RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : NED National Endowment for Democracy
Au sujet des manifestations à Hong Kong !

Nouvelle attaque de la CGT contre la Chine

Jean-Pierre PAGE

Vous trouverez ci-dessous une nouvelle déclaration de la CGT sur les évènements à Hong Kong. Elle était prévisible et recoupe sur tous les points celle de la CSI, dont on attend encore qu’elle s’inquiète de la répression du mouvement social en France.

Je me suis exprimé plusieurs fois sur ce sujet et en particulier sur « le mouvement des parapluies » à Hong Kong de 2016. Celui que nous vivons actuellement en est issu et n'est pas indifférent à la guerre commerciale, monétaire, militaire qui s’aggrave entre les Etats Unis et la Chine. Elle constitue une des sources les plus importantes de la conflictualité mondiale. Elle peut déboucher sur une troisième guerre mondiale. En fait cette guerre est aussi engagée sous des formes multiples et dans de nombreux domaines comme par exemples celui de l'intelligence artificielle ou le contrôle des terres rares ou encore les importantes perspectives de développement économique et social des futures « routes de la soie ». Par ailleurs les USA ne font pas mystère de leur volonté d’empêcher et repousser toutes alliances anti-hégémoniques en Eurasie. C’est à dire toutes formes de contestation de leur suprématie en déclin dans cette région si stratégique pour le devenir de l’humanité. Ceci constitue une de leurs (...) Lire la suite »
22 
L’édition 2018 vient de sortir, écrite par un jury masqué, plus proche de Trump et de Gattaz que de la vérité.

Pourquoi et comment le « Classement mondial de la liberté de la presse » de Reporters sans frontières est une farce

Maxime VIVAS

Régulièrement, les médias, les partis politiques, les associations de défense des droits de l’homme se réfèrent au « Classement mondial de la liberté de la presse » établi par Reporters sans frontières.
Cette année, le rapport de cette organisation est affecté d’un sous titre : « La haine du journalisme menace les démocraties ». Vous suivez mon regard vers un leader politique français ?

RSF a la prudence de ne pas le nommer pour garder à son rapport bidon un vernis d’impartialité. Mais, le 4 mars 2018, son nouveau patron (Christophe Deloire) avait vivement confié à Jean-Jacques Bourdin ce qu’il pensait de Jean-Luc Mélenchon et de sa « haine des journalistes » Le rapport 2018 de RSF est agrémenté d’un chapô qui appuie sur cette question : « L’édition 2018 du Classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières (RSF) témoigne de l’accroissement des sentiments haineux à l’encontre des journalistes. L’hostilité revendiquée envers les médias, encouragée par des responsables politiques et la volonté des régimes autoritaires d’exporter leur vision du journalisme menacent les démocraties ». Il faut le (re)dire aux organisations qui soutiennent les pays en lutte contre l’impérialisme, à celles qui militent contre les oligarchies, contre le MEDEF, contre les milliardaires qui phagocytent l’information : RSF n’est pas une ONG, mais leur ennemie. Se référer à elle est aussi (...) Lire la suite »
29 

Un éminent Néoconservateur appelle les Etats-Unis à renverser Poutine (Consortium News)

Robert PARRY

Le président néoconservateur de la National Endowment for Democracy [NED – Fondation Nationale pour la Démocratie], financée par les contribuables américains, a appelé le gouvernement US à « trouver le courage » pour organiser le renversement du président russe Vladimir Poutine, en affirmant que le meurtre d’une journaliste russe, dix ans après, devrait en être l’inspiration.

Carl Gershman, qui dirige la NED depuis sa fondation en 1983, n'avance aucune preuve de la responsabilité de Poutine pour la mort d'Anna Politkovskaïa, mais utilise une colonne complète dans le Washington Post de vendredi pour créer cette impression, qualifiant sa mort de « fenêtre sur Vladimir Poutine, l'autocrate du Kremlin que les Américains regardent pour la première fois ». Gershman termine son article en écrivant : « Politkovskaya a reconnu le danger [en Poutine], mais elle et d'autres libéraux en Russie n'étaient pas assez forts pour l'arrêter. Les États-Unis ont le pouvoir de contrer et écarter ce danger. La question est de savoir si nous sommes capables de trouver le courage pour le faire. Se souvenir de Politkovskaïa peut nous aider à relever ce défi. » Le fait que Gershman demande aussi directement l'éviction du président russe, qui est clairement populaire, prouve une fois de plus que la NED est un véhicule piloté par les néoconservateurs qui cherche à créer les conditions politiques d'un (...) Lire la suite »

Libération, ne faites pas de Reporters sans frontières une ONG normale

Maxime VIVAS

Le nouveau patron de RSF, Christophe Deloire (un clone miniature de Ménard), publie dans Libération une tribune anti-castriste intitulée : « Monsieur Hollande, ne faites pas de Raul Castro un président normal ».

On y lit les mêmes choses qu’on lisait, il y a un quart de siècle, dans le RSF de Ménard, actuel maire FN de Béziers. Il faudrait un livre pour y répondre. Et justement, j’en ai écrit un, en 2007 (« La face cachée de Reporters sans frontières »). J’y renvoie les esprits curieux, mais je relève ici deux entourloupes de Deloire dans Libération : 1- « En 2015, il [Cuba] occupait la 169ème place - sur 180 pays - au Classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières (RSF) ». Quand j’écrivais mon livre, et en application de la loi sur les organisations reconnues d’utilité publique, j’avais demandé à RSF de me fournir un certain nombre d’informations qu’elle cache au public et que j’ai pu publier (dont le montant annuel et l’origine des subventions reçues en dollars depuis les USA). Je m’étais intéressé aussi au « Classement mondial de la liberté de la presse » et j’avais ainsi obtenu de RSF des précisions qui me permirent de conclure à la tromperie. Pour ses classements (je cite ce (...) Lire la suite »

Une radio anti-cubaine émet depuis Issoudun (France)

José FORT
On savait le gouvernement français capable d’interdire le survol de l’Hexagone à l’avion présidentiel bolivien à la demande de Washington fantasmant sur la présence à bord d’Edward Snowden. Cette fois, on apprend qu’une radio anti gouvernementale cubaine « Radio Republica », porte voix d’un groupe établi à Miami (« Directoire démocratique cubain », financé par la « Fondation nationale pour la démocratie » qui a pris le relais de la CIA) émet depuis le sol français. Plus précisément depuis le centre émetteur de radio en ondes courtes d’Issoudun dans l’Indre, géré par TDF. Ce trafic des ondes a lieu dans la discrétion la plus absolue. Le député André Chassaigne vient d’interpeller la ministre de la Culture et de la communication, Mm Aurèlie Filipetti sur « la légalité de l’émission d’une radio étrangère à partir d’un émetteur TDF ». En attendant la réponse, il n’est pas interdit ou plutôt il est recommandé de poser quelques questions. Le « directoire démocratique cubain » et sa radio « républica » ? Cette organisation (...) Lire la suite »

Les élections de 2016 et ces Congolais(es) qui ont perdu la vue !

Mbelu Babanya Kabudi
« Ils nous dominent plus par l'ignorance que par la force. » Simon Bolivar Nous avons un problème. Un problème très sérieux. Plusieurs d'entre nous doivent avoir perdu ou la tête ou la vue. Ou les deux à la fois. Que ceux qui en doutent suivent attentivement la vidéo de la dernière conférence du Président de la CENI aux Etats-Unis. Ils verront que la dénomination ''NED'' (la Fondation pour le développement de la Démocratie) apparaît sur un mur. Il n'est donc pas exclu que cette organisation étasunienne soit parmi les organisateurs de cette conférence sur les futures élections en RDC. D'ailleurs, ce n'est un secret pour personne que plusieurs ONG de droits de l'homme et certains partis politiques en RDC bénéficient du soutien de la NED et de l'USAID. Revenons à la NED. Qui ont été et sont les membres de son Directoire ? Plusieurs figures de l'establishment conservateur étasunien dont Henry Kissinger, Madeleine Albright, Francis Fukuyama, Zbigniew Brzezinski, John McCain, Paul Wolfowitz, etc. Et (...) Lire la suite »
De « Vive Le Pen ! » à « Vive l’Algérie française ! » en venant de Reporters sans frontières…

« L’irrésistible déchéance de Robert Ménard, candidat du Front National » et poisson-pilote d’un projet de coalition FN/UMP

Maxime VIVAS

Ce texte est celui d’une conférence faite par Maxime Vivas le 1er septembre 2013 à l’Université d’été du PCF aux Karellis (Savoie).

La stratégie du Front National et d’une partie de l’UMP est ici épinglée : celle qui veut faire sauter le barrage qui sépare depuis la Libération l’extrême-droite de la droite classique. Alors pourrait être créé un grand « parti patriote » dont la composition traverserait une partie de l’arc politique pour rendre durablement la gauche minoritaire. Doté d’une auréole imméritée, Robert Ménard milite pour la dédiabolisation du FN. Candidat investi par le FN à Béziers pour les élections municipales de 2014, il a réussi quelques belles prises, dont Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République), Christian Vanneste (Rassemblement Pour la France), il promet de pêcher quelques encartés UMP et UDI et il a tenu dans son épuisette (un temps ?) un notable socialiste qui ne voyait aucun problème à travailler avec lui.
Or, comme on le sait ici, de telles « porosités » sont des aubaines pour les virus mortels qui s’attaquent à tout ce qui n’est pas la bête immonde.

Le Grand Soir.

En publiant ce petit livre « L’irrésistible déchéance de Robert Ménard, candidat du Front national », l’éditeur Arcane 17 n’ignorait pas que Robert Ménard a essayé plusieurs fois déjà de me faire taire, dont deux fois avec une menace de procès par voie de presse : Dans le journal Métro du 6 avril 2006, en réponse à une interview sur le Venezuela que j’avais accordée à ce quotidien (et où j’évoquais Reporters sans frontières) il menaçait : « Au-delà de ce droit de réponse, Reporters sans frontières se réserve le droit de poursuivre Maxime Vivas en justice. » Dans le quotidien suisse La liberté du 22 décembre 2007, en réponse à une conférence que j’avais donnée à Fribourg en présentation de mon livre « La face cachée de Reporters sans frontières » il récidivait : « Nous avons toujours hésité à poursuivre en diffamation ce genre de propos. Se pose aujourd’hui la question d’y répondre autrement, vu la persistance de ces attaques… » Les menaces sont savoureuses, venant d’un homme qui professe que tous les écrits peuvent être (...) Lire la suite »
38 

La Guerre Humanitaire de la NED et de la FIDH en Syrie

Julien TEIL
La National Endowment for Democracy, ou la NED, est une organisation qui se présente comme une ONG officiellement dédiée "à la croissance et au renforcement des institutions démocratiques dans le monde". Mais en réalité il s'agit d'un organisme financé à hauteur de 95% par le congres des États-Unis. C'est sous l'administration Reagan que sa création fut officialisée en 1982. La nature de la NED a conduit de nombreux intellectuels et chercheurs contemporains à la décrire comme une officine permettant aux services secrets américains de renverser les régimes qui ne conviennent pas au Département d'État. Cette critique fut notamment étayée par les propos d'Olivier Guilmain, chercheur au CECE (Centre d'Etudes Comparatives des Elections), lors d'une session d'information au Sénat français portant sur l'encadrement financier du processus électoral. En effet, la NED finance des partis d'opposition dans de nombreux pays et prête une assistance particulière aux exilés et opposants des régimes visés par le (...) Lire la suite »

Barack Obama, prix Nobel de la Paix, part en guerre contre l’ALBA

Cecile LAMARQUE
Vendredi 10 octobre, le Comité d'Oslo a attribué le Prix Nobel de la Paix à Barack Obama « pour ses efforts extraordinaires en faveur du renforcement de la diplomatie et de la coopération internationales entre les peuples ». Chapeau-bas au Comité norvégien ! A la Maison Blanche depuis seulement 8 mois, qu'a-t-il fait, concrètement, pour la paix ? Obama n'est-il pas davantage récompensé pour ses exercices rhétoriques que pour ses accomplissements dans le domaine de la paix ? A la tête de la Nation la plus puissante du monde, Obama porte la lourde responsabilité des actions belligérantes que les États-Unis persistent à déployer aux quatre coins de la planète. La nouvelle administration n'entend pas corriger les bavures du passé ni mettre un terme aux violations notoires des droits humains et des libertés qu'elle commet sur son propre territoire et à l'étranger par ses ingérences brutales. Avec son budget toujours en hausse |1|, le plus élevé au monde, l'armée états-unienne est toujours stationnée en (...) Lire la suite »

L’ingérence a gagné les élections au Venezuela

Eva GOLINGER

Des années de travail pour pénétrer des communautés et financer des projets et programmes prétendument démocratiques et à vision antisocialiste ont réussi à remettre ces communautés dans les mains de l’opposition.

C'est le cas de Petare (commune de Sucre, Etat de Miranda ), de Catia (commune de Libertador, Caracas) et d'autres où se concentre la grande majorité de la population de Caracas et de Miranda. Une stratégie à but séparatiste et l'infiltration des paramilitaires à Zulia et Táchira ont réussi à assurer à une opposition subordonnée à l'agenda de Washington et aux objectifs du Plan Colombie qui infestent la région, le contrôle de ces territoires tellement importants pour la sécurité de l'État. Il ne s'agit pas seulement des 4,7 millions de dollars investis par l'Agence Internationale du développement des États-Unis (USAID), par la National Endowment for Democracy (NED) et ses agences affiliées dans la campagne pour les élections régionales du 23 novembre 2008. Il s'agit également des 50 millions de dollars accordés et utilisés depuis 2000, avec l'aide d' experts du Nord, pour construire une base solide de l'opposition. En effet, celle-ci a commencé, à partir de 2004, à avoir pour objectif la pénétration des (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10