RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Brésil : vers un régime militaire ?

Ou l'ambiguité des généraux devant les attaques de Bolsonaro contre les institutions.

Il ne fait aucun doute que la participation de Bolsonaro à des activités de conspiration, réalisées ouvertement et diffusées en direct par les médias officiels du gouvernement, devrait être une autre nouvelle suffisante pour sa révocation immédiate de la présidence de la République (le 19 avril, Bolsonaro a reçu et encouragé une manifestation qui prônait la fermeture du Congrès et du STF - Suprême Tribunal Federal – Cour Suprême – et l’instauration d’une dictature militaire NDT).

Mais cela ne se produira pas.

D’abord parce que le Congrès et le STF, même s’ils sont poussés à agir, ne feront probablement que des discours grandiloquents, élogieux et stériles pour défendre la démocratie, l’harmonie entre les pouvoirs et bla-bla-bla...

Et même si les membres du Congrès et les ministres de la Cour suprême décidaient d’agir, ce serait dans la peur et ils verraient leurs capacités de prise de décision limitées par les militaires.

Il convient de rappeler que, depuis septembre 2018, le général Villas Bôas a nommé un général/tuteur intervenant dans le bureau de Dias Toffoli, le président du STF.

Cette nouvelle attaque de Bolsonaro contre les institutions - encore plus scandaleuse et plus grave que toutes les attaques précédentes contre l’État de droit - peut être interprétée soit [i] comme une démonstration de faiblesse d’un dirigeant à la recherche de nouvelles sources de pouvoir, soit [ii] comme une démonstration de force, de sympathie et de soutien de la part des militaires à l’escalade militariste, sous la direction de l’armée, vers la mise en place d’un régime militaire.

La date et le lieu choisis pour cette attaque, qui prône la fermeture du Congrès et du STF et l’instauration d’une dictature militaire, ne pourraient être plus symboliques : le 19 avril, jour de l’Armée brésilienne, devant le quartier général de l’Armée et devant son commandant général, le général Edson Leal Pujol.

On spécule beaucoup sur le pouvoir et la force politique et institutionnelle de Bolsonaro, ainsi que sur les contradictions possibles entre lui, les commandants militaires et les généraux du gouvernement.

Ce que l’on peut observer, cependant, c’est que Bolsonaro et les militaires ne diffèrent que dans la façon dont le "cavalão" ("le grand cheval" surnom de Bolsonaro à l’époque où il était militaire) fait les choses.

Mais les militaires (ainsi que la majorité parlementaire) sont en accord absolu avec l’essence même de la politique à l’œuvre : bradage des biens et des entreprises, soumission aux États-Unis, écrasement du monde du travail, saccage et pillage des richesses du pays, privatisation et financiarisation de l’économie, abandon de la souveraineté nationale et d’un projet stratégique de nation.

De plus, et pour des raisons qui ne sont pas abordées dans cette brève analyse, les militaires respectent Bolsonaro en tant que commandant suprême légitime des forces armées.

En outre, s’il y avait avaient des contradictions et des impasses qui rendaient impossible la continuité au pouvoir de Bolsonaro, les militaires garantiraient sa destitution et feraient entrer officiellement en fonction le général Mourão (vice-président NDT) - sauf, bien sûr, en cas de restrictions de leur part à son égard.

L’attaque de Bolsonaro et de la meute de ses fanatiques n’a pas reçu de réprimande des militaires, et n’en recevra pas, car le projet militaire avance avec leur attitude.

Jusqu’à présent, ils ne se sont pas manifestés officiellement ; tout au plus ont-ils déclaré " être ennuyés " et " embarrassés " (sic) à un journaliste de la TV Globo.

La roue a tourné, sans que nous puissions percevoir et saisir dans le temps le sens et la direction des événements.

Contrairement au coup d’État de 1964, où la dictature qui a pris le pouvoir installa un État d’exception, cette fois-ci, l’évolution autoritaire et dictatoriale suit la voie opposée.

La corruption du système judiciaire et politique par l’organisation criminelle de Curitiba (comme Gilmar Mendes, membre du STF, nomme l’opération Lava Jato - opération anti-corruption la plus corrompue de l’histoire et dont les actions et résultats ont été essentiellement d’attaquer la gestion du Parti des Travailleurs et de mettre à genoux toutes les grosses entreprises brésiliennes, corrompues certes mais surtout très compétitives à l’étranger. NDT) a établi un État d’exception qui a garanti l’élection illégitime d’un gouvernement militaire (en empêchant Lula de se présenter NDT) qui pourrait évoluer vers une dictature militaire (le gouvernement actuel au Brésil est essentiellement composé de militaires NDT).

Le chaos méthodique et délibéré produit par le Bolsonarisme pour faire face à la pandémie de COVID-19 pourrait constituer le substrat idéal pour l’évolution dictatoriale du régime.

Traduit par Caixão económico pour Le Grand Soir.

»» https://www.viomundo.com.br/politica/jeferson-miola-a-ambiguidade-dos-...
URL de cet article 36036
  

La télécratie contre la démocratie, de Bernard Stiegler.
Bernard GENSANE
Bernard Stiegler est un penseur original (voir son parcours personnel atypique). Ses opinions politiques personnelles sont parfois un peu déroutantes, comme lorsqu’il montre sa sympathie pour Christian Blanc, un personnage qui, quels qu’aient été ses ralliements successifs, s’est toujours fort bien accommodé du système dénoncé par lui. J’ajoute qu’il y a un grand absent dans ce livre : le capitalisme financier. Cet ouvrage a pour but de montrer comment et pourquoi la relation politique elle-même est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le déficit de l’Etat était l’objet même de spéculations. A la fin de chaque année, nouveau déficit. Au bout de quatre ou cinq ans, nouvel emprunt. Or chaque emprunt fournissait à l’aristocratie une nouvelle occasion de rançonner l’Etat, qui, maintenu artificiellement au bord de la banqueroute, était obligé de traiter avec les banquiers dans des conditions toujours plus défavorables.

Karl Marx
La lutte des classes en France. 1850

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.