RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Auteur : Yorgos MITRALIAS

Quand Einstein appelait “fascistes” ceux qui gouvernent Israël depuis 44 ans...

Yorgos MITRALIAS

Que diriez-vous si le tristement célèbre raciste et antisémite premier ministre hongrois Victor Orban accusait Einstein...d’antisémitisme ? Et aussi, Hannah Arendt ? Et également, le plus emblématique des écrivains de l’Holocauste, l’Italien Primo Levi ? Impensable et inimaginable ? Non. Pas du tout si on pense que c’est exactement ce qui se passe actuellement, et même à l’échelle mondiale. Et pas par un seul Orban mais par plusieurs racistes et antisémites notoires qui, avec la bénédiction des établissements de toute espèce, collent l’étiquette d’antisémite sur leurs adversaires politiques – d’habitude antifascistes, antiracistes et... de gauche – afin de les détruire !

Ici, il ne s’agit pas d’une affaire marginale et occasionnelle mais d’une vraie machine de guerre mise en place, ces 3-4 dernières années, par des milieux de droite, d’extrême droite et même social-démocraties qui visent à abattre leurs adversaires progressistes, réels ou supposés. Comme par exemple, entre plusieurs autres, le Britannique Jeremy Corbyn (qu’ils ont finalement réussi à faire disparaître), le Français Jean-Luc Melenchon (qui a survécu mais sévèrement traumatisé), ou l’étasunien – et juif – Bernie Sanders (qui a résisté et les a mis en fuite grâce au soutien très actif du mouvement grandissant des jeunes juifs antisionistes) (1). Dans tous ces cas, il suffit la moindre critique adressée aux politiques du gouvernement israélien ou le moindre soutien à la cause palestinienne, pour que soit lancée contre le « coupable » une attaque politico-médiatique en règle, proche du lynchage public, avec l’accusation qu’il est...antisémite ! Et comme si tout ça ne suffisait pas, plusieurs gouvernements de droite de (...) Lire la suite »

Afghanistan : Des loups va-t-en-guerre déguisés en agneaux humanitaires

Yorgos MITRALIAS

Le paysage politique américain de ces jours-ci n’a jamais été aussi clair et net. Contre la décision du président Biden de retirer définitivement les troupes américaines de l’Afghanistan le 31 Août, se rangent : L’ensemble de l’établissement politico-économique du pays, le parti Républicain et son chef Donald Trump, une grande partie de la direction du parti Démocrate et de ses groupes parlementaires, le complexe militaro-industriel et tout ce qui a un rapport direct ou indirect avec la guerre, tous les grands media (quotidiens, chaînes de télé,...) indépendamment de leur sympathies partidaires, une importante partie de la hiérarchie militaire, les centres de décision néolibéraux et atlantistes. (1)

En faveur de la même décision de Biden se rangent : L’ensemble de la gauche -radicale et moins radicale- américaine ainsi que tous les grands mouvements sociaux, la plupart des organisations de vétérans, la grande majorité (selon les sondages, 63%-65%) du peuple américain. Quant à l’Europe, contre la décision de Biden se rangent : Tous les alliés atlantiques des États-Unis et l’OTAN, la direction de l’Union Européenne et ses pays-membres, tous les grands médias, les principaux groupes politiques (Chrétiens-démocrates, Libéraux, Sociaux-démocrates, Extrême-droite), plusieurs ONG. Et en faveur de la môme décision du Président américain, se rangent : D’après ce qu’on connaît, il n’y a pas des forces de la gauche européenne rangées clairement et catégoriquement en faveur de cette décision et contre les efforts persistants des gouvernements de leurs pays pour que Biden recule et consente à faire prolonger le deploiement des forces américaines en Afghanistan... Comme par hasard, l’ensemble des forces de tout ordre (...) Lire la suite »

Einstein et Landau : génies scientifiques mais aussi ... anticapitalistes antistaliniens !

Yorgos MITRALIAS
Pratiquement tout le monde connaît le nom d’Einstein (1), mais le nom de Lev Landau (2) est familier seulement à quelques adeptes des sciences exactes. Et pourtant, tous les deux présentent plusieurs traits communs : Ils occupent des positions de choix dans la petite liste des plus grands génies du siècle passé. Ils se sont distingués par leur liberté de pensée et l’anticonformisme de leur vie. Et surtout, ils partagent des positions politiques d’habitude traitées, et plutôt à juste titre, d’« extrémistes », de révolutionnaires et de subversives de tout ordre établi ! Et de quelles, « naturellement », personne ne vous a jamais parlé... Landau : “Camarades, la grande cause de la Révolution d'Octobre a été ignoblement trahie » Voici donc pourquoi on parlera aujourd’hui d’Einstein et de Landau pas en leur qualité de savants d’exception qui ont marqué l’ère moderne, mais en celle – inconnue car savamment enfouie – de socialistes anti-bureaucrates et de communistes anti-staliniens ! D’Einstein qui, comme on va le (...) Lire la suite »
14 

États-Unis 2021 : Néolibéralisme malmené et la gauche en embuscade !

Yorgos MITRALIAS

Biden : bien mais pas assez...
États-Unis 2021 : Néolibéralisme malmené et la gauche en embuscade !

Ayant été député ou sénateur pendant 39 ans, et vice président du pays pendant huit ans supplémentaires, Joe Biden a eu évidemment tout le temps pour se faire un profil de politicien que Wikipedia situe avec raison à “l’aile droite du parti Démocrate”. Alors, que se passe-t-il pour que les uns après les autres des économistes de gauche et même d’extrême gauche se déclarent “surpris agréablement” par le bilan des 100 premiers jours de la présidence de Biden, allant même jusqu’à constater qu’il s’éloigne du néolibéralisme dominant ? Comme en notre époque il n’y en a plus de miracles, ce qui se passe c’est tout simplement qu’il y a désormais aux États-Unis non seulement de très importants mouvements populaires mais aussi des forces de la gauche radicale jouissant d’une influence sociale sans précédent, capables de faire sentir leur présence au centre de la scène politique, et même d’imposer quelques-unes de leurs thèses et de leurs propositions ! Et pour preuve, voici tout de suite comment se manifeste cette capacité (...) Lire la suite »
12 

Présidence Trump : quatre ans qui ont ébranlé le monde, mais ont laissé de marbre les gauches européennes !

Yorgos MITRALIAS
Le premier acte de l’actuel drame étasunien étant achevé avec l’investiture de Joe Biden, on peut légitimement s’interroger sur les réactions ou le manque de réactions qu’a provoqué la tumultueuse présidence de Donald Trump en dehors des États-Unis. Et évidemment, s’interroger sur la totale incompréhension de ce qui s’est passé tant au sommet qu'à la base de la société étasunienne durant les 4 ans de cette présidence Trump, dont ont fait preuve les médias et les élites intellectuelles internationales mais aussi l’écrasante majorité des gauches européennes. Il ne fait pas de doute que l’origine de cette « totale incompréhension » doit être recherchée dans la scandaleuse indifférence que tout ce monde, pour le reste très hétéroclite, a montré pour ce qui se passait non pas dans un petit pays du Tiers Monde mais au cœur de la super-puissance mondiale ! Et si la victoire, l’ intronisation et les quatre ans de la présidence de Trump ont attiré un peu l’attention, on ne pas dire de même de la candidature de Bernie Sanders et (...) Lire la suite »

Bien que battu, le trumpisme empêche tout retour des États-Unis à la « normalité » !

Yorgos MITRALIAS

Si l’on en croit nos bons médias internationaux, les États-Unis sont déjà en train de revenir à la « normalité » et – évidemment – Donald Trump c’est déjà du passé. Rien de plus fallacieux que cette vision presque idyllique de la présente passation de pouvoir étasunienne car elle n’a absolument rien à voir avec la très redoutable réalité quotidienne de ce pays.

Si l’on en croit nos bons médias internationaux, les États-Unis sont déjà en train de revenir à la « normalité » et – évidemment – Donald Trump c’est déjà du passé. En somme, une simple parenthèse ou plutôt un accident de parcours condamné à être oublié et à ne pas laisser des traces dans l’histoire de « la plus grande démocratie du monde ». Alors, quoi de plus normal que nos médias se désintéressent de ce personnage qui d’ailleurs « vit ses derniers jours à la Maison Blanche » et dont les activités ne présentent plus aucun intérêt et sont donc... passées sous silence. Rien de plus fallacieux que cette vision presque idyllique de la présente passation de pouvoir étasunienne car elle n’a absolument rien à voir avec la très redoutable réalité quotidienne de ce pays. En effet, comment nos médias internationaux osent-ils parler de « retour à la normalité » des États-Unis quand on sait que Trump vient d’ ajouter 11 millions de voix supplémentaires (!) à son score électoral de 2016 ? Et aussi, quand 72 % de ses électeurs croient (...) Lire la suite »
31 

Pendant que Trump prépare son putsch, l’Establishment démocrate se voit cohabiter avec les républicains et attaque... la Gauche !

Yorgos MITRALIAS
Tandis que les préparatifs putschistes de Trump vont désormais bon train, les États-Unis commencent à faire connaissance avec les prémices d’une situation de double pouvoir aussi inédite que prometteuse de grands chambardements. En effet, fort de l’appui de 72 millions de citoyens qui ont voté pour lui, Trump, qui tient toujours le parti républicain d’une main de fer, montre qu'il se fiche éperdument des soucis légalistes de ses adversaires démocrates, et préfère organiser sa propre “légalité” étatique fondée non pas sur des vœux pieux démocratiques mais sur des « arguments » bien plus musclés et matériels. En somme, pendant que ses adversaires pérorent sur « la force de la démocratie américaine », Trump est aujourd’hui en train d’achever ses préparations dictatoriales poursuivies d’ailleurs fébrilement durant toute sa présidence depuis son élection en 2016... Cependant, force est de constater que même aujourd’hui quand les intentions antidémocratiques de Trump crèvent les yeux, les grands médias internationaux, (...) Lire la suite »
20 

États-Unis : L’affrontement final a déjà commencé et le monde entier retient son souffle !

Yorgos MITRALIAS
Par Yorgos Mitralias* Malheureusement, heure après heure, l’histoire est en train de s'accélérer comme jamais auparavant aux États-Unis tandis que les événements graves de tout ordre se déroulant tant au sommet de l’État qu’à la base de la société de la super-puissance mondiale, confirment les pires prédictions. Désormais, il n’y a plus de doute : Trump et ses acolytes ont opté définitivement pour la politique du pire et les États-Unis semblent plongés dans un conflit fratricide généralisé à l’issue totalement incertaine. Les faits parlent d’eux-mêmes et sont éloquents. Les prétoriens de Trump que sont les policiers étasuniens, multiplient les « bavures » assassines dont les victimes sont presque toujours les Afro-américains. Et cette fois, les flics sont de plus en plus secondés par des « miliciens » suprémacistes et autres néonazis qui n’hésitent plus à foncer (en voiture) ou à tirer contre les manifestants antiracistes. Mais, maintenant il y a une nouveauté de taille : La racaille raciste et fasciste, Trump et (...) Lire la suite »
11 

Trump refusant de s’en aller, le spectre de la guerre civile plane désormais sur les Etats-Unis en crise paroxystique !…

Yorgos MITRALIAS
Force est de constater que tout est actuellement superlatif dans ces États-Unis de la plus grande crise économique, et sociale, et politique et sanitaire de leur histoire ! Alors, il ne reste pour compléter ce tableau de fin du monde qu’une “bonne” guerre civile qui viendra décider du sort pas seulement des ambitions fascisantes et dictatoriales de ce Caligula de nos temps qu’est le président Trump, mais aussi et surtout de l’Establishment étasunienqui l’a fait naître, grandir et régner sur le monde entier... Nous voici donc confrontés au spectre de la guerre civile qui plane désormais sur la super-puissance mondiale. En réalité, beaucoup sinon tout dépendra des “humeurs” (par définition imprévisibles) du psychopathe raciste qui ne manifeste la moindre disponibilité de respecter le verdict des urnes et d’abandonner “volontairement” la Maison Blanche. D’ailleurs, vue sous cet angle, toutes ses innombrables initiatives -apparemment improvisées et incohérentes - de neuf ou douze derniers mois acquièrent un (...) Lire la suite »
15 

Les États-Unis à l’heure de leur vérité. Avec celles et ceux qui « se battent dans le ventre de la bête » !

Yorgos MITRALIAS
Les États-Unis épicentre de l’affrontement de classe mondial ? Les mouvements sociaux et populaires américains exemple à suivre, source d'inspiration et locomotive qui tire hors des bourbiers de l’inaction et du défaitisme ceux d'en bas européens ? Dorénavant, pareilles « utopies » et « vœux pieux » ne sont plus formulés seulement par quelques « rêveurs internationalistes » comme nous-mêmes. Elles sont matérialisées en actes par des centaines de milliers ou même par des millions de gens inspirés par les historiques mobilisations étasuniens de ces dernières semaines (1) et qui manifestent en masse presque partout de par le monde, de l'Australie et l'Afrique du Sud au Royaume Uni et la Bande de Gaza, et du Japon et du Brésil à la France et l'Allemagne ! Nous voici donc devant ce mouvement planétaire qui, bien qu'inspiré par le mouvement nord-américain, ne se limite pas à son – si nécessaire et si vivifiant – devoir internationaliste, mais fait plus que ça : Il exploite l’occasion historique offerte à lui par (...) Lire la suite »
13 
afficher la suite 0 | 10 | 20