RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Des textes décrassés jusqu’à l’os... sans jamais manquer ni d’humanité ni d’humour.

30 ans d’Humanité, ce que je n’ai pas eu le temps de vous dire

Quel plaisir de lire José Fort !
Je pose le livre sur mon bureau. Je ferme les yeux. Je viens de l’avaler d’une traite. Comme je le trouve trop court, je décide de le relire. Même à la seconde lecture, il est captivant. Cette fois, j’imagine ce qu’aurait été ce bouquin illustré par son compère Georges Wolinski comme c’était prévu. Ç’aurait été tout simplement génial. Des tarés fanatiques ne l’ont pas permis. La bêtise a fait la peau de l’intelligence et de l’élégance.

De l’élégance, José Fort n’en manque pas. D’abord son style : celui d’un journaliste brillant, fin observateur, qui rend compte avec une écriture concise, précise, sans fioritures, du trait de caractère, de la personnalité de certains grands de ce monde, de ceux qui ont fait l’Histoire meilleure. Mais José Fort ne fait pas que regarder. Ce n’est pas une caméra plantée dans un décor. Ses cinq sens ainsi que sa conscience politique sont en éveil. Il voit, entend, écoute, respire, goûte et ressent. Comme un félin à l’affût, il capte l’atmosphère, se saisit d’un détail, se repaît de ses rencontres, puis nous en restitue la quintessence. Pas un gramme de gras ! Ses textes sont décrassés jusqu’à l’os... avec le tour de force de ne jamais manquer ni d’humanité ni d’humour. Du cousu main...de maître !

Présenté comme des nouvelles, le livre permet de voyager d’un personnage à l’autre, d’un évènement à l’autre, au gré de nos envies. Quelques fois rocambolesques, parfois surprenantes et drôles, souvent émouvantes, ses histoires vécues nous remémorent des faits, des situations internationales menaçantes, évoquent des hommes et des femmes exceptionnels, des combattants, des justes, des amis plus que des confrères, qu’il admire et respecte infiniment et qu’il nous révèle sous un aspect insolite (Fidel Castro, Nelson Mandela, Ben Bella, Henri Alleg, Yasser Arafat, Dolorès Ibarruri, Marcelino Camacho, Dubcek, Lise London ou Yves Moreau pour ne citer que ceux-là). Dans ce livre, les pages sans doute les plus émouvantes, les plus douloureuses que José Fort a écrites, tout en pudeur, rappellent l’engagement des combattants volontaires des Brigades Internationales auprès de la jeune République espagnole en 1936. Le Commandant Gabriel, son père, volontaire dès la première heure est gravement blessé lors de la plus grande offensive républicaine en Castille dans les environs de Madrid. Il resta aveugle le reste de sa vie.

José Fort ne s’apitoie pas, mais il sera digne de son père dans le combat militant pour la liberté, l’égalité, la fraternité, la paix et la justice. José a parcouru le monde, en témoin engagé. Ses rencontres jamais banales font apparaître sous le cuir du journaliste professionnel aguerri, celui qui souvent, eut le privilège de vivre l’Histoire en première ligne, un homme passionné de l’autre, un communiste en éveil qui a su, dans le bruit et la fureur des cinquante dernières années, comprendre qu’il n’y a pas de modèle à son idéal et que celui-ci ne prendra corps que dans le respect de la diversité des cultures et des peuples et dans la fraternité entre les hommes.

Ce que José n’a pas eu le temps de nous dire hier, aujourd’hui, il le dit si bien, si Fort, que l’on attend la suite avec impatience.

Michel Taupin

José Fort  : "30 ans d’Humanité, ce que je n’ai pas eu le temps de vous dire", éditions Arcane 17.

URL de cet article 29159
  

Même Thème
ESPAGNE : un livre en plein dans le mille
Vladimir MARCIAC
Jean Ortiz a publié 90 articles sur le site Le Grand Soir. Son style impeccable, son cœur à fleur de clavier, son intelligence servant sa remarquable connaissance des dossiers qu’il traite, son humour, sa fougue, sa fidélité aux siens, c’est-à-dire aux guérilleros espagnols que le monde a laissé se faire écraser par un dictateur fasciste, le font apprécier par nos lecteurs (nos compteurs de lecture le disent). Il a en poche une carte du PCF qui rend imparfaitement compte de ce qu’est pour lui le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le succès ou l’échec d’une révolution peut toujours être mesuré par l’ampleur avec lequel le statut de la femme a rapidement évolué dans un sens progressiste.

Angela Davis

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.