RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

"Accélerer la fin du régime castriste à Cuba".



Traduction rapide du nouveau rapport remis début mai par Colin Powell à Georges Bush, et destiné à présenter de nouvelles mesures pour "accélerer la fin du régime castriste à Cuba".


Les notes du traducteur sont systématiquement signalées - précision donnée parce que le texte original contient lui-même des parenthèses et des remarques.


- Le rapport est disponible ICI : http://www.state.gov

Attention : document PDF de 458 pages et 4 Mo de
taille.




MESURES RECOMMANDÉES A BUSH PAR LA COMMISSION POUR CONTRIBUER A UNE CUBA LIBRE


Le 6 Mai 2004


CHAPITRE 1 : ACCELERER LA TRANSITION CUBAINE


RECOMMANDATIONS :

1 Allocation de 29 millions de dollars supplémentaires (à rajouter au
budget actuel du programme Cuba de 7 millions de dollars) au Département
d’Etat [Ministère US des Affaires Etrangères - NDT], USAID, et autres
agences gouvernementales appropriées afin de :

a) Travailler avec des pays-tiers alliés pour soutenir la création d’un
fonds international pour la protection et le développement d’une société
civile à Cuba, pour engager, former et fournir des ressources à des
volontaires de différentes nationalités pour voyager à Cuba et apporter une
assistance aux bibliothèques indépendantes, aux organisations
professionnelles, aux organisations caritatives, aux journalistes, aux
éducateurs, aux infirmières, et aux médecins qui exercent indépendamment du
régime ;

b) Financer des programmes pour fournir des possibilités d’éducation aux
familles des membres de l’opposition politique et, en collaboration avec
l’Organisation des Etats d’Amérique, créer un programme d’études
universitaires pour les enfants des dissidents Cubains pour étudier dans
des universités d’Amérique latine ; et

c) Financer des programmes d’aide à la construction de la démocratie
destinés aux jeunes, femmes et afro-cubains pour former, développer et
organiser ces segments marginalisés et défavorisés de la société cubaine et
pour les inciter à prendre plus d’initiatives pour soutenir la démocratie et
les droits de l’homme à Cuba.

2) Déployer immédiatement (l’avion - NDT) de transmissions C-130 COMMANDO
SOLO et affecter des fonds à l’acquisition et adaptation d’un poste de
transmission volant dédié aux émission de Radio et Télévision Marti vers
Cuba, en accord avec les obligations des Etats-Unis en matière de
télécommunications internationales ;

3) Soutenir les efforts des ONG de pays tiers pour dénoncer les violations
des droits de l’homme à Cuba, dans le cadre plus général d’un effort déployé
pour décourager le tourisme et renforcer l’attention de l’opinion
internationale sur le sort du peuple cubain, y compris des prisonniers
politiques et de la société civile.

4) Eliminer les abus des voyages éducationnels en les limitant aux
programmes d’une durée minimum de six mois, ou moins si le programme
contribue directement aux objectifs de la politique des Etats-Unis ;

5) Mener des opérations "coups de poing" contre les réseaux de "mulets"
[NDT - "porteurs" chargés de livrer des biens ou de l’argent de la part
d’une tierce personne] qui transportent illégalement de l’argent et offrir
des primes à ceux qui les dénoncent ;

6) Réduire la manipulation par le régime des visites familiales afin de
récupérer des devises - tout en maintenant des efforts pour favoriser les
relations familiales légitimes et l’aide humanitaire au peuple Cubain en :

a) limitant le nombre de visites familiales à Cuba à un (1) voyage tous les
trois ans avec une licence spéciale ; les particuliers seraient autorisés à 
demander une nouvelle licence trois ans après leur dernière visite à Cuba ;
les nouveaux arrivants de Cuba seraient autorisés à demander une licence
trois ans après leur départ de Cuba ;

b) restreignant la définition de "famille" aux membres les plus proches
(grands-parents, petits enfants, parents, enfants, époux)

c) réduisant le montant actuel d’argent pouvant être dépensé par jour
(montant autorisé pour les frais de nourriture et d’hébergement à Cuba) qui
passerait de 164 dollars par jour à 50 dollars par jour (c’est-à -dire
environ 8 fois ce qu’un cubain résident peut espérer gagner au cours d’une
visite de deux semaines) pour les visites à la famille, en partant du
principe que les voyageurs seront hébergés dans leur famille.

7) le processus de mise en application du titre III de la loi de Liberté
Cubaine et de la Solidarité Démocratique (LIBERTAD) [nom pompeux officiel de
la fameuse loi Helms-Burton - NDT] devra veiller à ce que toutes les options
politiques soient mises à disposition du Président et qu’une analyse
détaillée, rigoureuse et complète, effectuée pays par pays sur leurs
politiques et leurs actions en rapport avec Cuba, soit fournie au Président
afin qu’il puisse juger si sa suspension [du titre III - NDT] est nécessaire
aux intérêts des Etats-Unis et accélérera la transition vers la démocratie à 
Cuba.

8) pour décourager les investissements étrangers à Cuba dans des biens
confisqués, dont la propriété est revendiquée par des citoyens états-uniens,
poursuivre agressivement l’application du Titre IV et des refus de visas
prévus aux étrangers trafiquant avec ces biens (c’est-à -dire qui les
utilisent ou qui en profitent) , y compris en affectant plus de personnel et
de ressources à son application.

9) Neutraliser les sociétés écrans du gouvernement Cubain par la création
d’un groupe [Cuban Asset Targeting Group - "Groupe de Suivi des Biens
Cubains" ? - NDT] composée des autorités policières appropriées, pour
enquêter et identifier les mouvements de devises de et vers Cuba ;

10) Allouer un supplément de 5 millions de dollars pour les initiatives
publiques des Ambassades US afin de :

a) Diffuser à l’étranger les informations sur la politique étrangère des
Etats-Unis, particulièrement en matière des Droits de l’Homme et autres
informations sur Cuba, y compris le fait que Castro héberge des terroristes,
se livre à des actions d’espionnage contre les Etats-Unis et d’autres pays,
fomentant la subversion contre des gouvernements démocratiquement élus en
Amérique latine, et la conviction du gouvernement des Etats-Unis que Cuba
possède au moins un programme limité de recherche et de développement
d’armes bactériologiques offensives ; et

b) Financer et promouvoir dans des conférences internationales et nationales
de pays tiers la diffusion à l’étranger de l’information sur la politique US
relative aux efforts de planification de la transition à Cuba.

11) Accroître les efforts directs avec des gouvernements volontaires de pays
tiers pour la mise en oeuvre d’une politique solide et réactive afin de (1)
soutenir la société civile cubaine, y compris l’opposition, et (2)
développer un cadre général de la politique d’assistance pour une Cuba
post-dictatoriale.

12) Travailler avec les ONG et autres parties intéressées pour permettre
qu’une représentation syndicale indépendante ou une représentation syndicale
en exil puisse s’exprimer dans les conférences des organisations
internationales du travail ;.

13) Encourager les efforts des ONG qui dénoncent les conditions
d’exploitation des travailleurs à Cuba et assister les travailleurs cubains
à obtenir une amélioration de leur sort.

14) Financer les projets d’ONG destinés à aider les citoyens cubains à avoir
accès à la Commission Inter-Américaine des Droits de l’ Homme et fournir une
formation à l’intérieur du pays, à travers les ONG appropriées, aux
militants des droits de l’homme cubains pour qu’ils puissent recueillir et
préparer l’information à déposer devant la Commission.

15) Refuser les visas aux officiels qui (1) sont ou ont été impliqués dans
des tortures ou autres atteintes graves aux droits de l’homme ou (2) ont
fourni une assistance aux fugitifs de la justice US ; et

16)Désigner un Coordinateur de la Transition au sein du Département d’Etat
pour faciliter la mise en place à grande échelle de projets
pro-démocratiques, de construction d’une société civile et de diplomatie
publique ("public diplomacy" - ??? NDT) pour Cuba et poursuivre une
planification régulière des futures organes d’assistance à la transition.


CHAPITRE 2 : REPONDRE AUX BESOINS VITAUX EN MATIERE DE SANTE, D’EDUCATION, DE
LOGEMENT ET DES SERVICES SOCIAUX


RECOMMENDATIONS :

Le gouvernement des Etats-Unis, à la demande du gouvernement de transition, devra être prêt à  :

- dresser un état des lieux en matière des besoins afin de fournir des
informations objectives et des observations sur l’état de la santé, de
l’alimentation, de l’éducation, du logement et des services sociaux ;

- vacciner immédiatement tous les enfants de moins de cinq ans qui ne
l’auraient pas encore été par le système de santé existant contre les
principales maladies infantiles.

- distribuer une aide alimentaire selon les besoins et selon les
possibilités, et envisager l’octroi de subventions aux commerçants afin de
maintenir les prix des aliments à un niveau raisonnable,

- collaborer avec les églises cubaines et leurs institutions externes pour
recourir aux réseaux et structures locaux pour délivrer une aide
humanitaire,

- se préparer à maintenir toutes les écoles ouvertes durant la période
d’urgence de la transition afin que les enfants et adolescents ne traînent
pas dans les rues et continuent d’étudier pendant cette période instable,

- démarrer de grands projets de travaux publics faisant appel à la main
d’ouvre cubaine afin de fournir immédiatement des emplois et aider le
travail humanitaire ; et

- fournir une aide aux petits producteurs cubains afin de complémenter
l’aide alimentaire et encourager l’autosuffisance. Recourir au programme
d’aide humanitaire pour encourager la transition démocratique en faisant
appel aux églises cubaines, aux bibliothèques indépendantes, aux centres
civiques, aux médias et aux petites entreprises pour participer à l’effort.


CHAPITRE 3 : CONSTITUER DES INSTITUTIONS DEMOCRATIQUES, RESPECTER LES DROITS
DE L’HOMME, L’ETAT DE DROIT, LA JUSTICE ET LA RECONCILIATION NATIONALE


RECOMMENDATIONS :

- instaurer des programmes d’échange pour informer les dirigeants et
administrateurs cubains sur la démocratie et l’exercice du pouvoir dans la
transparence ;

- le gouvernement des Etats-Unis se tiendra prêt à fournir une assistance
technique et les moyens nécessaires au renforcement des institutions,
méthodes et procédures législatives ;

- le gouvernement des Etats-Unis se tiendra prêt à fournir une assistance
technique pour la décentralisation à travers la mise en place de pouvoirs
provinciaux et municipaux ;

- A la demande du gouvernement de transition, le gouvernement des Etats-Unis
devra fournir une assistance technique pour promouvoir et développer les
procédures et structures de partis politiques démocratiques et introduire
les concepts et mécanismes de contrôle citoyen des partis ainsi que des
pouvoirs locaux ;

- Collaborer avec l’OEA pour mettre en places des missions d’observation
électorales pour aider les autorités du gouvernement de transition cubain à 
rendre compte du processus électoral.


CHAPITRE 4 : ETABLIR LES INSTITUTIONS CENTRALES POUR UNE ECONOMIE LIBERALE


RECOMMANDATIONS :

- le gouvernement des Etats-Unis, fort de son expérience dans les
transitions d’autres économies non libérales, se tiendra prêt à encourager
une Cuba libre à supprimer à court terme le contrôle des prix, y compris le
prix de l’énergie,

- le gouvernement des Etats-Unis devra fournir à une Cuba libre des exemples
tirés de l’Europe de l’Est concernant leurs expériences de transition d’une
économie centralisée, y compris les expériences en matière de
restructuration des entreprises contrôlées par les militaires ;

- le gouvernement des Etats-Unis et les IFI [Institutions Financières
Internationales ? - NDT] devront être prêts à offrir une assistance à une
Cuba libre pour l’aider à la mise en oeuvre d’un programme efficace de
privatisation ainsi qu’à préparer les entreprises à la privatisation, y
compris les entreprises contrôlées ou gérées par les Forces Armées Cubaines ;

- le gouvernement des Etats-Unis devra être en mesure de travailler avec une
Cuba libre à la mise en place d’un Commission Mixte USA-Cuba sur le Commerce
et l’Investissement (JCTI - [acronyme anglais - NDT]). La JCTI se
concentrera sur les relations post-embargo qui affecteraient le commerce et
l’investissement. Elle servirait aussi de précurseur et d’un premier pas
vers une éventuelle négociation d’un Accord de Libre Entreprise entre les
Etats-Unis et Cuba ;

- le gouvernement des Etats-Unis devra encourager une Cuba libre à rejoindre le Fonds Monétaire International, la Banque Mondiale, l’OEA, et l’IDB (? -NDT] le plus tôt possible ;

- le gouvernement des Etats-Unis et les IFI devront être prêts à assister
une Cuba libre à développer un nouveau régime d’investissements qui
recueille la confiance des investisseurs étrangers, en accord avec les
mécanismes d’une économie libérale ; et

- le gouvernement des Etats-Unis devra encourager une Cuba libre à régler au
plus vite les litiges en cours, en tenant compte qu’une procédure longue et
compliquée n’est pas dans l’intérêt économique d’une Cuba libre.

[NDT - le texte ici fait à l’évidence allusion aux biens nationalisés à la
Révolution, et "conseille" à une Cuba "libre" de régler ce problème au plus
vite. Notons que la loi Helms-Burton - dont l’application est confirmée par
ce même texte - prévoit une indemnisation des dits biens "avec pénalités de
retard" et qu’elle précise que l’embargo ne devra être levé qu’après
l’indemnisation/restitution des biens]


CHAPITRE 5 : MODERNISER LES INFRASTRUCTURES


RECOMMENDATIONS :

Transports :

- Routes nationales : selon la volonté du gouvernement d’une Cuba libre, le
gouvernement des Etats-Unis pourraient fournir des conseillers au Ministère
des Transports afin d’assister les officiels Cubains dans l’ingénierie des
routes principales et secondaires et les ponts ;

- Aviation : le gouvernement des Etats-Unis devra être prêt à fournir une
assistance à la mise en place de procédures [de contrôle et d’embarquement -
NDT] à Cuba ce qui permettrait de leur accorder le droit de servir de
dernier point de départ vers les Etats-Unis. [le traducteur suggère
humblement que tout ceci signifie que les cubains devront suivre les
instructions du FBI pour autoriser les vols directs vers les Etats-Unis]

- Maritime : le gouvernement des Etats-Unis devra être prêt à aider une Cuba
libre à identifier les besoins prioritaires en matière d’équipements et
d’investissements portuaires et des infrastructures intermodales.

- Chemins de Fer : Dans le cadre d’une transition, le gouvernement des
Etats-Unis devra être prêt à aider une Cuba libre à dresser l’état des lieux
en ce qui concerne les ponts de chemins de fer, les voies de chemins de fer
et autres infrastructures relatives aux chemins de fer ainsi que le matériel
roulant.

- Energie : collaborer avec les officiels du gouvernement d’une Cuba libre pour
effectuer un bilan exhaustif des besoins et priorités dans le secteur de
l’énergie, et dresser un calendrier des acquisitions à effectuer.

- Eau Potable : à la demande d’un gouvernement de transition, contrôler les centres
d’épuration existants afin de s’assurer que la population reçoit une eau
propre à la consommation et offrir une assistance technique pour développer
un programme coordonné de rénovation indispensable du système de
distribution de l’eau et d’une distribution de produits désinfectants aux
consommateurs (c’est-à -dire d’hypo chlorure de sodium - NDT comme dans
de nombreux pays développés)

[ NDT - ils ont encore oublié mon préféré : l’ouverture des magasins le
dimanche. ]


CHAPITRE 6 : IDENTIFIER ET TRAITER LA DEGRADATION ENVIRONNEMENTALE


RECOMMENDATIONS :

1) le gouvernement des Etats-Unis devra être prêt à offrir à une
Cuba libre le renforcement de son cadre juridique et améliorer le
développement et la mise en place des lois sur l’environnement

2) le gouvernement des Etats-Unis devra être prêt à assister une
Cuba libre dans le développement et l’étude des impacts des sources
de pollution [ "point and nonpoint sources of pollution" ? - ndt]

3) le agences gouvernementales des Etats-Unis pourrait mettre à 
disposition d’une Cuba libre leur expérience en matière de
constructions, y compris par la mise en place de programmes de
suivi/contrôle, de l’examen et suivi de la qualité de l’eau (eau
potable, égouts, eaux environnantes), le mise en place à long terme
de lois et réglementations sur le développement, la mise en place de
programmes de pré-traitement (contrôle des déchets industriels dans
les égouts), etc ;

4) le gouvernement des Etats-Unis peut fournir aux responsables
des barrières de corail du gouvernement de transition un certain
nombre d’outils, comme la cartographie de l’écosystème corallien et
l’étude de la faune associée.

5) Dans le domaine des déchets solides, à la demande du
gouvernement de transition, les experts du gouvernement des Etats-
Unis pourraient fournir une assistance dans les techniques de
décontamination, le traitement et le contrôle des déchets solides, le
suivi des déchets médicaux, le réduction des ordures ménagères, la
décontamination des sols (enlèvement des produits chimiques et des
métaux), gestion de l’écologie de l’eau douce, contrôle de l’érosion
et gestion de l’eau dans les d’ensevelissement de déchets solides.

6) Le gouvernement des Etats-Unis pourrait fournir une
assistance, à la demande, dans le traitement des problèmes d’érosion,
de sédimentation, de tassement du sol, et autres questions relatives
à la préservation de l’environnement

7) Le gouvernement des Etats-Unis devra être prêt à rechercher
des partenariats publis/privés et des partenariats avec des villes -
avec l’objectif de trouver l’expertise US qui pourrait aider une Cuba
libre à réduire la pollution, telle que le nettoyage des sols pollués
par le méthane et la réduction de la consommation d’énergie par
l’industrie, ainsi que le développement des « investissements
responsables ».




A LIRE AUSSI : Les dernières mesures des USA contre Cuba, par Wayne S. Smith, juillet 2006.



Edifiant ! : Déclaration du Secrétaire d’Etat adjoint US Robert Noriega à propos de Cuba.<BR>
A lire jusqu’au bout.


- Recrudescence de l’agression étasunienne contre Cuba, par Salim Lamrani.

-

Le pétrole Cubain intéresse les USA ...

- Traduction : CUBA SOLIDARITY PROJECT
http://perso.club-internet.fr/vdedaj/cuba/

"Lorsque les Etats-Unis sont venus chercher Cuba, nous n’avons rien dit, nous n’étions pas Cubains."


URL de cet article 1563
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Auteur
Le « populisme du FN » un dangereux contresens, d’Annie Collovald et Guerre aux chômeurs ou guerre au chômage, d’Emmanuel Pierru
DIVERS
Récemment apparues, les éditions du Croquant, issues d’une dissidence des héritiers de Pierre Bourdieu, publient des ouvrages riches, au coeur des problèmes sociaux actuels et offrant un regard juste et pertinent. Deux d’entre eux ont particulièrement retenu notre attention : Le « populisme du FN » un dangereux contresens A travers cet ouvrage, Annie Collovald a voulu déconstruire et remettre en cause le terme de « populisme » qui sert aujourd’hui d’explication au succès électoral du Front national. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les individus ne constituent une classe que pour autant qu’ils ont à soutenir une lutte commune contre une autre classe ; pour le reste, ils s’affrontent en ennemis dans la concurrence.

Karl Marx

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.