RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Anatomie d’une campagne israélienne de désinformation

Le gouvernement de Benyamin Nétanyahou a financé une campagne de diffamation anti-palestinienne visant, aux Etats-Unis, des publics juifs, afro-américains et progressistes.

Plus la guerre de Gaza se prolonge et s’aggrave, plus le parallèle entre Benyamin Nétanyahou et Vladimir Poutine s’impose. L’un comme l’autre n’ont que mépris pour leurs adversaires, stigmatisés dans les termes les plus dégradants.

Le Premier ministre israélien ne respecte pas plus que le président russe le droit humanitaire des conflits, notamment en matière de protection des civils, ce qui les expose tous deux aux poursuites de la Cour pénale internationale. Les deux dirigeants réécrivent volontiers l’histoire de la seconde guerre mondiale pour mieux assimiler leurs ennemis à des « nazis » à éliminer sans pitié.

Les opinions occidentales semblent néanmoins beaucoup plus conscientes de l’ampleur et de la menace des campagnes russes de désinformation que du risque présenté par des opérations comparables au profit de Nétanyahou et de son gouvernement. Il est vrai que la propagande pro-israélienne, désignée sous le terme générique de hasbara (« explication » en hébreu), s’est longtemps affichée comme telle, avant de recourir à des biais plus détournés.

« Pallywood » et autres mensonges

Lorsque Nétanyahou revient à la tête du gouvernement, en décembre 2022, après un intermède d’un an et demi, il confie le portefeuille de l’information à une de ses fidèles au sein du Likoud, la très combative Galit Distel Atbaryan, qualifiée de « ministre de la propagande » lors de débats houleux à la Knesset. Après le bain de sang terroriste du 7 octobre 2023, Distel Atbaryan appelle sur les réseaux sociaux à « effacer tout Gaza de la surface de la Terre », à en expulser les « monstres » qui l’habitent, et à tuer sans hésiter ceux qui refuseraient d’en partir.

Ces outrances ne permettent pourtant pas à Distel Atbaryan de sauver son poste, ni même son ministère, purement et simplement supprimé, du fait des opérations de propagande désormais assumées directement par l’armée israélienne et ses très actifs porte-parole en différentes langues étrangères. L’interdiction de tout accès à la bande de Gaza pour la presse internationale facilite les campagnes de diffamation des sources palestiniennes, afin de relativiser, voire de contester le terrible bilan humain des frappes israéliennes.

Un mythique « Pallywood », amalgame polémique de Palestine et d’Hollywood, est ainsi accusé de mettre en scène les enterrements de victimes de bombardements à Gaza et même de fournir des nourrissons en plastique à des figurantes payées pour pleurer l’enfant qu’elles n’auraient jamais eu. Le parallèle est saisissant avec les mensonges diffusés par le Kremlin, en mars 2022, lors de la frappe russe d’une maternité dans le port ukrainien assiégé de Marioupol.

Une telle campagne israélienne connaît son apogée lorsque le président Joe Biden accrédite lui-même la fable de la décapitation de quarante bébés par le Hamas dans le kibboutz de Kfar Aza (la plus jeune victime de la tuerie dans cette localité était âgée de 14 ans).

Mais les terribles images des destructions à Gaza, des hôpitaux bombardés, des enfants mutilés et des victimes de la famine convainquent le cabinet israélien, tout en poursuivant sa « diplomatie publique » et très militante, de lancer une campagne officieuse, confiée au ministère de la diaspora. Le titulaire de ce portefeuille, Amichai Chikli, incarne bien le nationalisme exacerbé de la jeune garde du Likoud. Neuf mois avant les attaques du Hamas dans le sud d’Israël, il considérait déjà l’Autorité palestinienne comme une « entité néonazie ».

Une propagande adaptée à chaque public

Le quotidien Haaretz et l’ONG israélienne Fake Reporter ont révélé les détails d’une telle campagne de désinformation aux Etats-Unis et au Canada. Elle a débuté avec le lancement, à l’automne dernier, de trois « vrais-faux » sites, mêlant nouvelles confirmées et infox déguisées.

Chacun de ces sites visaient un public différent, plutôt conservateur ou libéral, avec des messages adaptés en conséquence, dénonçant « l’axe du Mal » entre l’Iran et le Hamas, ou célébrant les liens entre Israël et la communauté afro-américaine. Tous ces sites ont activement relayé les attaques israéliennes d’une rare virulence contre l’UNRWA, l’agence de l’ONU chargée des réfugiés palestiniens, accusée de complicité « terroriste » avec le Hamas, sans que des allégations aussi graves aient été étayées.

La campagne s’est étoffée au printemps dernier avec le lancement de nouveaux sites : Le Bon Samaritain – et sa carte interactive des campus étasuniens plus ou moins « sûrs » pour les Juifs (quitte à stigmatiser comme « antisémites » des associations juives pacifistes) ; Citoyens unis pour le Canada – et son discours ouvertement islamophobe ; Sérénité maintenant – son manifeste aux prétentions libertaires vise en fait à invalider la légitimité même d’un Etat pour les Palestiniens.

Le 29 mai, l’entreprise Meta bannit de ses plateformes la société israélienne STOIC, supprimant des centaines de comptes Facebook liés à cette campagne d’influence. Quelques jours plus tard, le New York Times affirme que le ministère israélien de la diaspora a bel et bien financé cette campagne à hauteur de 2 millions de dollars (soit près de 1,9 millions d’euros).

Michael Oren, ancien ambassadeur d’Israël aux Etats-Unis, juge l’affaire assez grave pour exiger une commission d’enquête, lui qui a été vice-ministre chargé de la diplomatie publique auprès de Nétanyahou de 2016 à 2019. Mais le gouvernement israélien se borne à démentir sans exprimer le moindre commentaire.

Il n’a pas non plus réagi à une récente enquête du Guardian affirmant que le ministère de la diaspora a investi ces derniers mois 8 millions de dollars (soit près de 7,5 millions d’euros) dans une campagne, cette fois publique, de dénonciation de « l’antisémitisme » sur les campus des EU, d’une part, et d’assimilation de la critique d’Israël à de l’antisémitisme, d’autre part. Pendant que font rage ces « guerres virtuelles » de l’information, la vraie guerre, elle, se poursuit à Gaza. Et elle ne connaît nulle trêve.

Jean-Pierre Filiu
Professeur des universités à Sciences Po

URL de cet article 39717
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Europe Israël : Une alliance contre-nature
David CRONIN
Israël est souvent perçu comme le 51ème État des États-Unis. Désormais, il serait en passe de devenir membre de l’Union européenne. David Cronin a parcouru les couloirs de Bruxelles pour interroger hauts fonctionnaires et diplomates. Il a épluché les programmes européens et examiné les liens étroits que tissent les entreprises du continent avec ce petit État du Moyen-Orient. Loin des discours officiels, vous trouverez dans ce livre les résultats d’une enquête déroutante qui montre comment le prix Nobel (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La pire chose qui soit jamais arrivée au peuple juif, après l’Holocauste, c’est la création de l’état d’Israël.

William Blum - juin 2010

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.