RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Isolement des Etats-Unis : 191 pays (sur 193) dénoncent le blocus contre Cuba.

« Si Cuba pense que cet exercice va aider à faire avancer les choses dans le sens que les deux gouvernement souhaitent, elle se trompe ». C’est ce qu’a déclaré le représentant des États-Unis, Ronald Godard, devant l’Assemblée générale de l’ONU.

Pour la vingt-quatrième fois, cette dernière qui compte 193 états, se prononçait sur l’embargo infligé à l’île des Caraïbes par le voisin du nord. Le blocus le plus long, le plus rigoureux, le plus injuste de l’histoire dure depuis cinquante six ans mais ce n’est qu’à partir de 1992 que Cuba a présenté un rapport qui expose devant la communauté internationale les violations aux accords, traités ou règles qui régissent les relations entre pays dans tous les domaines (diplomatie, commerce, etc), en détaille les infractions, en comptabilise les dommages. Sa condamnation qui ne recueillait que 59 votes en 1992 était passée l’an dernier à 188 (deux contre les États-Unis et Israël et trois abstentions). Hier, sur proposition cubaine, 191 pays ont exigé la levée du blocus. Aucune abstention. Deux voix contre : celles des États-Unis et d’Israël qui bloque Gaza.

Isolé et humilié comme jamais, l’empire ne renonce pas à sa morgue : « Si Cuba croit....  » Proféré devant l’assemblée des Nation-Unies qui venait de lui infliger une condamnation contondante. Mais à qui ces gens-là croient-ils parler ? Cuba n’est pas leur basse-cour et le monde non plus.

Plusieurs heures après le vote, on cherchait péniblement les premières dépêches. On trouvait l’information sur le site du Figaro sous ce titre curieux : « Cuba vers la fin de l’embargo. » Ah oui, vraiment et de par la volonté de qui ? Gageons que le vote de l’ONU n’occupera pas les Unes. Et on comprend pourquoi.

Les États-Unis tentent d’utiliser la réouverture des ambassades pour enfumer les opinions publiques et faire croire que les relations sont quasiment normales entre les deux pays. Malgré l’opposition du Congrès,le président Obama a les moyens de vider l’embargo de son contenu mais il s’y refuse. Peut-être faut-il y voir la mise en pratique de ce qu’il déclarait fin décembre 2014 lors de la traditionnelle conférence de presse sur l’état de l’Union : « Ce qui est certain, c’est que nous allons nous trouver dans de meilleures conditions pour exercer notre influence et pouvoir utiliser aussi bien la carotte que le bâton ». www.whitehouse.gov/the-press-office/2014/12/19/remarks-president-year-...

En début de semaine, un haut fonctionnaire étasunien, anonyme bien sûr, livrait à l’agence presse AP quelques informations aimablement reproduites par The Guardian. Le rapport présenté par Cuba devant l’ONU avait soi-disant le tort de « ne pas refléter l’état des relations entre les deux pays » . On aurait manifestement souhaité à Washington un texte célébrant l’ouverture des ambassades, les mesures d’assouplissement de l’embargo. Un texte qui aurait passé sous silence l’essentiel : l’embargo dure durement, il affecte la vie de 11 millions de Cubains et compromet le développement de l’île du crocodile vert. Depuis le début de l’administration Obama, il s’est durci et donne lieu à une véritable traque financière pour empêcher les relations commerciales de Cuba avec l’étranger. Début octobre, le Crédit Agricole a encore été condamné par la justice nord-américaine à une amende de 693 millions d’euros pour avoir enfreint l’« embargo » contre Cuba (entre autres pays).

Les États-Unis espèrent sans doute que le gouvernement cubain fasse le beau en attendant le prochain sucre ou la nouvelle carotte. Ils n’ont pas compris à qui ils parlent. Et même s’il leur arrive de reconnaître, c’est le cas du président Obama, que « l’embargo a échoué »..que « loin d’isoler Cuba c’est nous qu’il a isolé. », ils n’en mesurent pas les implications et conséquences, ni le ridicule de leur situation à l’ONU où ce soir le roi est nu.

Au grand dam du Congrès, avec ou sans l’assentiment de l’Administration, quel que soit le délai nécessaire aux États-Unis pour s’y résigner vraiment, l’embargo a fait son temps. Parce qu’il est inefficace à renverser le gouvernement cubain, parce qu’il ne parvient pas à isoler ou étouffer cette révolution, parce que l’Amérique latine le condamne, que le monde le condamne et que l’opinion publique étasunienne le condamne.

Maïté Pinero

URL de cet article 29498
  

Même Thème
Cuba sous embargo - paroles cubaines sur le blocus
Viktor DEDAJ
Instauré depuis 1962 par les États-Unis après un échec de l’invasion de l’île, le blocus non seulement pourrit la vie des Cubains mais constitue également une véritable insulte à la communauté internationale, laquelle, dans sa quasi totalité, le condamne chaque année à l’ONU depuis près de trente ans. Cette négation de la souveraineté des États et cette sanctification du droit d’ingérence par l’asphyxie constitue l’un des plus grands scandales de tous les temps. Dans le carnet de bord qu’il tient tout en (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Nous pouvons faire sauter un navire américain et en rejeter la faute sur les Cubains. La publication des listes des victimes dans les journaux américains accroîtrait encore l’indignation. Nous pouvons aussi détourner des avions. Dans des endroits bien choisis où l’impact serait énorme, nous pourrions poser des charges de plastic. Nous pourrions également repeindre des B26 ou C46 de nos forces aériennes aux couleurs cubaines et nous en servir pour abattre un avion de la République dominicaine. Nous pourrions faire en sorte qu’un prétendu appareil de combat cubain abatte un avion de ligne américain. Les passagers pourraient être un groupe de jeunes étudiants ou de vacanciers. »

Général Lyman LEMNITZER (1899 – 1988)
Chef d’état-major des armées (1960-62) et Supreme Allied Commander de l’Otan (1963-1969)

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.