Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Branco, les journalistes et la réalité

Cela fait des mois que les gilets jaunes expriment leurs colères, leurs questions, leurs volontés, leurs malheurs. Des mois que les journalistes tentent ou font semblant de tenter de les comprendre.

Alors quand arrive un type qui, au lieu de les prendre pour des cons ou des violents, ce type leur explique comment le système fonctionne, que ce type donne son livre en pdf, défend (gratuitement ?) les leaders du mouvement, cela semble difficile à croire : il ne ferait ça ni pour de l’argent, ni pour le pouvoir, ni pour la notoriété ?

Et oui, il y a encore quelques gars comme ça, ça peut paraître un peu désuet mais que voulez-vous, il a sans doute été nourri au romantisme de la classe à laquelle il appartenait.

Un gars qui au lieu de demander aux gilets jaunes si ils sont violents, antisémites ou complotistes, préfère leur donner une explication rationnelle du monde capitaliste, comme il fonctionne pour de vrai.

Un gars qui dit qu’il n’y a pas besoin de complot ni de juifs ni de reptiliens pour engendrer un monde pourri comme celui dans lequel nous vivons. Que se plaindre ici en France d’un manque de démocratie n’est pas cracher dans la soupe mais constater que si nous pouvons nous permettre de vivre et de gaspiller comme nous le faisons tous les jours c’est PARCE QUE nous en exploitons d’autres… et nous le regrettons. Que si les pauvres en chient à remplir le frigo ce n’est pas parce qu’ils sont des losers ou des mauvais, mais parce que des types comme Bernard Arnault ou je ne sais qui (on s’en fout des noms et des personnes vous ne comprenez toujours pas ?) se fait des millions ou des milliards sur notre dos, ou sur celui de notre voisin -qu’il soit étranger ou non- avec qui on est constamment mis en concurrence.

Vous les journalistes, qui presque tous lui tombez dessus après avoir fait semblant de l’ignorer jusqu’à maintenant, vous ne comprenez manifestement rien à la réalité. Je ne sais pas si c’est parce que vos situations sont vraiment trop éloignées de celles des gilets jaunes, mais il y a un problème : que Juan Branco ne soit pas parfait, qu’il ait fait des erreurs ou qu’il ressente des frustrations, tout le monde s’en contrefout à vrai dire. les gens en ont ras le bol. Ras le bol vous entendez ?

Ils travaillent tous les jours, toute l’année, pour eux, pour leurs enfants, et ils s’épuisent, perdre sa vie à la gagner comme on dit.

Ils vont se battre du début de leur vie pour arracher un apprentissage jusqu’à la fin de leur vie pour se payer un EPHAD insalubre ou crever sans peser sur leurs gosses à qui ils ont durant toute leur vie tout sacrifié pour leur donner l’illusion d’être « comme tout le monde ». Vous ne connaissez pour la plupart ni la peur de la carte qui ne passe pas, ni celle de devoir annoncer aux enfants qu’on ne partira pas en vacances à Pâques, cette fois-ci encore…

Vous n’avez finalement je crois rien compris à ce qui se passe : les gens, eux, finissent par comprendre, grâce à des mecs comme lui, que si le monde est tel qu’il est c’est à cause de quelques types qui s’arrangent entre eux pour amasser toujours plus de pognon et de pouvoir. Que si la démocratie a été confisquée c’est par ces gens-là qui rachètent les journaux pour pouvoir balancer leur propagande et empêcher la réalité d’être exposée. A l’ancienne, mais en plus grand, en plus fort, en plus technologique, avec l’illusion de faire du pluralisme. Et vous ne dites rien. Vous laissez faire.

Vous les journalistes, qui avez cru qu’être journaliste c’était informer, montrer la réalité, qui avez cru que vous étiez de gauche parce que les copains de droite du lycée vous traitait de « coco » -parce que que vous étiez le rebelle de votre famille ?-, vous vous retrouvez à servir la soupe en vous disant que quand même le monde n’est pas si mal… Et puis vous l’avez bien méritée votre place non ? pourquoi ce serait à vous de balancer vos propres lâchetés individualistes à la face d’un monde qui les partage sans le dire non plus ?

Vous vous plaignez que les gens ne lisent plus vos journaux mais lorsqu’ils ne sont pas toujours orientés dans le même sens, les articles sont désormais payants ! Et puis les gens vont sur internet non pas parce qu’ils ne croient plus les journalistes, mais tout simplement parce que les journalistes mentent. ou omettent. On ne vous a pas appris au catéchisme que le mensonge par omission était un péché ?

Vous faites partie des 10%, c’est bien logique que vous pensiez ainsi. Mais vous vous trompez. Vous n’êtes que des cons : vous n’avez jamais rien compris, ni rien fait pour comprendre. Orwell allait habiter avec les mineurs pendant 6 mois. Les gens ne veulent pas brûler ni les flics ni la France. Ils veulent juste vivre bien, comme nous sommes en droit de le réclamer dans un Etat riche et développé. Sans aumône, sans charité, sans mépris.

Vous auriez dû remarquer que les gilets jaunes ne demandent pas du travail mais de la justice fiscale. Ils ne demandent pas qu’on pende les élus mais qu’on instaure le RIC. Ils ne demandent pas qu’on baisse le prix du diesel mais qu’on change de modèle économique pour sauver la planète. Ils ne veulent pas de la charité mais de la dignité.

Juan Branco fait partie de ces gens qui comme Marx ont eu la chance d’appartenir aux deux mondes qui se font face et d’avoir choisi le bon côté. Signifiant ainsi que ceux qui n’ont pas basculé sont du mauvais. Vous le savez au fond de vous, vous qui me lisez, que tout ceci est un scandale monumental.

Personne ne vaut des milliards d’euros, personne ne vaut rien non plus. Il vaut mieux aider les gens qui ont besoin que ceux qui n’ont besoin de rien, mais il vaudrait mieux faire en sorte qu’ils n’aient besoin de rien. Quand ils entendent que des caissières se font renvoyer pour un paquet de gâteaux volés tandis que certains politiques sont encore en poste malgré des malversations avérées. Quand ils voient que la femme du président de groupe LREM à l’assemblée trouve un poste en or par miracle, que la fraude sociale à 5 milliards oblige nos gouvernants à tracer le moindre gars au RSA tandis qu’on continue de ne rien faire contre les près de 100 milliards de fraude fiscale ; que ceux qui manifestent sont accusés d’être à loisir antisémites ou casseurs, populistes ou anarchistes, tandis que ceux qui les provoquent, les humilient, les insultent -à loisir aussi- sont bien au chaud derrière leurs cordons de CRS, pauvres d’eux qui doivent subir le mépris de leur hiérarchie, et la colère des manifestants leurs frères.

Qu’est-ce que vous nous faites chier avec Juan Branco ? Et vous Juan Branco, qu’est-ce que vous nous faites chier avec les médias ? On n’en a plus rien à foutre des médias. Chacun s’informe comme il peut, s’il veut il les aura les infos, regardez ! on s’informe, on apprend, on s’organise, doucement mais sûrement : les assemblées où l’on parle du RIC, de l’Assemblée Constituante, de l’écologie comme moteur d’une nouvelle démocratie, de la lutte inévitable contre le capitalisme… C’est cela la vraie question. On le fera tout seuls notre RIC, elle finira bien par advenir cette Assemblée Constituante. Il n’y a pas d’alternative, c’est cela la réalité.
Après, que les journalistes s’occupent comme ils peuvent, par exemple en nous expliquant sérieusement en quoi monsieur Bernard Arnault mérite-t-il de posséder une telle fortune, comment il l’a construite (sur le dos de qui ?), et surtout ce qu’il fait de tout cet argent. D’où vient tout cet argent, et où va-t-il ? C’est pas une enquête à faire ça ? Combien de personnes vivent avec ces 80 miliards, et combien pourraient vivre si on lui prenait tout ? C’est pas une bonne question ça ?

Le mérite, c’est un bon début pour la réflexion : celui qui travaille 40 heures par semaine dans des conditions pénibles pour un salaire de misère mérite-t-il moins que celui qui fait fructifier son argent même en dormant ? Le fait d’avoir une idée géniale ou un bon coup de pied est-il plus méritant que le fait d’être né dans une famille pauvre ou avec des capacités intellectuelles ou physiques diminuées ?

Croyez-vous sincèrement que Bernard Arnault est un génie, un être exceptionnel qui mérite d’être aussi riche ? Mais s’il est un être aussi exceptionnel, pourquoi ne partage-t-il pas sa fortune avec les plus démunis ? Il y en a suffisamment pour devenir pauvre à son tour !

Aidez-nous à montrer la vérité au lieu de vouloir attaquer les seuls qui osent faire.

Caleb Irri

URL de cet article 34818
   
Même Thème
Bernard Klein. Les expressions qui ont fait l’histoire. Paris, E.J.L. 2008
Bernard GENSANE
Ce qu’il y a d’intéressant avec les phrases historiques, c’est que, souvent, elles n’ont pas été prononcées par les personnes à qui on en a attribué la paternité. Prenez la soutière (je sais, le mot "soutier" n’a pas de féminin, mais ça ira quand même) du capitalisme américain qui siège au gouvernement français, Christine Lagarde. Elle a effectivement, lors de la flambée du prix des carburants, conseillé au bon peuple d’utiliser le vélo plutôt que la voiture. Mais la reine Marie-Antoinette, qui a tant fait (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je l’ai invitée lors d’un prochain séjour à venir jouer avec l’orchestre de Paris et l’Ensemble orchestral de Paris.

Bertrand Delanoe
maire socialiste de Paris, Fév. 2005, en parlant de Condoleezza Rice


Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.