RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Bush veut libérer le terroriste et agent de la CIA Luis Posada Carriles : Manifestation géante à la Havane.




Près d’un million et demi de Cubains marchent contre les Etats-Unis.<BR>
LIRE AFP, 24 janvier 2006.



Fidel Castro ouvre à La Havane la marche populaire contre les nouvelles provocations de Washington

La Havane, 24 janvier 2006 (AIN)


Le président Fidel Castro a ouvert ce matin, à 8 h (heure de La Havane), la marche populaire devant le siège de la Section des Intérêts des Etats-Unis (SINA, qui fait l’office de bureau consulaire états-unien à Cuba).

Devant les milliers de manifestants convoqués en réponse aux dernières provocations US contre Cuba, Fidel Castro s’est adressé « au noble peuple des Etats-Unis et à l’opinion publique mondiale » pour réitérer sa dénonciation de la nouvelle campagne anticubaine de Washington.

Il a souligné que la manoeuvre US implique cette fois la libération du terroriste Luis Posada Carriles, organisateur de l’attentat à la bombe qui a provoqué la destruction en vol d’un avion cubain de passagers et la mort de 73 personnes, en 1976.

Le président cubain a rappelé que Posada Carriles a été formé au maniement des explosifs par l’Agence centrale de Renseignements des Etats-Unis (CIA) à partir de 1961 et que cet individu, qui se trouve actuellement en territoire US, est impliqué dans divers crimes, dont l’Opération Condor, dans le cadre de laquelle les régimes militaires intronisés par Washington en Amérique latine dans les années 70, ont assassiné de nombreuses personnalités politiques latino-américaines.

Arrêté et traduit en justice au Venezuela en raison de son implication dans l’attentat de 1976 contre l’avion cubain de passagers, Posada Carriles s’est évadé en 1985, avec l’aide de ses complices de Miami et de la CIA, qui l’a utilisé ensuite dans la sale guerre contre le gouvernement sandiniste du Nicaragua.

Les services spéciaux US ont pour leur part utilisé Posada Carriles maintes fois, en 40 ans, pour tenter d’assassiner le président Fidel Castro, y compris à Panama, lors du sommet ibéro-américain organisé dans ce pays.

Après son arrestation à Panama, Posada Carriles et ses complices ont été graciés abusivement, en août 2004, par la présidente panaméenne Mireya Moscoso, alors en fin de mandat, qui répondait ainsi aux démarches de Washington en faveur du terroriste.

En 2005, Posada Carriles a pénétré illégalement aux Etats-Unis où il a été finalement arrêté à la suite des dénonciations réitérées de Cuba.

Le président cubain a rappelé aussi les dernières provocations de Washington contre Cuba en soulignant que l’administration Bush cherche à provoquer une rupture des contacts diplomatiques minimums existant entre Washington et La Havane depuis 1977.

Fidel Castro a indiqué que si la réponse cubaine aux provocations sera toujours pacifique, « nous serons prêts à répondre avec les armes et avec notre dernière goutte de sang pour rejeter toute agression militaire de l’Empire brutal qui nous menace ».


- Source : AIN www.ain.cubaweb.cu-marcha.htm


Ambassade de la République Bolivarienne du Venezuela
Washington DC


Communiqué de presse, 24 janvier 2006.



Luis Posada Carriles est un terroriste ayant fuit la justice vénézuelienne. Il est responsable de l’explosion en vol d’un avion qui comptait 73 passagers a bord, dont une femme enceinte. Cet acte terroriste eut lieu en octobre 1976. Posada Carriles s’est échappé de la prison de Caracas avant que la Court puisse émettre un quelconque verdict. Il doit être extradé au Venezuela pour répondre des charges qui pèsent sur lui en rapport a l’assassinat de 73 personnes.

Quand le gouvernement de la République Bolivarienne du Venezuela a su que Posada Carriles vivait à Miami, elle a fait la demande d’une détention préventive dans l’objectif d’une extradition pour s’assurer qu’il n’échapperait pas une nouvelle fois à la justice. Au lieu de répondre à cette demande, quatre jours après, le 17 mai 2005, le département de Sécurité des Etats Unis l’emprisonna en raison d’immigration illégale.

L’Administration Bush n’a pas donné suite a la demande d’extradition réalisée par le gouvernement de la République Bolivarienne du Venezuela, et a choisit de traiter la cas Posada comme un simple délit d’immigration. C’est pour cela que aujourd’hui, ce terroriste, l’Oussama Ben Laden d’Amérique Latine, est a deux doigts d’être libéré.

Les Etats Unis sont obligés de remplir leurs devoirs quand à la demande d’extradition que le Venezuela a déposé devant la Cour Fédérale. Le 09 novembre 2005, le département d’Etat a envoyé une note diplomatique a notre ambassade, l’informant qu’ils enverraient "prochainement" des "questions et préoccupations" en relation au cas Posada.

Nous n’avons toujours rien reçu, et maintenant le terroriste est a la porte de sortie de la prison.

L’Administration Bush est obligée d’extrader au Venezuela ou de juger aux Etats Unis Posada Carriles pour assassinat de premier degré. La demande d’extradition par le Venezuela se base sur trois instruments spécifiques légaux :

1) Le traité d’extradition existant entre le Venezuela et les Etats Unis

2) La Convention pour la répression des Actes Illicites contre la Sécurité de l’Aviation Civile signé a Montréal.

3) La Convention Internationale pour la répression des attaques terroristes.


L’Article 7 de la Convention pour la répression des Actes Illicites contre la Sécurité de l’Aviation Civile stipule catégoriquement que "l’Etat dans lequel se trouve le présumé délinquant, s’il ne procède pas a son extradition lui même, soumettra le cas aux autorités compétentes a fin de procédé au jugement, sans exception aucune et en totale indépendance du fait que l’acte fut commis sur son territoire ou non" . Les Etats Unis refuse de se baser sur la loi. Ils doivent extrader ou juger Posada. Une fois encore, nous exigeons du gouvernement des Etats Unis de respecter la loi existante et de traiter le cas Posada Carriles.

Une guerre contre le terrorisme ne peut être livré "a la carte" , en sélectionnant quel terroriste il faut juger ou non. Le terrorisme est le terrorisme, point final.

Si un autre pays capture Oussama Bin Laden, les familles des victimes du 11 septembre 2001 n’exigeraient-elles pas que le terroriste sois jugé pour assassinat ? Comment se sentirait le Peuple étatsunien si ceux qui capturaient Oussama Bin Laden au lieu de le juger pour ses crimes, transformaient la charge en un délit mineur d’immigration ?

- Traduction MCI





[- Washington serait sur le point de mettre en cause trois traités contre le terrorisme.]


Pasada Carriles : Terroriste, agent de la CIA, maintenant hébergé aux USA. Dossier.


Des juristes demandent l’extradition du terroriste cubain Posada Carriles.

Posada Carriles et l’assassinat de Kennedy, par Deirdre Griswold.

Le terroriste Luis Posada Carriles, bien protégé par Washington : Infamie à El Paso. Vengeance à Miami.



- Photo : AFP


URL de cet article 3205
  

Histoire du fascisme aux États-Unis
Larry Lee Portis
Deux tendances contradictoires se côtoient dans l’évolution politique du pays : la préservation des “ libertés fondamentales” et la tentative de bafouer celles-ci dès que la “ nation” semble menacée. Entre mythe et réalité, les États-Unis se désignent comme les champions de la « démocratie » alors que la conformité et la répression dominent la culture politique. Depuis la création des États-Unis et son idéologie nationaliste jusqu’à George W. Bush et la droite chrétienne, en passant par les milices privées, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je pense que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées entières sur le pied de guerre. Si le peuple américain permet un jour aux banques privées de contrôler le devenir de leur monnaie, d’abord par l’inflation, ensuite par la récession, les banques et les compagnies qui fleuriront autour des banques priveront le peuple de tous ses biens jusqu’au jour où ses enfants se retrouveront sans toit sur la terre que leurs parents ont conquise.

Thomas Jefferson 1802

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.