RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Budget de l’État : Surtout ne rien faire. On continue comme avant !

Que de congratulations socialistes après le chiffre spectaculaire de 50 000 chômeurs en moins au mois d’août et la présentation du budget 2014 de l’État ! La masse salariale serait quasiment stabilisée et les dépenses de fonctionnement des ministères réduites de 2%, portant l’effort global à 2,6 milliards d’euros, a précisé le projet de loi de finances présenté en Conseil des ministres.

La masse salariale devrait s’élever à environ 81 milliards (contre 80,6 milliards en 2013), selon le ministère de la Fonction publique. Le chômage baisse mais en 2014, 13.123 emplois de fonctionnaires seront supprimés dans les secteurs qui ne concourent pas aux missions prioritaires de l’État à savoir 7.881 postes de moins au ministère de la Défense et 2.564 à Bercy, aux Finances. Pourquoi ces deux ministères ? Le premier parce que c’est bien connu, les militaires, ça obéit, ça ne rechigne pas ; le second parce qu’on informatise à tout va pour supprimer les postes.

A l’inverse, on aura noté que le budget prévoit 10.979 créations de postes, dont 9.984 pour l’Éducation (lycées et universités), 405 pour la police et la gendarmerie et 590 pour la justice. Et comment faire autrement ? Les prisons sont saturées, la police sur tous les fronts et l’éducation nationale à bout de souffle.

Pourtant, les créations à l’Éducation nationale sont un peu aberrantes. La réforme Chatel, sous la présidence Sarkozy, conçue au départ pour faire des économies devient à son tour budgétivore avec les accompagnements personnalisés et autres tutorats. Mais Peillon ne touchera à rien. Quid dans le budget de la suppression des départements, quid de la réduction de la classe politique, quid des niches fiscales. On continue comme avant.

Le budget a confirmé l’annonce « électoraliste »du 20 septembre concernant les agents les moins payés. Les fonctionnaires de la catégorie C, soit près de la moitié des quelques 5 millions d’agents, se verront ainsi attribuer au 1er janvier 2014 des augmentations allant de 4,6 euros à quelque 46 euros mensuels. Sur l’ensemble du quinquennat, les effectifs de la fonction publique doivent rester stables, les créations dans l’enseignement (60.000), la justice et la sécurité (5.000) devant être compensées par des réductions dans d’autres ministères. Ce sera quand même pour 2014, 3 347 postes de fonctionnaires en plus ! La Cour des comptes reste très dubitative. Stabiliser la masse salariale en maintenant les effectifs au même niveau ou en les augmentant supposait de geler les salaires. Or l’actuel gouvernement ne peut demander aux fonctionnaires de travailler plus et de toujours gagner moins ! Bref, ce n’est pas le budget de la cacophonie, c’est le budget du sauve qui peut, d’un état incapable de s’en prendre à la caste politique et à l’administration publique.

Concernant la fiscalité, le projet de loi de finances présenté en Conseil des ministres, insiste bien sur l’effort de l’État mais en fait, il maintient le mille-feuille administratif. Le budget par ailleurs reste plus discret sur l’évolution de la fiscalité, après, il faut bien le dénoncer les 20 milliards d’augmentation d’impôts sur les ménages et les entreprises votées l’an dernier pour 2013.

Une critique qui s’adresse aussi bien à Nicolas Sarkozy – Fillon qu’à François Hollande-Ayrault. Le Monde rappelle que Nicolas Sarkozy a augmenté les impôts de 16,2 milliards d’euros en 2011, puis de 11,7 milliards net en 2012. Depuis son élection, François Hollande a rajouté 7,6 milliards d’impôts en 2012, et a « poursuivi le tour de vis en 2013 avec plus de 20 milliards d’euros d’augmentations », écrit le quotidien. Soit 55,5 milliards d’euros d’impôts en plus en 4 ans.

Pierre Moscovici a déclaré pourtant : "Nous préférons faire des économies plutôt que d’augmenter les impôts" et a même rajouté "Nous avons retrouvé notre souveraineté budgétaire, c’est-à-dire la liberté de faire des choix qui préparent l’avenir". Il reporte ainsi la solution de la dette nationale sur les générations futures mais aussi les collectivités locales qu’ils dépouillent encore plus (la réunion annuelle avec les maires risque d’être mouvementée !), les mutuelles surtaxées au maximum et une nouvelle taxe sur l’excédent brut d’exploitation pour les pigeons.

Enfin, Bercy s’est bien gardé de préciser que le budget doit être essentiellement financé par le relèvement de 19,6 à 20% du taux normal de la TVA, et de 7 à 10% du taux intermédiaire au 1er janvier. Nicolas Sarkozy, en 2012, avait annoncé que « le taux normal de TVA passerait de 19,6% à 21,2%. Quant au "taux réduit", qui vient de passer de 5,5% à 7%, il restera inchangé ».

Ainsi, en 2014, la France atteindra un nouveau taux record absolu de prélèvements obligatoires avec 46,1% du produit intérieur brut (PIB). Le gouvernement n’a été soucieux que de préserver le pouvoir d’achat de ses électeurs potentiels à l’approche des échéances électorales. La dette souveraine française va bientôt atteindre les 2.000 milliards d’euros, c’est-à-dire 95,1% du PIB fin 2014, soit 30.000 € par Français. Pour l’instant, l’agence France Trésor emprunte à taux bas mais elle risque de se voir imposer des taux à plus de 5% et le Qatar ne sera pas toujours là !

Les élections en Allemagne sont passées et Merkel devrait remettre très vite les pendules à l’heure de l’austérité pour tenter de sauver l’euro. Ne prenant pas les décisions politiques d’exception qui s’imposent aujourd’hui, la France sera contrainte un jour ou l’autre de solliciter l’aide du FMI et de la BCE.

Michel Lhomme

»» http://www.metamag.fr/metamag-1574-BUDGET-DE-L%E2%80%99ETAT.html
URL de cet article 22762
  

L’Avatar du journaliste - Michel Diard
Michel Diard
Que restera-t-il du quinquennat de Nicolas Sarkozy, le président omniprésent dans tous les médias ? Cet ouvrage dresse un inventaire sans concession des faits et méfaits de celui qui se présentait comme l’ami de tous les patrons de presse et a fini par nommer les présidents des chaînes de l’audiovisuel public. Le "sarkozysme" a largement reposé sur un système de communication proche de la propagande, digne des régimes les plus autocratiques, à la limite de l’autoritarisme. Le système Sarkozy, même s’il (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Big Brother est déjà chez vous. Il est dans le logiciel que vous venez de télécharger depuis la boutique en ligne de Apple.

Julian Assange

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.