Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Blocus criminel contre le Venezuela (Últimas Noticias)

Les sanctions économiques imposées par le gouvernement des Etats-Unis, auxquelles se sont joints certains pays européens et qui sont célébrées par différents pays d’Amérique latine peuvent être qualifié de génocidaire.

  1. Au Venezuela, nous importons la majorité des médicaments dont nous avons besoin. Nous les importons à 34% des Etats-Unis, à 10% de Colombie, à 7% de l’Espagne, à 5% d´Italie, à 5% du Mexique, à 3% du Brésil. C´est à dire 64% du total de nos importations de médicaments.
  2. En ce qui concerne les aliments, nous importons 12% de ce que nous mangeons. 33% vient des Etats-Unis, 16% d´Argentine, 14% du Brésil, 12% du Canada, 3% du Mexique, 2% du Chili, et 1% de Colombie. Soit 82% des aliments que nous importons vient de l´empire étasunien et de ses alliés.
  3. Pour l´importation de technologie, de machines, et de pièces détachées pour la production 32% vient des Etats-Unis, 5% du Brésil, 2% d´Allemagne, 2% d´Argentine, 4% de Colombie et 3% du Panama.

    Donc, par instruction de Trump, 60% de ce dont nous avons besoin pour produire n’arrive plus au Venezuela, ce qui a de graves conséquences sur notre économie.

  4. En ce qui concerne les transports (bus, train ou pièces détachés) nous importons 48% de ce dont nous avons besoin.
  5. Les aliments, les médicaments, les machines et le transport représentent 51% de nos importations totales.
  6. Le blocus représente 27 milliards de dollars par an que l´on nous empêche d’importer, et 9,4 millions de tonnes (si l´on prend en référence les importations de 2012, dernière année avant le blocus).
  7. Qui plus est, notre seule source de devise provient du pétrole qui représente 95% des exportations. Et cela aussi, ils prétendent nous le sanctionner. Du total général d’hydrocarbures que nous exportons, 33% va aux Etats-Unis, 7,4% en Europe, 1,5% en Amérique du Sud.
  8. Ces pays, qui nous achètent 42% de notre pétrole sont obligés par les Etats-Unis de nous l´acheter en dollars. Et du coup, les 17,5 milliards de dollars par an provenant de cette vente entre dans le système financier des Etats-Unis, et nous pouvons en disposer seulement lorsque ceux qui se croit les maîtres du monde nous l´autorisent.
  9. Ses ressources servent à acheter des aliments, des médicaments, et des machines à la Chine, à la Russie, à l´Inde [pays souverains qui ne se soumettent pas au blocus décrété par les Etats-Unis – NDT], ainsi que pour honorer nos compromis sur la dette.
  10. Nous essayons d´échapper à ce blocus financier par la cryptomonnaie mais Donald Trump a interdit l´achat de Petro [la cryptomonnaie vénézuélienne – NDT].

C´est un blocus criminel dont le but est de “ faire hurler ” l´économie vénézuélienne (1), fabriquer de la faim et de la misère pour ensuite aller dénoncer cette situation aux Nations Unis et dire que le gouvernement bolivarien viole les droits de l´Homme. Plus surprenant encore est le comportement de certains « vénézuéliens » qui parcourent le monde pour demander l´extension du blocus contre leur propre Peuple.

Pascualina Curso, économiste.

Note du traducteur :

(1) Des documents déclassifiés ont dévoilé que le président des Etats-Unis Richard Nixon (1969-74) avait demandé à son administration de « faire hurler l´économie chilienne » dans le but de renverser le président socialiste d’alors Salvador Allende (“ to make the economy scream” to prevent Allende from coming to power or to unseat him.”) NDT

Article initialement publié dans le journal Últimas Noticias, le 1 avril 2018 :

Traduction : Romain Migus

»» http://www.ultimasnoticias.com.ve/noticias/opinion/sanciones/
URL de cet article 33174
   
Même Thème
Les 7 péchés d’Hugo Chavez
Michel COLLON
Pourquoi les Etats-Unis s’opposent-ils à Chavez ? Pour le pétrole, on s’en doute. C’est tout ? Les guerres du pétrole, ils sont habitués à les gagner. Mais au Venezuela, on leur tient tête. Ici, on dit qu’il est possible d’employer l’argent du pétrole de façon intelligente et utile. Pas comme à Dubaï où on construit des hôtels à vingt mille euros la nuit au milieu d’un monde arabe sous-développé. Pas comme au Nigeria où la faim tue alors que ce pays est un des plus gros exportateurs mondiaux. Au Venezuela, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Etre radical, c’est prendre les choses par la racine. Et la racine de l’homme, c’est l’homme lui-même.

Karl Marx


L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.