RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Ambroise Croizat
Avec les « cons qui... », adieu les « conquis sociaux »

« Le progrès social est une création continue »

PERSONNE

C’est au programme du CMR (Cénacle des Marcheurs de la République ; c’est simple, c’est l’antithèse du CNR) : « Pour votre sécurité, vous aurez moins de Liberté. Pour votre pouvoir d’achat, vous aurez moins de Sécu. » Libre à chacun de choisir son camp : cela s’appelle le libre arbitre...

On est toujours le con aux yeux de l’autre, mais, n’empêche, le comportement de certains, de beaucoup de mes contemporains m’exaspère. Comme des perroquets, ils répètent, radotent les mots entendus, diffusés à l’envi : c’est du psittacisme. Le coût, les charges. Le coût du travail, les charges sociales. Non ! Y en a marre ! Non ! Les cotisations sociales ne sont pas des charges. Non ! Le travail n’est pas un coût pour l’employeur. Oui ! Les cotisations sociales sont des salaires différés dans le temps. Oui ! Le travail est générateur de biens, de services qui contribuent au métabolisme de la société et qui sont en plus sources de profits selon le principe marxiste de la plus-value (basé sur une idée de John Francis Bray). La question n’est pas combien coûte le travail, mais combien il rapporte ! Alors quand j’entends des concitoyens, qui n’ont pas grand chose de citoyens, se réjouir de la possible suppression des cotisations sociales pour les heures supplémentaires, je repense à Antonio Gramsci : « (...) Lire la suite »
12 

Un panneau mémorial pour Ambroise Croizat

Gérard LE PUILL

Le syndicaliste CGT et ministre communiste qui mit en place la Sécurité sociale en 1945 a été honoré hier à la station de métro Porte d’Orléans par un panneau mémorial qui retrace son parcours. Plusieurs personnalités lui ont rendu hommage à cette occasion.

Une moyenne de 23 000 personnes montent dans le métro ou en descendent chaque jour ouvrable à la station Porte d’Orléans dans le quatorzième arrondissement de Paris. A partir de ce 12 mai 2015, année du 75ème anniversaire de la création de la Sécurité sociale, on peut lire sur panneau mémorial, sous le buste d’Ambroise Croizat dévoilé hier au public, un court texte qui débute ainsi : « L’Homme à qui l’on doit le système de protection sociale mis en place au lendemain de la seconde guerre mondiale est né en 1901 dans une famille ouvrière de Savoie... ». Après l’inauguration proprement dite sous sa présidence de Bernard Lamirand , animateur du comité d’honneur national Ambroise Croizat, en présence de Lilian Caillaux- Croizat , fille de l’ancien ministre , de cadres de la RATP et de plusieurs dirigeants de la CGT, d’élus de Paris et d’Olivier Dartigolles qui représentait Pierre Laurent retenu au Sénat , des prises de parole se sont succédées au centre sportif de l’avenue Paul Appel. Frédéric Sanchez, secrétaire (...) Lire la suite »
Le fondateur de la Sécurité sociale n’était pas dans le dico. C’est réparé

Fakir refait le dico  !

François RUFFIN

Il a fallu attendre plus de soixante ans, et Fakir, pour que le fondateur de la Sécurité sociale entre dans le dico…

C'était il y a un an : « … et son nom ne figure même pas dans le dictionnaire ! Johnny Hallyday, oui, Rika Zaraï, oui, mais Ambroise Croizat, non ! » C'est son biographe, Michel Etiévent, qui me racontait ça, plein d'indignation, lors d'un reportage à Notre-Dame de Briançon, la ville de naissance du « ministre des travailleurs ». Qu'Ambroise Croizat, fondateur de la Sécurité sociale en 1945, ne figure pas dans le dico ? J'avais du mal à le croire. De retour à Amiens, j'ai ouvert le Petit Robert des noms propres. Et en effet : on trouvait bien « Croiza, Claire, cantatrice française (1882-1946) », puis « Crolles (38190). Commune de l'Isère », mais entre les deux, nul « Croizat, Ambroise ». Etonné par cette hiérarchie, j'ai appelé la rédaction du Petit Robert : « Un dictionnaire ne peut pas être exhaustif, m'a averti une collaboratrice. Je suis bien d'accord. Mais là , c'est l'initiateur de la Sécu… Oui, et alors ? Et vous avez la place pour une cantatrice et pas pour lui… Vous voulez en venir où ? (...) Lire la suite »