RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
17 

La gauche n’apprend pas la terrible leçon des accointances passées avec l’extrême droite !

Pourquoi republier ce texte écrit et publié en 2018 ? Mais parce que, malheureusement, il est, aujourd’hui, encore plus pertinent qu’alors. Parce qu’en six ans, la dérive d’une partie de la gauche grecque, mais aussi européenne, vers l’extrême droite s’est accélérée, intensifiée et approfondie, la rapprochant toujours plus de sa mutation finale en l’exact opposé de ce qu’elle avait voulu devenir.

Exagérations ? Plutôt non si l’on se souvient que cette gauche non seulement ne semble pas indignée, et encore moins révoltée, par les violations systématiques des droits et libertés démocratiques les plus élémentaires dans les pays dont les régimes lui plaisent, voire qu’elle soutient (par exemple, la Russie, la Chine, la Syrie, l’Inde, la Hongrie, l’Iran), mais tend dernièrement à "théoriser" cette attitude en traitant ces droits et libertés démocratiques comme des "luxes" occidentaux d’importance secondaire dont son cher "monde émergent multipolaire" n’a pas besoin. C’est ainsi, qu’au lieu de prôner l’élargissement des droits et libertés que le régime bourgeois est contraint de concéder sous la pression des luttes populaires et ouvrières, cette gauche prône la réduction, voire l’abolition de ces droits, tels que la liberté de parler et d’écrire son opinion, de créer et d’organiser des partis politiques, des syndicats ouvriers et des mouvements sociaux. Quant à tous ceux qui se battent, souvent dans les conditions les plus difficiles et souvent au péril de leur vie, pour défendre ces droits démocratiques fondamentaux, non seulement cette gauche ne leur témoigne pas la moindre solidarité et leur tourne le dos, mais elle va même jusqu’à reproduire les ignobles calomnies par lesquelles les bourreaux salissent l’honneur des victimes !

Alors, tout en continuant à clamer haut et fort son antifascisme, cette gauche est en train d’emprunter des pans entiers du programme traditionnel des courants et organisations d’extrême droite, voire néofascistes : dédain, voire hostilité, à l’égard des mouvements féministes et LGBT ; climato-scepticisme conduisant souvent à dénoncer le changement climatique comme une " escroquerie de l’impérialisme" ; attribution de vertus anti-systémiques à des régimes autoritaires, policiers, voire dictatoriaux, idéalisés au nom d’un anti-impérialisme qui choisit de soutenir un impérialisme contre un autre, et sympathie affichée, voire soutien à peine voilé, à des dictateurs ou aspirants dictateurs comme Trump, présenté comme victime des complots de l’establishment. Et "bien sûr", toujours moins des références à la lutte des classes remplacée par des références toujours plus nombreuses et insistantes à la patrie, au patriotisme et à "l’Europe des nations", ce qui conduit presque inévitablement à faire l’éloge même de la famille traditionnelle (“grecque orthodoxe" dans le cas de la gauche grecque !) et d’autres "valeurs" conservatrices, réactionnaires et patriarcales, qui sont censées être menacées par les ennemis de la nation prétendument assiégée.

Alors, puisqu’on a déjà fait l’expérience de ce genre d‘apprentis sorciers dans l’entre-deux-guerres et on se souvient des conséquences catastrophiques de leurs politiques, et puisque notre époque ressemble de plus en plus à cet entre-deux-guerres, nous choisissons de republier le texte suivant, même si nous le faisons sans la moindre illusion que cela puisse changer quoi que ce soit à notre avenir immédiat, qui s’annonce de plus en plus sombre, d’autant plus que l’extrême droite internationale élargit toujours plus son influence. Mais, nous le faisons sûrs que personne n’a jamais perdu en tirant des erreurs du passé les enseignements nécessaires pour le présent et l’avenir...

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Quand la gauche grecque n’apprend pas la leçon des jeux dangereux du passé avec l’extrême droite !

Point de départ et en même temps motivation du bref récit de « l’affaire Radek-Schlageter » qui suit est la situation critique créée par le comportement des dirigeants d’une partie importante de la de la gauche radicale grecque à l’égard du rassemblement d’extrême droite (contre la reconnaissance de la République de Macédoine) qui s’est déroulé à Thessalonique le 20 janvier 2018. Alors attention, car les similitudes, les coïncidences et les analogies avec la tragédie européenne de l’entre-deux-guerres sont plus qu’évidentes.

Printemps 1923. La Ruhr, le cœur industriel de l’Allemagne, vit sous l’occupation militaire française en guise de réparation de guerre mais aussi de vengeance de la France victorieuse de la Première Boucherie mondiale, sur l’Allemagne vaincue. Comme on pouvait s’y attendre, le peuple allemand humilié, appauvri et sans emploi, résiste à l’étranger qui pille son pays et réprime à la force des baïonnettes les protestations populaires. C’est donc une vague d’émotion et d’indignation qui déferle sur l’Allemagne lorsque les autorités militaires françaises d’occupation jugent, condamnent et exécutent l’ancien combattant, dirigeant des Freikorps (corps francs) d’extrême droite et nazi Albert Leo Schlageter, arrêté alors qu’il effectuait l’un de ses nombreux sabotages.

Quelques jours plus tard, à l’occasion de l’exécution de Schlageter, le dirigeant bolchevique Karl Radek prononce devant le Comité Exécutif de la IIIe Internationale, un discours qui allait marquer l’histoire du siècle passé de manière décisive mais aussi catastrophique. Voici donc tout de suite un extrait caractéristique de ce discours, tel qu’il est reproduit dans son livre Moscou sous Lénine (1) par le révolutionnaire français Alfred Rosmer, présent à cette réunion en tant que cadre dirigeant de la III Internationale.

"Durant tout le discours de la camarade Clara Zetkin, j’étais obsédé par le nom de Schlageter et par son sort tragique. Le destin de ce martyr du nationalisme allemand ne doit pas être tu ni être seulement honoré d’un mot dit en passant. Il a beaucoup à nous apprendre, à nous et au peuple allemand. Nous ne sommes pas des romantiques sentimentaux qui oublient la haine devant un cadavre, ou des diplomates qui disent : devant une tombe il faut louer ou se taire. Schlageter, le vaillant soldat de la contre-révolution, mérite de nous, soldats de la révolution, un hommage sincère. Son camarade d’idées, Freks, a publié en 1920 un roman dans lequel il décrit la vie d’un officier tombé dans la lutte contre les spartakistes intitulé Le pèlerin du néant. Si ceux des fascistes allemands qui veulent loyalement servir leur peuple ne comprennent pas le sens de la destinée de Schlageter, celui-ci est bien mort en vain et ils peuvent écrire sur sa tombe Le Pèlerin du Néant .

Et Rosmer se souvient et raconte ce qui s’est passé immédiatement après : "Les délégués étaient interloqués. Que signifiait cet étrange préambule ? Ce qui suivit ne l’expliquait pas ; au contraire, venait renforcer l’impression première. Poursuivant son discours, Radek évoqua une Allemagne abattue, écrasée par le vainqueur. “ Seuls des fous, dit-il, pouvaient s’imaginer que l’Entente traiterait l’Allemagne autrement que l’Allemagne a traité la Russie. Schlageter est mort. Sur sa tombe, ses compagnons d’armes ont juré de continuer : contre qui ? avec qui ? ”". Et Rosmer de conclure : "Seule la conclusion (de Radek) était plausible : " Nous croyons que la grande majorité des masses secouées actuellement par des sentiments nationalistes appartient non pas au camp des capitalistes mais au camp du travail. ”

Quand la direction du parti met enfin un frein à la catastrophe de la "ligne Radek" et abandonne les actions communes, le mal est déjà fait, du moins en grande partie. Au lieu d’avoir été plumés, les nazis sont sortis de leur isolement et sont devenus une force politique montante presque respectable, prouvant ainsi combien clairvoyant a été non pas le communiste Karl Radek, mais plutôt le nazi Joseph Goebbels. Pourquoi ? Parce que Goebbels s’était empressé d’encenser (!) le discours honteux de l’apprenti sorcier de la Troisième Internationale car il avait immédiatement compris que ses conséquences pratiques seraient désastreuses pour le KPD (le Parti communiste d’Allemagne) alors qu’il serait une véritable aubaine pour son parti nazi. (2)

Malheureusement, c’est presque une tradition du mouvement ouvrier et surtout communiste et socialiste de ne pas apprendre de ses erreurs. Et ce, non seulement à cette époque-là, mais aussi aujourd’hui, presque un siècle plus tard ! Et si dans l’Allemagne d’avant-guerre, le KPD qui appliquait aveuglement les diktats de la bureaucratie stalinienne, et qui a répété plus tard - bien qu’occasionnellement - des actions communes et ses accointances avec les nazis, pourrait profiter de la circonstance atténuante que le fascisme et le nazisme étaient un "phénomène" nouveau et jusqu’alors inconnu, que dire des apprentis sorciers de la gauche grecque d’aujourd’hui qui semblent n’avoir rien appris des expériences tragiques de l’entre-deux-guerres européen - jusqu’à présent inégalées dans leur sauvagerie et leurs conséquences catastrophiques ?

C’est ainsi que les uns, c’est-à-dire ceux du parti au pouvoir Syriza, déclarent combattre le fascisme tout en appliquant avec excès de zèle les politiques néolibérales qui le nourrissent, tandis que les autres, ceux du KKE (PC grec), se vantent de faire face à la menace nazie en suivant fidèlement l’exemple notoirement failli du parti communiste allemand et de son dirigeant d’alors, Ernst Thaelmann, rendu tristement célèbre pour sa malheureuse prédiction : "Les nazis ne resteront que six mois, puis ce sera notre tour” ! Enfin, ceux qui nous préoccupent le plus aujourd’hui, à savoir les dirigeants d’une grande partie - mais heureusement pas de la totalité - de la gauche radicale, combattent le fascisme en découvrant et en louant les "vertus" cachées - totalement inexistantes - de son public social profondément barbare et raciste ! Tant les uns que les autres commettent un veritable crime ! Et s’ils continuent sur la voie sans issue qu’ils ont choisie, il est presque certain que l’avenir s’annonce sombre, malheureusement, pour les injustes mais aussi pour les justes, c’est-à-dire pour nous tous.

Ainsi, au lieu de rivaliser avec l’extrême droite - fasciste ou non - pour savoir qui est le plus "patriote", le plus authentiquement grec et le plus "combattant pour la Macédoine", il serait bien mieux, même pour eux, d’unir d’urgence leurs forces dans un front antifasciste uni. Un front antifasciste uni qui dissipera la confusion actuelle, inspirera la jeunesse, redonnera confiance aux démocrates, ressuscitera les bonnes vieilles valeurs de solidarité et d’internationalisme, et enfin passera à la contre-offensive dont nous avons si désespérément besoin.

Notes

1. Alfred Rosmer, Moscou sous Lénine, 1923 - I : Poincaré fait occuper la Ruhr : https://www.marxists.org/francais/rosmer/works/msl/msl2301.htm

2. Le régime nazi a donné le nom de Schlageter à des rues et à des places, à des navires et à des casernes, à des villes et à des unités militaires, tandis qu’une pièce de théâtre (Schlageter, 1933) a été écrite à son sujet, à laquelle on attribue d’ailleurs la phrase tristement célèbre « Quand j’entends parler de culture, j’arme mon Browning ! » (« Wenn ich Kultur höre... entsichere ich meinen Browning ! »). Le dénonciateur présumé de Schlageter auprès des autorités françaises a été assassiné par Rudolf Hoess, futur commandant du camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau, et Martin Borman, bras droit et confident d’Hitler.

LGS : Ici, la célèbre phrase reprise par Baldur von Schirach

26 Janvier 2018

URL de cet article 39470
  

Même Thème
Roger Faligot. La rose et l’edelweiss. Ces ados qui combattaient le nazisme, 1933-1945. Paris : La Découverte, 2009.
Bernard GENSANE
Les guerres exacerbent, révèlent. La Deuxième Guerre mondiale fut, à bien des égards, un ensemble de guerres civiles. Les guerres civiles exacerbent et révèlent atrocement. Ceux qui militent, qui défendent des causes, tombent toujours du côté où ils penchent. Ainsi, le 11 novembre 1940, des lycées parisiens font le coup de poing avec des jeunes fascistes et saccagent les locaux de leur mouvement, Jeune Front et la Garde française. Quelques mois plus tôt, les nervis de Jeune Front avaient détruit les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Citoyens,

Ne perdez pas de vue que les hommes qui vous serviront le mieux sont ceux que vous choisirez parmi vous, vivant votre vie, souffrant des mêmes maux. Défiez-vous autant des ambitieux que des parvenus ; les uns comme les autres ne consultent que leur propre intérêt et finissent toujours par se considérer comme indispensables. Défiez-vous également des parleurs, incapables de passer à l’action ; ils sacrifieront tout à un beau discours, à un effet oratoire ou à mot spirituel. Evitez également ceux que la fortune a trop favorisés, car trop rarement celui qui possède la fortune est disposé à regarder le travailleur comme un frère. Enfin, cherchez des hommes aux convictions sincères, des hommes du peuple, résolus, actifs, ayant un sens droit et une honnêteté reconnue. Portez vos préférences sur ceux qui ne brigueront pas vos suffrages ; le véritable mérite est modeste, et c’est aux électeurs à choisir leurs hommes, et non à ceux-ci de se présenter. Citoyens, Nous sommes convaincus que si vous tenez compte de ces observations, vous aurez enfin inauguré la véritable représentation populaire, vous aurez trouvé des mandataires qui ne se considèrent jamais comme vos maîtres.

Le Comité Central de la Garde Nationale »

Texte de l’affiche apposée avant l’élection de la Commune de Paris, 25 mars 1871.

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.