RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Hezbollah

Liban. Aoun : “Le Hezbollah représente la résistance face à Israël”

Stefano MAURO

« Une partie de l’opinion publique étrangère prétend que le Hezbollah est le principal problème de notre pays. Au contraire, le mouvement chiite représente la Résistance contre la menace israélienne, comme on l’a vu en 2000 et 2006 ». Interviewé par le journal français Le Figaro, le chrétien-maronite Michel Aoun, Président de la république libanaise, a clairement dénoncé les accusations persistantes des médias étrangers selon lesquelles le pays des cèdres est l’otage du Hezbollah.

Aoun a également précisé que, compte tenu de l’excellent climat de collaboration avec le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, un accord précis avec les milices chiites fait « partie intégrante du système de défense nationale, sous le commandement du Président qui est son chef ». A propos des polémiques internes sur l’intervention chiite en Syrie, le président libanais a répété que l’action menée contre Daech et Al Nousra avait permis au pays des cèdres de résister à la menace djihadiste et au risque de désintégration en cantons ou régions communautaires et confessionnelles. « Notre problème » – a déclaré Aoun – « est plutôt une ingérence étrangère dans nos politiques ainsi que les fréquentes provocations israéliennes à l’intérieur des frontières nationales ». Une référence précise à l’épisode de lundi dernier où, pour la première fois, deux F-16 israéliens ont été interceptés par deux chasseurs russes et ont été forcés de retourner dans l’espace aérien de Tel-Aviv étant donné que, après le fait du II 20 qui (...) Lire la suite »

Le Hezbollah en guerre (1) : l’avertissement de Hassan Nasrallah à Israël le 12 juillet 2006

Source : Sayed Hasan
Jeudi 12 juillet 2018 Conférence de presse de Hassan Nasrallah suite à la capture de deux soldats israéliens le 12 juillet 2006 par le Hezbollah. Traduite pour la première fois à l'occasion du 12ème anniversaire de l'événement. Tous les discours du Secrétaire Général du Hezbollah durant la guerre de 2006, inédits en français, seront intégralement publiés à leur date anniversaire cet été. Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr « L'ennemi israélien sait bien à quel point nous sommes sérieux, capables et prêts (à la guerre), il sait que nous assumons nos responsabilités et que nous avons le courage requis et la maîtrise de nos nerfs, ce qui nous permet de réfléchir (et d'agir) avec un esprit froid (et lucide). » Hassan Nasrallah, 12 juillet 2006. En prévision de la Grande Guerre de Libération annoncée par Sayed Hassan Nasrallah, il est bon de savoir précisément ce qui s'est passé durant la guerre de l'été 2006, véritable épopée dont le détail des événements reste méconnu du public occidental, de même que (...) Lire la suite »

Syrie-Hezbollah, cauchemar de l’impérialisme

Bruno GUIGUE
« La guerre, disait Clausewitz, met fin par le sang à une divergence d’intérêts ». Contrairement à une idée reçue, les USA et leurs alliés n’ont pas tenté d’abattre la Syrie pour s’emparer de ses hydrocarbures. Les projets gaziers du Qatar expliquent peut-être son engagement au côté des insurgés, mais ils n’ont pas suffi à nourrir un conflit d’une telle ampleur. La rage destructrice des parrains de cette guerre meurtrière n’était pas davantage motivée par la défense des “droits de l’homme”. Seuls les esprits crédules ont pu croire de telles sornettes, accréditées il est vrai par un déluge de propagande sans précédent. La véritable raison de cette guerre par procuration n’est ni économique ni idéologique. Déployant des moyens colossaux, l’impérialisme avait un autre objectif, beaucoup plus ambitieux : il entendait conjurer une menace stratégique. En détruisant la Syrie, Washington espérait liquider le seul Etat arabe qui soit resté debout face à Israël, et qui appuie sans réserve la résistance armée à l’invasion sioniste. (...) Lire la suite »
11 

Liban - Démission d’Hariri – Première salve de la guerre saoudienne contre le Hezbollah

Moon of Alabama
Mise à jour (5 Nov, 15h) - après la publication de cet article, les dirigeants saoudiens ont procédé à un "nettoyage" en Arabie Saoudite. De nombreux princes et hommes d'affaires ont été arrêtés. On en reparlera. Il y a quatre jours, nous avons posé cette question : Est-ce que le « modéré Al-Qaïda » s'est fixé le Hezbollah pour cible ? La réponse implicite de cet article était « Oui, la guerre arrive au Liban ». Aujourd'hui, le Premier ministre libanais Saad Al-Hariri a démissionné en faisant une déclaration écrite par l'Arabie Saoudite sur la chaîne de télévision saoudienne Al Arabia (vidéo). C'était la première salve. L’axe Saoudo-Israélo-Américain perdra cette guerre et c’est l'Iran et la Russie qui vont y gagner. Au début de la semaine, Thamer al-Sabhan, le ministre saoudien extrêmement sectaire des Affaires du Golfe, avait menacé le Hezbollah libanais et annoncé une surprise : Le belliqueux ministre saoudien des Affaires du Golfe, Thamer al-Sabhan, a appelé lundi à « renverser le Hezbollah » et a annoncé (...) Lire la suite »

L’Iran et la Résistance libanaise en ligne de mire

Mohamed EL BACHIR
« Les Etats-unis et l’Etat israélien ne sont pas dans le système internationale, ils sont au-dessus. Surplombant les nations, ils sont prêts à être les porteurs de la Loi. » (1) Après Trump 1, voici venu le temps de Trump 2 En peu de temps, le Président américain a changé de position concernant la Syrie, en passant du chaud au froid. Pour mémoire, au yeux de Trump 1 , le Président syrien n'était plus une priorité dans la stratégie américaine au Moyen-Orient. L'effort serait concentré sur l'éradication des groupes terroristes selon ses dires. En autorisant, le 7 avril, le bombardement de la base aérienne d'Al Charayrate tout en déclarant que Bachar El Assad n'est plus une option, le monde a pris connaissance de l'existence de Trump 2.Dans la foulée, l'ambassadrice américaine, Nikki Haley, a jugé utile de préciser que Washington demeure focaliser sur la lutte contre l'Etat islamique et l'influence iranienne dans la région. Cependant, le besoin de rappeler que les Etats-Unis reste concentrés sur la lutte (...) Lire la suite »

Les "néocons" battus à Alep veulent toujours la peau du Hezbollah.

Jacques-Marie BOURGET

Alors que la coalition des nouveaux impérialistes se réjouissait par avance d'un coup double à jouer en Syrie, éliminer Bachar et le Hezbollah tout en écorniflant l'Iran, voilà que l'organisation de résistance libanaise sort renforcée de la victoire d'Alep. Il faut donc abattre Nasrallah et ses troupes par un autre moyen, le vieille arme de la CPI et des "crimes de guerre". La machine est en route.

Ce qui est pénalisant dans le vieillissement ce n’est pas seulement la difficulté que l’on éprouve à lacer ses chaussures, c’est que l’on parle de moments d’histoire que personne n’a connus. Outre les amis bancals qui vous accompagnent sur le chemin du cimetière. Ainsi Geneviève Tabouis, une journaliste qui a déclamé pendant trente ans ses chroniques sur « Radio Luxembourg », ça ne vous dit rien ! Cette amie d’Eleonor Roosevelt et de Joseph Staline avait coutume de démarrer son couplet par un sonore « Attendez-vous à savoir... ». N’étant ni l’ami de Melania Trump ni le cousin de Vladimir Poutine, je m’autorise quand même à vous lancer mon personnel « Attendez-vous à savoir... ». Attendez-vous à savoir que dans les ateliers de Washington, là où l’on forge si bien le mensonge, une grande campagne est en cours de montage. Une entreprise de première grandeur qui mobilise aussi les orfèvres israéliens, toutes les petites mains du lobby néoconservateur et les forces pures et vives de ces organisations non (...) Lire la suite »
L’Arabie Saoudite et les Etats du Golfe ont rejoint les pays occidentaux en classant le Hezbollah comme organisation terroriste

Hezbollah contre les « Etats qui fomentent le terrorisme » (Silent Crow News)

Timothy Alexander Guzman
Le Conseil de Coopération du Golf (CCG) qui comprend l'Arabie Saoudite, Bahreïn, Koweït, Oman, le Qatar et les Émirats Arabes Unis (EAU), considère désormais le Hezbollah comme une « organisation terroriste » qui a participé à des « actions hostiles », selon un récent rapport d’Al Jazeera. Le CCG est composé de pastiche que l’occident parraine. A leur bilan, ils font partis des pays qui respectent le moins les droits humains et sponsorisent, à travers le monde, de nombreuses organisations terroristes, y compris ISIS et Al-Qaïda. Al Jazeera a interviewé Secrétaire général du CCG Abdullatif al-Zayani qui a affirmé « la milice [Hezbollah] a recruté des jeunes [du Golfe] pour des actes terroristes » bien que l'Arabie Saoudite et la Turquie, ainsi que les Etats-Unis, aient soutenu ISIS et d'autres organisations terroristes. Revenons d’abord sur l'histoire du Hezbollah sur la façon dont ils sont devenus une force de résistance politique. Le Hezbollah est une organisation politique et militaire chiite basée au (...) Lire la suite »

Le plan saoudo-sioniste contre le Hezbollah : intimidation ou réalité ? (Al-Thawra)

Amin HOTEIT
Immédiatement après sa défaite au Liban en 2000, Israël a commencé à chercher la riposte qui compenserait son échec face au Hezbollah. Pour cela, il a organisé la première « Conférence d’Herzliya », puis a exécuté une série d’actions hostiles contre la région, avant d’en arriver à sa guerre contre le Liban en 2006 ; une agression sur laquelle ont misé les tenants du projet américano-sioniste comme point de départ de la création d’un Moyen-Orient contrôlé par les États-Unis où il n’y aurait plus place pour la Résistance et tous ceux qui pourraient y songer [1]. Mais le combat héroïque du Hezbollah a dissipé ses rêves hostiles. Il est sorti victorieux de cette guerre, instaurant les bases d’’une « dissuasion active » douloureuse pour Israël. L’une des conséquences de cette victoire de 2006 fut le virage des planificateurs de ce projet d’occupation colonisatrice vers la stratégie dite du « soft power », telle qu’adoptée par les Forces de l’OTAN en 2010, avec pour résultat l’incendie catastrophique présenté par l’Occident (...) Lire la suite »

Syrie : Interview de Mohammad Raad, Député du Hezbollah

Mohammad Raad
Mohammad Raad, Chef du bloc parlementaire du Hezbollah et figure historique du Hezbollah, réfute ici la propagande mondiale (qui ne cesse d'annoncer la chute imminente du Président syrien Bachar al-Assad) en lui opposant la vision stratégique du Hezbollah. Les forces loyalistes sont en position de force, et tous les indices assurent l'exceptionnelle solidité de l'Etat syrien, ainsi que la force et la détermination de son Armée (dont les exploits sont occultés) et de ses alliés. Mohammad Raad révèle pour la première fois le nombre de martyrs du Hezbollah en Syrie, inférieur à 500 (contre une centaine dans la guerre de 2006), et réaffirme le caractère incontournable de la personne de Bachar Al-Assad dans toute résolution du conflit. Transcription : [...] Journaliste : D'après vous, au Hezbollah, quand est-ce que cette guerre (en Syrie) pourra prendre fin ? Peut-elle encore durer des années ? Mohammad Raad : Lorsque le gouvernement américain et l'Occident qui gravite dans son orbite, ainsi que les (...) Lire la suite »

Nasrallah s’attaque au takfirisme

Ammar BELHIMER
Aucun dogme, de quelque nature qu’il soit, ne peut transcender durablement les intérêts fondamentaux, nécessairement contradictoires, qui s’opposent parmi ses adeptes. Le discours religieux emprunte, lui aussi, forcément, la voie étroite de ces intérêts. S’agissant plus particulièrement de ce qui incarne les aspirations à la dignité et à la justice sociale, le Hezbollah incarne, à bien des égards, tout à la fois la vieille gauche radicale arabe, le réformisme religieux et le nationalisme le plus conséquent. Il est, à lui seul, plus performant que tous les syndicats, les partis et associations de gauche du monde arabo-islamique réunis. Depuis qu’il a brisé le mythe de l’invincibilité de l’armée d’Israël au cours de la deuxième guerre du Liban, il a gagné l’estime et le respect de larges secteurs de l’opinion publique, dans le monde arabe et au-delà. Une lecture attentive des deux derniers discours de son leader témoigne de la constance de positions fondées sur une analyse lucide et sans concession. Qu’on partage (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20