Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


BACARDI = CACARDI !

En France, le voleur de rhum cubain, Bacardi, affiche son obsession contre-révolutionnaire : Boycottons Bacardi (*) ! Baptisons-le CACArdi !

On peut voir ces jours-ci en France, dans les journaux ou dans le métro, la nouvelle campagne publicitaire de Bacardi en faveur de son rhum fabriqué à Porto Rico et au Mexique.

Je ne m’étendrai pas ici sur la guerre sale que mène le yankee Bacardi depuis 50 ans pour voler la marque cubaine Havana Club que la Révolution a sorti de la confidence en s’alliant pour sa distribution internationale au groupe Pernod-Ricard en 1992 et en faire ainsi un fleuron de son industrie.

Bacardi n’a jamais digéré que la Révolution ait nationalisé le 14 octobre 1960 l’empire sur lequel la famille régnait sans partage. Après avoir tenté en vain de manipuler la Révolution à son profit, Bacardi refusa la décision souveraine de l’Etat cubain, et la puissante famille choisit d’émigrer à Miami aux Etats-Unis et n’eut plus depuis, que l’obsession d’une revanche politique et la rage de l’acharnement juridique. Face aux croupières que lui taille aujourd’hui la prestigieuse marque de rhum cubain Havana Club dans le monde (hors E-U) et en France en particulier, Bacardi vient d’adopter pour sa nouvelle campagne publicitaire, une attitude on ne peut plus agressive et réactionnaire utilisant à cette fin, des accents nostalgiques honteux pour regretter les temps bénis d’avant la Révolution, ces décennies de grâce où des dictateurs, comme le mafieux Batista, avec leurs cortèges d’assassinats, offraient aux empires tels que Bacardi, de la main d’œuvre asservie et réduite à la misère par une répression violente et une exploitation éhontée.
Comment en effet, oublier ces moments de plaisir intense où dans les années 1920, pendant la prohibition, où Facundo Bacardi invitait les nord-américains à "venir à Cuba pour se baigner dans le rhum Bacardi", tandis que les coupeurs de cannes à sucre, eux, crevaient sous le fouet.

Les slogans mis en avant par Bacardi.

"On peut perdre SON PAYS, pas un secret de famille" : Nostalgie et Fumisterie !
Référence nostalgique à un Cuba moyenâgeux où la famille Bacardi d’origine espagnole exploitait les pauvres jusqu’à l’épuisement et dont l’espérance de vie ne dépassait pas la quarantaine. Oui, c’est ce pays-là que les Bacardi regrettent !
Quant au secret de famille (choix de levures), il est bien dérisoire puisque leur rhum n’a absolument plus rien de cubain. Par contre, les cubains ont répondu par la recherche de l’excellence dans le processus de fabrication à partir des meilleures mélasses fraîches ou "miellées". Mais le premier des secrets du rhum cubain, ce que ne peut plus revendiquer Bacardi et qui le remplit de rage, c’est la terre cubaine particulièrement fertile qui fournit les meilleures cannes à sucre du monde, le second c’est une eau extrêmement pure incomparable et le troisième ce sont des levures naturelles sévèrement sélectionnées.

"Malgré l’EXIL de sa terre NATALE de cuba en 1960..." : Faux !
Les Bacardi ont choisi eux-mêmes de quitter Cuba et ont émigré aux E-U parce qu’ils détestaient le programme révolutionnaire des barbudos. Refusant péremptoirement le partage des richesses qui leur a été proposé, ils se sont soudainement rendu compte que Fidel ne plaisantait pas, et leur empire fut immédiatement nationalisé au profit du peuple cubain. Ils préférèrent quitter Cuba.
Facundo Bacardi est né en Espagne en 1814. Il rejoignit ses frères négociants en vin installés à Santiago de Cuba, en 1844. Leurs racines ne sont donc en rien cubaines.

"Malgré les soubresauts de l’histoire..." : Un déni obsessionnel des Bacardi !
Les Bacardi considèrent toujours Cuba comme "leur propriété" et ils le proclament haut et fort. Pour eux, la Révolution cubaine n’est qu’une triste parenthèse qui se refermera vite. En collaborant étroitement avec les services secrets étasuniens dans la salle guerre qu’ils mènent depuis 52 ans contre Cuba, Bacardi espère toujours récupérer "ses" biens et reprendre son exploitation éhontée des cubains comme il le faisait à Cuba et le fait aujourd’hui à Porto-Rico, au Mexique et ailleurs.

"Le cocktail Bacardi cuba libre, un toast à Cuba Libre" : Libre ... d’être scandaleusement exploitée !
La marque à la chauve-souris affiche clairement dans ce slogan son engagement revanchard contre la politique socialiste de Cuba en affirmant que le pays, depuis le triomphe de la Révolution en 1959, n’est pas libre ! Pour Bacardi, la seule liberté possible est celle que les E-U veulent imposer, l’asservissement des peuples aux multinationales. Obscène !

Bacardi n’est qu’un vil usurpateur. Ses racines ne sont pas cubaines, son rhum n’a rien de cubain. Sa famille est viscéralement anti-castriste, contre-révolutionnaire et anti-communiste. Bacardi est une multinationale apatride qui fait des affaires. Peu importe le pays où il s’installe, pourvu que sa classe paysanne et ouvrière lui soit livrée, soumise.

Suivons l’exemple des jeunes mexicains qui ont avec humour remplacé le "B" de Bacardi par un "C" pour en faire le seul nom que la firme mérite : CACARDI.

Michel Taupin

(*) Les marques du groupe Bacardi-Martini : (siège social : Hamilton aux Bermudes)
Martini : Martini (Vin aromatisé), Spumante (Vin effervescent),
Alcools et liqueurs : Bacardi (Rhum de cannes à sucre de Porto Rico et du Mexique), Bombay Sapphire (Gin aux 10 épices du monde), Camino Real (Téquila mexicaine d’agaves bleus), Cazadores (Téquila mexicaine), Eristoff (vodka géorgienne), Finlandia (Vodka finlandaise), Get 27 et 31(Pippermint français), Grey Goose (Vodka Française), Leblon (Cachaça du Brésil), 42 Below (vodka Néo-Zélandaise)
Whiskies : Aberfeldy (Ecosse Coeur Highlands), Dewwar’s (Ecosse Sud Highlands), Glen Deveron (Ecosse Nord-Est Highlands), Jack Daniel’s (Tenessee Whiskey), William Lawson’s (Nord Ecosse)
Classiques français : Bénédictine (Liqueur de 27 plantes et épices), Chambord (Liqueur de framboise de Loire), Noilly Prat (Vermouth de Marseillan), Otard (Cognac Charentais)

URL de cet article 25765
   
Même Auteur
30 ans d’Humanité, ce que je n’ai pas eu le temps de vous dire
Michel TAUPIN
Quel plaisir de lire José Fort ! Je pose le livre sur mon bureau. Je ferme les yeux. Je viens de l’avaler d’une traite. Comme je le trouve trop court, je décide de le relire. Même à la seconde lecture, il est captivant. Cette fois, j’imagine ce qu’aurait été ce bouquin illustré par son compère Georges Wolinski comme c’était prévu. Ç’aurait été tout simplement génial. Des tarés fanatiques ne l’ont pas permis. La bêtise a fait la peau de l’intelligence et de l’élégance. De l’élégance, José Fort n’en manque pas. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La convention qui rédigea la Constitution des Etats-Unis était composée de 55 membres. Une majorité d’entre eux étaient des avocats - pas un seul fermier, ouvrier ou paysan. 40 possédaient du Revolutionary Scrip [monnaie émise pour contrer la monnaie coloniale]. 14 étaient des spéculateurs de terrains. 24 étaient des prêteurs. 11 étaient des marchands. 15 possédaient des esclaves. Ils ont crée une Constitution qui protège les droits de propriété, pas les droits de l’homme.

Senateur Richard Pettigrew - "Plutocratie Triomphante" (1922)


L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.