Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Brésil : Lettre de Lula au Forum de Sao Paulo (Cuba Debate)

Après avoir salué le président du Conseil d’Etat et du Conseil des Ministres Miguel Díaz-Canel, la secrétaire générale du Forum, Mónica Valente, et les délégations présentes, Lula écrit :

Je vous remercie pour le soutien et la solidarité que vous avez apporté à ma personne, à mon parti PT et aux autres camarades persécutés par la droite au Brésil. Celle-ci ne sait pas cohabiter avec la démocratie et, avec le soutien des médias et du pouvoir judiciaire, veut nous empêcher de revenir au Gouvernement et de rendre sa dignité, sa liberté et ses droits au peuple brésilien.

Quand Fidel et moi, en 1990, avions proposé que la gauche latino-américaine et caribéenne se réunisse pour évaluer les transformations profondes que le monde avait subi à ce moment-là avec l’ascension du néolibéralisme en économie et en politique, avec la fin des régimes du socialisme réel en Europe orientale et la fin de la bipolarité du système international, nous avions clairement conscience de l’importance de cette initiative.

Ce que nous ne prévoyions pas, c’était que le Forum de Sao Paulo, prendrait l’importance qu’il a prise et qu’il continuera à avoir car ça a été le plus important, le plus large er le plus durable des forums de débat de la gauche latino-américaine et caribéenne tout au long de ces 28 années.

Cet événement extraordinaire a contribué à la mise en place, au début du XXI° siècle, dans plusieurs de nos pays, de programmes de lutte contre la pauvreté, de la participation populaire et de l’intégration de nos pays.

Cependant, malgré l’arrivée de Gouvernements qui cherchent à protéger les droits de notre population, en particulier des parties les plus pauvres et les plus vulnérables en gouvernant pour tous et en générant des opportunités pour que tous bénéficient de nos politiques de développement national et régional, nos élites n’ont pas toléré la gauche ni l’accès du peuple exclu à ses droits les plus élémentaires comme les aliments, la santé, l’éducation et le logement.

Nos avons souvent sous-estimé cette intolérance et le fait que les élites étaient prêtes à nous affronter à tout prix et par tous les moyens, même les coups d’Etat comme au Honduras, au Paraguay et au Brésil.

J’ai toujours dit que s’ils veulent se confronter avec nous, qu’ils le fassent politiquement, qu’ils soient candidats et qu’ils nous vainquent démocratiquement. Parce que nous n’en avons pas peur et nous saurons les affronter et discuter avec le peuple de l’avenir qu’il veut : si c’est la développement souverain avec la justice ou la « collaboration » et la concentration des revenus.

Nous condamnons les sanctions appliquées au Venezuela et les menaces d’intervention armée du président des Etats-Unis que, malheureusement, la droite, sur notre continent, ne condamne pas. Au contraire, dans la pratique, elle cherche à exclure le Venezuela des forums auxquels il a le droit de participer comme l’OEA ou le MERCOSUR.

Sans parler de la poursuite du blocus criminel de Cuba et de la façon dont l’impérialisme traite Porto Rico et d’autres îles des Caraïbes.

Les difficultés que nous affrontons aujourd’hui plus que jamais demandent la présence, les positions et les actions du Forum de Sao Paulo. De la même façon, la discussion sur la situation, l’importance des propositions de la gauche pour affronter ses difficultés en élargissant le dialogue avec le peuple et sa participation dans la recherche de solutions nationales et internationales.

Un élément essentiel en ce moment, c’est l’unité de la gauche dans cet affrontement avec les élites réactionnaires, collabos et intolérantes d’Amérique Latine et avec l’ Impérialisme.

La défense de l’intégration latino-américaine, pas seulement en tant qu’héritage des idées progressistes de différentes époques, est plus nécessaire que jamais en tant que facteur de développement et pour affronter la crise économique. Nous devons résister aux attaques contre les droits sociaux et les droits du travail qui ont lieu dans plusieurs de nos pays.

Nos partis doivent défendre une politique étrangère avec des points communs qui privilégient notre souveraineté nationale et régionale, la réduction des conflits et une vision humaniste du problème des migrants et des réfugiés.

Quand nous avons entrepris cette tâche, personne n’a promis que ce serait facile mais nous avons déjà démontré que nous pouvons vaincre et mettre en place des changements de très grande importance.

Cependant, une valeur fondamentale que les intérêts économiques et les élites cherchent à réduire et à soumettre, c’est l’Etat démocratique et de Droit. Notre réponse doit être le renforcement et le perfectionnement de la démocratie pour que la justice, la liberté et légalité puissent prospérer pleinement.

Je vous souhaite une bonne rencontre et je veux réaffirmer mon mécontentement d’être ici, empêché d’apporter personnellement ce message à cause de la persécution politique à laquelle je suis soumis à cause d’une condamnation absurde et kafkaïenne pour un crime qui n’existe pas.

Ils veulent m’empêcher de participer aux élections de cette année mais jamais ils ne me feront taire ni ne m’empêcheront de lutter pour les droits du peuple brésilien, latino-américain et caribéen.

Une grande accolade de Lula.

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

Source en espagnol : ://www.cubadebate.cu/cuba/2018/07/15/carta-de-lula-al-foro-de-sao-paulo-j...

»» http://bolivarinfos.over-blog.com/2018/07/bresil-lettre-de-lula-au-for...
URL de cet article 33603
   
Point de non-retour
Andre VLTCHEK
LE LIVRE : Karel est correspondant de guerre. Il va là où nous ne sommes pas, pour être nos yeux et nos oreilles. Témoin privilégié des soubresauts de notre époque, à la fois engagé et désinvolte, amateur de femmes et assoiffé d’ivresses, le narrateur nous entraîne des salles de rédaction de New York aux poussières de Gaza, en passant par Lima, Le Caire, Bali et la Pampa. Toujours en équilibre précaire, jusqu’au basculement final. Il devra choisir entre l’ironie de celui qui a tout vu et l’engagement de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Ce que nous faisons au Vietnam, c’est utiliser des Noirs pour tuer des Jaunes afin que les Blancs puissent garder la terre qu’ils ont volé aux (peaux) Rouges".

Dick Gregory (1932-2017)


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.