RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

A propos d’un article récent sur la crise politique Thaïlandaise.

Et d’une certaine maladie essentialiste touchant nombre d’ « occidentaux » lorsqu’ils en viennent à parler de l’Asie.

Récemment publié sur le site de Rue 89, un article certainement bien attentionné voulait édifier les touristes francophones sur les risques à ne pas prendre lors d’un voyage en Thaïlande.

Ce faisant il soulignait, à raison, les mentalités particulièrement respectueuses des hiérarchies en Thaïlande, pays où l’on est tous l’aîné ou le cadet de quelqu’un d’autre. Pays où, effectivement, le clientélisme tient une place particulièrement importante dans les luttes opposants les principaux partis et organisations politiques. L’article faisait également mention, et encore une fois à juste titre, de l’implacable censure régnant sur tout ce qui est relatif à la monarchie.

Le problème est que lorsque l’on lit ce genre de littérature, on a le fâcheux sentiment que tout s’expliquerait pas la culture, car il existerait notamment une « loyauté clanique qui compte bien davantage que les idées ou un « programme » politique, baliverne importée d’Occident. » Ce qui ne laisse pas de surprendre quand sans coup férir l’auteur nous explique plus loin que « [t]out se joue entre quelques familles riches ». Une fois que l’on a dit cela, n’entrevoit-on pas qu’entre en jeux des facteurs autres que culturels dans la politique thaïe ? Ces « riches familles », ou plutôt cette classe dominante thaïlandaise, ne s’entredéchire-t-elle pas pour de basses (et incontestablement universelles) raisons matérielles ?

En réalité, la lutte pour l’hégémonie au sein de la classe dominante thaïlandaise (qui outre la grande bourgeoisie comprend la vieille aristocratie royale) recoupe d’autres luttes dont les thématiques relèvent bien de l’opposition « occidentale » entre droite et gauche. Le fait est, par exemple, que les manifestants antigouvernementaux ont développé une forte méfiance vis-à-vis du système électoral au point d’en arriver à considérer que le droit de vote ne devrait pas être accordé à tous mais devrait être délivré sur une base censitaire et/ou en fonction du niveau d’éducation. Ces mêmes manifestants sont largement pour un accroissement des pouvoirs du roi. Soit des positions réactionnaires (voyez un peu le concept occidental... au demeurant il existe un mot thaï pour le désigner au moins depuis les années 1940, celui de patikiriya), des positions existantes au sein du vieux parti « démocrate » (comprendre, le parti royaliste actuellement dans l’opposition) depuis ses origines. Arrivé au pouvoir suite au coup d’état militaire de novembre 1947, le premier – après-guerre – d’une longue série, le parti mit aussitôt en vigueur une nouvelle constitution. Cette dernière éliminait l’ancien système parlementaire monocaméral pour instaurer un bicaméralisme dans lequel les sénateurs étaient nommés par le roi. Encore aujourd’hui, la constitution mise en place après le coup d’Etat de 2006 – envers lequel étaient favorables la plupart des manifestants antigouvernementaux actuels – prévoit qu’un peu moins de la moitié des sénateurs thaïs doivent être nommés. En face, les « chemises rouges », qui n’ont pas le monopole du clientélisme, semblent indéfectiblement liées aux Chinawat. Et cela pour des raisons qui peuvent être aussi concrètes que la mise en place d’un accès plus facile aux soins médicaux. Que cela soit le fruit de l’opportunisme politique de la famille emblématique du parti « pour les Thaïs », qui est actuellement au pouvoir, « ne change rien à l’affaire ».

La crise thaïlandaise relève d’une lutte au sein de la classe dominante qui s’accentue en raison de la disparition prochaine de la figure fédératrice du roi. Cette figure fut construite à grand renfort de dollars pendant la guerre froide pour lutter contre le monstre communiste. Elle relève également de tensions liées aux très fortes inégalités sociales.

Alors évidemment, quand la presse occidentale arrive sur son blanc destrier et exige que les Thaïlandais respectent la « démocratie », on leur fait remarquer poliment que l’identité thaïe n’est pas solvable dans la mondialisation des idées politiques.

Pourtant il n’y a pas que la presse occidentale qui exige de la Thaïlande le respect de la démocratie. Nombre de Thaïlandais, les quelques millions d’électeurs favorables aux Chinawat, par exemple, exigent que l’on « respecte leur vote », et pas seulement les « intellectuels occidentalisés ».

URL de cet article 25424
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

La Guerre d’Espagne - Révolution et contre-révolution (1934-1939)
Burnett Bolloten
« La révolution espagnole fut la plus singulière des révolutions collectivistes du XXe siècle. C’est la seule révolution radicale et violente qui se soit produite dans un pays d’Europe de l’Ouest et la seule qui ait été, malgré l’hégémonie communiste croissante, véritablement pluraliste, animée par une multitude de forces, souvent concurrentes et hostiles. Incapable de s’opposer ouvertement à la révolution, la bourgeoisie s’adapta au nouveau régime dans l’espoir que le cours des événements changerait. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

En transformant les violences de l’extrême droite vénézuélienne en "révolte populaire", en rhabillant en "combattants de la liberté" des jeunes issus des classes aisées et nostalgiques de l’apartheid des années 90, c’est d’abord contre les citoyens européens que l’uniformisation médiatique a sévi : la majorité des auditeurs, lecteurs et téléspectateurs ont accepté sans le savoir une agression visant à annuler le choix des électeurs et à renverser un gouvernement démocratiquement élu. Sans démocratisation en profondeur de la propriété des médias occidentaux, la prophétie orwellienne devient timide. L’Amérique Latine est assez forte et solidaire pour empêcher un coup d’État comme celui qui mit fin à l’Unité Populaire de Salvador Allende mais la coupure croissante de la population occidentale avec le monde risque un jour de se retourner contre elle-même.

Thierry Deronne, mars 2014

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.