RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Malouines : l’heureux temps des colonies anglaises.

L’Amérique du Sud prend fait et cause pour l’Argentine

Peintre de paysages brumeux, balayés par le vent, à la manière de Turner, James Peck a été le premier habitant des Malouines (Falkland pour les Anglais) à obtenir la nationalité argentine depuis la dispute de 1982 et la guerre entre ce pays et la Grande-Bretagne. C’était en juin de l’année dernière, aux côtés de la présidente Christina Fernandez de Kirchner.

Barbu, tatoué sur les bras, paquet de cigarettes dans la poche, maté de coca dans la main, Peck est typique de la faune bohème et des artistes expatriés qui peuplent aujourd’hui les bars et les cafés de Stanley, la capitale de l’archipel. Il a été salué comme un héros à Buenos Aires mais sifflé et dénoncé comme un traître par certains de ses compatriotes aux Malouines. Le fait d’y être né et d’y avoir grandi ne l’a pas empêché de recevoir des menaces de mort.

Les Malouines ? Onze semaines de conflit, plus de 900 morts et la dernière victoire coloniale britannique. En pleine commémoration du trentième anniversaire de la guerre - la revue militaire argentine (n°781) vient d’y consacrer un numéro bien fourni - les tensions diplomatiques entre les deux pays, à propos de l’archipel, sont réapparues. Elles sont loin d’être désintéressées : on y a découvert récemment des réserves de pétrole et de gaz qui viendront compléter, demain, l’économie soutenue des îles, forte de leurs pêcheries industrielles et de leur tourisme.

En décembre 2011, l’Angleterre s’était offusquée de l’interception, par la marine argentine, de bateaux de pêche espagnols dans les eaux disputées des Falkland. Un plan de protection maritime des côtes des Malouines a été mis en place par le Royaume-Uni depuis le début de l’année, avec un renforcement de la présence militaire ; ce qui a profondément irrité les officiers argentins.

C’est au plus haut niveau du gouvernement britannique, celui du Premier Ministre David Cameron, qu’a été réaffirmée la souveraineté complète de l’Angleterre sur les Falklands. Cameron avait même reproché l’année dernière à Ban Ki-Moon, secrétaire général des Nations Unies, d’avoir osé évoquer la dispute territoriale de l’archipel dans un entretien officiel avec la présidente de l’Argentine. Pour Londres, les Falkland ne seront jamais les Malouines : « Aussi longtemps que les Falkland voudront être territoire britannique, ils resteront sous la souveraineté britannique. Arrêt complet : fin de l’histoire » avait déclaré, d’un ton sec, le locataire du 10 Dowding Street. Pour autant, les Argentins ne se dégonflèrent pas : Kirchner accusa la Grande-Bretagne d’être « un cruel pouvoir colonial en déclin » et qualifié Cameron de « médiocre et rempli de stupidités ».

Quelques semaines plus tard, c’est la décision des pays de l’Union économique du Mercosur (Argentine, Brésil, Uruguay, Paraguay) d’interdire aux navires portant pavillon des îles Malouines de mouiller dans leurs ports, qui a soulevé l’indignation de la Grande-Bretagne. Dans les faits, les conséquences directes de cette décision devraient être limités, seuls vingt-cinq bateaux, principalement de pêche, seraient concernés. Mais, en plein anniversaire du conflit, elle a été très symbolique pour ce territoire, contrôlé depuis 1833 par le Royaume-Uni et réclamé depuis toujours par l’Argentine, dont les côtes sont situées à 500 kilomètres des îles.

Pourtant, sur place, les temps changent et Peck n’est pas le seul descendant des immigrants anglais qui peuplèrent les Malouines, au XIXème siècle, a réclamer, timidement, une évolution, même si le père de Peck, policier britannique, avait été, le 2 avril 1982, comme tant d’autres britanniques locaux, un héros de la résistance à l’invasion argentine, participant même au régiment parachutiste de la téméraire bataille de Mount Longdon. Son fils ingrat n’avait que 13 ans à l’époque, mais cela l’a marqué suffisamment pour être pacifiste à vie, son père étant revenu traumatisé mentalement du conflit. A 43 ans, il considère que la défense armée d’un petit territoire, si éloigné des côtes britanniques, n’a plus de sens. Peck a ainsi troqué les armes pour les pinceaux, la formation militaire pour une formation artistique évaporée, arguant même de l’hispanité incontestable des îles et se mariant avec une argentine.

Géographiquement, la souveraineté britannique sur les Malouines ne tient pas, mais c’est aussi le cas pour la France, aux Antilles ou aux Comores, et pour tous les territoires ultra-marins. La géographie n’est pas l’histoire. Ce n’est pas la nature qui fait les cartes mais la politique, justement, qui donne cette capacité aux hommes à renverser les montagnes et à traverser les fleuves, même si cela paraît souvent, sur la carte, quelque peu incongrue.

Par exemple, en raison de l’interdiction pour tout vol argentin d’atterrir à Stanley, la capitale des Falkland, il faut aujourd’hui, pour rejoindre Buenos Aires depuis l’archipel, passer par Santiago du Chili ! Or, les ressources prometteuses des Malouines ne paraissent pas, dans un avenir proche, pouvoir changer la donne à moins que la crise de la dette britannique n’amène la Grande-Bretagne à devoir réduire drastiquement sa présence militaire et économique sur place, car cette présence lui coûte cher.

Pire, certains journaux britanniques, à l’occasion de la commémoration de la guerre, ont fait un tableau comparatif des forces en présence de chaque côté pour se demander : « Pourrions-nous encore gagner une autre guerre ? » Pour l’instant, de part et d’autre, avec chacun son histoire et ses héros, on célèbre, avec un certain faste mémoriel, l’anniversaire de l’intervention britannique.

Michel Lhomme

http://www.metamag.fr/metamag-774-Malouines--l-heureux-temps-des-colon...

URL de cet article 16434
  

Même Thème
« Cremada » de Maïté Pinero
Bernard Revel
Prix Odette Coste des Vendanges littéraires 2017 Maïté Pinero est née à Ille-sur-Têt. Journaliste, elle a été correspondante de presse en Amérique Latine dans les années quatre-vingts. Elle a couvert la révolution sandiniste au Nicaragua, les guérillas au Salvador et en Colombie, la chute des dictatures chiliennes et haïtiennes. Elle a écrit plusieurs romans et recueils de nouvelles dont « Le trouble des eaux » (Julliard, 1995). Les huit nouvelles de « Cremada », rééditées par Philippe Salus, illustrent (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quand l’ordre est injustice, le désordre est déja un commencement de justice.

Romain ROLLAND

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.