RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Le fondateur de la Sécurité sociale n’était pas dans le dico. C’est réparé

Fakir refait le dico  !

Il a fallu attendre plus de soixante ans, et Fakir, pour que le fondateur de la Sécurité sociale entre dans le dico…

C’était il y a un an  :

«  … et son nom ne figure même pas dans le dictionnaire  ! Johnny Hallyday, oui, Rika Zaraï, oui, mais Ambroise Croizat, non  !  »

C’est son biographe, Michel Etiévent, qui me racontait ça, plein d’indignation, lors d’un reportage à Notre-Dame de Briançon, la ville de naissance du «  ministre des travailleurs  ». Qu’Ambroise Croizat, fondateur de la Sécurité sociale en 1945, ne figure pas dans le dico  ? J’avais du mal à le croire.

De retour à Amiens, j’ai ouvert le Petit Robert des noms propres. Et en effet  : on trouvait bien «  Croiza, Claire, cantatrice française (1882-1946)  », puis «  Crolles (38190). Commune de l’Isère  », mais entre les deux, nul «  Croizat, Ambroise  ». Etonné par cette hiérarchie, j’ai appelé la rédaction du Petit Robert   :

«  Un dictionnaire ne peut pas être exhaustif, m’a averti une collaboratrice.

- Je suis bien d’accord. Mais là , c’est l’initiateur de la Sécu…

- Oui, et alors  ?

- Et vous avez la place pour une cantatrice et pas pour lui…

- Vous voulez en venir où  ?

- Eh bien, on se dit que c’est quand même orienté parce que…

- Il ne peut pas y avoir tous les grands hommes.  »

Sans doute, mais «  40 000  » notices, ça laisse quand même de la place.

J’ai poursuivi ma mini-enquête dans le Robert. Ni Marcel Paul (créateur d’EDF-GDF), ni Maurice Kriegel-Valrimont (mon héros perso), Pierre Villon, Jean de Voguë - qui dirigèrent le Comac, le Comité d’action militaire de la Résistance, l’état-major de l’insurrection, ni dans un autre registre Joe Hill. Aucun de ces noms, et plein d’autres, ne trouvait grâce aux yeux des encyclopédistes. Sur eux, pas une ligne. A la place d’un coup de fil, cette fois, on s’est fendus d’une lettre à Alain Rey, l’ancien chroniqueur de France Inter, rédacteur en chef des éditions Le Robert. En lui demandant que ces «  trous dans votre dictionnaire soient comblés  ».

Et il nous a répondu  :

«  [...] les lacunes que vous signalez correspondent justement à des domaines qui me touchent personnellement. Je signale donc aux responsables actuels de l’ouvrage l’absence regrettable de Croizat, Rol-Tanguy, Marcel Paul (au moins), sans prétendre couvrir l’ensemble de cette période. Mais comprenez que les problèmes de place, la pression de la mode, les contraintes financières sont une difficulté permanente pour ce genre d’ouvrages. En outre, la sociologie rend compte, en effet, de la prépondérance des valeurs bourgeoises dans la construction des mémoires culturelles collectives. Encore une révolution à faire  !  »

On a donc vérifié dans la nouvelle édition, sortie en juin.
La promesse est tenue  :

En voilà un qui a remporté des victoires. Pas sur toute la ligne, évidemment, jamais sur toute la ligne. Pas tout seul, on s’en doute, jamais tout seul  : ils étaient des millions à pousser derrière lui. Mais enfin, il a avancé de quelques pas.

Et voilà pourquoi il faut s’en souvenir.

Voilà pourquoi ils - les financiers, et leurs perroquets médiatiques, et leurs ventriloques politiques - voilà pourquoi ils veulent qu’on l’oublie, lui et tant d’autres  : parce que eux ont gagné, un moment. Qu’on garde en mémoire nos défaites, à la rigueur, de Fourmies à Charonne, mais pas nos conquêtes. Pour qu’à se lamenter sur nos martyrs, on termine convaincus qu’ «  à la fin on perd tout le temps  », et qu’on se vautre dans un «  à quoi bon  ?  » géant.

C’est raté.

Parce qu’à la fin, c’est nous qu’on va gagner  !

On continue  !

«  Il est où, Marcel Paul  ?  »

On a contacté, à nouveau, le Petit Robert. Parce que le nationalisateur du gaz et de l’électricité en France ne figurait pas dans le dico.

«  D’accord, a réagi Laurence Laporte, la directrice. Eh bien on va le rajouter pour l’année prochaine…  »

A suivre…

François Ruffin

In Fakir n°56.

www.fakirpresse.info/Journal d’enquête sociale -

Fakir n’est lié à aucun parti, aucun syndicat, aucune institution. Il est faché avec tout le monde. Ou presque.

Pour 3€, lisez, découvrez, retrouvez le journal Fakir en kiosques ou alors abonnez-vous ! Et faites entrer Marcel Paul et d’autres dans le dictionnaire !

URL de cet article 17403
  

Même Auteur
Leur Grande Trouille - journal intime de mes "pulsions protectionnistes"
François RUFFIN
GoodYear, Continental, Whirlpool, Parisot-Sièges... Depuis dix ans, à travers la Picardie d’abord, la France ensuite, j’ai visité des usines de robinets, de pistons, de cacao, de lave-linge, de canapés, de chips ; de yaourts, avec toujours, au bout, la défaite. Ca m’a lassé de pleurnicher. Mieux valait préparer la contre-offensive. C’est quoi, leur grande trouille, en face ? Leur peur bleue ? Il suffit de parcourir le site du MEDEF. Ou de lire leurs journaux, Le Monde, La Tibune, Les Echos : (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La pauvreté n’est pas naturelle, ce sont les hommes qui la créent et la tolèrent, et ce sont les hommes qui la vaincront. Vaincre la pauvreté n’est pas un acte de charité, c’est un acte de justice.

Nelson Mandela

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.