RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Droits des enfants
Pendant que des tags sur les murs des permanences LREM sont dénoncés comme des « attentats »...

L’impérialisme, stade suprême de la famine...

Jimmy Dalleedoo

Amal Hussain (photo) est décédée à l’âge de 7 ans le 2 novembre 2018. Cette petite Yéménite a été torturée par la faim : la photo d’elle avant sa mort est insoutenable à regarder. La maman de cette petite fille, Mme Mariam Ali, disait : « Amal était toujours souriante. Maintenant, je suis inquiète pour mes autres enfants ».

D’après le programme alimentaire mondial (PAM), un enfant de moins de cinq ans meurt de faim toutes les 11 secondes dans le monde : cela représenterait 3 millions d’enfants chaque année ! Au Yemen, les chemins humanitaires qui permettraient de convoyer des aides alimentaires ont été coupés par les forces de la coalition saoudienne : la petite Amal Hussain n’a pas bénéficié de ces aides alimentaires. Amal Hussain a été classée dans les « dommages collatéraux » : c’est-à-dire acceptables pour les pays impérialistes. Les pays impérialistes sèment la confusion, la guerre, la misère, la ruine au service du surprofit capitaliste : la famine est une arme de guerre de l’impérialisme. Pendant que des tags sur les murs des permanences LREM sont dénoncés comme des « attentats », la mort de milliers d’enfants sous les bombardements a été présentée comme un « apport de la démocratie » ! surtout lorsqu’on sait que ces armes militaires ont été vendues par la France... L’impérialisme, oppresseur des peuples Il y aurait plus (...) Lire la suite »
16 

Il faut des solutions urgentes pour les enfants colombiens touchés par la guerre

Guillermo Alvarado

Les conversations de paix pour la Colombie ont apporté la semaine dernière une nouvelle encourageante : le gouvernement et la principale force de la guérilla sont parvenus à un accord pour la sortie des campements des FARC/AP, les Forces Armées Révolutionnaires de la Colombie/Armée du Peuple, des enfants de moins de 15 ans et pour l’analyse de la démobilisation postérieure des jeunes qui n’ont pas encore atteint la majorité d’âge.

Il s’agit sans aucun doute d’un progrès important pour la paix et aussi pour la protection d’un des secteurs les plus vulnérables dans tous les cas d’affrontements armés, peu importe où ils ont lieu. Cependant, la presse de droite s’est empressée de lancer une forte campagne contre la guérilla en l’accusant de recruter des enfants. Le fait qu’un enfant ait à prendre une arme dans ses mains fait certes de la peine, or, on ne peut pas s’empêcher de se demander les raisons pour lesquelles ils sont arrivés à ce point. Pour beaucoup d’enfants colombiens, se joindre à la guérilla a été l’issue trouvée pour sauver leur vie mais aussi pour se nourrir, s’habiller, se chausser et recevoir une éducation élémentaire, des choses que la misère régnant dans leurs villages ou hameaux leur a refusé avec obstination, tout comme elle l’a fait à leurs parents et le ferait après, de toute évidence à leurs enfants. Ceux qui lancent des dards empoisonnés contre les FARC/AP cachent ou du moins ignorent, la dure réalité de l’enfance (...) Lire la suite »

Quand Israël brise l’enfance des Palestiniens

Pierre Barbancey

Un rapport publié par plusieurs organisations de la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine montre comment l’armée d’occupation viole toutes les lois.

Accolés, les deux mots sont terribles ! « Enfances brisées ». Le titre d’un rapport sous-titré : « Les mineurs palestiniens dans le viseur de la répression israélienne » (1) et cosigné par l’Acat (Action des chrétiens pour l’abolition de la torture), l’AFPS (Association France Palestine Solidarité), la Ligue des droits de l’homme, la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine et Yes Theater, avec le soutien d’Addameer, de Defense for children international-Palestine et de la Voix de l’enfant. Celles-ci recensent les multiples violations des droits de l’homme dont sont victimes les mineurs palestiniens aux mains des forces armées et de police israéliennes. Entre torture et mauvais traitements, simulacre de justice et impunité des forces de l’ordre, les associations dressent un bilan désastreux de la détention des enfants palestiniens. Gifles, coups de pied, insultes, agressions sexuelles... Les violences et les traumatismes qu’ils subissent ne se limitent pas à la période de l’arrestation. Elles (...) Lire la suite »
Crimes pédophiles et autres agressions sexuelles

Le système odieux de défense de l’église catholique

Paul ARIES

L’église de France est à son tour prise dans des affaires de pédophilie et d’agression sexuelle. J’explique dans La face cachée du pape François (Max Milo, 2016) comment la Vatican a élaboré son système de défense pour fuir ses propres responsabilités et accuser l’esprit de « Mai 68 » d’être le vrai coupable.

Est-ce pourtant anecdotique si un des prêtres lyonnais accusé d’agression sexuelle est aussi celui qui animait des messes pour la mémoire de Louis XVI ? Est-ce aussi un hasard si Mgr Barbarin, déjà célèbre pour avoir déclaré au sujet des crimes pédophiles que « la majorité des faits, grâce à Dieu, sont prescrits » est proche idéologiquement de l’Ordre occulte des Chevaliers de Colomb, cette mouvance ultraconservatrice nord-américaine qui est parvenue à faire canoniser en septembre dernier par le pape un prêtre génocidaire des indiens ? Ces champions de la « Manif pour tous » devraient balayer devant leurs portes avant d’accuser les partisans de l’égalité des droits d’être immoraux ! L’italien Massimo Introvigne, délégué général de l’Alleanza Cattolica, unr organisation d’extrême-droite, diplômé de l’Université pontificale grégorienne, enseignant au Regina Apostolorum Atheneum appartenant aux légionnaires du Christ, bien connu en France pour être le meilleur défenseur des sectes comme la scientologie, s’est fait aussi (...) Lire la suite »
22 

Dénoncer les grandes enseignes occidentales pour lutter contre le travail des enfants

Sylvain Boniface

Amnesty International & Afrewatch ont publié mardi 19 janvier 2016 les résultats de leur enquête commune au sujet du travail des enfants africains dans les mines de cobalt. L’occasion de faire un état des lieux de la situation : pour qui ces enfants travaillent-ils, dans quelles conditions, et quelles sont les initiatives mises en place pour éradiquer ce fléau.

Pour qui ces enfants travaillent-ils ? Sujet sensible pour les grandes entreprises, qui sont pourtant le dernier maillon de la chaîne de production, juste avant le client. Apple, Microsoft, Sony ou Samsung pour ne citer qu’elles, se défendent en invoquant l’impossibilité de tracer la provenance des matériaux auprès de leurs fournisseurs. Amnesty International et Afrewatch espèrent, avec la publication de ce rapport, leur prouver le contraire, puisque les deux ONG ont réussi sans trop de peine à remonter à la source de la filière. Mais qu’est-ce que le cobalt, minerai si précieux, qui fait fermer les yeux à ces multinationales sur les conditions de son extraction ? Le dioxyde de cobalt est utilisé pour jouer le rôle de cathode dans les batteries qu’utilisent nos téléphones et autres objets connectés. Il est donc essentiel au fonctionnement de ces objets qui font notre confort moderne, et le profit des sociétés les commercialisant. Un minerai à la toxicité supposée, si bien que son nom lui-même serait (...) Lire la suite »

Les larmes d’Om saad

Bachir Samir
Sur la plage des silhouettes enfantines Sous un ciel bleu, une mère, Palestine Un navire au large menaçant Un pêcheur, un filet et quatre poissons Sous un ciel bleu, un verbe oublié, une prière Une détonation,un sanglot, un cimetière Palabres de messieurs importants... Verbe sans sujet Sur la plage, un crime ...Plaintes... Sans objet Sous un ciel bleu, une charrette, un cheval blanc Au milieu des ruines, un enfant , un cerf-volant Droit de l'homme, droit de l'enfant, une pluie de dollars Sous un ciel de Palestine et d'ailleurs...Des barbares Civilisation sans verbe aux mains d'imposteurs Silence... Des messieurs réfléchissent... Om Saad pleure Lire la suite »

Nouvelles révélations sur les enfants palestiniens placés en isolement cellulaire dans les prisons israéliennes

Adri Nieuwhof
Defence for Children International-Palestina (DCI) vient de publier un rapport sur les pratiques d’Israël en 2013 à l’égard d’enfants palestiniens pendant leur arrestation, leur interrogatoire et leur incarcération. Ce rapport se base sur les témoignages de 98 enfants. Ce nouveau rapport de DCI fondé sur 98 témoignages brosse un tableau édifiant de la façon dont Israël a traité des mineurs palestiniens arrêtés. De manière générale, les enfants de la rive occidentale du Jourdain sont tirés de leur lit au milieu de la nuit par des soldats israéliens lourdement armés. Les soldats cognent violemment contre la porte, déboulent dans la maison et bouleversent toute la famille. Quelques heures après leur arrestation, les jeunes ont amenés les yeux bandés, menottés et en manque de sommeil dans les centres d’interrogatoire israéliens. Pendant l’audition ils sont soumis à de fortes pressions, avec menaces, violence verbale et physique. La plupart finissent par avouer. vidéo : La prison n’est pas un jeu d’enfant ... : (...) Lire la suite »

LES DÉRIVES DE BOKO HARAM La responsabilité indirecte de l’Occident

Chems Eddine CHITOUR

Le nom « Boko Haram » signifie « L’éducation occidentale est un péché ».

« Bismillah ar-Rahman ar-Rahim... » Au nom de Dieu, le Miséricordieux, le Compatissant. » Coran « Tu ne tueras point » (Genèse).

Et pourtant, les hommes ne se sont jamais aussi fait la guerre en ce début de XXIe siècle où on voit à des degrés divers, les guerres de religion refaire surface, les croisades, l'Inquisition et même la démonstration par les actes du « Livre de Josué » comme l'a si bien fait Israël à l'endroit des enfants de Ghaza où 400 d'entre eux périrent de la folie des hommes. On nous annonce une autre horreur. Plus de 200 jeunes filles sont enlevées par l'organisation islamique Boko Haram lors d'un raid où dit-on l'armée n'a pas réagi du fait qu'elle savait l'imminence de l'action. Quelles sont les conditions des rapts ? Où sont détenues les adolescentes ? Que dit la communauté internationale ? « (...), la secte islamiste Boko Haram détiendrait 223 lycéennes originaires de Chibok, au nord-est du Nigéria. Le rapt de ces jeunes filles a été revendiqué lundi 5 mai par le chef du groupuscule, Abubakar Shekau, qui a menacé de les « vendre sur le marché » et qu'elles seraient traitées comme des « esclaves ». Le président (...) Lire la suite »

Un vrai reportage de la TV australienne sur la torture des enfants palestiniens

Suffisamment rare pour être signalé, un documentaire de la télé australienne sur le traitement par l’armée et les colons israéliens des enfants palestiniens : arrestations de nuit à leurs domiciles, tortures physiques et psychologiques, y compris à l’aide de chiens lors des interrogatoires, viol, menaces, détention dans des lieux inconnus des parents.

Des témoins oculaires racontent en anglais différentes atrocités à l’encontre d’enfants dès l’âge de 9 ans, dont certaines ont déjà été rapportées par de nombreuses ONG sans qu’il s’ensuive la moindre sanction. L’usage de chiens pendant les interrogatoires n’est pas rare. Il va jusqu’à mettre de la nourriture sur le crâne ou les parties génitales de l’enfant interrogé, que le chien va être envoyé mangé. Le prétexte, expliquent les observateurs, est en général l’accusation de jet de pierres, mais la réalité est un objectif consistant à soutirer de la part des enfants des informations sur leur entourage et notamment les leaders de la résistance non violente. Des exemples et preuves sont rapportées, y compris par des Israéliens, concernant les menaces et les offres vicieuses pour transformer ces enfants en « collaborateurs ». Bonnes négociations MM. Obama et Abbas ! (...) Lire la suite »

Droit des enfants en situation de conflits armés : Communiqué du délégué syrien auprès des Nations Unies 

Bachar al-Jaafari

Le 7 mars 2014, le Conseil de sécurité des Nations Unies s’est réuni « pour renforcer les moyens de prévenir et de mettre fin au recrutement d’enfants soldats » [1]. Les crimes et abus commis contre les enfants syriens par les groupes terroristes armés, en Syrie et dans les camps pour réfugiés en territoire étranger, sont désormais largement documentés et ne sont plus contestés que par ceux qui ne veulent rien entendre et qui continuent à manipuler l’opinion publique pour des raisons évidentes non encore avoués et, sans doute, inavouables. Pour mémoire, voici la traduction intégrale de l’intervention du Docteur Bachar al-Jaafari, délégué syrien permanent auprès des Nations Unies. Il n’est pas inutile de la comparer à celle du 17 juin 2013 sur le même sujet [2]. [Ndt].

Monsieur le Président, permettez-moi de commencer par faire remarquer à la personne qui vient de nous apprendre qu’elle s’est rendue personnellement dans les camps de réfugiés, en Turquie, que je souhaiterais qu’elle se rende aussi en Syrie. Ainsi, elle pourrait observer la situation de millions d’enfants syriens, et non seulement celle de dizaines ou de centaines de milliers d’entre eux. Des millions d’enfants qui endurent les tirs de mortiers et l’enrôlement imposé, de force, par les groupes de terroristes armés, comme le disent les communiqués de Madame Leila Zerrougui - Représentante spéciale du Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies - et sur lesquels nous reviendrons. Oui... j’aimerais que cette personne se rende, personnellement, en Syrie pour voir l’exacte réalité vécue de l’autre côté de la frontière. Ceci étant dit, j’ai écouté attentivement toutes les interventions de ce matin et j’aimerais profiter de cette occasion pour affirmer, de nouveau, que le gouvernement de la République (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30