RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Washington, allié de la déstabilisation (La Jornada)

Conformément à une recherche réalisée par The Associated Press, les États-Unis ont créé et opéré, au moins depuis octobre 2009, un projet supervisé par l’Agence des États-Unis pour le Développement International (USAID, pour ses sigles en anglais) qui a consisté à envoyer secrètement de jeunes Latino-américains à Cuba avec l’instruction d’inciter à une révolte et, finalement, de provoquer un changement de régime politique. Le plan a utilisé comme façade la création de programmes civiques et de prévention de santé, qui ont permis aux opérateurs de Washington de voyager autour de l’île à la recherche de personnes qui pourraient être recrutées et les convertir en activistes politiques contre le régime de Raúl Castro.

Hier, en parlant du sujet, le porte-parole du Département d’État, Jen Psaki, a dit qu’il y a « des programmes dans le monde orientés à développer une société civile plus vibrante et capable, en accord avec les programmes mondiaux de promotion de la démocratie » (sic !). Et évidemment ce programme était en ligne avec cela, dans une tentative bien peu heureuse pour minimiser son caractère illégal, et ignorante de la souveraineté nationale cubaine.

Le plan rapporté constitue, dans l’essentiel, une réitération des manies invétérées étasuniennes pour déstabiliser des gouvernements souverains dans l’hémisphère, qui, dans le cas de Cuba, ont amené Washington à perpétuer pour plus de six décennies un blocus indu contre l’île, et répudié par la communauté internationale. Par ailleurs, avec des programmes similaires Washington a organisé le coup d’État contre Jacobo Arbenz au Guatemala en 1954 ; a promu des activités déstabilisantes envers le régime de Fidel Castro à l’intérieur même de Cuba ; a sponsorisé le Coup d’Etat sanglant du 11 septembre 1973 au Chili ; a formé des escadrons de la mort en Amérique centrale dans les années 80 du siècle passé, et a envoyé, à la fin de cette décennie, des forces envahissantes à Grenade et au Panama.

Si quelque chose a changé parmi les exemples rapportés et le projet appliqué à Cuba depuis 2009, c’est le fait que la relation discursive de ces plans de déstabilisation ne se limite plus seulement à la sécurité nationale étasunienne, mais elle se nourrit maintenant de concepts tels que le développement démocratique, le raffermissement de la société civile et même la défense des droits de l’homme. Quelque chose de similaire est arrivé lors des protestations dérivées du récent conflit post électoral au Venezuela, lesquelles furent appuyées par le gouvernement étasunien. Il ne faut pas, en conséquence, ignorer la défense abominable réalisée par le Département d’État pour essayer de légitimer l’appui aux activités subversives à Cuba.

Par ailleurs, il ne faut pas négliger, que cette tentative déstabilisante arrive au moment quand les nations de la région se sont forgé des mécanismes d’interaction multinationale qui échappent au diktat que Washington maintient sur l’Organisation caduque des États Américains (OEA). Dans la mesure où cette perspective se consolide, l’impulsion aux programmes comme celui rapporté terminera par approfondir l’isolement de la superpuissance dans la région.

Dans l’immédiat, la situation décrite fait surgir un nouveau masque qui démontre que, loin d’être un garant de la légalité internationale, de la démocratie et des droits de l’homme, Washington s’est converti en un violeur coutumier et systématique de ces principes.

Traduction : R. Muller pour la ASC-Ge http://www.cuba-si.ch/

EN COMPLEMENT

Déclaration de la directrice générale chargée du Département des États-Unis au ministère des Relations extérieures, Josefina Vidal

Une fois de plus sont confirmées les dénonciations du Gouvernement cubain concernant les plans subversifs du Gouvernement des États-Unis contre Cuba.

Dans un article publié le 4 août, qui faisait suite à un reportage du mois d’avril dernier sur le projet secret ZunZuneo, l’agence de presse étasunienne Associated Press (AP) informe sur un autre plan financé par l’Agence pour le développement international des États-Unis (USAID), qui avait pour objectif d’influencer négativement la jeunesse cubaine. Ce projet, dont le Gouvernement des États-Unis a accepté honteusement la conception et l’exécution, prétendait convertir en acteurs politiques des jeunes cubains, préalablement identifiés par des émissaires latino-américains recrutés à cette fin, et les organiser pour agir contre le Gouvernement cubain.

Ces faits confirment que le Gouvernement des États-Unis n’a pas renoncé à ses plans hostiles et d’ingérence contre Cuba, qui prétendent créer des situations de déstabilisation afin de provoquer des changements dans notre système politique et auxquels ils consacrent des millions de dollars chaque année.

Le Gouvernement des États-Unis doit cesser définitivement toutes ses actions subversives, illégales et secrètes contre Cuba, qui portent atteinte à notre souveraineté et à la volonté exprimée par le peuple cubain de perfectionner notre modèle économique et social, et renforcer notre démocratie.

La Havane, 5 août 2014.

»» http://www.jornada.unam.mx/2014/08/05/opinion/002a1edi
URL de cet article 26522
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Missions en conflit
Piero GLEIJESES
Cet ouvrage présente un récit haletant de la politique cubaine en Afrique de 1959 à 1976 et de son conflit croissant avec les États-Unis. L’auteur conduit le lecteur des premiers pas de Cuba pour aider les rebelles algériens combattant la France en 1961, à la guerre secrète entre La Havane et Washington au Zaïre en 1964-65 — où 100 Cubains menés par le Che Guevara ont affronté 1 000 mercenaires contrôlés par la CIA — et, finalement, à l’envoi héroïque de 30 000 Cubains en Angola en 1975-76, qui a stoppé (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Le Maire Daley et d’autres officiels du gouvernement pendant les émeutes des années 60 ont prouvé leur préférence pour la propriété plutôt que l’humanité en ordonnant à la police de tirer pour tuer sur les pilleurs. Ils n’ont jamais dit de tirer pour tuer sur des assassins ou des trafiquants de drogue"

Dick Gregory (1932-2017)

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.