvoir judiciaire britannique. Cela signifie que l’éditeur et journaliste sera détenu jusqu’au mois de février prochain pour son extradition vers les États-Unis, où il risque 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre américains.

Étant donné que la procédure d’extradition entraînera probablement une longue bataille juridique, la décision de Baraitser confine potentiellement Assange à la prison de haute sécurité de Belmarsh pour les années à venir.

L’affaire a été largement présentée dans les médias bourgeois comme une audience sur le cautionnement d’Assange. Un communiqué publié par le compte Twitter officiel de WikiLeaks ce vendredi a rejeté ces affirmations, expliquant que : « L’audience de ce matin n’était pas pour la liberté sous caution, c’était une audience technique. Malgré cela, le magistrat a refusé à titre préventif la libération sous caution avant que la défense ne la demande. »

WikiLeaks a déclaré : « Le magistrat dit qu’Assange restera en prison indéfiniment. Il est de plus en plus privé de liberté depuis son arrestation il y a 9 ans, une semaine après avoir commencé à publier Cablegate. » « Cablegate » fait référence à la publication par WikiLeaks en 2010 de centaines de milliers de câbles diplomatiques étasuniens, exposant les intrigues sordides du gouvernement américain et de ses alliés dans le monde.

Dans des remarques adressées à Assange, Baraitser aurait déclaré : « Vous avez été amené à cette audience aujourd’hui parce que votre peine d’emprisonnement est sur le point de prendre fin. Quand cela se produira, votre statut de prévenu passera de prisonnier en service à personne menacée d’extradition. »

Elle a continué : « J’ai donc donné à votre avocate l’occasion de présenter une demande de libération sous caution en votre nom et elle a refusé de le faire. Peut-être cela n’est pas surprenant étant donné votre habitude à vous soustraire à la justice dans cette procédure. » La déclaration de WikiLeaks contredit cette affirmation. Elle accuse la juge d’empêcher toute demande de libération sous caution par les avocats d’Assange.

Baratiner a déclaré : « À mon avis, j’ai de bonnes raisons de croire que si je vous relâche, vous vous échapperez à nouveau ».

Une autre audience administrative est prévue pour le 11 octobre, suivie d’une audience de gestion de cas le 21 octobre.

La décision de Baratiner était fondée sur l’affirmation frauduleuse selon laquelle Assange s’était illégitimement « soustrait à la justice » en étant en liberté sous caution en 2012. En réalité, Assange a exercé son droit, protégé par le droit international, de demander l’asile politique à l’ambassade de l’Équateur à Londres. Il l’a fait après que les tribunaux britanniques eurent décidé de le faire extrader vers la Suède pour « répondre à des questions » sur des allégations d’inconduite sexuelle fabriquées et politiquement motivées.

Les autorités britanniques et suédoises ont refusé d’expliquer pourquoi l’extradition était nécessaire pour qu’une « enquête préliminaire » puisse avoir lieu. Ils n’ont pas expliqué non plus pourquoi les procureurs n’accepteraient pas l’offre répétée d’Assange de répondre aux questions de Londres. Les procureurs suédois ont finalement interrogé Assange, en décembre 2016, après quoi ils ont abandonné leur « enquête » frauduleuse en avril 2017.

Le problème pour Assange était que les autorités suédoises refusaient de garantir qu’elles ne l’extraderaient pas vers les États-Unis s’il était sous leur garde.

Le fait que la demande d’asile était nécessaire pour protéger Assange d’un procès-spectacle à motivation politique aux États-Unis a été pleinement confirmé en avril de cette année. Le département de la Justice de l’administration Trump a dévoilé 17 accusations d’espionnage contre lui. S’il est reconnu coupable des accusations d’espionnage et d’une infraction moindre, Assange serait passible d’une peine d’emprisonnement à perpétuité pouvant atteindre 175 ans.

Assange a été reconnu coupable de s’être soustrait à la justice, à la suite de sa demande d’asile politique quelques heures à peine après son expulsion illégale de l’ambassade de l’Équateur à Londres et son arrestation par la police britannique le 11 avril.

La juge britannique qui présidait l’audience n’a pas tenu compte du fait qu’Assange avait renoncé à la caution que ses partisans avaient payée, qu’il avait passé près de sept ans comme un véritable détenu des autorités britanniques dans le petit bâtiment de l’ambassade, et que les organes des Nations Unies avaient confirmé son droit de demander l’asile politique à plusieurs reprises.

On a condamné Assange à 50 semaines de prison. En vertu de la législation britannique, la peine maximale pour une violation de la liberté sous caution est de 52 semaines. Toutefois, les personnes reconnues coupables d’une telle infraction sont admissibles à la mise en liberté après la moitié de la période de détention.

Le refus de Baraitser de libérer Assange démontre le mépris vindicatif de l’establishment britannique pour les avertissements concernant sa santé physique et mentale.

Des personnes qui ont récemment rendu visite à Assange, dont John Pilger et Gabriel Barber-Shipton, le frère du fondateur de WikiLeaks, ont déclaré qu’il avait perdu beaucoup de poids. Barber-Shipton a dit publiquement, après sa visite à Assange le mois dernier, qu’il craignait de « ne jamais revoir » son frère.

Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture, Nils Melzer a condamné à plusieurs reprises les autorités britanniques pour l’avoir mis en détention dans une prison de haute sécurité. En le visitant en prison plus tôt cette année, il a découvert qu’Assange avait été victime d’une longue campagne de « torture psychologique ».

Dans une lettre adressée au gouvernement britannique en mai, Melzer a déclaré que les conditions de détention d’Assange lui avaient valu « une exposition continue à des souffrances psychologiques de plus en plus graves et l’exacerbation continue de son traumatisme préexistant ».

Au cours des cinq derniers mois, on a souvent détenu Assange dans des conditions de quasi-isolement cellulaire. On a fortement restreint son droit de recevoir des visiteurs et on lui a refusé l’accès à un ordinateur, à la bibliothèque de la prison et aux documents juridiques pertinents aux fins de sa défense contre l’extradition américaine.

La décision de vendredi démontre la détermination de l’establishment juridique et politique britannique à fouler aux pieds les droits démocratiques d’Assange et à faciliter son extradition. Une poursuite américaine contre Assange pour les activités licites d’édition de WikiLeaks constituerait une attaque généralisée contre les droits démocratiques fondamentaux, y compris la liberté d’expression et la liberté de la presse.

Ce jugement brutal souligne la nécessité urgente de transformer la compassion de masse pour Assange parmi les travailleurs, les étudiants et les jeunes du monde entier, en un mouvement politique conscient qui lutte pour sa liberté immédiate.

En Australie, une pression maximale doit être exercée sur le gouvernement fédéral libéral-national pour l’obliger à faire respecter les droits d’Assange en tant que citoyen et journaliste australien. La communauté internationale doit exiger que le gouvernement australien intervienne avec tout son poids diplomatique et sa discrétion juridique pour obtenir la libération immédiate d’Assange de la prison de Belmarsh. Le gouvernement doit aussi assurer son droit de retourner en Australie, s’il le souhaite, avec une garantie contre son extradition vers les États-Unis.

(Article paru en anglais le 14 septembre 2019)

»» https://www.wsws.org/fr/articles/2019/09/16/assa-s16.html++cs_INTERRO++fbclid=IwAR2...
URL de cet article 35228
   
La face cachée de Reporters sans frontières - de la CIA aux faucons du Pentagone.
Maxime VIVAS
Des années de travail et d’investigations (menées ici et sur le continent américain) portant sur 5 ans de fonctionnement de RSF (2002 à novembre 2007) et le livre est là . Le 6 avril 2006, parce que j’avais, au détour d’une phrase, évoqué ses sources de financements US, RSF m’avait menacé dans le journal Métro : " Reporters sans frontières se réserve le droit de poursuivre Maxime Vivas en justice". Au nom de la liberté d’expression ? m’étonné-je. Quoi qu’il en soit, j’offre aujourd’hui au libre débat (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Il est grand temps qu’il y ait des mesures coercitives (contre les chômeurs)."

"Il y a des moyens très simples : soit vous faîtes peur soit vous donnez envie d’aller bosser. La technique du bâton et de la carotte."

Extrait sonore du documentaire de Pierre Carles "Danger Travail", interview auprès d’entrepreneurs assistants à l’université d’été du Medef en 2003


Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.