RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Crise économique & Récession

L’angle obtus de Lenglet

Philippe ARNAUD
Mardi 31 mai, j'ai regardé sur France 2 le long magazine de François Lenglet, intitulé, d'un jeu de mots sur son nom "L'Angle éco". Le thème de ce magazine était : "La guerre des âges". Et pour savoir ce dont il était question, je me reporte à la présentation du thème sur France Tv info : "Pour ce numéro exceptionnel de mai, diffusé en prime time, "L'Angle éco" se penche sur la question des inégalités entre générations, qui n’ont jamais été aussi criantes. Alors que les retraités ont désormais un niveau de vie supérieur à celui des actifs, les jeunes voient l’évolution de leurs revenus stagner, voire reculer par rapport aux générations plus âgées. C’est la guerre des âges, la lutte des générations. Dans l’emploi comme dans l’immobilier, une génération dorée, celle des baby-boomers, a tout raflé." Une génération chanceuse, qui a raflé la mise. Pourquoi ces inégalités sont-elles plus marquées en France qu'ailleurs ? Enquête sur ce pays qui maltraite sa jeunesse et dorlote sa vieillesse. Et, pour illustrer ce thème, (...) Lire la suite »
19 

La matrice des siècles (2016, pire que 2015)

Fabrice AUBERT
LES VŒUX DE L’ILLUSION : Une nouvelle fois, le « Président monarque » Hollande a déclamé ses vœux pour 2016, comme ses prédécesseurs. Une nouvelles fois les engagements et promesses ont été annoncés et une nouvelle fois, le discours se brisera sur les murs de la réalité matérielle, d’un système en voie de décomposition [1]. L’essentiel de ce papier fut écrit le 15 janvier 2015 et anticipait la terrible année. Ne m’appelant pas Mme Irma, « voyeuse des fumisteries », Je ne pouvais « annoncer » les attentats terroristes en tant que tel, de cette terrible année [2], mais le terrorisme contre la société elle-même, pouvait être analysé, annonçant les renoncements républicains fondamentaux dont la déchéance de Nationalité fut le dernier avatar, d’un « gouvernement aux abois » et qui se sachant condamné, utilise tous les subterfuges possibles, donc celui du Front National, qui surfe sur la promotion médiatique permanente de ses dirigeants. LA RECRISE [3] : Pourtant les déclamations sur le retour de la croissance, du pari de « (...) Lire la suite »

Nemstov, Minsk 2, montée du FN, Quel lien historique entre ces évènements ?

LUNITERRE

Dans l'assassinat de Nemstov, certains y voient à la fois directement la main de l'occident et le signe de sa décrépitude rapide, sinon même de sa fin prochaine... Lorsque l'on parle de "déclin" des impérialismes, il faut se rappeler qu'au cours des années 60-70, une vague de révoltes et de luttes de libération nationale sans précédent a secoué le monde impérialiste, vague dont la guerre du Vietnam fut le temps fort et quasi emblématique. C'est en réalité à ce moment que l'impérialisme fut le plus affaibli par la résistance des peuples ! C'est là que se situe l'origine de sa crise systémique, avec la liquidation des accords financiers de Bretton Woods, qui avaient été le ciment de ses nouveaux fondements, à l'issue de la 2ème guerre mondiale. Depuis lors, devenue chronique, cette crise systémique n'a cessé de s’approfondir, par cycles successifs. Pourquoi le système impérialiste ne s'est pas effondré à ce moment précis, où le rapport de forces lui était manifestement le plus défavorable ?

Assassinat de Nemtsov, accords de "Minsk 2", montée du Front National en France : Quelques réflexions à propos de la portée historique de ces évènements Suite à l'assassinat de l'opposant libéral Nemtsov, nous avons reçu et publié, sur Tribune Marxiste-Léniniste, https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/03/02/2486_ils_ont_tue_nemtsov/ la réaction rapide du camarade Vincent Gouysse, ainsi que l'article de "sputnik" sur la réaction du leader tchétchène Ramzan Kadyrov auquel il faisait référence. Notre première réaction était donc assez proche de la sienne, mais il nous a semblé important de reconsidérer l'ensemble du contexte, afin d’éviter la confusion et les illusions qui en découlent, telles qu'elles paralysent l'initiative populaire et ouvrière dans notre pays. Lorsque l'on parle de "déclin" des impérialismes, il faut se rappeler qu'au cours des années 60-70, une vague de révoltes et de luttes de libération nationale sans précédent a secoué le monde impérialiste, vague dont la guerre du (...) Lire la suite »
Actions transnationales contre l’inauguration de la BCE

Inauguration de la BCE : on reprend leur fête en main !

Blockupy Frankfurt

Le 18 mars 2015, la Banque centrale européenne (BCE) veut inaugurer son nouveau siège à Francfort. La somme vertigineuse d’ 1,3 milliards d’euros a été dépensée pour construire ces tours jumelles de 185 mètres de haut qui ressemblent à une forteresse, entourée de clôtures et de douves.

Cette intimidante architecture du pouvoir est un symbole parfait de la distance qui sépare les élites politiques et financières des populations. Le personnel et le matériel de bureau sont déjà en cours d’installation. Mais la grande cérémonie d’inauguration – en présence de plusieurs chefs d’État européens et de l’oligarchie financière – est désormais annoncée pour le mercredi 18 mars. Il n’y a pourtant rien à célébrer dans l’austérité et l’appauvrissement des populations ! Des milliers de personnes en colère et de militant-es déterminé-es de toute l’Europe vont bloquer les rues autour de la BCE et interrompre cette célébration du pouvoir et du capital, en ce jour de 144e anniversaire de la Commune de Paris. Nous allons prendre la fête en main et la transformer en lieu de jonction des résistances transnationales contre les politiques de crise en Europe et leurs conséquences catastrophiques, particulièrement pour les populations d’Europe du Sud. La BCE joue un rôle important dans l’infâme Troïka, responsable de (...) Lire la suite »

L’économie réelle et ses emplois sont otages du dieu-argent.

Liliane HELD-KHAWAM
Un tsunami avait déferlé le 3 mars 2013 en Suisse. La votation contre les rémunérations abusives avait viré au plébiscite (plus de 54% de oui) contre une super-élite du SMI (1). Pour le citoyen normal, les autorités avaient montré jusque-là une incapacité à gérer et à sanctionner les abus en tout genre (Swissair, les « subprime » des grandes banques, des bonus mirifiques malgré un sauvetage avec l’argent public, le scandale du Libor). En 2012 les autorités avaient battu des records de déni du citoyen, du contribuable et de la législation au profit de ces supranationales. On avait même communiqué les noms de citoyens suisses présumés innocents au Département de justice américain. Ces personnes avaient eu le tort de travailler un jour pour ces grandes banques dont la soif d’argent de leurs dirigeants ne connaît apparemment pas de limites. En revanche, aucune enquête n’a été diligentée sur sol suisse contre les vrais coupables malgré des informations croustillantes et détaillées. (...) Lire la suite »

La crise économique systémique : démonter et expliquer

Robert BIBEAU

Après lecture de ce texte, vous connaîtrez les causes profondes de la crise économique systémique du capitalisme et les raisons pour lesquelles cette crise ne peut être résorbée, ni le capitalisme réformé. Vous saurez pourquoi il n'y a que peu de choix, soit nous poursuivons cette marche forcée vers la crise, la guerre et la barbarie ; soit, nous nous dirigeons vers la seule alternative, l'économie planifiée et la paix.

Comment le capital se reproduit-il ? Le capital pour devenir du Capital productif (C) doit d'abord devenir des marchandises monnayables. Étant devenue marchandise (M), elle sera commercialisée et une fois vendue, la marchandise redeviendra argent (A) comptabilisable et « thésaurisable », mais il ne sera pas encore devenu du Capital. Il redeviendra Capital quand cet argent servira à acheter des moyens de production (du capital fixe dont le symbole est Cc) et des forces productives (les salaires dont le symbole est Cv) et ainsi redevenir du capital productif (C), prêt à s’engrosser de plus-value (pv), source de toutes les richesses en système capitaliste. Ainsi se poursuit le cycle de reproduction élargie du capital qui assure l’accumulation. L’accumulation n’étant qu’un moment dans le cycle continuel de reproduction du Capital – dont la vocation souveraine est de se reproduire en plus grand, de façon élargie. Cependant, pour se reproduire en plus abondant le Capital doit passer entre les mains des (...) Lire la suite »

Un contexte propice à l’indignation

Jérôme DUVAL

Alors que l’Espagne vit une crise humanitaire sans précédent, le mouvement social subit une répression constante d’un régime qui a peur du changement et protège ses intérêts. Le bipartisme qui s’alterne au pouvoir depuis la fin de la dictature est fort affaibli par une succession de luttes sociales victorieuses et l’irruption de nouvelles initiatives populaires qui mettent en pratique de nouvelles façons de faire de la politique. A n’en pas douter, l’Espagne entre dans une nouvelle phase de mobilisation qui augure de possibles changements politiques importants.

« Une situation pré-révolutionnaire éclate, annonçait Lénine, lorsque ceux d’en haut ne peuvent plus, ceux d’en bas ne veulent plus, et ceux du milieu basculent avec ceux d’en bas. » En Espagne, sous un gouvernement du Parti Populaire (PP) teinté d’une extrême droite |1| monarchiste liée à l’Opus Dei, la dette poursuit son cours ascendant frôlant les 100% du PIB. L’austérité continue de frapper alors que la fraude fiscale des plus aisés supprime 80 milliards d’euros des recettes de l’État chaque année. |2| Les mesures antisociales aux conséquences incalculables imposées par les créanciers empêchent toute vie digne et condamne la population à la misère dans un pays où l’on parle déjà de malnutrition infantile, où des enfants à jeun s’évanouissent sur les bancs d’école ; un pays où l’on compte près de 6 millions de chômeurs dont une grande partie ne reçoit aucune aide ; où le nombre de foyers dont tous les membres actifs sont au chômage a été multiplié par quatre en cinq ans et est passé de 380 000 en 2006 (2,6%) à plus (...) Lire la suite »

Une crise érigée en alpha et oméga.

Liliane HELD-KHAWAM
L’inquiétude du peuple érigée en stratégie de communication. Une crise à durée illimitée, sans visage et sans nom est la grande coupable. Les politiciens devenus sauveurs le temps d’émissions publiques lassent. Leur relève use et abuse de la même rhétorique qui ne convainc plus personne... Mais à y regarder d’un peu plus près, il est un phénomène plus essentiel qui est porté dans le message de cette ritournelle. Le citoyen est un consommateur point. Ses besoins sont réduits à des chiffres froids et anonymes eux aussi. Ils s’appellent niveau de consommation et pouvoir d’achat. De là on tire des conclusions sur son humeur voire son inquiétude ou sa déprime ! Caricatural ! Ramener un être à des statistiques et son degré de consommation relève du plus grand mépris pour sa condition humaine. Le consumérisme érigée en alpha et oméga défendue par des politiciens qui nous vendent la théorie d’une croissance basée sur l’endettement est le visage hideux d’une crise qui n’est rien d’autre qu’un programme politico-financier (...) Lire la suite »
« Les relations interétatiques se déroulent sous l’ombre de la guerre. » Raymond Aron.

L’ordre mondial

H. Miloud AMEUR

Le monde est-il effectivement en crise ? Pourquoi la crise frappe le monde en plein fouet ? Deux thématiques majeures au cours desquelles l’ordre mondial arrive à son dernier souffle. Â la base y a-t-il vraiment une crise ? Mais laquelle ? Elle est profonde et multidimensionnelle que certaines voix s’élèvent pour réclamer l’ordre. Il s’avère que cette crise est née de la mondialisation. Celle-ci est un mélange du libéralisme économique et la centralisation de l’économie. Or la mondialisation est à son tour l’héritière de la guerre froide.

Cette dernière est issue de la Seconde Guerre mondiale entre deux superpuissances menée entre Washington et Moscou jusqu'à 1989 date à laquelle se distinguent aux phénomènes majeurs ; Le premier incarne la chute du mur de Berlin marquant la fin de l'Ex-URSS et l'Unité européenne. Le second portant sur la guerre du Golfe en 2003. Beaucoup de spécialistes des relations internationales donnent trop d'importance à la guerre du Golfe non pas qu'ils ne s'intéressent au monde arabe, mais bien au contraire que l'administration américain en sa tête Bush lui a donné un tel positionnement stratégique et militaire dans et à partir du Moyen-Orient après les événements du 11 septembre 2001. Ces derniers ont fait sortir Bush de son silence sinon pour compléter l'œuvre inachevée par son père. Mais ce qui nous intéresse dans cette perspective géopolitique moyenne orientale, c'est que elle constitue un des terrains sur lesquels s'affrontent les intérêts majeurs notamment stratégiques et militaires des grandes puissances (...) Lire la suite »
Où l’on voit que Valls n’a aucun pouvoir au Venezuela

Maduro annonce une nouvelle augmentation de 30% du salaire minimum et des pensions

Venezuela info

Fidèle aux engagements de protéger le pouvoir d’achat et de maintenir continuellement le salaire plusieurs points au-dessus de l’inflation, le Président de la République Nicolas Maduro a annoncé ce mardi 29 avril une nouvelle hausse de 30 pour cent du salaire minimum des travailleurs et des revenus des retraités et pensionnés.

Le salaire minimum s’établit donc au premier mai 2014 à 4251,78 bolivars. Si l’on y ajoute les chèques d’alimentation il s’élève à 5.602 bolivars. Avec la hausse décidée en début d’année, le salaire minimum a donc augmenté de 43 % en 2014 : ¨En 15 ans de révolution, nous avons décidé, fidèles à notre politique socialiste et à notre mandat constitutionnel, 25 augmentations salariales et 25 augmentations des pensions. C’est un record, aucun autre pays ne l’a fait" a déclaré le président du Venezuela. (1) Ces annonces ont été faites lors de la Conférence nationale avec le monde du travail. ¨Sans les travailleurs nous n’aurions pas de pays, pas de patrie" a ajouté Nicolas Maduro, lui-même ex-syndicaliste du transport, qui a par ailleurs annoncé la création d’une commission présidentielle pour proposer de nouvelles améliorations à la Loi du Travail (2012) d’inspiration anti-néo-libérale. (2) En plus du renforcement des services publics gratuits (santé, éducation, etc..), cette politique de hausse continue des salaires des (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80