RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Auteur : Ivan DU ROY

Les inégalités entre riches et pauvres se réduiraient en France : réalité sociale ou magie statistique ?

Ivan DU ROY
« Les inégalités diminuent », annonce l’Insee dans sa dernière publication sur les niveaux de vie des Français. Le pays compterait un peu moins de pauvres et l’écart avec les plus riches se rétrécirait légèrement. Mais ces bonnes nouvelles statistiques sont à prendre avec prudence : « Cette vision de la situation sociale est très partielle », prévient Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités, qui décrypte avec Basta ! les limites de l’exercice de l’Insee. Il est en tout cas prématuré d’y voir les résultats de la politique menée par François Hollande, comme tentent de s’en persuader plusieurs dirigeants socialistes. Les inégalités se réduisent-elles ? Oui, répond l’Insee, et cette diminution est même « d’une ampleur inobservée » depuis 20 ans, assure l’Institut national de statistiques. L’écart de niveaux de vie entre les 20% les plus pauvres et les 20% les plus riches est passé de 4,6 à 4,3 entre 2012 et 2013. Toujours selon l’Insee, 176 000 personnes seraient sorties de la pauvreté, repassant au-dessus (...) Lire la suite »

Comparez votre salaire avec celui des traders et des dirigeants des grandes banques françaises

Ivan DU ROY

8300 hauts cadres de la finance ont perçu, en France, 2,4 milliards d’euros. C’était il y trois ans. Mais cette véritable captation de richesses, prélevée par les opérateurs de marché et leurs hiérarchies grâce à la spéculation financière, se poursuit.

Dans l’économie réelle, les salaires ne progressent quasiment pas, mais dans les salles de marchés, les bonus n’ont pas été sérieusement encadrés. Avec cette animation interactive, Basta ! vous propose de prendre la mesure des rémunérations stratosphériques dont bénéficient plusieurs milliers de traders et dirigeants au sein des cinq principales banques françaises. Pour chaque euro de salaire mensuel inscrit sur votre fiche de paie, combien gagnent-ils ? Environ 2 300 euros bruts (soit autour de 1730 euros nets), c’est le salaire médian en France pour un emploi à temps plein [1] : 50% des salariés perçoivent une rémunération inférieure, l’autre moitié touche un salaire supérieur. 2 300 euros bruts, c’est également ce que percevra, en moyenne, l’un des 353 traders de la BNP Paribas pour à peine une demi-journée de travail. Si vous gagnez un salaire médian, vous devrez travailler pendant presque trois ans pour percevoir un montant équivalent à son salaire mensuel : 80 712 euros en moyenne, dont 70% en bonus. (...) Lire la suite »

Valls et Rebsamen oseront-ils suspendre le droit d’expression des salariés ?

Ivan DU ROY
Le dialogue social coûterait trop cher et freinerait la création d’emplois, donc suspendons-le. C’est ce qu’a suggéré le ministre du travail François Rebsamen, dans un entretien au journal régional Le Bien Public. Le ministre répond ainsi favorablement à une demande du Medef et de la CGPME (Confédération générale des petites et moyennes entreprises) de supprimer les seuils sociaux de représentativité obligeant les entreprises à mettre en place des institutions représentatives du personnel à partir de 10 puis de 50 salariés. « Les organisations patronales affirment que les seuils de dix et de cinquante salariés constituent des freins à l’embauche. Je dis donc aux organisations syndicales que le meilleur moyen de faire tomber cet argument, c’est de tenter l’expérience », explique le ministre, qui propose de « suspendre » pendant trois ans les droits sociaux que déclenchent ces seuils. Si la proposition du ministre du Travail est reprise par Matignon, cela signifiera que les entreprises dépassant les dix salariés (...) Lire la suite »

Français, Allemands ou Chinois... Ils ne croient plus dans les vertus du capitalisme

Ivan DU ROY

Comment, dans chaque pays, les citoyens réagissent-ils face à l’augmentation des inégalités ? Sont-ils satisfaits de l’action de leurs gouvernements ? Quatre Français sur cinq estiment que le système économique favorise les riches. Un constat partagé en Italie, au Brésil ou en Russie.

Et les citoyens n’ont pas suffisamment prise sur les décisions politiques, estiment les Allemands comme les Chinois. C’est ce que révèle un sondage proposé par la Confédération syndicale internationale (CSI) dans une quinzaine de pays. Pouvoir d’influence des entreprises, efficacité des gouvernements ou rôle des syndicats y sont passés au crible. « La confiance envers le gouvernement est brisée. » Le constat de la Confédération syndicale internationale (CSI), qui regroupent plus de 300 syndicats dans le monde entier [1], ne s’applique malheureusement pas qu’à la France ou à l’Union européenne. Mais au monde entier, ou presque. La CSI, associé à l’institut d’enquête d’opinion TNS, a réalisé un sondage quasi mondial : plus d’un millier de personnes interrogées dans quatorze pays différents, de l’Allemagne à l’Afrique du Sud en passant par la France, le Brésil, la Chine ou l’Inde. Soit plus de 14 000 sondés, un échantillon représentant près de la moitié de la population mondiale [2]. Les questions portent sur le (...) Lire la suite »

Municipales : écologistes et Front de gauche, une alliance prometteuse ?

Ivan DU ROY

C’est une alliance inédite à gauche : écologistes et Parti de gauche sont en passe de ravir la ville de Grenoble au Parti socialiste. Dans plusieurs autres municipalités, des listes communes au Front de gauche et à Europe écologie–Les Verts réalisent des performances très correctes, malgré l’envolée de l’abstention. Une stratégie que souhaitent renforcer les deux formations lors des élections régionales de 2015. De quoi offrir une alternative crédible à la politique menée par le PS et peut-être remobiliser un électorat de gauche désenchanté. A moins que les logiques d’appareils l’emportent.

Des scores à deux chiffres, dans quasiment toutes les villes où elles se sont présentées. De Rennes à Nîmes, en passant par Grenoble, « elles », ce sont les 89 listes d’une alliance inédite entre Europe écologie - Les Verts (EELV) avec une ou plusieurs composantes du Front de gauche. Une alliance qui, au-delà des réalités locales, pourrait, au vu de ses scores, relancer une nouvelle dynamique à gauche. Et réconcilier préoccupations écologiques, alternatives économiques et émancipation sociale, à l’heure où le gouvernement socialiste semble leur avoir tourné le dos. La surprise est venue de Grenoble (157 000 habitants), où le « rassemblement citoyen de la gauche et des écologistes », composé d’EELV et du Parti de gauche (PG) arrive en tête, avec 29,4 % des suffrages. Ancien cadre de Hewlett-Packard licencié pour s’être opposé à une délocalisation, l’écologiste Eric Piolle devance de 2000 voix Jérôme Safar, dauphin techno du maire sortant Michel Destot (PS), pourtant allié au Parti communiste. Le rassemblement (...) Lire la suite »