RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz
 
¨Le capitalisme est profondément analphabète¨. Gilles Deleuze

Vers une philosophie du capitalisme. Une lecture de Gilles Deleuze.

Il est sans conteste que le capitalisme est devenu chez Gilles Deleuze un objet philosophique proprement dit. Il a fait de ce mode de production l’une de ces préoccupations majeures dans sa démarche philosophique. Ce qui est encore à remarquer chez Gilles Deleuze, est qu’il a mobilisé la psychanalyse dans sa tentative d’appréhender le capitalisme. Dans son texte en commun avec Félix Guattari écrit en deux tomes, Capitalisme et Schizophrénie, il a fait l’historique du capitalisme pour saisir la singularité de cette formation sociale. La question de la subjectivité qui devient dominante depuis mai 68 va caractériser le capitalisme dans ses différents mouvements.

En bon ¨marxiste¨, Gilles Deleuze va beaucoup s’appuyer sur les thèses de Karl Marx développées depuis les Manuscrits de 1844 jusqu’au Capital pour construire cette intelligibilité philosophique autour du capitalisme réservé généralement au champ économique.
Un tel croisement avec Marx (et avec d’autres auteurs) enrichit la philosophie deleuzienne du capitalisme. Quels sont les contours de cette philosophie du capitalisme ? Dans quel niveau la philosophie peut appréhender le capitalisme qui est avant tout un système économique ? Peut-il exister une philosophie du capitalisme ?

Le capitalisme est selon Gilles Deleuze une ¨entreprise mondiale de subjectivation¨ . C’est une formation sociale qui est à distinguer des précédentes en sa qualité de créer constamment des sujets ¨sans objet¨, donc pauvres. Ces sujets sont à retrouver au niveau de la machine capitaliste qui est là pour réguler les ¨flux de désirs¨. Le capitalisme est caractérisé par cette multiplicité de désirs déterminée par le jeu du profit. Tout est devenu quantifiable car tout est marchandise. Ce qui peut-être confirmé de nos jours par la production incessante de nouveaux produits, comme les téléphones portables, qui créent des désirs chez les gens. La publicité en est pour beaucoup. Dans cet élan, on a des sujets asservis par un système en perpétuelle crise. Le capitalisme en cherchant à se reproduire crée des situations d’assujettissement.

Cet assujettissement produit selon Deleuze une division constitutive du sujet. Ce dernier sera disséqué en sujet dominé et en sujet dominant. Le sujet est redoublé. Cette division subjective est évoquée par Marx dans les Manuscrits de 1844 par la ¨privation du désir¨. Des désirs qui sont économiquement dominés. On va assister à l’avènement de l’individu privé : ¨La personne est devenu privée, pour autant qu’elle dérive des quantités abstraites et devient concrète dans le devenir-concret de ces mêmes quantités¨ . Nous sommes devenus divisés car nous sommes assujettis par le capitalisme. D’où le rapport entre le capitalisme et schizophrénie traité dans les deux tomes, l’Anti-Œdipe et Mille Plateaux.

Avec Deleuze, le capitalisme est caractérisé par des ¨flux de détérioration¨. Flux dans ce cas veut dire des ensembles indénombrables, c’est-à-dire qu’on ne peut pas compter. Et ces flux sont en mouvement, en perpétuel devenir. Ils ne cessent pas de se décoder. C’est ce phénomène de décodage de flux qui donnent le capitalisme. Dans les flux économiques, il y a par exemple beaucoup de marchandises produites par le capitalisme. Ce système ne produit pas en fonction des besoins de la population, mais plutôt en fonction des profits. Là se trouvent les éléments d’explication de la surproduction. Le capitalisme va chercher des endroits pour écouler ses produits afin d’éviter, en vain, des crises.

Tout le projet de Gilles Deleuze à travers les deux tomes du Capitalisme et Schizophrénie c’est de trouver des moyens de combattre le capitalisme. Pour Deleuze (et Guattari), la subjectivation est le point clé de ce système. Ainsi, il faut penser une autre subjectivation qui ne soit pas assujettissement. Une autre subjectivité qui pose en même temps l’émancipation de l’être humain. Donc, Deleuze annonce sortir de la subjectivation capitaliste afin d’en proposer une nouvelle. L’essentiel, Deleuze reste toujours dans la subjectivité pour combattre le capitalisme. Il faut plutôt un écart par rapport au capitalisme et non une opposition. C’est exactement la ¨politique de l’écart¨ qui est aussi à comprendre comme une forme de ¨prolongement disjonctif¨. La question de l’abolition du capitalisme n’a jamais été posée chez Deleuze, le grand ennemi de la dialectique, qui analyse surtout ¨les dérives¨ de cette formation sociale sans toucher les contradictions inhérentes à ce système d’organisation économique et sociale. ¨Je ne suis pas sensible aux contradictions¨ , déclare-t-il à ce propos.

Néanmoins, Deleuze reconnait l’aspect libérateur du capitalisme. Selon lui, dans la société capitaliste, les sujets ne sont plus attachés aux ¨cordes¨. Ils sont libérés des cordes. En minimisant les cordes, le capitalisme va se servir d’axiome pour faire le double jeu du codage et décodage. Tandis que dans les sociétés pré-capitalistes dominées par les relations juridiques, les sujets étaient liés aux cordes qui leur donnaient leur forme. Les individus sont reproduis à jamais par les valeurs religieuses et politiques. Ils étaient dépendants de ces cordes, donc asservis. Ils n’avaient rien de sujet humain. C’est pourquoi Deleuze refuse de parler de subjectivité dans ces sociétés pré-capitalistes. Avec le capitalisme, on va assister à l’émergence d’un ¨sujet de personne¨. Le capitalisme dans ce cas change les choses. Ce qui n’est pas loin du statut révolutionnaire attribué par Marx à la bourgeoisie lors de la révolution industrielle : ¨La bourgeoisie a joué dans l’histoire un rôle éminemment révolutionnaire¨ .

En mettant le désir au centre du capitalisme, Deleuze fait une rupture avec Marx. Ce dernier a situé le désir dans la Superstructure car il est de l’ordre de la conscience. Donc, le désir est déterminé par les rapports de production qui font partie de l’Infrastructure chez Marx selon son schéma classique de la société. Deleuze a plutôt placé le désir dans l’Infrastructure : ¨Le désir, de toute manière, fait partie de l’infrastructure¨ . Ainsi, Deleuze priorise les composantes de la Superstructure dans sa démarche de compréhension du capitalisme. Ce qui est pour beaucoup dans son attitude de considérer le capitalisme par la subjectivité. La dimension objective du capitalisme, c’est-à-dire ses structures productives, sont de moins en moins analysées. Marx s’est largement concentré sur cette dimension objective du capitalisme pour saisir son mode de fonctionnement. Dans sa théorie du capitalisme achevée dans le Capital, il a mis à jour les mécanismes de ce mode de production avec des lois à l’appui.

En passant, il faut éclaircir une éventuelle objection : chez Marx, il y a une philosophie du capitalisme, donc le capitalisme a été l’objet de réflexion philosophique chez lui. Je ne partage pas cette approche pour plusieurs raisons. D’abord il y a toute une hésitation à considérer Marx comme un philosophe à part entière en raison de sa conception de la philosophie. Franck Fischbach pose cette question dans son article ¨Marx est-il un philosophe¨, parue dans la revue Le Point. Etienne Balibar va dans le même sens en déclarant qu’il y a ¨une non-philosophie chez Marx¨ . Ensuite, Marx lui-même était obligé de sortir de la philosophie pour analyser le capitalisme. Il était obligé de s’approcher de l’économie politique pour bien comprendre le mécanisme de ce mode de production. On peut le remarquer dans les Manuscrits de 1844 qui est la première tentative d’analyse du capitalisme par le concept de ¨travail aliéné¨ ou aliénation dans le travail. Dans ce texte, les économistes classiques sont minutieusement lus et critiqués. Le Capital montre une certaine inadéquation de la philosophie avec le capitalisme.

Je pense que c’est chez Gilles Deleuze qu’il faut chercher une véritable philosophie du capitalisme. Une philosophie qui conceptualise le capitalisme à des hauteurs aporétiques. Ce qui est conforme à la définition deleuzienne de la philosophie comme création de concepts. Le capitalisme contemporain a besoin d’être bien pensé pour le transformer. La philosophie deleuzienne constituerait à ce propos un apport considérable. Le siècle sera-t-il deleuzien comme l’avait écrit Foucault ?

Jean-Jacques Cadet
Étudiant en philosophie

URL de cet article 22232
Même Thème
Un futur présent, l’après-capitalisme, de Jean Sève
Michel PEYRET

Une façon de dépasser le capitalisme
Le livre de référence
L’essai de l’historien Jean Sève intitulé Un futur présent, l’après-capitalisme (La Dispute, 2006).
Ce livre propose une interprétation du mouvement historique actuel dans le sens du dépassement possible du capitalisme. Il énonce ce qu’il envisage comme des preuves de l’existence actuelle de « futurs présents » qui seraient autant de moyens de ce dépassement du capitalisme déjà à l’oeuvre dans le réel.
Sur la question économique, la gauche est (...)

Agrandir | voir bibliographie

 

Nous sommes gouvernés, nos esprits sont moulés, nos goûts formés, nos idées suggérés, en grande partie par des gens dont nous n’avons jamais entendu parler.

Edward Bernays

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
La vérité éclate : un accès de franchise de la Banque d’Angleterre démolit les bases théoriques de l’austérité. (The Guardian)
On dit que dans les années 1930, Henry Ford aurait fait remarquer que c’était une bonne chose que la plupart des Américains ne savent pas comment fonctionne réellement le système bancaire, parce que s’ils le savaient, « il y aurait une révolution avant demain matin ». La semaine dernière, il s’est passé quelque chose de remarquable. La Banque d’Angleterre a vendu la mèche. Dans un document intitulé « La création de l’argent dans l’économie moderne », co-écrit par trois économistes de la Direction de (...)
18 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
65 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.