RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Amnésie Impériale

On l’apprend tout de go : la Crimée, voyez-vous, c’est pire que l’Irak ! C’est Barack Obama qui le dit dans un discours où il affirme la supériorité « morale » des Etats-Unis sur la Russie au nom de leur respect différent du droit international. Un exercice hallucinant qui ne convaincra sans doute que les juges de la CIJ qui ont validé l’indépendance du Kosovo en prétendant que cela ne pouvait être considéré comme un précédent. Mais avant même l’argumentaire juridique, oser affirmer que la Crimée c’est pire que l’Irak est ahurissant. Il y a eu au moins plus de 500.000 morts en Irak du fait de l’intervention américaine et le « traitement » de Falloudja a été un « modèle » d’horreur. Ce pays ne s’en relève toujours pas. Il n’y a pas eu de morts en Crimée.

Il faut en conclure donc que les centaines de milliers de morts en Irak ne pèsent pas bien lourd à l’aune de la Maison-Blanche démocrate. Mais Barack Obama ne se contente pas de ce jugement implicite sur la valeur de la vie irakienne, il se permet de dire l’exact contraire de la vérité, à savoir qu’en Irak les Etats-Unis ont « cherché à travailler à l’intérieur du système international ». La guerre en Irak a été décidée sur la base d’un mensonge éhonté et sans aucun mandat international. La loi du plus fort s’est exercée avec l’arrogance la plus grossière. L’opinion mondiale a été confrontée à l’un des plus grands coups portés au droit international. Au final, Obama endosse totalement les arguties des néoconservateurs en prétendant que les Etats-Unis n’ont pas « revendiqué ou annexé le territoire » et « n’ont pas pris ses ressources » mais ont laissé « l’Irak à son peuple, et un Etat irakien pleinement souverain a pu prendre des décisions au sujet de son propre avenir ». Un discours délirant.

Les Etats-Unis n’ont pas annexé l’Irak, bien sûr, ils l’ont détruit. Ils ont monté les communautés les unes contre les autres, ils y ont créé un appel d’air djihadiste et ils ont déstabilisé toute la région. L’opération « choc et effroi » lancée le 19 mars 2003 a été un vaste désastre humain et la consécration d’un recul sans précédent du droit international. Les médias occidentaux n’en parlent plus mais l’Irak continue de mourir chaque jour de la sollicitude criminelle de la Civilisation. Et quand ces médias s’en souviennent, c’est pour relativiser l’immense carnage en affirmant que les Irakiens « n’ont plus la sécurité mais ils ont l’espoir ». Ce ne sont pas les Irakiens qui le disent, ce sont les envahisseurs qui ont laissé un pays cimetière.

Cette leçon de respect du droit international délivrée il y a quelques jours à Bruxelles en invoquant l’Irak transformé en vaste boucherie par la « Civilisation » est grotesque. Mais elle exprime cyniquement une vision impériale qui confère à Barack Obama le même statut que son prédécesseur. Le message irakien d’Obama - même s’il prétend qu’il était contre la guerre en Irak - est que les choix des Etats-Unis deviennent « loi » universelle sans avoir besoin d’une autre approbation que celle du Congrès américain. Au plan du droit international, il n’y avait aucune base légale à la guerre contre l’Irak. Et si le droit international est respecté, y compris dans ses évolutions humanitaires si souvent invoquées pour justifier les ingérences, ceux qui ont décidé et mené cette guerre sont passibles du TPI. Il n’est nul besoin de s’empêtrer dans d’oiseuses considérations sur le fait qu’Obama trouve normal son « référendum » au Kosovo et anormal celui de Vladimir Poutine en Crimée. Comparaison n’est pas raison et en l’occurrence elle est totalement inopérante, mais les Etats-Unis ne peuvent s’exonérer comme bon leur semble du droit international. Et l’Irak, c’est sous toutes les déclinaisons imaginables un crime contre l’humanité. L’Irak dévasté et ensanglanté restera pour les siècles infiniment plus grave que l’action russe en Crimée. Même si Barack Obama prétend le contraire au nom d’une propagande bancale en endossant sans état d’âme un costume néoconservateur taillé pour G.W. Bush.

M. Saadoune

»» http://www.lequotidien-oran.com/index.php++cs_INTERRO++news=5196235
URL de cet article 25037
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Impérialisme humanitaire. Droits de l’homme, droit d’ingérence, droit du plus fort ?
Jean BRICMONT
Jean Bricmont est professeur de physique théorique à l’Université de Louvain (Belgique). Il a notamment publié « Impostures intellectuelles », avec Alan Sokal, (Odile Jacob, 1997 / LGF, 1999) et « A l’ombre des Lumières », avec Régis Debray, (Odile Jacob, 2003). Présentation de l’ouvrage Une des caractéristiques du discours politique, de la droite à la gauche, est qu’il est aujourd’hui entièrement dominé par ce qu’on pourrait appeler l’impératif d’ingérence. Nous sommes constamment appelés à défendre les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Il n’existe pas, à ce jour, en Amérique, de presse libre et indépendante. Vous le savez aussi bien que moi. Pas un seul parmi vous n’ose écrire ses opinions honnêtes et vous savez très bien que si vous le faites, elles ne seront pas publiées. On me paye un salaire pour que je ne publie pas mes opinions et nous savons tous que si nous nous aventurions à le faire, nous nous retrouverions à la rue illico. Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service des Puissances de l’Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes. Nous sommes des prostituées de l’intellect. Tout cela, vous le savez aussi bien que moi ! »

John Swinton, célèbre journaliste, le 25 septembre 1880, lors d’un banquet à New York quand on lui propose de porter un toast à la liberté de la presse

(Cité dans : Labor’s Untold Story, de Richard O. Boyer and Herbert M. Morais, NY, 1955/1979.)

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.