RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Un nouveau livre de Roger Martin

Le Rêve brisé. Il y a cinquante ans tombait Martin Luther King

Le 28 août 1963, à Washington, le pasteur Martin Luther King, animateur du mouvement des droits civiques prononça un discours dont une phrase a fait le tour du monde : « I have a dream ».
Le 4 avril 1968, à 18h01, alors qu’il se trouvait sur le balcon du Lorraine motel à Memphis, une balle le frappait au visage et le tuait. Des émeutes éclatèrent alors un peu partout aux USA.

Le coupable présumé a été rapidement arrêté : James Earl Ray. Incarcéré au Missouri State Penitentiary, il s’en est évadé et a été à nouveau arrêté à Londres, deux mois après la mort de Martin Luther King. Il était porteur de faux papiers. Il est mort en prison le 23 avril 1998 à l’âge de 70 ans.

Pour Roger Martin et pour beaucoup, se pose la question de savoir si le pasteur a été victime d’un fanatique ségrégationniste isolé ou si ce dernier a bénéficié de complicités, si le meurtre était un coup monté dont James Earl Ray était un élément et la victime expiatoire. Et Roger Martin d’écrire :

QUI, COMMENT, POURQUOI ?
INCOHERENCES, FAUX, MENSONGES
ET QUESTIONS SANS REPONSES

Martin Luther King prônait la désobéissance civile, il se battait pour le droit des noirs, contre les injustices qu’ils subissaient, pour l’égalité. Son prestige était immense. Il était haï par le Ku Klux Klan. Orateur trop talentueux, prix Nobel de la Paix, il était surveillé en permanence par les services secrets US. Le FBI avait une fiche sur un de ses grands-pères communiste et avait introduit un informateur au sommet du Comité des responsables chrétiens du sud fondé par Martin Luther King. Par lui, le FBI était informé des dates et des lieux de déplacement du pasteur.

Il était devenu l’ennemi public N° 1 en adjoignant à son combat contre la ségrégation raciale d’autres combats : lors de son discours de Riverside, un an, jour pour jour, avant d’être abattu, il avait parlé pour les droits civiques, contre la guerre du Vietnam, et pour une unification des forces en lutte contre le système politique : le capitalisme. Le gouvernement s’alarmait de son «  appel à une grande marche des pauvres sur Washington », une menace pour le pouvoir.

Sur cet homme, son combat, et les circonstances troubles de sa mort, Roger Martin a écrit un livre passionnant et documenté : « Le Rêve brisé. Il y a cinquante ans tombait Martin Luther King ».

Le 15 décembre 2016, en présentant ici un autre livre de Roger Martin, « L’affaire Jules Durand  » je disais de l’auteur : « Roger Martin est écrivain. C’est un ami précieux et courageux. Il a des convictions communistes et il les défend [...]. Le Grand Soir a par ailleurs publié dix articles signés Roger Martin. Naguère, des fascistes musculeux, chassant en meute, ont voulu lui faire entrer dans le crâne (et dans les dents) l’idée qu’il se trompait de combat. Mais il persiste ».

Le mentir-vrai, le mentir, le vrai
Tel qui éprouve parfois l’impression de perdre son temps à lire un polar et « en même temps » répugne à se plonger dans un document historique a priori austère, va trouver ici son bonheur : de l’Histoire contée comme un polar, un polar nourri de faits historiques.

Roger Martin lève un sourcil à chaque mort « providentielle » des amis des peuples. Emile Zola, par exemple. Il ne croit pas à sa mort accidentelle, il a mené sa propre enquête et a écrit un livre dont il a été rendu compte ici : « Il est des morts qu’il faut qu’on tue » (Editions Cherche-Midi, 2016. 538 pages, 21€).

Mais attention, sa rigueur lui interdit de tomber dans le « complotisme », défaut rédhibitoire dont il se garde dans son travail et dont il se démarque prudemment dans cet ouvrage pour couper l’herbe sous les pieds à tout mauvais inquisiteur : «  Point n’est besoin d’être complotiste pour estimer que trop de points sont entourés de mystère et de silence »(P. 127). Il y revient dans les dernières pages du livre : «  Contrairement à ce qu’on pourrait peut-être penser, je me méfie comme de la peste du complotisme » (p. 326).

Ces sages précautions prises en ces temps où le politiquement correct et le politiquement pensé paralysent les chercheurs de vérités, il évite également l’autre défaut, l’angélisme et il note que l’Amérique a été ébranlée par quatre assassinats marqués par « une grande part d’ombre et de mystère ». Ce sont ceux de John Fitzgerald Kennedy, Malcom X, Martin Luther King, Robert Kennedy.

Ce qui fait la force de ce livre, ce qui le rend inattaquable, ce qui en fait un document pour historiens, c’est que l’auteur confie avec parcimonie et prudence son opinion sur tant de choses qu’il expose, pour privilégier les faits, les documents, les témoignages.

On verra par exemple comment Roger Martin détaille, pratiquement minute par minute les derniers moments de vie de Martin Luther King, ce qu’il a fait, ce qu’il a dit jusqu’à 18h01 ce 4 avril 1968, dans sa chambre, puis sur le balcon du Lorraine motel à Memphis où une balle le frappait au visage, lui fracturait la mâchoire, la colonne vertébrale, lui lacérait l’artère vertébrale et la veine jugulaire, touchait la moelle épinière. Lui arrachait la vie.

On pourrait croire que Roger Martin était là à ce moment précis, comme tout au long des enquêtes et des interrogatoires comme dans les salles d’audience des tribunaux, comme dans les bureaux des services secrets. Un travail d’orfèvre.

«  Le Rêve brisé. Il y a cinquante ans tombait Martin Luther King », aux éditions De Borée. 327 pages, 21 €

Maxime VIVAS

EN COMPLEMENT :

Roger Martin parlant de Martin Luther King au micro de RTL le 22 mars 2018.

Blog de l’auteur : http://roger.martin.ecrivain.pagesperso-orange.fr/Html/Acc.htm

URL de cet article 33188
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Auteur
« Marine Le Pen amène le pire » (*)
Maxime VIVAS, Frédéric VIVAS
(*) Anagramme imparfaite cueillie sur Internet. Ce livre (publié par les éditions Golias) est une compilation de documents révélateurs de l’analogie entre le FN d’hier et celui d’aujourd’hui. Y sont démontrées la difficulté pour Marine Le Pen, malgré les habiletés tribuniciennes, à se dépouiller des oripeaux paternels les plus exécrables, la distorsion entre le discours du FN ripoliné et son programme, entre son programme et ses objectifs. Sont mis en relief le fiasco du FN dans les villes qu’il a (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« LIBERTE. »

George W. Bush - Janvier 2005
mot prononcé 40 fois lors de son discours d’investiture qui a duré 20 minutes,
soit une moyenne d’une fois toutes les 30 secondes...

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.