RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz

Les El Khomristes, comptez-vous

Plus de 70 %° des Français sont hostiles à la loi El Khomri. La grande majorité des syndicats aussi avec des millions de citoyens qui ont défilé pendant quatre mois à travers le pays. Les forces de l’ordre s’agacent du rôle qu’on leur fait jouer. Une majorité de députés est opposée à la loi (les « frondeurs » ont menacé de faire tomber le gouvernement). Des locaux du PS sont tagués, d’autres protégés par les CRS.

Ses réunions internes sont perturbées par ses propres militants que des vigiles expulsent tandis que son université d’été est prudemment annulée. Des cartes d’adhérents sont déchirées (le PS a perdu 25 % de ses effectifs depuis 2012). Ses parlementaires sont désavoués sur le terrain par leurs électeurs. Les ministres se font huer dès qu’ils approchent d’une usine sous bonne escorte casquée. Au sein du gouvernement, des dissensions apparaissent entre les ministres sur ce qu’il faut négocier. Le MEDEF rejoint les mécontents (mais pour d’autres raisons). Le Conseil constitutionnel censure partiellement le texte de loi dont la CGT rappelle qu’il n’est pas conforme au droit international établi par l’OIT et l’ONU.

Il ne manque qu’une déclaration du pape François invoquant la parabole biblique de « L’homme riche vêtu de pourpre et de fin lin, et qui chaque jour menait joyeuse et brillante vie » pour fustiger Emmanuel Macron, passé directement de chez « mon adversaire la finance » au ministère de l’Economie avec son costume que-les-chômeurs-peuvent-se-payer -en-se-levant-tôt.

A l’instar d’un Juppé droit dans ses bottes qui voulait s’en prendre en 1995 aux retraites et à la Sécurité sociale, Valls se montre raide dans son corset. Dans une vidéo qui circule sur le Net, une manifestante l’interpelle : « On n’en veut pas, de votre loi El Khomri ! ». Et lui, goguenard, sans tourner la tête vers elle, comme bloqué par une minerve : « Bah, eh bien, vous l’aurez ! ».

Jean-Jacques Rousseau (« Du contrat social ») avait vu les défauts de l’absence de disposition intermédiaire de contrôle des élus par les citoyens : « Le peuple anglais pense être libre, il se trompe fort ; il ne l’est que durant l‘élection des membres du parlement : sitôt qu’ils sont élus, il est esclave, il n’est rien ».

Cependant, la rue reste un inaliénable espace d’expression démocratique. A peine finie la fête de l’Humanité, la mobilisation reprendra (le 15 septembre), pour la journée d’action décidée par une intersyndicale qui porte la voix du peuple, elle.

On ne verra pas, on ne verra jamais des partisans de Myriam El Khomri défiler avec des pancartes favorables à la casse du Code du travail. Le risque serait trop grand de ne compter dans le cortège que quarante-neuf virgule trois manifestants (selon les organisateurs) ou trois pelés (1) et un tondu (selon moi).

Maxime VIVAS*

NOTE
(1) ... dont un flic en civil de la Bac et un cédétiste discipliné préparant un avenir doré à son secrétaire général Laurent Berger.

*Dernier livre paru (éditions Golias) : « Les déchirures » (sur France Télécom, Goodyear, Air France, Continental…).


URL de cet article 30858
Même Auteur
Victor Hugo à La Havane
Maxime VIVAS
Victor Hugo a pris parti pour Cuba, dans des textes admirables en faveur des femmes cubaines et pour fustiger l’armée d’occupation espagnole pendant qu’en Europe il portait le fer rouge de ses vers au front de l’injustice. Le poète a su associer son talent d’écriture, ses dons de visionnaire et ses penchants humanistes pour bâtir, dans cette complétude humaine, une oeuvre par cela frappée du sceau du génie. On découvrira ici qu’avec lui, des dizaines d’autres Français glorieux ont tissé des liens (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si le climat avait été une banque, ils l’auraient déjà sauvé.

Hugo Chavez
Président du Vénézuela, au somment de Copenhague, Déc. 2009
en citant un slogan lu dans les rues de la ville.

Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
17 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
115 
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire :je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos déclarations, (...)
56 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.