Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Déclaration de Lula samedi 7 avril 2018 à l’occasion de la messe célébrée en hommage à sa défunte épouse. (Granma)

Il sera transféré par hélicoptère à Curitiba pour éviter les manifestations. Une cellule d’environ 15 mètres carrés l’y attend, avec une salle de bain privée et le droit à deux heures d’air frais par jour.

"Je vais obéir à leur commandement." C’est ainsi que Luis Inácio Lula Da Silva a confirmé ce matin qu’il se conformera à l’ordre de son emprisonnement, mais il a précisé que "personne aujourd’hui ne dormira avec la conscience aussi tranquille que la mienne".

L’ancien président du Brésil a participé à une messe en hommage à sa défunte épouse, samedi dernier, au Syndicat des Métallurgistes de la banlieue de Sao Paulo où il a été barricadé pendant deux jours pour négocier sa reddition à la police et a dit qu’il n’avait pas peur. "La mort d’un combattant n’arrête pas la révolution, s’est-t-il écrié. "Ils se trompent s’ils pensent que je vais m’arrêter, je n’arrêterai pas parce que je ne suis pas un être humain, je suis une idée ", a-t-il déclaré.

Lula a affirmé que beaucoup de gens lui ont conseillé de demander "l’asile en Uruguay", mais qu’il ne veut pas être un "fugitif". "Je fais quelque chose de très conscient ", a-t-il dit, faisant référence à sa reddition à la police. Cependant, il a dit que "plus de jours on me laissera en prison, plus de Lulas vont se lever dans ce pays". "Les puissants peuvent tuer une, deux ou trois roses, mais ils n’arrêteront jamais l’arrivée du printemps", a-t-il ajouté.

"Je suis le seul être humain poursuivi pour posséder un appartement qui n’est pas à moi, et ils savent que Lava Jato (Lavage express) a menti en disant qu’il m’appartenait, le MP (député) a menti de même, et j’ai pensé que (le juge) Moro allait rétablir la vérité, or il m’a condamné ", a dit Lula. Et il a ajouté : "Je n’ai pas besoin de preuves, j’ai ma conviction" (....) "Je n’ai pas peur".

Lula a dit qu’il voudrait avoir un débat avec le juge Moro " sur la plainte qu’il a déposée contre moi, j’aimerais qu’il me montre des preuves, j’ai déjà mis les juges au défi" a-t-il dit.

L’ancien président brésilien a fait référence au "rêve" qu’a signifié pour lui le fait de gouverner et aux mesures qu’il a prises. Dans ce contexte, il a dit : "Si ce fut un crime d’aider le peuple, je resterai un criminel". Il a dit qu’il n’était pas contre l’affaire du "Lavage express" en elle-même, mais qu’il veut que l’on recherche celui qui a « volé ».

D’autre part, il a dit qu’il traversait maintenant "une passe difficile". "Je suis peut-être dans le plus profond moment de révolte que peut éprouver un être humain, ce n’est pas facile la souffrance qu’endurent ma famille, mes enfants et ce qu’a vécu Marisa" a déclaré Lula.

Avant, il avait remercié Dilma Rousseff pour avoir été à ses côtés jusqu’à maintenant. "Dilma a été la personne qui m’a donné la tranquillité d’esprit de faire presque tout ce que j’ai réussi à faire à la présidence, en raison de la confiance dans le sérieux, la qualité et la compétence technique de Dilma", a-t-il dit en la regardant bien en face.

Il a également remercié l’ancien ministre des Affaires Etrangères Celso Amorin, qui a été " le ministre des Affaires étrangères le plus important que ce pays ait jamais eu et qui a fait du Brésil un partenaire mondial " et l’ancien ministre de l’Education Fernando Haddad "qui a connu la meilleure période de l’éducation brésilienne ". Ces deux personnes sont considérées comme le plan B du Parti des Travailleurs puisque Lula ne peut plus se présenter à la présidence.

Il a également fait référence à d’autres militants qu’il a remerciés pour leur soutien et a qualifié le syndicat (des métallurgistes) d’"école". "J’avoue que j’ai vécu mes meilleurs moments politiques dans ce syndicat, je n’ai jamais oublié mon numéro de syndicaliste, le 2598 en septembre 1968. Et d’un côté comme de l’autre, la relation que je maintiens avec ce syndicat est à mon avis la plus forte qu’un président ait jamais eue ", a-t-il dit.

Lula a également critiqué la presse pour avoir généré une "campagne" et et a déclaré qu’il ferait pression pour une "régulation des médias" afin que les citoyens ne soient pas les cibles de "mensonges".

Traduction : Simone Bosveuil

»» http://www.granma.cu/mundo/2018-04-07/hablo-lula-este-sabado-tras-misa...
URL de cet article 33184
   
En finir avec l’eurolibéralisme - Bernard Cassen (dir.) - Mille et Une Nuits, 2008.
Bernard GENSANE
Il s’agit là d’un court ouvrage collectif, très dense, publié suite à un colloque organisé par Mémoire des luttes et la revue Utopie critique à l’université Paris 8 en juin 2008, sous la direction de Bernard Cassen, fondateur et ancien président d’ATTAC, à qui, on s’en souvient, le "non" au référendum de 2005 doit beaucoup. La thèse centrale de cet ouvrage est que l’« Europe » est, et a toujours été, une machine à libéraliser, au-dessus des peuples, contre les peuples. Dans "La fracture démocratique", (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Au Salvador, les escadrons de la mort ne tuent pas simplement les gens. On les décapite, on place leurs têtes sur des piques et on garnit ainsi le paysage. La police salvadorienne ne tuait pas seulement les hommes, elle coupait leurs parties génitales et les fourrait dans leurs bouches. Non seulement la Garde nationale violait les femmes salvadoriennes, mais elle arrachait leur utérus et leur en recouvrait le visage. Il ne suffisait pas d’assassiner leurs enfants, on les accrochait à des barbelés jusqu’à ce que la chair se sépare des os, et les parents étaient forcés de garder."

Daniel Santiago,prêtre salvadorien
cité dans "What Uncle Sam Really Wants", Noam Chomsky, 1993

Commandos supervisés par Steve Casteel, ancien fonctionnaire de la DEA qui fut ensuite envoyé en Irak pour recommencer le travail.


CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
39 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
41 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.