Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Wikileaks révèle les garants politiques des intérêts américains en Italie

Ahi serva Italia, di dolore ostello,

nave sanza nocchiere in gran tempesta,

non donna di province, ma bordello !


Dante, Purgatorio, VI, 76-78.

Ahi esclave l’Italie, de la douleur l’auberge,
Navire sans nocher dans la grande tempête,
pas une femme de province, mais un bordel !

Dante, Purgatoire, VI, 76-78.

L’Espresso e Repubblica maintient depuis quelque temps une archive en ligne de documents secrets ou confidentiels " piqués " par Wikileaks concernant l’Italie [1].

Il s’agit principalement de câblogrammes en provenance de l’ambassade américaine. Dans ces archives, il y a tout : de l’affaire Calipari [appartenant aux services secrets italiens, tué dans des conditions obscures par des soldats américains en Irak alors qu’ils libéraient un journaliste de gauche enlevé] aux tentatives italiennes pour sauver les États-Unis, des enquêtes du tribunal de La Haye à l’enlèvement d’Abu Omar. Un portrait sombre des protagonistes de l’histoire récente émerge, surtout en comparaison avec les images oléographiques proposées par la presse italienne.

Malheureusement, tous les documents ne sont pas traduits. Dans cet article, j’en présente trois. Ils me semblent utiles pour aborder le problème de la souveraineté nationale et du patriotisme d’un point de vue qu’il est bon de dire tout de suite que c’est celui d’un homme de gauche. Il ressort clairement des documents que j’ai choisis que certaines figures clés de la politique italienne récente ont joué le rôle de représentant des intérêts américains en Italie, tant au sein des gouvernements de centre-gauche que de centre-droite. Il est également très clair que l’intérêt national italien a souvent été sacrifié sur l’autel de l’amitié envers l’inconfortable allié.

Mars 2006 : Marco Minniti garantit Fausto Bertinotti

[Fausto Bertinotti était alors secrétaire du Parti de la Refondation Communiste]

Deux mois avant la confiance au deuxième gouvernement Prodi, qui a succédé au gouvernement Berlusconi, un câble rapporte une rencontre entre diplomates américains et Marco Minniti, qui a eu lieu le 13 mars 2006[2]. Au cours de la réunion, M. Minniti promet une continuité dans la politique étrangère avec le gouvernement de centre-droit sur des questions telles que l’engagement militaire en Irak et en Afghanistan. Il a soutenu le programme commun de développement des nouveaux avions de combat Joint Strike Fighter, qui comprenait un transfert de technologie entre les Etats-Unis et l’Italie ; il s’est assuré que les programmes militaires de l’UE n’étaient pas en concurrence avec les Etats-Unis. Enfin et surtout, elle garantit que l’Italie sera aux côtés des États-Unis contre l’Iran, malgré nos intérêts économiques dans la région.

En ce qui concerne la participation au gouvernement de Refondation communiste, on peut lire dans le cablo : « le chef du Parti de la Refondation Communiste (RC), Fausto Bertinotti, s’est engagé à rester dans le gouvernement et à ne pas répéter son erreur précédente de laisser tomber le gouvernement de Romano Prodi sur une question budgétaire. Par conséquent, Minniti croit que Bertinotti se concentrera sur les questions internes ».

Qu’est-ce qui pousse un politicien italien à se proposer comme exécuteur de la politique étrangère américaine ? Pour le comprendre, il faut s’immerger dans la psychologie du personnage. Voici le portrait des Minnites qui émerge du faisceau de câbles de l’ambassade. Minniti se fait trouver par l’ambassadeur avec un bureau envahi par les drapeaux et les soldats : "fils d’un pilote aéronautique italien, le bureau de Minniti était couvert de maquettes d’avions militaires et de reliques de l’OTAN, qui admettait avoir été acquis par certains de ses collègues les plus accommodants". Selon l’auteur du cablo, c’est la nostalgie qui pousse Minniti "pour les jours où il a personnellement coordonné l’engagement militaire italien dans les Balkans avec les USA et l’OTAN. Il était heureux que le gouvernement américain s’intéresse de nouveau à lui. Voici le portrait de Minniti : un personnage ambitieux, qui a connu des jours meilleurs et est forcé à un rôle mineur ; un personnage qui espère " occuper une position importante dans le futur gouvernement de centre-gauche ".

Enfin, Minniti réussit l’examen : "A vrai dire, l’inclinaison européenne de Prodi représente toujours un défi et l’influence potentielle de l’extrême gauche reste inconnue, mais le centre gauche contient des gens comme Minniti avec qui nous pouvons travailler".

2003 : Gianni Letta et le GPS européen

Comme nous l’avons vu, Minniti était prêt à sacrifier joyeusement les relations économiques que le pays entretenait avec l’Iran en 2006. En retour, il s’est proposé comme l’homme de dialogue avec les États-Unis. Ce type de fonction est très recherché tant par les gouvernements de gauche que par ceux de droite. Un câble de 2003 nous raconte comment les Etats-Unis ont demandé à Gianni Letta, le conseiller de confiance de Berlusconi, de s’engager à modifier le projet Galileo[3]. De quoi s’agit-il ? Nous devons savoir que le service GPS, le système de positionnement par satellite qui exploite les téléphones mobiles et les navigateurs, est un héritage de la guerre froide et est garanti par un réseau de satellites américains. C’est pourquoi, à partir de 2003, l’Union européenne, par l’intermédiaire de l’Agence spatiale européenne, a développé Galileo : son propre réseau de satellites technologiquement plus avancés, qui n’a officiellement commencé à fonctionner qu’en 2016. Les Américains sont clairement préoccupés par l’utilisation de Galileo dans l’aéronautique et le transport maritime, et donc dans le domaine militaire : un réseau satellite autonome est l’une des conditions nécessaires pour réduire la dépendance de l’UE à l’égard des États-Unis dans ce domaine. Selon le câble, Letta nomme d’autres partisans des intérêts américains au sein du gouvernement Berlusconi, en particulier le ministre de la Défense de l’époque, Martino. Les Etats-Unis s’inquiètent davantage du ministre de l’économie et du général Tricarico, qui était alors le conseiller de Berlusconi pour l’armée et la sécurité.

Mai 2006 : La famille Letta

Revenons en 2006 et au gouvernement Prodi. Minniti n’est pas le seul garant des intérêts américains en Italie. Le neveu de Gianni Letta, Enrico, exerce dans le centre gauche les mêmes fonctions que son oncle dans l’exécutif précédent, comme en témoigne un cablo daté du 24 mai 2006[4]. Selon le rapport, Letta se déclare "très pro-US". L’ambassadeur américain lui explique que rien ne porterait plus atteinte aux relations mutuelles qu’un mandat d’arrêt contre les agents de la CIA responsables de l’enlèvement d’Abou Omar. Rappelons-nous que l’imam milanais a été illégalement kidnappé par la CIA en 2003, traduit en Egypte, torturé et finalement relâché en 2007. En 2013, Obama a demandé aux Italiens de gracier les agents de la CIA impliqués. Il ne s’est pas passé quelques jours et Napolitano [President de la République] a immédiatement accordé la grâce au colonel Joseph Romano ; en 2015 Mattarella a gracié Robert Seldon Lady et Betnie Medero ; en 2017 c’était le tour de Sabrina De Sousa.

Mais ce n’est pas tout : dans le cablo, l’ambassadeur reproche amèrement à Romano Prodi son discours devant les Chambres sur l’Iran : bien qu’il soit conscient des intérêts économiques de l’Italie en Iran, définis comme "significatifs", il demande à Letta de soutenir les sanctions. Letta assure la convergence de la position italienne avec celle de l’UE et soutient les positions américaines sur Israël. Enfin, une réduction de l’effectif de la base militaire du Camp Darby à Pise était en cours à l’époque. Letta souligne que cela pose des problèmes à l’extrême gauche, demande que la restructuration soit assouplie et, en même temps, assure qu’il croit que la présence de bases militaires en Italie est une bonne chose.

Réflexions sur le patriotisme

Les cablogrammes publiés par l’Espresso ne racontent pas seulement une histoire de servitude. Ils parlent également des préoccupations des États-Unis au sujet des positions italiennes sur l’Iran, la Russie, la Libye, les relations entre ENI et Gazprom, l’hostilité de la Ligue des Bossi à la mission en Afghanistan. La politique étrangère des gouvernements italiens est évidemment le résultat de la dialectique entre les représentants d’intérêts différents, parfois opposés. C’est toujours comme ça, et on peut probablement dire la même chose du gouvernement actuel.

Existe-t-il un "intérêt national" ? La première réponse que je donnerais, pour paraphraser Hegel, est que ce qui émerge comme l’intérêt de tous, c’est généralement simplement l’intérêt dominant. Il serait donc très facile d’accepter une simplification, pour laquelle seules les intérêts de deux parties de la bourgeoisie existent : la grande bourgeoisie cosmopolite, sans patrie, éduquée au libéralisme dans certains collèges anglais, sacrifie volontiers les intérêts italiens à la culture de ses propres intérêts et aux relations internationales ; la petite bourgeoisie, qui parle en dialecte, les petites entreprises, les artisans, qui paient les frais de la concurrence mondiale et font passer pour un intérêt national la protection contre la ruine, l’échec, la prolétarisation. Pour cette raison, il est plus enclin à exiger que l’État s’engage dans des conflits commerciaux ou - dans d’autres périodes historiques - dans des guerres réelles. Par conséquent, certains pensent que la gauche ne devrait pas s’intéresser à ce genre de conflit.

Par conséquent, certains pensent que la gauche ne devrait pas s’intéresser à ce genre de conflit. Cependant, même dans ce cas, la question n’est pas si simple. Premièrement, les contradictions sont par élection l’endroit où l’action politique doit être menée, en particulier lorsque les forces sont rares et doivent être économisées. En outre, il faut noter que le prolétariat, défini comme ceux qui ne contrôlent pas les moyens de production et l’économie - et donc : les travailleurs publics et privés traditionnels, les travailleurs précaires, les travailleurs précaires, les nombreux travailleurs indépendants, les chômeurs, etc. n’est pas en mesure d’agir. - est toujours la majorité absolue du pays, le fameux 99%. C’est pour cette raison qu’il est possible de parler d’un intérêt national qui est aussi un intérêt populaire. Par conséquent, selon Hegel, la composition entre l’intérêt collectif, positif, et l’intérêt individuel, négatif, a lieu dans l’État : une force politique qui n’est pas capable de comprendre ce qu’est cet intérêt ne se présentera jamais avec un programme gouvernemental crédible et sera condamnée par la force des choses à être une minorité et spectatrice. Il faut garder cela à l’esprit dans le débat sur la manière de construire une force de gauche véritablement travailliste et populaire qui sait comment revenir dans le jeu. Une force qui construit son propre point de vue autonome, critiquant ce qu’il y a à critiquer et dialoguer quand il y a dialogue, sans ajouter ses propres forces à celles des libéraux en pleine défaite. Ce qui fait penser que ces positions, que j’appellerais patriotiques, faisaient partie de l’ADN de la gauche elle-même, et constituaient un pont entre la façon de penser d’un Partisan et celle des militants qui ont protesté contre les bases militaires jusqu’aux années 1980. C’est pour cette raison qu’il est possible de parler d’un intérêt national qui est aussi un intérêt populaire. Par conséquent, selon Hegel, la composition entre l’intérêt collectif, positif, et l’intérêt individuel, négatif, a lieu dans l’État : une force politique qui n’est pas capable de comprendre ce qu’est cet intérêt ne se présentera jamais avec un programme gouvernemental crédible et sera condamnée par la force des choses à être une minorité et spectatrice. Il faut garder cela à l’esprit dans le débat sur la manière de construire une force de gauche véritablement travailliste et populaire qui sait comment revenir dans le jeu. Une force qui construit son propre point de vue autonome, critiquant ce qu’il y a à critiquer et dialoguer quand il y a dialogue, sans ajouter ses propres forces à celles des libéraux en pleine défaite. Ce qui fait penser que ces positions, que j’appellerais patriotiques, faisaient partie de l’ADN de la gauche elle-même, et constituaient un pont entre la façon de penser d’un Partisan et celle des militants qui ont protesté contre les bases militaires jusqu’aux années 1980. Il nous fait penser comment la gauche radicale actuelle, mondialiste, alternative et un peu world music, a fini par considérer " droite" et même "fasciste " toute tentative de réfléchir sérieusement sur ces questions : comment s’insérer dans la dialectique politique actuelle en faisant prévaloir les intérêts populaires, en soutenant les forces centrifuges par rapport à l’OTAN et à ses courroies de transmission internationales, financières et militaires.

Francesco Galofaro

traduit par Lorenzo Battisti

[1] http://racconta.espresso.repubblica.it/espresso-wikileaks-database-ita...
[2] http://racconta.espresso.repubblica.it/espresso-wikileaks-database-ita...
[3] http://racconta.espresso.repubblica.it/espresso-wikileaks-database-ita...
[4] http://racconta.espresso.repubblica.it/espresso-wikileaks-database-ita...

»» http://www.marx21.it/index.php/fr/54-articles/29162-wikileaks-revele-l...
URL de cet article 33602
   
Même Thème
Roberto Saviano. Gomorra. Dans l’empire de la camorra. Gallimard, 2007.
Bernard GENSANE
Il n’est pas inutile, dans le contexte de la crise du capitalisme qui affecte les peuples aujourd’hui, de revenir sur le livre de Roberto Saviano. Napolitain lui-même, Saviano, dont on sait qu’il fait désormais l’objet d’un contrat de mort, a trouvé dans son ouvrage la bonne distance pour parler de la mafia napolitaine. Il l’observe quasiment de l’intérieur pour décrire ses méfaits (je ne reviendrai pas ici sur la violence inouïe des moeurs mafieuses, des impensables tortures corporelles, véritable (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Aussi longtemps qu’on ne le prend pas au sérieux, celui qui dit la vérité peut survivre dans une démocratie.

Nicolás Gómez Dávila
philosophe colombien


La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.