Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Pour la grande masse des citoyens, Marine Le Pen incarne le rejet de l’intégration européenne

Avant-goût

Pathétique. Peu avant le scrutin européen, Thomas Enders, le président allemand du groupe Airbus (ex-EADS) écrivait à « ses » 130 000 salariés : « je vous encourage vivement à aller voter pour une Europe démocratique, résiliente, forte politiquement, économiquement et militairement »

. Quelques jours plus tôt, la direction confédérale de la CGT lançait un appel à participer au vote afin de « porter la voix d’une autre Europe sociale » (sic !). Deux objurgations parmi des milliers d’initiatives, des plus solennelles aux plus grotesques, suppliant les citoyens de légitimer « l’idée européenne ».

Les élites ont tout tenté pour éviter la « chronique d’un désastre annoncé ». Pour François Hollande, « sortir de l’Europe serait sortir de l’Histoire ». « Déconstruire l’Europe serait une véritable catastrophe », a clamé en écho Alain Juppé. Quant à José Bové, il n’a pas hésité à marteler : « notre vision est claire : c’est l’Europe, l’Europe, l’Europe ».

Loin d’avoir ébranlé les citoyens, ces exhortations angoissées et menaçantes semblent avoir accentué le résultat redouté par les dirigeants. Tant il est vrai qu’à l’image du référendum de 2005, les électeurs ont horreur qu’on leur donne des leçons, a fortiori quand l’injonction contredit leur expérience et leur intuition. Le 20 mai, Le Monde barrait sa Une d’une manchette pleine d’effroi : « Le projet européen n’est plus majoritaire en France », s’appuyant sur l’un des très nombreux sondages selon lesquels deux tiers des Français refusent de considérer l’UE comme une bonne chose, et un tiers souhaiterait même en sortir. Quand on pense aux trésors de propagande dispensés depuis des années pour diaboliser cette hypothèse... Les mêmes études suggèrent une proportion sensiblement analogue à l’échelle des Vingt-huit.

Le 25 mai, près de six Français sur dix ont tourné le dos à l’isoloir. Et si la participation a été légèrement supérieure au niveau de 2009, les européistes ont évité de s’en réjouir. Car c’est bel et bien le triomphe électoral du Front national qui en est la cause. On peut toujours le regretter, mais le fait est là : pour la grande masse des citoyens, le parti de Marine Le Pen incarne le rejet de l’intégration européenne. Et c’est essentiellement pour cela, dans le contexte du présent scrutin, que ses listes ont atteint 25%, très loin devant les formations « européistes » ou « alter-européistes ». Du reste, quand, dans certains pays, des partis baptisés « eurosceptiques » ont ajouté d’autres thèmes, ils en ont payé l’addition, à l’image du Néerlandais Geert Wilders qui a fini sa campagne en appelant à expulser les Marocains, et a dû se contenter de 12%.

Jean-Luc Mélenchon en est désespéré – mais la faute à qui ? Avec le Front de gauche, et à l’image du Parti de gauche allemand (Die Linke) qui a fait le même choix (avec la même déconvenue électorale), il a pris comme thème de campagne l’exigence de « transformer » l’Union européenne. Ce mot d’ordre a été bien compris pour ce qu’il est : un refus de sortir de l’UE – et de l’euro. Pour dire les choses simplement, entre l’« anti-européisme » et l’« alter-européisme », la colère populaire – particulièrement chez les ouvriers et le jeunes – a tranché, fondamentalement et durablement.

Dans une culture politique différente, l’exemple britannique est à cet égard encore plus éclatant. C’est le parti créé dans le seul objectif d’une rupture avec Bruxelles (d’où son nom : UKIP, Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni) qui rafle la mise, de manière spectaculaire. Du reste, ce n’est sans doute pas un hasard si l’exigence de souveraineté se manifeste avec la plus grande force dans les deux plus anciens Etats-nations.

Outre-manche, le processus de rupture a peut-être franchi une étape historique après ce « tremblement de terre ». Un référendum pourrait devenir de plus en plus inévitable. Avec une issue prévisible. Si tel était le cas, les conséquences franchiraient évidemment le Channel.

Le séisme du 25 mai ne constituait peut-être qu’un premier avant-goût.

PIERRE LÉVY

http://www.brn-presse.fr/#Cinq_01a.L

Éditorial paru dans l’édition du 30/05/14 du mensuel Bastille-République-Nations
Information et abonnements : www.brn-presse.fr
Pierre Lévy est par ailleurs l’auteur d’un roman politique d’anticipation dont une deuxième édition est parue avec une préface de Jacques Sapir : L’Insurrection

URL de cet article 25886
   
Communication aux lecteurs
Un bus pour Assange - 25 janvier - Paris/Londres

Journée de soutien à Julian Assange devant la prison de Belmarsh.

Le billet comprend l’aller-retour Paris-Londres Bus+Ferry

Infos/réservations : https://www.facebook.com/events/652271058646370/

Circus politicus
Christophe Deloire, Christophe Dubois
A quelques mois de l’élection présidentielle de 2012, les Français sont saisis d’angoisse à l’idée que la fête électorale débouchera sur une gueule de bois. La crise aidant, la politique se révèle un théâtre d’ombres où les signes du pouvoir servent surtout à masquer l’impuissance. Qui gouverne ? Qui décide ? Circus politicus révèle les dessous d’un véritable « putsch démocratique », une tentative de neutralisation du suffrage universel par une superclasse qui oriente la décision publique. Il montre comment le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Moins vous êtes, plus vous avez... Ainsi, toutes les passions et toutes les activités sont englouties dans la cupidité.

Karl Marx


Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
54 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.