RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz

Jeannette Guyot

Je suis tombé tout à fait par hasard sur la vie (et la mort) de Jeannette Guyot, décédée le 10 avril 2016 à l’âge de 97 ans : une grande dame, une authentique héroïne de la Résistance. Seule la presse britannique (le Times, le Telegraph qui lui a consacré une pleine page) a évoqué son décès en temps opportun. Quelques médias français (Le Monde, Le Point) ont repris l’information en provenance d’outre-Manche.

Native de Chalon-sur-Saône, Jeannette Guyot a rejoint la résistance par le biais du réseau Amarante, rattaché au Bureau central de renseignement et d’action. Sa tâche est de faire passer des agents en zone sud. Elle rencontre ensuite le colonel Rémy auprès de qui elle continue ses activités de passeuse. Elle est arrêtée en février 1942. Elle subit dans les prisons de Chalon-sur-Saône et d’Autun des interrogatoires musclés. Elle nie toute activité de résistance et les Allemands la remettent en liberté. Suite à la trahison d’un des membres du réseau, elle se réfugie à Lyon. Elle rejoint le groupe Phratrie dont les missions consistent en des actions de sabotage, et à aider les aviateurs abattus à regagner le Royaume-Uni.

La Gestapo étant sur ses traces, elle est exfiltrée vers l’Angleterre le 13 mai 1943 où elle retrouve le colonel Rémy. Avec 120 volontaires, elle est affectée à l’école de Praewood House où elle est formée aux techniques du renseignement militaire par L’Intelligence Service et l’Office of Strategic Service. Il s’agit de collecter un maximum de renseignements pour préparer le débarquement de Normandie.

Le 8 février 1944, Jeannette Guyot, promue lieutenant, est parachutée près de Loches. À Paris, Jeannette Guyot cache l’opérateur radio de son équipe au « Café de l’Électricité », située à Montmartre, à deux pas d’un bureau de la Gestapo. Jeannette Guyot accomplit sa mission et envoie des renseignements de la plus haute importance à Londres.

Après la libération de Paris, Jeannette Guyot retrouve un emploi de bureau à la nouvelle « Direction générale des études et recherches » (DGER). Elle apprend la déportation en Allemagne de ses parents. Son père n’en reviendra pas.

En juin 1945, Jeannette Guyot quitte le monde du renseignement. Elle n’a jamais évoqué publiquement son action au sein de la France Libre alors qu’elle fut la seule résistante française décorée par trois pays : Chevalier de la Légion d’honneur, Croix de Guerre avec palmes, British George Medal, Officier de l’Ordre de l’Empire britannique (OBE), Distinguished Service Cross (États-Unis), pour son « héroïsme extraordinaire lors d’opérations militaires. »

URL de cet article 30803
Même Auteur
La Désobéissance éthique, par Élisabeth Weissman
Bernard GENSANE
Le livre d’Élisabeth Weissman fait partie de ces ouvrages dont on redoute de poursuivre la lecture : chaque page annonce une horreur, une bonne raison de désespérer, même si, de ci delà , l’auteur nous concède une ou deux flammèches d’espoir. Un livre de plus qui nous explique magistralement, avec rigueur et humanité, pourquoi et comment la classe dominante française met à mort l’État, les valeurs républicaines, la citoyenneté, la solidarité, la société au sens classique du terme. Préfacé par ce grand (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’écart gigantesque entre ce que les dirigeants des Etats-Unis font dans le monde et ce que les habitants des Etats-Unis croient qu’ils font est une des grandes réussites de propagande de la mythologie politique dominante.

Michael Parenti

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où il s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
37 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
115 
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire :je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos déclarations, (...)
56 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.