RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz

L’homme le plus recherché au monde (Wired)

Le message arrive sur ma "machine propre", un MacBook Air chargé uniquement avec un logiciel de chiffrement sophistiqué. « Changement dans les plans », dit mon contact. « Soyez dans le hall de l'Hôtel …... à 13 heures. Apportez un livre et attendez que ES vous retrouve. » ES, c'est Edward Snowden, l'homme le plus recherché au monde. Depuis près de neuf mois, je tente de réaliser une interview de lui - voyageant à Berlin, deux fois à Rio de Janeiro, et plusieurs fois à New York pour parler avec la poignée de ses confidents qui peuvent organiser une réunion. Entre autres choses, je tiens à répondre à une question qui me brûle les lèvres : qu'est-ce qui a poussé Snowden à diffuser des centaines de milliers de documents top-secrets, des révélations qui ont mis à nu la grande portée des programmes de surveillance nationaux du gouvernement ? En mai, j'ai reçu un courriel de son avocat, et avocat de l'ACLU [organisation de défense des droits civiques aux Etats-Unis - NdT] Ben Wizner, confirmant que Snowden me (...) Lire la suite »
56 

Un journaliste Allemand dévoile le contrôle de la presse par la CIA

Olivier Berruyer - Les-crises.fr
Udo Ulfkotte, un ancien rédacteur en chef du Frankfurter Allgemeine Zeitung (qui est l’un des plus grands journaux Allemand), a décidé de rendre publique sa participation dans la corruption des « nouvelles » des médias occidentaux, estimant que celles-ci entraînent l’Europe vers une guerre nucléaire contre la Russie, provoquée par l’aristocratie américaine via la CIA. Il a été un des conseillers du gouvernement Helmut Kohl. Entre 1986 et 1998, Ulfkotte a vécu en : Iraq, Iran, Afghanistan, Arabie saoudite, Oman, Émirats arabes unis, Égypte et en Jordanie. Il est membre du German Marshall Fund et a fait partie de la Fondation Konrad Adenauer de 1999 to 2003. Il a gagné le prix civique de la Fondation Annette Barthelt en 2003. Il a été cofondateur d’un mouvement de paix contre l’extrémisme islamique naissant en Allemagne. Et maintenant, il sort un livre qui prétend que les États-Unis sont en réalité la plus grande de toutes les menaces à la paix. Le livre est disponible uniquement en allemand, Gekaufte (...) Lire la suite »

Le terrorisme, produit authentique de l’impérialisme

Mohamed BELAALI
Taliban, Al Qaeda, Aqmi, Boko Haram, Rebelles libyens, Rebelles syriens, Daech, Al Nosra, Khorassane, ne sont que des noms, parmi tant d'autres, pour désigner des organisations et des mouvements créés, financés, entraînés et armés directement et indirectement par l'impérialisme américain et son caniche européen dans le seul et unique but de servir leurs intérêts économiques et stratégiques. En condamnant toutes les voies et toutes les issues progressistes, l'impérialisme a ouvert la boîte de Pandore libérant des monstres qui essaiment un peu partout et qui lui servent de prétexte pour d'éventuelles interventions dans les pays qui lui sont réfractaires. L'impérialisme est le père de tous les terrorismes. La violence des groupes « terroristes » aussi barbare soit-elle, est peu de chose par rapport à la terreur que l'impérialisme exerce sur les peuples qui refusent de se soumettre à sa domination. Un pays comme l'Irak est aujourd'hui dans un état de décomposition avancé. L’intégrité du pays et son unité ne (...) Lire la suite »

Une oasis coopérative dans un monde néolibéral : le village utopique de Marinaleda en Espagne

Anaël KIEBER

Des maisons autoconstruites à 15 euros par mois, un salaire unique pour tous les membres de la coopérative, des assemblées générales pour décider de la politique communale : Marinaleda, petit village andalou de 2 770 habitants, tente depuis 35 ans de maintenir un système politique, social et économique qui place l’intérêt de ses citoyens au cœur des décisions. La nouvelle génération saura-t-elle poursuivre l’utopie mise en œuvre par les anciens ?

Dans les années 1970, Marinaleda, dans la province de Séville, en Espagne, était un village en ruine, dont la population majoritairement au chômage devait vivre dans des conditions particulièrement difficiles. À la fin de la dictature de Franco en 1975, ses habitants commencent à se réunir pour débattre des conditions de vie dans le village et des injustices sociales auxquelles ils sont confrontés, comme l’ensemble des journaliers d’Andalousie. Afin de donner plus d’ampleur et de reconnaissance à leur regroupement social, ils créent alors le Syndicat des ouvriers agricoles (SOC). Leur première revendication cible un problème récurrent dans la région : la structure de la propriété privée agricole caractérisée par les latifundiums, de grandes exploitations. En dépit de l’important apport économique qu’elles génèrent pour la Junta de Andalucía (le gouvernement andalou), leur mode de culture des terres, très mécanisé, ne permet pas de créer d’emplois dans le secteur agricole. Pour les Marinalediens, la terre doit (...) Lire la suite »

Les médias français ont fabriqué de toutes pièces un enfer parallèle pour détourner l’attention de Gaza (Middle East Eye)

Nabila RAMDANI

L’information en France a été manipulée ou tout simplement fabriquée pour essayer de faire croire que l’agression contre Gaza était une guerre juste, exactement comme toutes les offensives israéliennes précédentes.

Pendant que Gaza était réduite en cendres par les bombes et que des milliers de citoyens étaient assassinés et mutilés, un enfer parallèle était soigneusement façonné en France. Des politiciens influents, des leaders communautaires et des portes-parole d’organismes publics ont tous participé à un montage visant à blanchir la dernière agression israélienne contre les Palestiniens, en parlant de synagogues incendiées, d'individus sauvagement attaqués et de Juifs réduits à l’exode par la persécution et la haine. Ce qui a rendu ce contre-feu théâtral particulièrement efficace c'est qu’il a été relayé par les medias dominants sans le moindre questionnement. Bien qu’aucune preuve ne soit venue soutenir ces allégations, le seul fait que ce soit des gens importants et haut placés qui faisaient état de ces soi-disant atrocités leur donnait le sceau de la vérité. Des mots comme “Holocauste” et “Pogrom” notamment, revenaient sans cesse dans leur bouche pour détourner l’attention du massacre des civils palestiniens dans la (...) Lire la suite »
La notion de socialisme a été vidée de tout sens par le parti qui porte son nom

Requiem pour le communisme.

Mauris DWAABALA

Ces quelques lignes sont dédiées d'une part à ceux qui n'ont que la Stasi, le Goulag ou Pol Pot, c'est-à-dire Le Livre noir du communisme à brandir, d'autre part à ceux qui votent « socialiste » ou « écologiste » sans plus se poser de question, ou « Front national » pour emmerder le monde, ou s'abstiennent ayant le dégoût et le désintérêt pour parti, enfin à ceux, les rares, qui au nom de « l'humain » tournent le dos à l'histoire et à la théorie auxquelles ils doivent jusqu'au titre qu'ils revendiquent... j'allais oublier UMP et centrisme, mais la plupart peuvent se reconnaître chez les premiers, ou les seconds.

Le communisme, au sens marxiste du terme, pour ce que je croyais avoir compris, n’est pas un parti, ni une intention, ni une morale, et par conséquent n’est pas une utopie non plus. Et ceci, même s’il a pu ou peut, comme il ne se prive pas de le faire chez ses rares défenseurs ou partisans et ses quasi universels ignorants ou détracteurs d’aujourd’hui, - ou pourra revêtir l’un ou l’autre de ces oripeaux. Il est stupéfiant que personne, au moins parmi celles qui s’expriment quelquefois avec les meilleures et touchantes intentions ne semble, ne serait-ce que seulement entrevoir comment il conviendrait sans doute de poser le concept. Alors que, pour la théorie, il est simplement la forme sociale encore parfaitement indéterminée qui émergera de la période socialiste pendant laquelle le mode de production dominant sera celui de la propriété sociale et non plus privée des moyens de production et d’échange. Cette position demande évidemment un gros effort intellectuel, sauf le respect dû au lecteur, – et (...) Lire la suite »
10 

Palestine : un peuple vivant, un Etat virtuel (IV)

Pierre VERHAS

Deux gouttes d’eau dans la mer

C’est souvent dans l’oppression que quelques-uns éprouvent le besoin de changer les rapports sociaux, de construire quelque-chose de nouveau.

Voici deux initiatives parmi bien d’autres qui, si elles sont infimes au regard des enjeux du conflit, amènent l’espoir. L’occupant l’a d’ailleurs bien compris, car il fait tout pour les entraver.

Croire en l’homme. La première est un centre de revalidation pour handicapés à Bethléem, la Bethlehem Arab Society for Rehabilitation (BASR) dont le directeur général est le Docteur Edmund Shehadeh qui est un Palestinien chrétien. La Palestine, comme tout pays touché par la guerre, compte beaucoup d’handicapés aussi bien moteur que psychiques. Le centre est ouvert à toute personne quelle que soit sa religion et est constitué en une association sans but lucratif. Tout le monde y est soigné. Chacun paye selon ses moyens et ceux qui en sont incapables sont soignés comme les autres. Le BASR se finance par les dons et les aides qu’il perçoit de pays étrangers, d’associations, de la solidarité, ainsi que la vente d’artisanats palestiniens. Et cela fonctionne ! En dépit des évidents sabotages des autorités israéliennes – ainsi des équipements ultramodernes fournis par la Belgique, restent bloqués depuis deux ans au port d’Haïfa pour d’obscures raisons de dédouanement – le centre maintient un bâtiment avec un (...) Lire la suite »
Le New-York Times : « l’impressionnante contribution de Cuba contre le virus Ebola »

Cuba : de l’étoile solitaire à l’étoile solidaire

Maïté PINERO

« Cuba est une île pauvre, relativement isolée (...) à plus de 7 000 kilomètres des pays africains où Ebola se répand. Cependant, en envoyant des centaines de médecins et d’infirmiers en première ligne, Cuba occupe le premier rôle des états qui luttent contre la propagation du virus ».

Cet hommage date du 19 octobre. Il est paru une semaine avant le vote de l'ONU qui, pour la vingt troisième fois a condamné (par 188 voix) l'embargo contre Cuba isolant les États Unis et Israël qui lui bloque Gaza. Titré « l'impressionnante contribution de Cuba contre le virus Ebola » cet éditorial est le second de la campagne que mène le New York Times. Depuis le 11 octobre, son édition dominicale argumente pour la levée du blocus dont il fait un test de légitimité internationale : « le président Obama doit ressentir de l'angoisse devant le lamentable état des relations bilatérales ( ..) Il devrait réfléchir sérieusement sur Cuba où un changement de politique pourrait représenter un grand succès pour son gouvernement ». Les signes multiples indiquent que l'administration Obama étudie comment infléchir sa politique. Les raisons sont commentées dans les thinks tanks de Floride, les enquêtes d'opinion, les déclarations de la plus puissante organisation patronale du monde : Cuba créée une économie mixte qui (...) Lire la suite »
Quand meurent des américains, des anglais et un français, les consciences endormies ouvrent l’œil sur la lame des couteaux.

Exclusif : Pendant la guerre civile, le GIA algérien n’a exécuté personne.

Jacques-Marie BOURGET

La vérité a pris du temps pour remonter depuis le fond d’un puits si creux mais, nous en sommes certains, pendant les « années noires » qui se sont succédées à partir de 1991, les djihadistes et autres guérilleros des GIA n’ont exécuté aucun algérien. C’est en observant les réactions mondiales, celles qu’entrainent les décapitations perpétrées par les « barbares » du califat irako-syrien, que l’on peut être aussi ferme sur la nouvelle façon dont nous devons écrire cette page tragique de l’histoire algérienne.

C’est par une logique imparable que j’établis ma conclusion, quasiment scientifique. Puisque ni la France ni la « communauté internationale » n’ont jamais protesté contre les meurtres et décapitations à la chaine perpétrés par les islamistes algériens, c’est que ces crimes n’ont jamais existé. Revenons donc à une barbarie un peu plus ancienne que celle mise en ligne depuis le désert syrien par les troupes d’Al-Baghdadi. En Algérie, sauf s'ils ont tous rêvé et que les tombes sont vides, les citoyens, militants politiques, les militaires gendarmes et policiers, ont bien chaque matin, relevé dans les rues et au bord des routes, de multiples cadavres ? Quels étaient-ils donc ? Et qui avait tué ces enfants, ces femmes et ces hommes ? La réponse est « personne » puisque, je le répète, à la surface du monde, nul ne s’est indigné de ces tueries revendiquées au nom d’Allah. Lecteurs avisés, vous connaissez tous la réponse, ces morts avaient l’inexcusable défaut d’être des arabes et des kabyles. Ce qui se passait alors (...) Lire la suite »
46 

Luttes paysannes en Colombie : Entretien avec Luzmila Ruano, dirigeante de la Coordination Nationale Agraire (CNA)

EntreTodos France
Deuxième entretien de la série 'Cycle d'entretiens sur la Colombie' avec Luzmila Ruano, dirigeante du Coordinador Nacional Agrario (CNA) et présidente de la Fondation sud-ouest et massif colombien (FUNDESUMA). Cette femme paysanne courageuse a été menacée en Juin 2013 pour sa lutte contre les projets miniers. Luzmila fait partie de la direction nationale du Congrès des Peuples [1] et est invitée d'honneur de la première Assemblée européenne du Congrès des Peuples qui a eu lieu du 14 au 16 Novembre 2014 à Genève (Suisse). Après une conférence sur l’accaparement de terres en Colombie en Octobre 2014 à Paris, dans le cadre d'une tournée européenne, Luzmila Ruano a accepté de répondre aux questions de notre association Entretodos France, sur les défis et les problèmes rencontrés par la Colombie sur la souveraineté alimentaire, les OGM, et l'exploitation minière, entre autres. Entretodos France (ET) : Bienvenue à Paris et merci de nous accorder cet entretien. Luzmila, quels sont les objectifs de cette tournée (...) Lire la suite »

Le siège de Julian Assange est une mascarade – enquête spéciale

John PILGER
Le siège de Knightsbridge est une mascarade. Depuis deux ans, une présence policière exagérée et coûteuse autour de l’ambassade d’Equateur à Londres, n’a servi à rien sinon à exhiber le pouvoir de l’État. Leur proie, un Australien accusé d’aucune infraction, réfugié victime d’une injustice flagrante, et qui n’a comme protection que la chambre que lui a proposé un courageux pays d’Amérique Latine. Son véritable crime est d’avoir initié une vague de lancers d’alertes à une époque de mensonges, de cynisme et de guerres. La persécution de Julian Assange doit cesser. Même le gouvernement britannique le pense clairement. Le 28 octobre, le député, ministre des affaires étrangères, Hugo Swire, expliqua au parlement qu’il « accueillerait volontiers » le procureur suédois à Londres et « qu’il ferait tout pour le faciliter ». Le ton reflétait de l’impatience. Le procureur suédois, Marianna Ny, a refusé de venir à Londres pour interroger Assange sur ces accusations de harcèlement sexuel à Stockholm en 2010 – même si la loi (...) Lire la suite »

Chine : la Route de la Soie vers la gloire (Asia Times)

Pepe ESCOBAR
S'il y avait encore des doutes sur l'insondable bêtise des médias commerciaux occidentaux, sachez que le point culminant du sommet de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) à Beijing a été présenté comme celui où le président russe Vladimir Poutine a prétendument « dragué » l'épouse du président chinois Xi Jinping - et la censure chinoise qui a suivi du geste de Poutine qui a posé un châle sur ses épaules dans l'air froid où les dirigeants étaient rassemblés. Et puis quoi encore ? Poutine et Xi présentés comme un couple gay ? Oublions ces clowns et passons aux choses sérieuses. Dès le début, le président Xi a exhorté l'APEC à « ajouter du bois sur le feu de l'économie de l'Asie-Pacifique et mondiale ». Deux jours plus tard, la Chine a obtenu tout ce qu'elle voulait. 1) Beijing a vu l'ensemble des 21 états membres de l'APEC approuver la Zone de libre-échange de l'Asie-Pacifique (FTAAP) - la version chinoise d'un accord commercial « tout inclus et que des avantages » capable de faire progresser la (...) Lire la suite »
Perdre son emploi c’est perdre son identité sociale, la sécurité matérielle, des liens sociaux, son métier, sa force. C’est devenir coupable...

Claude Halmos. Est-ce ainsi que les hommes vivent ?

Bernard GENSANE

Le seul petit problème que me pose le dernier livre de Claude Halmos est sa définition du mot « crise ». La psychanalyste définit le concept de « crise économique » par « une période de difficultés économiques accrues. » Si les mots ont un sens, « crise » (d’un mot grec signifiant décision, phase aigüe d’une maladie) renvoie à un phénomène brutal, violent, soudain. On parlera de crise cardiaque, ou de crise de foie. Par extension, on utilisera le terme crise pour qualifier une période soudaine de tensions, de conflits ou de déséquilibres : la crise des Balkans.

Depuis le milieu des années soixante-dix, l’immense majorité de la population mondiale subit tout autre chose qu’une crise. Il s’agit d’une guerre menée par l’hyper bourgeoisie contre les peuples, selon la constatation réaliste du milliardaire étasunien Warren Buffet en 2005, qui parlait, non pas de “ lutte des classes ” mais de “ guerre de classes ” (class warfare). Une guerre de positions, menée avec rigueur, savamment orchestrée, qui utilise toutes sortes de relais et de leurres. L’une de ces tromperies étant que la pénurie, le manque, « l’austérité » chère aux Solfériniens et à l’Union européenne, sont inévitables et inguérissables à court et moyen termes alors qu'ils sont des méthodes d'asservissement. Dans les pays du Nord, cette guerre a d’abord visé et frappé les marginaux, puis le prolétariat et enfin les classes moyennes, au point que dans la conscience claire de tous et de chacun – le livre de Claude Halmos l’expose et le démontre magistralement – s’est installée l’idée que cette guerre est totale, que (...) Lire la suite »

Ce qui s’est réellement passé à Beijing : Poutine, Obama, Xi et les coulisses d’une histoire que les médias ne vous raconteront pas. (Salon.com)

Patrick L. Smith
En guise d'événements sur la scène internationale, ces dernières semaines commencent à ressembler à un de ces événements uniques dans la vie lorsque tout le monde est censé sortir observer le ciel et constater un alignement du soleil, de la lune et des étoiles. Beaucoup de choses se déroulent en ce moment, et en les reliant entre elles, à l'instar des bergers grecs qui imaginaient des constellations, une image apparaît. Il est temps de dessiner cette image. La situation sur le terrain en Ukraine se détériore à nouveau. De même, les événements de l'année écoulée ont entraîne l'économie ukrainienne au bord du gouffre. Vous n'en avez pas entendu parler parce que cela ne colle pas avec la narrative officielle, mais le cœur de l'Ukraine ne bat pratiquement plus. Plus à l'est, nous entendons sur les marchés financiers que le déclin du rouble entraîne la Russie au bord d'un autre effondrement financier. Voyons voir. Les prix du pétrole sont maintenant en dessous de $80 le baril. Pour faire le plein de ma voiture, (...) Lire la suite »

Hérétiques contre faucons

Stephen F. Cohen
Nous assistons à la plus dangereuse confrontation entre la Russie et les Etats-Unis de ces dernières décennies, la pire sans doute depuis la crise des missiles de 1962. La guerre civile en Ukraine, précipitée par le changement illégal de gouvernement à Kiev en février, pourrait en effet conduire à une bataille frontale opposant l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) et la Russie. Longtemps impensable, un tel scénario devient concevable. Et plusieurs éléments indiquent que cette nouvelle guerre froide serait encore plus grave que la première — à laquelle la planète n’a survécu que de justesse (1). L’épicentre de la tension ne se situe plus à Berlin, mais à la frontière même de la Russie. En Ukraine, une région vitale pour Moscou, les mauvais calculs, les accidents et les provocations pèseront plus lourd que ceux dont le monde a été témoin il y a quelques décennies en Allemagne. Plus grave : les acteurs de cette nouvelle guerre froide pourraient plus facilement céder aux charmes de l’arme (...) Lire la suite »

Une France qui n’a pas toujours aimé la guerre

Michel J. CUNY

Depuis les règnes de Sarkozy et de Hollande, la France est vouée à la guerre, à toutes les guerres, et peut-être à celle qui sera décidément belle et massacrante : elle ferait repartir le taux de croissance vers les sommets anciens... Qu'espérer d'autre de la vie en société capitaliste, colonialiste et impérialiste ?

La guerre sera donc fraîche, et belle à voir... à la télévision. Déjà que celle de 1914-1918 l'est bien devenue, à son tour, en cette année du centenaire de son déclenchement. Dans son ouvrage, remarquable de finesse et de lucidité : Héroïsme politique et désir de pouvoir, publié en 2013 chez Colonna Edition, Francis Arzalier nous offre, par son travail d'analyse de sept destins militants parallèles et contrastés qui ont pour élément commun d'entretenir un rapport plus ou moins affirmé avec la diaspora corse, et de se déployer, pour l'essentiel, dans la première moitié du XXème siècle, une occasion rare de faire le point sur certaines des raisons qui ont conduit le peuple de France au marasme politique actuel. Dans ce livre, tout se joue en liaison étroite avec l'histoire même du Parti communiste français... Or, nous allons découvrir, grâce à Francis Arzalier, ce que nous avions peut-être totalement perdu de vue, à moins que nous ne l'ayons jamais su. Évoquant l'image de la révolution russe dans l'opinion (...) Lire la suite »
Parlons (Inter) Net
Toulouse-Lautrec, Jean Jaurès, Thierry Carcenac, Christine Bouttin : cherchez l’intrus et l’intruse.

Une maladie des os, la pycnodysostose, l’empêcha de dépasser la taille de 1,52 m. Il marchait difficilement sans canne. L’absence de fermeture de sa fontanelle l’obligeait à toujours porter un chapeau rigide. Sa barbe dissimulait sa mandibule fuyante. Il bavait et zézayait. Sa bouche était lippue et son nez protubérant.

Et c’était un grand !

Pour commémorer le 150 ème anniversaire de la naissance (24 novembre 1864) de cet illustre tarnais, Thierry Carcenac, président PS du Conseil général du Tarn, aurait (conditionnel) eu ce mot : « Mourir d’alcoolisme et de syphilis, à près de 37 ans, c’est une chose, mais c’est quand même relativement stupide et bête ».

Christine Bouttin aurait déclaré : « Je me demande comment le pape a pu autoriser le mariage de ses parents alors qu’ils étaient cousins germains ».

Heureusement, cette Mère la vertu ignore qu’il passa sa vie dans des lieux de perdition où il se livrait à l’acte de chair en dehors des sacrements du mariage.

Quant aux médias, ils évoqueront la célèbre affiche à l’écharpe rouge sans signaler qu’Aristide Bruant, ainsi peint, était un olibrius « ennemi de la féodalité capitaliste », des « fils-à-papa, des fainéants, des incapables ».

Théophraste R. (Tarnais de cœur, jauressien d’esprit, votutilophobe).







 
VIDEOS

 
voir la liste des vidéos proposées sur :
Le Grand Soir Tube
Voir aussi
*L’ère des leurres
L’ère des leurres On nous cache tout on nous dit rien... Nous appartenons à un système (mondialisé), où l’occupation (il n’y a sans doute pas d’autre mot ?...) de toutes sortes : de l’"informations" à la (...)
SERGIO
*Or suisse : la censure des sondages ! Une campagne détestable…
Quand un peuple est invité à voter, il DOIT être informé ! Le peuple suisse est appelé à voter au sujet d’une couverture-or partielle du franc suisse. Le but est clairement de freiner la politique (...)
Liliane HELD-KHAWAM
*Disparition d’Alexandre Grothendiek le PRCF salue le mathématicien, le chercheur engagé militant de gauche de toujours
Nous venons d’apprendre la mort d’Alexandre Grothendieck. Alexandre Grothendieck, né en 1928 et décédé le 13 novembre 2014, fut l’un des plus grands mathématiciens du vingtième siècle. Son oeuvre, à (...)
Pôle de Renaissance Communiste en France (PRCF)
Série : Les 70 ans de Bretton Woods, de la Banque mondiale et du FMI (partie 12)
*Les mensonges théoriques de la Banque mondiale
La Banque mondiale prétend que pour progresser, les pays en développement (PED) ) doivent recourir à l’endettement extérieur et attirer des investissements étrangers. Cet endettement sert (...)
Eric TOUSSAINT
*Une révolution et son symbole : cure de jouvence pour le croiseur Aurore
La nouvelle n’est pas passée inaperçue en cette année 2014 : le croiseur Aurore (1) a quitté les quais de la Neva pour les chantiers navals de Kronstadt afin de s’offrir une cure de jouvence. Le 6 (...)
Fabrice FASSIO
*Obama au G20 : faites ce que je dis et non ce que je fais
Lors de sa conférence de presse à l’issue du sommet du G20 qui s’est tenu à Brisbane en Australie, le président étasunien Barack Obama a, en faisant clairement allusion à la Russie, exhorté la (...)
Kharroubi HABIB
*A fonds perdus, l’OMC jubile
Le rapport sur le commerce mondial, édition 2014, de l’Organisation mondiale du commerce pointe du doigt quatre grandes tendances qui n’ont pas échappé à Roberto Azevêdo, son directeur général, dans (...)
Ammar BELHIMER
*Capitalisme, technoscience et santé mentale
Le génocide est bien le rêve des pouvoirs modernes. (Foucault, La Volonté de savoir [1] On suggère le lien existant entre capitalisme, technoscience et manipulation mentale en s’attardant sur (...)
Michel WEBER
*Les mouches ou la vie : la lente sculpture du déchétarien rampant
Quand une fois la liberté a explosé dans une âme d’homme, les Dieux ne peuvent plus rien contre cet homme-là .(Sartre) Science : Étude sur les mouches Les sons que font les mouches lorsqu’elles (...)
Gaëtan PELLETIER
*Mais où habite donc Thierry Lepaon ?
Il y a un peu moins d’un mois, une grande journée d’action a marqué la vie de ce pays. Vous l’avez oubliée ? Vous êtes excusable : la grève interprofessionnelle et les manifestations pour la défens de la (...)
Franz LIEBER
*Connivence entre l’Occident et Israël pour le nettoyage ethnique de la Palestine
Tout en prétendant s’opposer aux colonies israéliennes à Jérusalem-Est, les États-Unis et l’Europe ont contribué à la colonisation. La couverture des nouvelles venant du Moyen-Orient est trop souvent (...)
David CRONIN
*De haute lutte
Le mode de production est industriel quant à la technique. Il mobilise des armées, qui a ses divisions, ses régiments, ses bataillons, ses escouades, dont il épouse les principes de mobilisation de (...)
Mauris DWAABALA
*Soirée Georges Ibrahim Abdallah Comité lyonnais de soutien à GIA
Dans le cadre des mobilisations qui ont eu lieu le 24 octobre pour soutenir Georges Ibrahim Abdallah, le plus ancien prisonnier politique en France, la Fondation Frantz Fanon a participé à la (...)
Mireille FANON MENDES FRANCE
*Marine Le Pen, présidente de la République en 2017 ?
Les organisateurs du salon du livre de Ciadoux (31) m’ont demandé de répondre par une conférence à la question ci-dessus en présentant le livre « Marine Le Pen amène le pire » (M. et F. Vivas, éditions (...)
Maxime VIVAS
*Les "élites" belges à la dérive : de la novlangue et de l’extrême-droite
Nul ne l’ignore désormais, une large coalition de droite incluant des ministres liés aux milieux néo-nazis flamands a conquis le pouvoir fédéral. Au-delà des indignations opportunistes de l’opposition, (...)
Shanan KHAIRI
Derniers commentaires
Requiem pour le communisme.
Enfin une nouvelle chanson révolutionnaire !
Un journaliste Allemand dévoile le contrôle de la presse par la CIA
Un journaliste Allemand dévoile le contrôle de la presse par la CIA
Le terrorisme, produit authentique de l'impérialisme
Un journaliste Allemand dévoile le contrôle de la presse par la CIA
Un journaliste Allemand dévoile le contrôle de la presse par la CIA
Un journaliste Allemand dévoile le contrôle de la presse par la CIA
L’ère des leurres
L'homme le plus recherché au monde (Wired)
Exclusif : Pendant la guerre civile, le GIA algérien n’a exécuté personne.
Exclusif : Pendant la guerre civile, le GIA algérien n’a exécuté personne.
L’ère des leurres
Toulouse-Lautrec, Jean Jaurès, Thierry Carcenac, Christine Bouttin : cherchez l’intrus et l’intruse.
Un journaliste Allemand dévoile le contrôle de la presse par la CIA
Les médias français ont fabriqué de toutes pièces un enfer parallèle pour détourner l’attention de Gaza (Middle East Eye)
Un journaliste Allemand dévoile le contrôle de la presse par la CIA
Exclusif : Pendant la guerre civile, le GIA algérien n’a exécuté personne.
Exclusif : Pendant la guerre civile, le GIA algérien n’a exécuté personne.
Obama au G20 : faites ce que je dis et non ce que je fais
RSS RSS Commentaires

Pour les accros des réseaux sociaux


le 25 novembre 2014
vous étiez 11048 à contempler le Grand Soir.
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.