RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz

L’avenir de l’Espagne passe par « Unidos Podemos »

Jean ORTIZ

« Les résultats ne sont pas satisfaisants, ils ne sont pas à la hauteur de ce que nous attendions (...) Ils ne sont pas bons ». Pablo Iglesias ne cache pas sa déception, entouré des principaux animateurs de « Unidos Podemos », tous visage grave. Aucune démagogie ; un constat lucide, honnête, et une confiance dans l’avenir.

Les meetings de l’UP ont drainé un public majoritairement jeune, des foules immenses, venues d’horizons multiples. L’avenir d’une Espagne plurinationale passe par cette « UP » si elle se prolonge, s’élargit, se construit politiquement sur la durée, si elle devient plus qu’un accord électoral. Les deux partis du bipartisme néolibéral s’en sortent eux plutôt bien. Le PSOE (22,83% et 85 députés) perd cinq sièges mais reste stable en nombre de voix. Le PP se renforce et progresse par rapport à la consultation du 20 décembre 2015 (33,28%). Il gagne 14 sièges. PP et PSOE ont « récolté » les fruits pourris de la « stratégie de la peur », d’une monopolisation des médias, de l’intox exponentielle permanente sur le Venezuela notamment, sur l’alliance avec « les communistes », du matraquage sur le « retour des rouges ». Pour les médias qui dépendent tous de grands groupes liés au PP ou au PSOE, la cause est entendue : l’accord avec Izquierda Unida et les communistes a plombé « Podemos » qui, sous sa seule bannière, obtint de (...) Lire la suite »
Interview du Secrétaire aux Relations Internationales du PCdoB

Brésil : "il s’agit bien d’un coup d’état, mais d’un coup d’état très différent des coups d’état militaires traditionnels"

José Reinaldo Carvalho
JRC : Pour me présenter, je suis journaliste. J'ai longtemps travaillé dans les organes de presse du Parti Communiste du Brésil, soit pour la revue théorique, soit pour le journal, soit pour le site internet. A présent je suis Secrétaire aux Relations Internationales du Parti, et rédacteur en chef d'un site qui s'appelle Resistencia (http://www.resistencia.cc). C'est un site dédié essentiellement à la géopolitique et aux relations internationales et porte-parole des positions internationales du PcdoB. VD : Ma première question sera très directe : alors, au Brésil, il s'agit bien d'un coup d'état ? JRC : Oui, il s'agit bien d'un coup d'état, mais d'un coup d'état très différent des coups d'état militaires traditionnels. Il n'y a pas eu d'intervention étrangère, ce n'est pas un coup d'état violent, mais c'est bien un coup d'état. La Constitution brésilienne prévoit le cas de la destitution du Président de la République. Mais il faut que le Président commette un « crime de responsabilité ». Pour être un (...) Lire la suite »

Philippines : Docteur Duterte ou Mister Rody ? Pas si simple

Phillippe RIVELLI

Dans quelques jours, Rodrigo Duterte, le nouveau président des Philippines prendra ses fonctions. Que savez-vous de lui ? « Une sorte de Le Pen tropical, adepte d’une justice à la tronçonneuse », répondent à la question tous mes copains, pourtant de gauche. Faut dire que l’image qu’en véhiculent les médias hexagonaux ne laisse guère place au doute. Raison de plus pour y regarder à deux fois.

Le lundi 9 mai 2016, les philippins élisaient un nouveau président pour les six années à venir (élections à un tour) et les députés à l’Assemblée nationale. Résultats : 1) Rodrigo Duterte (PNB-Laban) : 39,01% / 16,6 millions de voix 2) Mar Rojas (Parti Libéral soutenu par le président sortant) : 23,45% / 9,9 millions de voix 3) Grace Poe (candidate indépendante) : 21,39% / 9,1 millions de voix Qu’en dit la presse française ? Une recherche sur les sites Internet du Monde, du Figaro, du Nouvel Obs et de Libération, en entrant les mots clé « Duterte » et « Philippines » me donne les titres d’articles suivants : « Violent, misogyne et bientôt président ? » (Nouvel Obs du 26/04/2016, à la veille du scrutin présidentiel). « Sulfureux, meurtrier, populiste : portrait du nouveau président des Philippines » (Le Figaro du 10/05). « Le Trump philippin s’impose à Manille » (Le Monde du 10/05). « Dix sorties du président philippin qui font de Trump un enfant de chœur » (Nouvel Obs du 10/05). « Duterte Harry s’empare de la (...) Lire la suite »

Brexit, médias et magouilles à venir

Philippe ARNAUD

Depuis la victoire du Brexit, je constate, dans les médias, une volonté systématique de dévaloriser, de déconsidérer, de ridiculiser le vote des Britanniques en faveur de la sortie de leur pays de l’U.E. et d’essayer de tourner, par tous les stratagèmes, la volonté populaire et ce afin de garder le Royaume-Uni dans l’U.E.

1. L'évocation de la "gueule de bois" (L'Express, Le Huffington Post), comme si les Britanniques avaient voté sous l'emprise d'une soûlerie nationale, et qu'ils se rendaient compte, à l'instar de quelqu'un qui est dessoûlé, que, durant cette période d'ébriété, ils ont commis quelque chose d'irrémédiable, comme de pousser leur enfant par la fenêtre ou de violer une femme. Il y a quelque chose de profondément méprisant à assimiler les partisans du Brexit à des alcooliques, à des ivrognes, incapables de se contrôler et qui font n'importe quoi... 1.1. Une variante de cet état d'esprit est, comme je l'ai entendu au journal de France 2 de 13 h de ce jour (lundi), rapportant le propos d'un ministre de David Cameron favorable au Brexit, est de dire que les partisans du Brexit "n'ont pas de plan B". Ou même, carrément, qu'ils n'ont pas de plan tout court. Autrement dit, les partisans du Brexit sont des gens qui ne se gouvernent que par instinct, par antipathie, et qui sont incapables de mesurer les (...) Lire la suite »

Pourquoi les Britanniques ont dit non à l’Europe

John PILGER

La décision de quitter l’Europe votée par la majorité des Britanniques est un acte parfaitement démocratique. Des millions de gens ordinaires ont refusé de se laisser impressionner, intimider et mépriser par les analystes des principaux partis, le monde des affaires, l’oligarchie financière et les grands médias.

Ce fut en grande partie le vote de ceux qui étaient déçus et démoralisés par l’arrogance des défenseurs d’une politique de maintien dans l’UE associée à la déconstruction d’une politique sociale équitable en Grande Bretagne. Le service National de Santé, dernier bastion des réformes historiques de 1945, a été à ce point démantelé par les Conservateurs et les Travaillistes partisans des privatisations qu’il en est réduit à devoir se battre pour sa survie. L’alarme a été déclenchée quand George Osborne, secrétaire au trésor, incarnation de l’ancien régime britannique et de la mafia bancaire en Europe, a menacé d’amputer de 30 milliards de £ le budget des services publics si la population faisait le mauvais choix. Ce chantage était scandaleux. Le problème de l’immigration a été exploité au cours de la campagne avec un cynisme achevé non seulement par les populistes délirants d’extrême droite mais aussi par les travaillistes traînant avec eux une vieille tradition de racisme, symptôme de corruption du sommet plutôt que de (...) Lire la suite »

L’escamotage prévisible du Brexit - Un cadeau pour la droite fasciste

Moon of Alabama

Nous avons dit qu’il n’y aurait pas de BREXIT, et nous avons parlé de la campagne de propagande (voir d’autres exemples dans les commentaires de cet article) lancée pour inverser le vote du Brexit. Cette campagne, tourne autour de deux arguments principaux.

Le premier est que les jeunes électeurs se sentent floués de leur avenir, parce que des anciens, des vieux grincheux, ont voté pour le Brexit. Eh bien, ces jeunes électeurs de 18 à 24 ans, qui avaient les larmes aux yeux sur la BBC et Channel 4, ne représentent que 5% de l'électorat. Seul un tiers d'entre eux a voté, 70% de ce tiers de 5% a voté pour « Rester ». C’est une partie minuscule et sans grand intérêt de la population. Qui sont-ils pour mériter tant d’attention ? Le deuxième est le « succès » de la pétition #ReverseBrexit, pour un second vote, que quelqu'un a lancée sur le site Web du Parlement du Royaume-Uni. Elle a maintenant recueilli plus d'un million de « signatures ». Cela fait beaucoup dans un si court laps de temps. Oui, mais en fait, n’importe qui sur Internet peut « signer » cette pétition en se créant une adresse e-mail pour la circonstance. Moi qui suis un Allemand vivant en Allemagne, je l’ai « signée » pour tester la procédure. Cela m’a pris environ 30 secondes. Cette campagne de (...) Lire la suite »

Sortis les Britanniques ? Ça m’étonnerait !

Bernard GENSANE

Un ami et néanmoins collègue m’écrit : « Avant, les Anglais avaient un pied dedans et un pied dehors ; maintenant c’est le contraire. Ils n’ont pas fini de nous emmerder ! ».

Je suis bien d’accord, mais je crois que ce qui se joue va bien au-delà des vapeurs grandes-bretonnes. Quand nous étions jeunes (et que nous n’avions nullement besoin de visa pour traverser la Manche dans des ferry-boats poussifs), les référendums avaient quelque chose d’impérieux, de sacré. Le mot “ référendum ” contient la notion de gouvernement direct. Souvenons-nous des consultations historiques lancées par De Gaulle, sur l’indépendance de l’Algérie, sur l’élection du président de la République au suffrage universel, jusqu’à celle, fatale, qui le verra démissionner dans l’heure avant qu’il aille marcher sur les plages irlandaises et rendre visite à Franco cinq mois avant sa propre mort (l’hagiographie – qui a retenu les plages mais qui a peu retenu la complicité monarcho-militaire – a oublié que De Gaulle fut à la fois majestueux et satrape). Chirac, qui avait pris chez son illustre prédécesseur le peu qui l’arrangeait, avait proclamé, avant le référendum de 2005 pour lequel il s’était engagé corps et âme, (...) Lire la suite »

Comme des minables !

Yann FIEVET
Il est probable que la société française est entrée depuis quelques mois dans la dernière phase du hollandisme. Une période dramatique et douloureuse qui connaîtra son terme l’an prochain. Ce qui lui succèdera sera sans doute plus tragique encore. Seulement voilà : le hollandisme aura été perpétué par des hommes et des femmes se réclamant de la Gauche. Non content de n’avoir rien fait de ce qu’il avait promis, M. Hollande aura fait sans vergogne ce qu’il n’avait pas promis, à commencer par la réécriture du code du travail au détriment des salariés. Sur cet avatar-là la démocratie recula de plusieurs degrés : aucune négociation préalable digne de ce nom comme le stipule pourtant le premier article du code prétendument vieillot ; surdité totale face à l’hostilité manifeste et grandissante du corps social contre ladite réforme ; adoption forcée du texte portant la réforme devant l’Assemblée Nationale ainsi réduite au silence. Cependant, cela ne suffisait pas… Il fallut que le pouvoir en place, si peu assuré de sa (...) Lire la suite »
13 

Le Brexit et l’Europe fantasmée de la gauche.

Viktor DEDAJ

Ce matin, toutes les bourses sont en berne. Tous les assassins économiques sont déçus. Tous les va-t-en guerre sont en colère. Tous les escrocs et incompétents montent au créneau et s’arrachent les micros pour dénoncer un « saut vers l’inconnu »...

Ainsi donc, à la question « voulez-vous que la Grande-Bretagne sorte de l’UE ? », une majorité de Britanniques a répondu « oui ». Aussitôt, les commentaires prévus et prévisibles se sont répandus dans les médias. Première préoccupation exprimée : cela ne risque-t-il point d’encourager d’autres peuples à suivre cette voie ? Deuxième préoccupation exprimée : que vont devenir les Britanniques, abandonnés à leur sort au milieu du jungle de la mondialisation libérale ? Pourront-ils trouver le chemin sans une directive de la Commission européenne ? Comment feront-ils pour manger si Jean-Claude Juncker n’est pas là pour leur expliquer comment qu'il faut faire ? Sauront-ils encore exploiter leurs néo-colonies si Cohn-Bendit n’est plus joignable au téléphone ? Oseront-ils aller bombarder en catimini un pays du tiers-monde sans inviter leurs anciens potes de l’UE ? Bref : Doux Jésus, Marie, Joseph... qu'allons-nous devenir sans eux ? Oui, ça va être dur. Dur dans quelques années lorsque les Britanniques tenteront de (...) Lire la suite »
24 
Quatrième bras d’honneur adressé à Bruxelles en moins d’un an

L’Union européenne est morte

Pierre LEVY

Brexit ! L’événement est littéralement historique. Pour les élites mondialisées, il dépasse les pires cauchemars et était, en réalité, inconcevable. Pour ceux qui suivent attentivement l’actualité européenne, et sont conscients du rejet populaire croissant que l’UE inspire à juste titre, il était au contraire prévisible.

Tout d’abord, un constat saute aux yeux. Certes, une partie de la bourgeoisie anglaise a soutenu le choix de sortir le Royaume-Uni de l’Union européenne. Il n’en reste pas moins que le clivage est saisissant : d’un côté, les élites institutionnelles et politiques (et syndicales, à quelques louables exceptions près), la City, les banques, les patrons des grandes entreprises (1300 d’entre eux avaient lancé un ultime appel deux jours avant le scrutin) – et les milieux urbains huppés ; de l’autre, les quartiers populaires, les villes ouvrières et les banlieues délaissées, les régions entières désindustrialisées et à l’abandon. C’est ce fossé qui a avant tout déterminé le résultat. Il suffit du reste d’écouter les quolibets haineux qui fusent contre ces « milieux défavorisés » dotés d’« un niveau d’éducation inférieur », « irrationnels et mus par la haine ». Ce mépris de classe, rehaussé par la hargne de la défaite, en dit long sur la nature réelle de l’enjeu. De même qu’en dit long l’interminable liste des membres de la (...) Lire la suite »
12 
Ce que le Xinjiang m’a appris de la Chine et de la France

3/4- Voyage en Chine musulmane

Maxime VIVAS

Petit rappel : j’étais en Chine du 23 mai au 4 juin, principalement dans la région autonome du Xinjiang, 23 millions d’habitants, 3 fois la superficie de la France, religion musulmane (voir mes deux articles précédents) et j’ai prévenu que je n’étais pas parti si loin pour écrire à mon retour « Le Guide du routard ».

Pour nos médias qui s’alarment de la montée en puissance de la Chine et de l’affaiblissement de l’impérialisme états-unien, prédateur mondial numéro un, la Chine n’a QUE des défauts et elle s’ébroue dans un contexte de catastrophes répétitives : pluies, inondations, glissements de terrain, coulées de boue, coups de grisou, accidents de cars, de trains ou d’avions, pollution, émissions record de CO2, épidémies, intoxications alimentaires, utilisation de vaccins périmés, incendies dans une usine de produits chimiques, etc. N’oublions pas la corruption, la spéculation immobilière, les scandales sanitaires, la dissidence, la contrefaçon, le contrôle des ONG étrangères et du numérique (Baidu préféré à Google), les crises au Parti communiste, la fuite des capitaux, les épurations, le durcissement de la législation, le raidissement politique, les limogeages, le culte de la personnalité, la censure, la chute de la Bourse, le ralentissement de la croissance, la dette, le massacre des chiens, les vols (et le commerce) de (...) Lire la suite »
Voyage en Chine musulmane

4/4.Choses vues et enjeu international du Xinjiang

Maxime VIVAS

Le gouvernement chinois observe un de ses flancs, une région frontalière avec 8 pays, dont 2 pays musulmans. On sait que l’islamisme radical a été attisé par les USA et par l’OTAN à la suite de l’attentat contre deux tours à New-York le 11 septembre 2001. Depuis, les bombes ne cessent de pleuvoir sur le monde arabe, sauf bien sûr sur les pires dictatures esclavagistes et misogynes comme le Qatar et l’Arabie Saoudite, considérées comme des pays amis par les dirigeants de « La plus grande démocratie du monde » et du « Pays des Droits de l’homme ». On évalue à 7000 ou 8000, dont 2500 à 3000 combattants, le nombre d’Ouïghours qui ont rejoint la Syrie avec la complicité du gouvernement turc.

Là, les Ouïghours, dont des enfants, apprennent l’art de la guerre, ou plutôt : du terrorisme. La Chine est un patchwork : 56 « ethnies » (souvent appelées « nationalités ») dont 53 ont leur propre langue, 21 possèdent leur propre écriture. La tentation de ceux qui voudraient la voir rétrograder dans les malheurs de naguère est de la déchirer aux jointures. Comment freiner la Chine ? Les barrières de toutes sortes dans la compétition économique et les échanges commerciaux n’ont pas été efficaces. L’option militaire pourrait s’avérer mortelle pour qui s’y risquerait. Reste la guerre médiatique. Elle bat son plein. Elle vise à conditionner l’opinion mondiale pour qu’elle condamne toute réaction de la Chine en cas de remise en cause de son intégrité territoriale. Je suis parti au Xinjiang avec le même bagage médiatique que celui que j’avais emporté au Tibet en 2010 (1) : la langue et la culture sont anéanties, les minorités opprimées, la religion interdite ou réprimée. Ajoutons dans la besace des défauts : (...) Lire la suite »

Un témoin oculaire explique comment l’ambassadeur étasunien a fomenté la « révolution » en Syrie.

Moon of Alabama
C’est pour dialoguer que vous êtes allé à Hama ? Vos rencontres de Malki portaient sur la paix ? Vous me prenez pour un imbécile ? S. Rifai, également connu sous le nom@ THE_47th, est un « activiste » syrien de Homs. Il est impliqué dans les événements en Syrie depuis début 2011, date à laquelle l'ambassadeur américain Robert Ford (@ fordrs58) a fomenté la « révolution » en Syrie. Depuis, il a envoyé beaucoup de tweets sur la « révolution » et a montré qu’il était parfaitement au courant de ce qui se passait. Ci-dessous, S. Rifai met en lumière la propagande étasunienne et rétablit la vérité. L'ancien ambassadeur Ford ne serait pas étranger à la lettre « dissidente » [voir sur le Grand Soir] publiée dernièrement par des employés du Département d'Etat. La lettre suggère que les Etats-Unis déclarent officiellement la guerre à la Syrie et à son gouvernement. Le New Yorker a récemment offert à Ford l’occasion de se s’expliquer. Dans l'interview, Ford a déclaré au New Yorker : Nous avons tous appris en Irak que le (...) Lire la suite »

Un champion de l’évasion fiscale pour évaluer les acteurs de la coopération non gouvernementale

Jérôme DUVAL

En Belgique, sur base d’une évaluation réalisée par la multinationale Deloitte, Alexander De Croo, ministre de la Coopération au développement, a supprimé l’accès aux subventions publiques de vingt acteurs non gouvernementaux. L’entreprise a pourtant été maintes fois inculpée dans le passé.

Le 7 juin, le gouvernement a été interpellé par deux députés fédéraux sur le recrutement de la multinationale Deloitte, pour évaluer les acteurs de la coopération non gouvernementale. Sur base de cette évaluation, portant le nom de « screening » et qui applique des critères venus du management privé, le ministre de la Coopération au développement, Alexander De Croo, a supprimé l’accès aux subventions publiques de vingt acteurs non gouvernementaux (ce qui représente 20 % de la totalité des organisations évaluées). Connue pour les conseils qu’elle prodigue aux entreprises pour contourner l’impôt notamment en Afrique, Deloitte est mal placée pour évaluer la « bonne gestion » d’ONG qui travaillent dans la coopération au développement. C’est ce qu’a rappelé le député fédéral Benoît Hellings dans sa question parlementaire soulignant que Deloitte « s’organise au niveau mondial pour conseiller les grandes structures et les grandes entreprises dans leur évasion fiscale ». Dans sa réponse, Alexander De Croo affirme que Deloitte (...) Lire la suite »

Un nouveau séparatisme : la sécession en vue du rattachement (Rabkor.ru)

Alexandre RYBINE
En février-mai 1914, Vladimir Lénine écrit l’article « Du droit des nations à l’autodétermination ». On est à la veille de la première guerre mondiale, qui va détruire plusieurs empires et deviendra le catalyseur conduisant à la création d’une vingtaine de nouveaux états-nations. Dans les Balkans, les passions séparatistes sont en pleine ébullition, et toute l’Europe en débat. Ayant arraché aux Turcs une partie de leurs terres, le royaume de Serbie montre maintenant les dents à l’empire austro-hongrois, pour lui prendre la Bosnie, peuplée par un grand nombre de Serbes de souche. Les mouvements clandestins des serbes grandissent en Bosnie, faisant pression sur les agents de l’empire. Suivant leur exemple, d’autres slaves vivant dans l’empire veulent l’indépendance, ils en ont assez de vivre sous la botte de la dynastie allemande des Habsbourg. Le séparatisme slave, les mouvements de libération des peuples peuvent à tout moment faire chavirer une Autriche-Hongrie en décrépitude. Lénine le voit bien et y réagit (...) Lire la suite »
Parlons (Inter) Net
Je suis un Europhile - et parfois je comprends.

Eurosceptiques, pourquoi tant de haine ? Voilà que la presse de révérence nous apprend que depuis le #Brexit, la xénophobie est en hausse et que c’est la faute aux Britanniques. (Bande de connards).
Enfin, c’est surtout la faute aux Britanniques âgés. (Bande de vieux cons).
Et tous ceux qui se prononcent contre l’UE et tout ce qu’elle représente d’amitié et de fraternité entre les peuples. (Bande d’ordures).

Devant la détresse d’un jeune trader londonien interviewé au hasard, j’ai des larmes qui me montent aux yeux mais eux, ils rigolent. (Bande de Salauds).

Mais on les aura. On les fera voter ou pas, ou revoter encore et encore. Ou on les enverra balader, selon le cas. Jusqu’à ce qu’ils comprennent le sens du mot Démocratie. Non, nous ne laisserons pas s’installer une dictature, fût-elle celle de la majorité (oui, oui, je me comprends).

Car je suis un "Europhile", démocrate, tolérant, moderne et ouvert d’esprit. Lorsque "l’Europe" refuse ou méprise le résultat d’un vote "contre", ou ignore le résultat négatif d’un référendum, je fais "ouf" et j’affiche un grand sourire car, dans ces cas, j’ai l’impression d’avoir gagné. Parce que je n’ai toujours pas compris que lorsque "l’Europe" crache à la figure d’un peuple, elle crache à la figure de nous tous, y compris la mienne, sourire inclus.

Lorsque j’aurai compris ça, j’aurai enfin compris "L’Europe".

p/o Théophraste R.
(observateur de la nature humaine)







 
VIDEOS

 
voir la liste des vidéos proposées sur :
Le Grand Soir Tube
Voir aussi
Soyez co-acteurs et co-actrices du N° 5 de la revue Gibraltar, consacrée à la Méditerranée
Le prochain numéro de la revue Gibraltar, Un Pont entre deux Mondes paraîtra cet automne. Publication papier, paraissant une fois par an, 180 pages, 100 % indépendante et sans publicité, Gibraltar publie des récits sur les mondes méditerranéens à (...)
Santiago Mendieta
Normalisation des relations Cuba-USA : étapes clés (La Pupila Insomne)
Normalisation des relations Cuba-USA : étapes clés - Les lecteurs pourront voir, dans cette liste, les efforts cubains déployés dans le contexte persistant du Blocus. (La Pupila Insomne) Le 20 juillet prochain est le premier anniversaire de (...)
Edmundo García
France, fille aînée de l’Église…
Quand je te croise et t’accroche dans la rue pour te proposer la « votation des 7 organisations syndicales et de jeunesse » sur le retrait/ou non/ du projet de loi travail (CGT – FO – FSU – Solidaires – UNEF – UNL – FIDL), ta réaction m’interpelle (...)
Jean-Marc GARDES
Du BREXIT au « FREXIT » PROGRESSISTE, un mode d’emploi possible.
INITIATIVE COMMUNISTE s’entretient avec Georges Gastaud, secrétaire national du PRCF. 26 juin 2016 ; Du BREXIT au « FREXIT » PROGRESSISTE, un mode d’emploi possible. Initiative Communiste : Comment analyses-tu le « Brexit » et comment les (...)
Georges GASTAUD
Les avions de la British airways ont-ils commencé à s’écraser ? (1)
Indécents les journalistes de la radio publique France-Inter ce vendredi 24/06/16 qui n’arrivaient pas à cacher leur dépit devant le vote des Anglais. (A l’exception de Anthony Bellenger. Cf. extrait de son analyse reproduit ci-après). Au point de me (...)
Jean-Marc GARDES
1906 : Clemenceau et l’interdiction des manifestations
Manuel Valls le reconnaît volontiers, son modèle politique est Georges Clemenceau. De fait, les événements actuels montrent que le premier ministre de l’état d’urgence permanent s’inspire volontiers des pratiques de celui qui se surnomma « premier flic (...)
Robert BIANCO
Brexit : « Quittons cette Europe dont les tares ont atteint des dimensions effrayantes »
Quel plaisir de voir les chiens de garde du capital (médias, Banque centrale européenne, FMI, Banque mondiale, Commission européenne etc. etc.) aboyer et se lamenter à longueur de jour et de nuit depuis ce fameux vendredi 24 juin 2016. Le peuple (...)
Mohamed BELAALI
L’Union européenne est une secte politique
L’Union européenne se comporte comme l’Église de Scientologie. Si un membre veut quitter l’organisation pour retrouver sa liberté, on le harcèle, on l’intimide, on le dénigre, on cherche à nuire à sa réputation, bref, on s’efforce de lui pourrir la vie ; (...)
Laurent DAURÉ
Le vote « remain » (rester) était destiné à perdre le référendum.
Le Brexit vécu par un Français de Londres
Quatre peuples de l’Union européenne ont maintenant voté contre le projet néolibéral imposé par Bruxelles. Ce fut tout d’abord les Français qui, le 29 mai 2005, votèrent à 54,68% contre le traité de Rome 2. Trois jours plus tard, les Hollandais firent de (...)
Philippe NADOUCE
Conflit syrien : le « plan B » américain se dévoile
Le ton monte entre Russes et Américains qui s’accusent mutuellement de non respect des clauses du cessez-le-feu instauré par eux en Syrie mais régulièrement violé sur le terrain. Pour Washington, ce sont les forces gouvernementales syriennes qui avec (...)
Kharroubi HABIB
Euro 2016 : Appel à la mobilisation générale
"Voici venuuuuu le teeeeeemps des rires et des chaaaaants .... ". Finies les histoires de migrants qui coulent en méditerranée (comme on dit, dans la vie, faut savoir mener sa barque), de pauvres qui s’accrochent à leur boulot (ce qui, vu leur (...)
Jérôme HENRIQUES
Loi travail : le capitalisme veut faire payer sa crise aux travailleurs
Une fois de plus des gouvernements serviles aux institutions financières répondent aux logiques capitalistes au profit des grandes entreprises et de leurs actionnaires. La logique n’est pas nouvelle, mais répond à un système dont la violence ne fait (...)
Jérôme DUVAL
Pour une Internationalisation des luttes contre le Projet UE : Uniformisation de l’Échec
Je viens ici faire la promotion d’une nouvelle dynamique à insuffler aux luttes innombrables qu’engagent les peuples du monde entier contre un certain projet d’uniformisation de l’échec porté par les agences internationales au service d’un ordre (...)
Erno RENONCOURT
Le dalaï-lama et l’immigration en Europe
Une fois de plus, le dalaï-lama s’autorise à prendre position sur un problème d’actualité. Dans une interview donnée le 31 mai 2016 à Till Fähnders, le correspondant politique pour l’Asie du Sud-Est du journal allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung, le (...)
André LACROIX
BREXIT – Pas question !
Peu importe le résultat du vote, le Pouvoir ne laissera pas l’Angleterre sortir de l’Union Européenne. C’est tout ! Traduction : Dominique Muselet
Moon of Alabama
Derniers commentaires
L’avenir de l’Espagne passe par « Unidos Podemos »
Je suis un Europhile - et parfois je comprends.
L’Union européenne est une secte politique
L’avenir de l’Espagne passe par « Unidos Podemos »
Philippines : Docteur Duterte ou Mister Rody ? Pas si simple
L’avenir de l’Espagne passe par « Unidos Podemos »
Pourquoi les Britanniques ont dit non à l’Europe
L’escamotage prévisible du Brexit - Un cadeau pour la droite fasciste
L’avenir de l’Espagne passe par « Unidos Podemos »
L’avenir de l’Espagne passe par « Unidos Podemos »
L’escamotage prévisible du Brexit - Un cadeau pour la droite fasciste
L’avenir de l’Espagne passe par « Unidos Podemos »
Le Brexit vécu par un Français de Londres
L’avenir de l’Espagne passe par « Unidos Podemos »
Le Brexit vécu par un Français de Londres
Du BREXIT au « FREXIT » PROGRESSISTE, un mode d’emploi possible.
Brésil : "il s'agit bien d'un coup d'état, mais d'un coup d'état très différent des coups d'état militaires traditionnels"
Couvrez ce sang que je ne saurais voir
Brexit, médias et magouilles à venir
Philippines : Docteur Duterte ou Mister Rody ? Pas si simple
RSS RSS Commentaires

Pour les accros des réseaux sociaux


le 28 juin 2016
vous étiez 12419 à contempler le Grand Soir.
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.