RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Navire de guerre US au large de la Chine

Pékin convoque l’ambassadeur des Etats-Unis au sujet de la patrouille d’un navire américain

Les Etats-Unis ont fait patrouiller un contre-torpilleur équipé de missiles un peu loin de chez eux, dans l’archipel des îles Spratleys, en mer de Chine méridionale, îles revendiquées par la Chine, le Vietnam, Taïwan, les Philippines, Brunei et la Malaisie. Mais pas par les États-Unis.

Le Grand Soir donne à lire ci-dessous les protestations (à la chinoise) de Pékin.
L’illustration dans le corps du texte et la devinette sont du Grand Soir.
LGS

Le vice-ministre chinois des Affaires étrangères Zhang Yesui a convoqué, mardi, l’ambassadeur des Etats-Unis en Chine, Max Baucus, pour faire des "représentations solennelles" et exprimer "le fort mécontentement" à propos de la patrouille effectuée par un navire américain dans les eaux au large des îles chinoises de Nansha, en mer de Chine méridionale.

"Cette action des Etats-Unis constitue une menace pour les intérêts chinois en matière de souveraineté et de sécurité, tout en mettant en danger la sécurité des effectifs et des installations sur le récif. Ceci constitue une provocation sérieuse", a affirmé M. Zhang.

Plus tôt mardi, le navire américain USS Lassen était entré dans les eaux près du récif Zhubi, sans autorisation du gouvernement chinois.

M. Zhang a réaffirmé que la Chine était "fortement mécontente et fermement contre" cette action, qui a été effectuée sans attention portée à la dissuasion précédente de la Chine.

Le vice-ministre chinois a réitéré la souveraineté chinoise sur les îles Nansha et ses eaux adjacentes, sur la base du fait que la Chine avait découvert, nommé et développé ces zones.

"Le gouvernement chinois sauvegardera fermement sa souveraineté territoriale et ses intérêts maritimes légaux. La Chine fera tout le nécessaire possible pour s’opposer à la provocation délibérée par quelque pays que ce soit", a-t-il averti.

Niant que l’activité chinoise en mer de Chine méridionale limiterait la liberté de navigation et de survol en accord avec le droit international, M. Zhang a souligné que la Chine s’opposerait toutefois à toute enfreinte, par tout pays, à sa souveraineté et sa sécurité, sous prétexte de liberté.

Jeu : « saurez-vous trouver la phrase fausse ? »

A- Les Etats-Unis ont envoyé un contre-torpilleur équipé de missiles dans l’archipel des îles Spratleys, en mer de Chine méridionale.
B- La Chine a envoyé un contre-torpilleur équipé de missiles dans l’archipel des îles Vierges américaines.
Question subsidiaire : « Si vous avez choisi la réponse A, pensez-vous que le « gendarme du monde » s’éloigne trop de sa caserne ? »

M. Zhang a qualifié l’action américaine de "démonstration de force qui pourrait provoquer un accident, menaçant ainsi les droits de navigation et de survol partagés par tous les pays, et nuisant à la paix et à la stabilité en mer de Chine méridionale".

Les Etats-Unis doivent se rappeler leurs engagements de ne pas prendre position sur les différends territoriaux, a ajouté M. Zhang.

Mardi soir, le ministère chinois de la Défense nationale a également critiqué la patrouille du bâtiment naval américain USS Lassen, laquelle pourrait "nuire gravement à la confiance mutuelle" entre les deux forces armées.

La Chine reproche aux Etats-Unis d’effectuer une "démonstration de leurs forces militaires"

BEIJING, 27 octobre (Xinhua) — Un navire militaire des Etats-Unis effectuant une incursion près des îles réclamées par la Chine, en mer de Chine méridionale, constituait "une démonstration de leurs forces pour militariser la mer", a déclaré le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Yang Yujun.

La Chine et les autres pays dans la région négocient actuellement un code de conduite vis-à-vis de la mer de Chine méridionale. Toutes les parties ont exprimé leur volonté de sauvegarder conjointement la paix régionale, a souligné M. Yang. Dans ce contexte, les Etats-Unis, partie non-impliquée dans les divergences sur la souveraineté maritime locale, "y ont dépêché un navire de guerre pour menacer la sécurité nationale chinoise et nuire sévèrement à la stabilité régionale".

Le navire USS Lassen est entré dans les eaux à proximité du récif Zhubi sans la permission du gouvernement chinois, posant, selon le porte-parole, une grave menace pour la sécurité nationale chinoise, notamment celle des installations et du personnel chinois sur ces récifs.

M. Yang a démenti que les activités chinoises en mer de Chine méridionale restreignaient la liberté de navigation et de survol, justifiant par le fait que de nombreux bateaux de diverses nationalités traversaient la mer chaque jour.

"La partie américaine a proposé depuis des années des mesures pour garantir la sécurité de navigation des bateaux et des avions de toutes les parties. Pourtant, les opérations de son bâtiment de guerre, aujourd’hui, ont conduit à une rencontre rapprochée des troupes chinoises et américaines, qui a posé un risque pour la sécurité des effectifs des deux bords et pourrait déclencher des incidents inattendus. Les Etats-Unis sont irresponsables", a-t-il déclaré.

Leurs actions ont porté atteinte à la confiance et sont allées à l’encontre du consensus des deux puissances mondiales pour construire un nouveau modèle de relations entre grands pays, selon M. Yang.

"Nous prendrons toute mesure nécessaire pour sauvegarder notre sécurité", a promis le porte-parole.

Pékin, 28 octobre (Xinhua).

URL de cet article 29499
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Désobéissons à l’Union européenne !
Aurélien BERNIER
Délocalisations, destruction méthodique des droits sociaux, incapacité à protéger l’environnement, refus de la démocratie... Après l’adoption du traité de Lisbonne en 2008, on pouvait croire que l’Union européenne avait atteint le fond du trou libéral. Erreur ! Depuis la crise financière, elle creuse ! Même l’idéal de solidarité entre États vole aujourd’hui en éclat. Une vague d’austérité sans précédent déferle sur l’Europe, qui place elle-même ses peuples sous la tutelle des marchés financiers. Faut-il (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si un homme blanc veut me lyncher, c’est son problème. S’il a le pouvoir de me lyncher, c’est mon problème. Le racisme n’est pas une question d’attitude ; c’est une question de pouvoir. Le racisme tire son pouvoir du capitalisme. Donc, si vous êtes antiraciste, que vous en soyez conscient ou non, vous devez être anticapitaliste. Le pouvoir du racisme, le pouvoir du sexisme, vient du capitalisme, pas d’une attitude.

Stokely Carmichael

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.