RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
56 

Dictature du Pass : il n’y aura pas de marche arrière.

Sérieusement, vous y avez cru ? Vous pensiez vraiment qu’une fois instauré le Pass Sanitaire disparaîtrait un jour ? Quelle naïveté ! Ca vaut le coup de traiter les gens de débiles ou de complotistes quand vous refusez de voir ce qui est devant vos yeux… Et vous les avez laissé nous voler la démocratie sans rien faire, malgré leurs promesses sans cesse rompues et la publicité de leurs intentions !

Non mais vous pensiez quoi ? Qu’en vous soumettant vous seriez « du bon côté » ? Vous avez même fini par croire à la propagande selon laquelle l’ennemi ne serait plus le virus mais le « non-vacciné » ! En réalité vous n’avez fait que leur permettre, à travers les « 2 minutes de la Haine » (voir) auxquelles vous participez quotidiennement devant CNEWS ou BFM, d’instaurer un régime de contrôle social et de surveillance permanents, au nom de ce qu’ils vous ont dit être la condition de votre nouvelle liberté, désormais fondée sur l’accomplissement préalable de vos « devoirs ». Ce renversement de paradigme est le point par lequel vous vous êtes fait piéger : vous pensiez que le Pass Sanitaire était un outil destiné à lutter contre le virus alors qu’en réalité c’est le virus qui est un prétexte pour instaurer le Pass sanitaire.

Ce Pass, comme on le dit depuis le départ , n’est absolument pas et ne peut absolument pas être sanitaire. Il n’est que politique. 

La meilleure preuve en est, en plus des autres arguments donnés ici ou là sur l’inutilité, voire la nocivité d’une telle mesure, que les contaminations sont reparties en hausse malgré ce Pass. Car malheureusement le vaccin n’empêche pas la contamination. Et puisque c’est le masque qui en protège le mieux, alors ce n’est pas un Pass Sanitaire qu’il faut exiger à l’entrée des bars et des restaurants mais bien le masque. Par ailleurs le vaccin reste heureusement une défense personnelle solide (même si les derniers éléments laissent à penser que la durée de protection est plutôt faible) qui doit rester destinée au plus fragiles afin de les protéger des formes graves de la maladie.

Le Pass Sanitaire doit être supprimé car il est l’instrument de notre asservissement. Malgré les mensonges du ministre de la santé il n’existe, et ne peut exister aucune étude prouvant son efficacité dans la lutte contre le covid (sans doute même le contraire)… et c’est bien pour ça qu’il va rester. Car si les naïfs se demandent pourquoi on ne le supprime pas puisqu’il n’est pas efficace, ceux qui connaissent le fonctionnement de ce gouvernement comprendront très vite que des gens qui se considèrent comme infaillibles préfèreront toujours modifier la réalité plutôt que de s’y confronter. 

le truc c’est que le gouvernement ne peut plus revenir en arrière. Admettre que le Pass Sanitaire est inefficace reviendrait à avouer qu’ils ont supprimé les libertés pour rien. Cela montrerait à la fois les mensonges de nos gouvernants, la lâcheté des conseils scientifiques, la complaisance coupable des médias, la couardise des oppositions politiques, l’inutilité du Parlement, la traitrise du Conseil Constitutionnel, en bref l’obsolescence de la 5ème République. Tandis que ceux qui se sont soumis préfèreront par orgueil persister dans l’erreur plutôt que d’avouer qu’ils se sont fait berner. Comme ceux qui ont tellement voulu nier les effets secondaires qu’ils préfèrent en souffrir en silence plutôt que de se dédire ; ce qui leur offre une occasion supplémentaire de haïr les autres, comme ceux qui sont prêts à prendre 2 doses tous les ans si ça peut leur permettre de garder ce qu’ils croient être des privilèges.

Car à la fin c’est bien de cela qu’il s’agit : le Pass Sanitaire crée de fait une société avec des privilégiés qui ont des droits supérieurs à ceux qui ne se sont pas soumis aux devoirs qu’on exigeait d’eux (ces devoirs consistant à se soumettre aux volontés du Chef). Pour le moment les privilégiés sont plus nombreux que les non privilégiés, mais il ne fait aucun doute que petit à petit les proportions s’inverseront, à mesure que les devoirs exigés pour conserver ces privilèges exigeront des sacrifices plus grands.

Il fallait bien qu’on y arrive : cela fait des plombes qu’on entend vanter le « modèle chinois » tout en craignant (de moins en moins) son contrôle social. Notre « démocratie » serait un frein à l’unité de la Nation et un danger pour l’intégrité de notre Patrie. Avec la pandémie comme prétexte s’est posée la question du rapport de l’individu vis à vis de la communauté à laquelle il appartient : l’individu n’est-il qu’un « morceau » du corps social comme en Chine dont le corps compte plus que chaque morceau ou est-il comme chez nous un morceau indispensable dont le corps social ne peut se passer ? Car si la beauté de l’Union Nationale Chinoise est évidente d’un point de vue global, il ne faut pas oublier sa contrepartie dont on entend beaucoup moins vanter les bienfaits : le sacrifice et la soumission de l’individu à cette union. De gré ou de force.

En vous soumettant dès aujourd’hui vous pensez sans doute faire partie du haut de la pyramide, mais en réalité les places sont déjà prises. Vous ne faites que valider les règles d’un nouveau jeu dont vous êtes les premiers perdants. Les conditions qui vous seront faites seront toujours plus dures et plus nombreuses, avec un Etat infaillible qui une fois la 3ème dose injectée vous réclamera de remettre un masque, puis de ne pas parler à ceux des méprisés que vous finirez tôt ou tard par rejoindre.
Après le Pass Sanitaire il y aura le Pass Climat, puis le Pass Citoyen, car le contrôle social et la surveillance généralisée constituent à la fois le rêve de tous les dictateurs en herbe et l’aboutissement inévitable d’un mode de production qui détruit la planète. Plutôt que de remettre en cause leur niveau de vie ou leurs privilèges à cause du climat dont ils auront été les principaux destructeurs, le petit pourcentage des types qui dirigent ce monde préférera sans aucun doute possible la dictature à la démocratie : beaucoup plus simple à mettre en place et beaucoup moins côuteux. Et puis lorsqu’ils seront sur Elyseum, pensez-bien qu’ils ne se soucieront que très peu du sort qui vous sera fait. Avec ou sans Pass.

Caleb Irri
http://calebirri.unblog.fr

URL de cet article 37573
  

Michel Boujut : Le jour où Gary Cooper est mort.
Bernard GENSANE
Le jour de la mort de Gary Cooper, Michel Boujut est entré en insoumission comme il est entré dans les films, en devenant un cinéphile authentique, juste avant que naisse sa vocation de critique de cinéma. Chez qui d’autre que lui ces deux états ont-ils pu à ce point s’interpénétrer, se modeler de concert ? Cinéma et dissidence furent, dès lors, à jamais inséparables pour lui. Il s’abreuva d’images « libératrices », alors qu’on sait bien qu’aujourd’hui les images auraient plutôt tendance à nous « cerner ». (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Il faut prendre à César tout ce qui ne lui appartient pas. »

Paul Eluard, Notes sur la poésie, GLM, 1936

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.