RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Déclaration de Lula samedi 7 avril 2018 à l’occasion de la messe célébrée en hommage à sa défunte épouse. (Granma)

Il sera transféré par hélicoptère à Curitiba pour éviter les manifestations. Une cellule d’environ 15 mètres carrés l’y attend, avec une salle de bain privée et le droit à deux heures d’air frais par jour.

"Je vais obéir à leur commandement." C’est ainsi que Luis Inácio Lula Da Silva a confirmé ce matin qu’il se conformera à l’ordre de son emprisonnement, mais il a précisé que "personne aujourd’hui ne dormira avec la conscience aussi tranquille que la mienne".

L’ancien président du Brésil a participé à une messe en hommage à sa défunte épouse, samedi dernier, au Syndicat des Métallurgistes de la banlieue de Sao Paulo où il a été barricadé pendant deux jours pour négocier sa reddition à la police et a dit qu’il n’avait pas peur. "La mort d’un combattant n’arrête pas la révolution, s’est-t-il écrié. "Ils se trompent s’ils pensent que je vais m’arrêter, je n’arrêterai pas parce que je ne suis pas un être humain, je suis une idée ", a-t-il déclaré.

Lula a affirmé que beaucoup de gens lui ont conseillé de demander "l’asile en Uruguay", mais qu’il ne veut pas être un "fugitif". "Je fais quelque chose de très conscient ", a-t-il dit, faisant référence à sa reddition à la police. Cependant, il a dit que "plus de jours on me laissera en prison, plus de Lulas vont se lever dans ce pays". "Les puissants peuvent tuer une, deux ou trois roses, mais ils n’arrêteront jamais l’arrivée du printemps", a-t-il ajouté.

"Je suis le seul être humain poursuivi pour posséder un appartement qui n’est pas à moi, et ils savent que Lava Jato (Lavage express) a menti en disant qu’il m’appartenait, le MP (député) a menti de même, et j’ai pensé que (le juge) Moro allait rétablir la vérité, or il m’a condamné ", a dit Lula. Et il a ajouté : "Je n’ai pas besoin de preuves, j’ai ma conviction" (....) "Je n’ai pas peur".

Lula a dit qu’il voudrait avoir un débat avec le juge Moro " sur la plainte qu’il a déposée contre moi, j’aimerais qu’il me montre des preuves, j’ai déjà mis les juges au défi" a-t-il dit.

L’ancien président brésilien a fait référence au "rêve" qu’a signifié pour lui le fait de gouverner et aux mesures qu’il a prises. Dans ce contexte, il a dit : "Si ce fut un crime d’aider le peuple, je resterai un criminel". Il a dit qu’il n’était pas contre l’affaire du "Lavage express" en elle-même, mais qu’il veut que l’on recherche celui qui a « volé ».

D’autre part, il a dit qu’il traversait maintenant "une passe difficile". "Je suis peut-être dans le plus profond moment de révolte que peut éprouver un être humain, ce n’est pas facile la souffrance qu’endurent ma famille, mes enfants et ce qu’a vécu Marisa" a déclaré Lula.

Avant, il avait remercié Dilma Rousseff pour avoir été à ses côtés jusqu’à maintenant. "Dilma a été la personne qui m’a donné la tranquillité d’esprit de faire presque tout ce que j’ai réussi à faire à la présidence, en raison de la confiance dans le sérieux, la qualité et la compétence technique de Dilma", a-t-il dit en la regardant bien en face.

Il a également remercié l’ancien ministre des Affaires Etrangères Celso Amorin, qui a été " le ministre des Affaires étrangères le plus important que ce pays ait jamais eu et qui a fait du Brésil un partenaire mondial " et l’ancien ministre de l’Education Fernando Haddad "qui a connu la meilleure période de l’éducation brésilienne ". Ces deux personnes sont considérées comme le plan B du Parti des Travailleurs puisque Lula ne peut plus se présenter à la présidence.

Il a également fait référence à d’autres militants qu’il a remerciés pour leur soutien et a qualifié le syndicat (des métallurgistes) d’"école". "J’avoue que j’ai vécu mes meilleurs moments politiques dans ce syndicat, je n’ai jamais oublié mon numéro de syndicaliste, le 2598 en septembre 1968. Et d’un côté comme de l’autre, la relation que je maintiens avec ce syndicat est à mon avis la plus forte qu’un président ait jamais eue ", a-t-il dit.

Lula a également critiqué la presse pour avoir généré une "campagne" et et a déclaré qu’il ferait pression pour une "régulation des médias" afin que les citoyens ne soient pas les cibles de "mensonges".

Traduction : Simone Bosveuil

»» http://www.granma.cu/mundo/2018-04-07/hablo-lula-este-sabado-tras-misa...
URL de cet article 33184
   

Cuba sous embargo - paroles cubaines sur le blocus
Viktor DEDAJ
Instauré depuis 1962 par les États-Unis après un échec de l’invasion de l’île, le blocus non seulement pourrit la vie des Cubains mais constitue également une véritable insulte à la communauté internationale, laquelle, dans sa quasi totalité, le condamne chaque année à l’ONU depuis près de trente ans. Cette négation de la souveraineté des États et cette sanctification du droit d’ingérence par l’asphyxie constitue l’un des plus grands scandales de tous les temps. Dans le carnet de bord qu’il tient tout en (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’abstrait n’a pas d’image, c’est son défaut ontologique. Seul le réel est filmable. Pas la réalité.

Ignacio Ramonet

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.