Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Blocus criminel contre le Venezuela (Últimas Noticias)

Les sanctions économiques imposées par le gouvernement des Etats-Unis, auxquelles se sont joints certains pays européens et qui sont célébrées par différents pays d’Amérique latine peuvent être qualifié de génocidaire.

  1. Au Venezuela, nous importons la majorité des médicaments dont nous avons besoin. Nous les importons à 34% des Etats-Unis, à 10% de Colombie, à 7% de l’Espagne, à 5% d´Italie, à 5% du Mexique, à 3% du Brésil. C´est à dire 64% du total de nos importations de médicaments.
  2. En ce qui concerne les aliments, nous importons 12% de ce que nous mangeons. 33% vient des Etats-Unis, 16% d´Argentine, 14% du Brésil, 12% du Canada, 3% du Mexique, 2% du Chili, et 1% de Colombie. Soit 82% des aliments que nous importons vient de l´empire étasunien et de ses alliés.
  3. Pour l´importation de technologie, de machines, et de pièces détachées pour la production 32% vient des Etats-Unis, 5% du Brésil, 2% d´Allemagne, 2% d´Argentine, 4% de Colombie et 3% du Panama.

    Donc, par instruction de Trump, 60% de ce dont nous avons besoin pour produire n’arrive plus au Venezuela, ce qui a de graves conséquences sur notre économie.

  4. En ce qui concerne les transports (bus, train ou pièces détachés) nous importons 48% de ce dont nous avons besoin.
  5. Les aliments, les médicaments, les machines et le transport représentent 51% de nos importations totales.
  6. Le blocus représente 27 milliards de dollars par an que l´on nous empêche d’importer, et 9,4 millions de tonnes (si l´on prend en référence les importations de 2012, dernière année avant le blocus).
  7. Qui plus est, notre seule source de devise provient du pétrole qui représente 95% des exportations. Et cela aussi, ils prétendent nous le sanctionner. Du total général d’hydrocarbures que nous exportons, 33% va aux Etats-Unis, 7,4% en Europe, 1,5% en Amérique du Sud.
  8. Ces pays, qui nous achètent 42% de notre pétrole sont obligés par les Etats-Unis de nous l´acheter en dollars. Et du coup, les 17,5 milliards de dollars par an provenant de cette vente entre dans le système financier des Etats-Unis, et nous pouvons en disposer seulement lorsque ceux qui se croit les maîtres du monde nous l´autorisent.
  9. Ses ressources servent à acheter des aliments, des médicaments, et des machines à la Chine, à la Russie, à l´Inde [pays souverains qui ne se soumettent pas au blocus décrété par les Etats-Unis – NDT], ainsi que pour honorer nos compromis sur la dette.
  10. Nous essayons d´échapper à ce blocus financier par la cryptomonnaie mais Donald Trump a interdit l´achat de Petro [la cryptomonnaie vénézuélienne – NDT].

C´est un blocus criminel dont le but est de “ faire hurler ” l´économie vénézuélienne (1), fabriquer de la faim et de la misère pour ensuite aller dénoncer cette situation aux Nations Unis et dire que le gouvernement bolivarien viole les droits de l´Homme. Plus surprenant encore est le comportement de certains « vénézuéliens » qui parcourent le monde pour demander l´extension du blocus contre leur propre Peuple.

Pascualina Curso, économiste.

Note du traducteur :

(1) Des documents déclassifiés ont dévoilé que le président des Etats-Unis Richard Nixon (1969-74) avait demandé à son administration de « faire hurler l´économie chilienne » dans le but de renverser le président socialiste d’alors Salvador Allende (“ to make the economy scream” to prevent Allende from coming to power or to unseat him.”) NDT

Article initialement publié dans le journal Últimas Noticias, le 1 avril 2018 :

Traduction : Romain Migus

»» http://www.ultimasnoticias.com.ve/noticias/opinion/sanciones/
URL de cet article 33174
   
Même Thème
Code Chavez - CIA contre Venezuela
Eva GOLINGER
Code Chavez présente des documents secrets de la CIA et d’autres organismes des Etats-Unis, obtenus par l’avocate Eva Golinger. Son investigation passionnante révèle le mode opératoire de la CIA pour déstabiliser et renverser un pouvoir trop indépendant. Là où le Chili d’Allende avait été assassiné, le Venezuela de Chavez a réussi à résister. Pourtant, Bush, par l’odeur du pétrole alléché, met le paquet : coup d’Etat militaire en 2002, coup d’Etat économique et sabotage en 2003, campagne (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Si le Président se présente devant le Peuple drapé dans la bannière étoilée, il gagnera... surtout si l’opposition donne l’impression de brandir le drapeau blanc de la défaite. Le peuple américain ne savait même pas où se trouvait l’île de la Grenade - ce n’avait aucune importance. La raison que nous avons avancée pour l’invasion - protéger les citoyens américains se trouvant sur l’île - était complètement bidon. Mais la réaction du peuple Américain a été comme prévue. Ils n’avaient pas la moindre idée de ce qui se passait, mais ils ont suivi aveuglement le Président et le Drapeau. Ils le font toujours ! ».

Irving Kristol, conseiller présidentiel, en 1986 devant l’American Enterprise Institute

Le 25 octobre 1983, alors que les États-Unis sont encore sous le choc de l’attentat de Beyrouth, Ronald Reagan ordonne l’invasion de la Grenade dans les Caraïbes où le gouvernement de Maurice Bishop a noué des liens avec Cuba. Les États-Unis, qui sont parvenus à faire croire à la communauté internationale que l’île est devenue une base soviétique abritant plus de 200 avions de combat, débarquent sans rencontrer de résistance militaire et installent un protectorat. La manoeuvre permet de redorer le blason de la Maison-Blanche.


Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
41 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
117 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.