RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Histoire du fascisme aux États-Unis

Deux tendances contradictoires se côtoient dans l’évolution politique du pays : la préservation des “ libertés fondamentales” et la tentative de bafouer celles-ci dès que la “ nation” semble menacée.

Entre mythe et réalité, les États-Unis se désignent comme les champions de la « démocratie » alors que la conformité et la répression dominent la culture politique. Depuis la création des États-Unis et son idéologie nationaliste jusqu’à George W. Bush et la droite chrétienne, en passant par les milices privées, les libertés constitutionnelles supprimées pendant les guerres, Henry Ford, la « chasse aux sorcières », l’homogénéisation culturelle, la « présidence impériale », les individus considérés comme « unamericans » ont toujours été la cible de la répression étatique. Les pratiques génocidaires et l’esclavage qui ont présidé à la fondation du pays se retrouvent dans la brutalité à juguler les mouvements sociaux.

S’il n’y a pas eu de prise de pouvoir par un régime fasciste, les lois d’exception, les persécutions politiques et les courants fascistes marquent profondément son histoire.
Larry Lee Portis convoque la culture littéraire, Jack London et la figure injustement méconnue de George Seldes, grand reporter puis journaliste spécialisé dans le fascisme et la presse des années 1930 aux années 1990 pour dresser une chronologie des courants, tendances et mouvements fascistes qui jalonnent deux siècles de l’histoire états-unienne.


Larry Lee Portis, naît au États-Unis en 1943 et s’installe en France en 1977. Il décède en 2011. Historien et sociologue engagé, il a enseigné à l’université américaine de Paris, de même que dans plusieurs universités françaises, notamment à Paris VII et Montpellier. Son travail a porté sur l’histoire de la pensée politique, des mouvements sociaux, de la politique étrangère des États-Unis et la culture populaire en Amérique et en Europe.


SORTIE 26 NOVEMBRE 2015
328 pages
Prix : 16 €
ISBN : 978-2-9157-3118-7

Pour toute demande merci de nous envoyer un mail à

presse.edcntrp [chez] gmail.com

Infos et catalogue : cnt-f.org/editionscnt-rp/

URL de cet article 29500
  

Même Thème
« Marine Le Pen amène le pire » (*)
Maxime VIVAS, Frédéric VIVAS
(*) Anagramme imparfaite cueillie sur Internet. Ce livre (publié par les éditions Golias) est une compilation de documents révélateurs de l’analogie entre le FN d’hier et celui d’aujourd’hui. Y sont démontrées la difficulté pour Marine Le Pen, malgré les habiletés tribuniciennes, à se dépouiller des oripeaux paternels les plus exécrables, la distorsion entre le discours du FN ripoliné et son programme, entre son programme et ses objectifs. Sont mis en relief le fiasco du FN dans les villes qu’il a (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Un conspirationniste est quelqu’un qui regarde moins la télévision que vous.

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.