RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Auteur : Romain MIGUS
Comme les Français, les Vénézuéliens n’écoutent pas Macron

En direct du Venezuela : La mayonnaise Guaido ne prend pas

Romain MIGUS

Contrairement à des médias payants et subventionnés, le Grand Soir, site d’information gratuit, s’attache le concours de journalistes qui sortent de leur bureau, ne se contentent pas de se lire entre eux ou de lire les dépêches de l’AFP, ont une certaine idée de la vérité et du respect du lecteur. Lisez. - LGS

Caracas. 7 heures du matin. Le soleil se pose sur les montagnes de l’Avila entourant la ville, qui commence à fourmiller. Des files de personnes descendent la colline où se perche le barrio El Manicomio pour rejoindre l’avenue Sucre, l’artère principale qui se faufile entre les quartiers populaires de l’Ouest de la Capitale. Des dizaines d’enfants en uniforme scolaire, certains cavalant d’autres aux mains de leurs mamans prennent le chemin de l’école. Je pense à ma fille qui elle, en raison d’un conflit social en France, restera à la maison. A quelques encablures de là, des militaires en armes boivent un café au check point qui mène à Miraflores, le Palais Présidentiel. L’image de Caracas respirant la normalité contraste brutalement avec celle que l’on peut avoir d’un pays menacé d’intervention militaire par l’administration Trump. Une vie quotidienne à mille lieux des annonces de la « révolution vénézuélienne » qui commence à s’imposer dans nos médias. Juan Guaido, nouveau Frankenstein politique crée (...) Lire la suite »
Petit florilège presque exhaustif des invités au bal des Faux culs

Propagande contre le Venezuela

Romain MIGUS

S’ils s’asseyaient ensemble autour d’une table, on aurait l’impression d’assister à un dîner de cons, tant il est évident qu’ils n’ont politiquement pas de la lumière à tous les étages.
Lisez ce qui suit, c’est très court et suffisant.
LGS.

Le président français, Emmanuel Macron, ordonne á Nicolas Maduro de ne pas réprimer l’opposition MAIS IL OUBLIE les 3.300 arrestations et les 2000 blessés liés à la répression du mouvement des gilets jaunes. Le président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, donne huit jours à Nicolas Maduro pour organiser des élections MAIS IL OUBLIE qu’il n’est à son poste que grâce à une motion de censure, et non par des élections libres. Le président des Etats-Unis, Donald Trump, accuse Nicolas Maduro de ne pas être légitime car le président vénézuélien n’a été élu qu’avec 30,45% des inscrits, MAIS IL OUBLIE que seulement 27,20% des électeurs étatsuniens l’ont choisi. Le président colombien, Ivan Duque crie à la “narco-dictature vénézuélienne” MAIS IL OUBLIE que 65% de la cocaïne dans le monde est fabriqué en Colombie, sous le regard complaisant des autorités du pays. Le président brésilien, Jair Bolsonaro, est préoccupé par les droits de l’Homme au Venezuela MAIS IL OUBLIE qu’il a déclaré que les mouvements sociaux qui (...) Lire la suite »
11 

Coup d’Etat en cours au Venezuela

Romain MIGUS
Posons d’emblée une question à nos lecteurs. Imaginez que les plus hautes autorités chinoises appellent les Gilets jaunes à prendre les rues de Paris et des grandes villes françaises. Imaginez que la Russie décide de ne plus reconnaître le président Macron et déclare que le nouveau président français légitime est Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon. Imaginez que l’Iran finance et arme des groupes paramilitaires pour mettre le pays à feu et à sang. Comment appelleriez vous cela ? Peu importe l’opinion que vous ayez de M. Macron, seriez-vous prêts à accepter pareille ingérence étrangère dans les affaires de notre République ? Situation incongrue ? Et pourtant c’est exactement ce qui est en train de se dérouler au Venezuela. On ne pourra pas dire que le scénario n’avait pas été annoncé. Dès le 8 janvier, deux jours avant la prestation de serment de Nicolas Maduro, l’Assemblée nationale du Venezuela avait voté illégalement une Loi sur la transition dans le but de s’emparer du pouvoir exécutif. Les USA et leurs (...) Lire la suite »
16 

Tout comprendre à la nouvelle offensive contre le Venezuela

Romain MIGUS
L’investiture de Nicolas Maduro, ce jeudi 10 janvier, provoque déjà des remous politiques et médiatiques. Élu le 20 mai 2018, le président du Venezuela doit faire face à une opération concertée et planifiée des Etats-Unis et de leurs alliés. Prenant pour prétexte initiale les conditions électorales qui ont permis la victoire de Mr Maduro, une poignée de gouvernements, repeinte pour l’occasion en « communauté internationale » par le truchement des transnationales de la communication, a décidé d’augmenter d’un cran la pression sur le Venezuela bolivarien. Comme c’est devenu une habitude dans le cas du Venezuela, la plupart des médias dominants se vautre dans les infox et oublie jusqu’au sens même de la déontologie journalistique. Il convient, pour le lecteur scrupuleux et avide de démêler le vrai du faux, d’exposer les faits, de revenir sur les conditions de l’élection de Mr Maduro, et d’analyser la stratégie de Washington pour punir un Peuple jugé, depuis maintenant 20 ans, trop rebelle et encombrant. Des (...) Lire la suite »

Interview sur Radio Galère à propos du Venezuela mais pas que...

Romain MIGUS
Description : 0’16 : Présentation 3’24 : Le néolibéralisme en Amérique Latine et les réactions populaires 7’35 : Comment est née la Révolution Bolivarienne ? 10’20 : Vers une Assemblée Constituante 11’00 : Le RIC (et ses mécanismes) inscrit dans la Constitution du Venezuela 18’25 : Parallèle entre le Venezuela des années 90 et la situation française actuelle et les gilets jaunes 21’32 : Le Venezuela fait tache en Amérique Latine 23’30 : Réponses des élites 25’30 : L’organisation populaire au Venezuela : Piliers de la Révolution (Comités, Conseils Communaux, Communes) 32’15 : “Soyez autonomes, organisez vous” 37’00 : L'opposition á la Révolution Bolivarienne s’organise 43’29 : La Guerre de IVe génération au Venezuela 46’10 : Le Venezuela s’adapte à ce type de guerre : l’Alliance Civico-Militaire 50'40 : Musique : Omar Enrique, Los Cadillacs y Hany Kauam "Chávez corazón del Pueblo" 54’50 : Les sanctions des Etats-Unis et la guerre économique contre le Venezuela 1’07’09 : Mythes et réalités de la migration vénézuélienne (...) Lire la suite »

Le Referendum d’Initiative Citoyenne (RIC) est inscrit dans la Constitution du... Venezuela

Romain MIGUS
En 1989, asphyxié par des mesures néolibérales, le Peuple vénézuélienne est à bout. Une ultime mesure le fera descendre dans la rue : l’augmentation du prix de l’essence. La répression sera sauvage : 2000 morts, mais dés lors, un nouveau sujet historique fait son apparition sur la scène politique. La grande majorité du Peuple vénézuélien, laissé pour compte par les élites politiques et économiques n’entend pas s’arrêter là. Cela prendra dix ans. Et en 1999, Hugo Chávez accède au pouvoir en lançant les bases d’une Assemblée Constituante. Partout dans le pays, des dizaines de milliers de personnes précarisées, oubliées, se réunissent en comité et élaborent des propositions qui sont débattues au sein de l’Assemblée Constituante. En 2000, la nouvelle Constitution est approuvée par référendum. Parmi les 350 articles de cette nouvelle charte suprême, 3 sont particulièrement inventifs. L’article 72 : Tous les mandats sont révocables par referendum, y compris celui du président de la République. L’article 73 : Les projets (...) Lire la suite »
22 

Comprendre le blocus contre le Venezuela : le vécu et les faits (2/2)

Romain MIGUS
Deuxième partie : les faits. La chronologie qui suit nous permet de répondre à trois questions essentielles pour comprendre le blocus contre le Venezuela : « Qui impose le blocus ? A qui l’imposent-il ? Et pourquoi ? » (1). A la lecture des mesures prises, la réponse à la première question saute aux yeux : ce sont les Etats-Unis, suivit par leurs vassaux latino-américains ou européens. Les faits parlent d’eux-mêmes. Cela se passe de commentaires ou d’interprétations douteuses. La réponse à la deuxième question coule aussi de source. Alors que certains commentateurs s’évertuent à relayer les éléments de langage de l’administration étatsunienne faisant croire qu’il ne s’agit que de sanctions ciblées sur des personnes, la lecture de ce document nous amène à une conclusion logique. C’est bien le Peuple vénézuélien tout entier qui est visé. Ce qui est d’ailleurs explicitement revendiqué par le pouvoir des Etats-Unis C’est d’ailleurs pourquoi nous ne mentionnons pas les sanctions contre des membres de l’Etat (...) Lire la suite »

Comprendre le blocus contre le Venezuela : le vécu et les faits (1/2)

Romain MIGUS
Première partie : le vécu. Au mieux la guerre économique et le blocus financier contre le Venezuela sont généralement invoqués comme un détail sans importance ou une invention du gouvernement, au pire, et dans l’extrême majorité des cas, elle est complètement passé sous silence. Il ne s’agit pas ici de faire une révision exhaustive des politiques économiques de la Révolution Bolivarienne. Si la majorité d’entre elles ont eu un apport bénéfique pour le pays, certaines ont pu être ponctuées d’erreurs, et ont pu avoir des conséquences dans la crise économique que traverse actuellement le pays. Cependant, il est indéniable que les manœuvres et les sanctions contre l’économie vénézuélienne ont un impact prédominant dans la situation économique actuelle. Et aujourd’hui, il est impossible d’analyser objectivement la situation au Venezuela sans passer par une étude minutieuse du blocus financier et de la guerre économique. Ces sanctions ne sont pas propres au Venezuela. Elles proviennent d’un arsenal de mesures (...) Lire la suite »

Le Brésil de Bolsonaro et les relations internationales

Romain MIGUS
Ca y est. « Ele foi eleito presidente ». Il est élu. Lui, c’est Jair Messias Bolsonaro, le nouveau président du Brésil. Ces derniers jours, impossible d’échapper aux différents commentaires – généralement d’indignation – qui accompagnent le résultat des élections présidentielles dans la 8e puissance mondiale. Cette effervescence médiatique autour du nouveau président brésilien s’explique par deux phénomènes. D’une part, elle est en partie motivée par la déferlante actuelle de nouveaux acteurs populistes conservateurs sur la scène politique occidentale. Jair Bolsonaro viendrait en effet confirmer une tendance actuelle à la contestation apparente d’un ordre politique qui allait de soi, il y a encore quelques années. D’autre part, le retentissement de l’élection de cet homme politique, aux déclarations aussi violentes que controversées, est aussi dû au poids que représente ce pays-continent au niveau international. Or qu’en est-il vraiment ? La marche du monde va-t-elle être bouleversée par l’accession au pouvoir (...) Lire la suite »

La migration vénézuélienne : enjeux politiques autour d’un drame humain

Romain MIGUS
Contrairement à tous ses voisins de la région, la balance migratoire du Venezuela n’a jamais été négative au cours de son histoire. Jusqu'à maintenant. Durant des années, ce pays caribéen a toujours été une terre d’accueil pour ceux qui rêvaient d’un second départ que ne pouvait leur offrir leur patrie d’origine. En premier lieu, les Colombiens fuyant la guerre et les politiques d’austérité dans leur pays. Ils sont plus de quatre millions à avoir passé la frontière et à s’être établis au Venezuela. Il y a aussi l’Equateur, dont la communauté établie au Venezuela reste la plus grande en Amérique latine. De nombreux citoyens du cône sud du continent ont aussi trouvé refuge dans le pays de Bolivar au moment où la botte militaire écrasait dans le sang toute velléité démocratique au Chili, en Uruguay, ou en Argentine. Cette immigration massive ne se limite pas aux pays de la région. Le Venezuela compte une des plus grandes communautés syro-libanaises de la région, et par vagues successives des dizaines de milliers (...) Lire la suite »
35 
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60