Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Cinq clés pour reconnaître une fausse révolution populaire

Avec la montée de la "guerre hybride", de nombreux événements présentés comme des "révolutions de couleur" se sont avérées être des opérations complexes de déstabilisation. Comment les reconnaître au fil de l’actualité ?

Avec la montée du concept de "guerre hybride" entre les nations, l’histoire mondiale récente montre plusieurs exemples de nouvelles présentées comme des "rébellions populaires", des "révolutions de couleur" et autres formes de guerre non conventionnelle.

Un examen des guerres en Syrie et en Libye montre que ce que la presse occidentale a d’abord présenté comme des " protestations réprimées par le gouvernement " étaient en fait des opérations complexes de déstabilisation avec ingérence extérieure et participation de troupes irrégulières, visant à tromper la population et à confronter différentes couches de celle-ci dans une guerre civile.

La " guerre hybride " utilise des " armées floues " immergées dans la population, et comprenant des citoyens spécialement formés et recrutés, agissant aux côtés de mercenaires étrangers, en utilisant des armes longues et des technologies de guerre avancées.

A l’ère des fausses nouvelles et de la surabondance d’informations, comment reconnaître une fausse rébellion populaire dans le discours médiatique ? Quelques clés vous sont proposées ci-dessous.

Une fausse rébellion populaire sème la terreur et la dévastation, et détruit les biens nationaux.

Un peuple mobilisé ne s’attaque pas aux biens communs de leur pays, ne s’en prend pas aux habitants du voisinage et n’appelle pas à la torture et au meurtre.

Une fausse rébellion populaire assassine des policiers et de simples passants, prend des quartiers entiers en otage, brûle des bâtiments gouvernementaux et des stations de radio, détruit des routes et les sources d’énergie. Il tente de répandre la terreur et de paralyser l’activité économique.

Une fausse rébellion populaire est présentée dans les médias comme una aspiration citoyenne à la liberté ".

Toute protestation et manifestation populaire est, en général, ignorée, relativisée ou stigmatisée sur la base de fausses prémisses.

Dans une fausse rébellion populaire, les communicateurs sont enthousiastes au sujet de leurs actions, louent ou justifient leurs dirigeants et blâment automatiquement le gouvernement pour les pertes, les blessés et toutes les victimes. Et si le gouvernement réagit en durcissant les mesures de lutte contre la violence, il est accusé d’être "totalitaire".

Une fausse rébellion populaire présente un discours haineux, accuse sans preuves et n’a pas de programme politique.

Une véritable mobilisation populaire a un programme de revendications, utilise les pétitions et en appelles à la loi, elle met l’accent sur les actions collectives et de masse.

Une fausse rébellion populaire répète des slogans vides ("à bas la dictature", "liberté d’expression"), appelle à une action militaire extérieure et encourage la haine contre certaines personnes, groupes ethniques ou fonctionnaires du gouvernement. De même et sans preuve, on accuse les rivaux politiques de crimes horribles.

Une fausse rébellion populaire utilise des armes longues, des explosifs et du matériel militaire.

Une vraie manifestation populaire n’a pas d’armes militaires. Dans les cas où les citoyens brandissent des bâtons ou des torches, ils sont dépeints par les médias comme étant dangereux et irrationnels.

Une fausse rébellion populaire montre des sujets encagoulés portant des armes longues, des convois de véhicules haut de gamme et des technologies de communication qui n’attirent pas l’attention des journalistes.

Une fausse rébellion populaire s’accompagne de sanctions diplomatiques et économiques de la part des métropoles impériales.

Toute vraie protestation populaire est, par définition, ignorée par les puissances mondiales en raison de sa portée locale, de l’indifférence ou du respect des "affaires intérieures de chaque pays".

Une fausse rébellion populaire, en revanche, mobilise toutes les ressources de la diplomatie internationale : des sanctions économiques sont imposées, des comptes sont bloqués à l’étranger ou le "régime répressif" est isolé par tous les moyens possibles.

Quand il y a synergie d’éléments, la preuve devient évidente que derrière les protestations, aussi légitimes soient-elles à certains égards, il y a des intérêts étrangers qui les promeuvent.

»» https://www.telesurtv.net/opinion/como-reconocer-falsas-rebeliones-pop...
URL de cet article 33619
   
Que fait l’armée française en Afrique ?
Raphaël GRANVAUD
Préface d’Odile Tobner-Biyidi Que fait l’armée française en Afrique ? Et de quel droit s’y trouve-t-elle encore aujourd’hui ? Si l’on en croit les discours officiels, elle n’y aurait plus depuis longtemps que des missions humanitaires et de maintien de la paix. La page du néocolonialisme et de la Françafrique aurait été tournée en même temps que finissait la guerre froide. Ce « Dossier noir » examine, à travers de nombreux exemples concrets, la réalité de cette présence depuis deux décennies. Après un (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Citoyens,

Ne perdez pas de vue que les hommes qui vous serviront le mieux sont ceux que vous choisirez parmi vous, vivant votre vie, souffrant des mêmes maux. Défiez-vous autant des ambitieux que des parvenus ; les uns comme les autres ne consultent que leur propre intérêt et finissent toujours par se considérer comme indispensables. Défiez-vous également des parleurs, incapables de passer à l’action ; ils sacrifieront tout à un beau discours, à un effet oratoire ou à mot spirituel. Evitez également ceux que la fortune a trop favorisés, car trop rarement celui qui possède la fortune est disposé à regarder le travailleur comme un frère. Enfin, cherchez des hommes aux convictions sincères, des hommes du peuple, résolus, actifs, ayant un sens droit et une honnêteté reconnue. Portez vos préférences sur ceux qui ne brigueront pas vos suffrages ; le véritable mérite est modeste, et c’est aux électeurs à choisir leurs hommes, et non à ceux-ci de se présenter. Citoyens, Nous sommes convaincus que si vous tenez compte de ces observations, vous aurez enfin inauguré la véritable représentation populaire, vous aurez trouvé des mandataires qui ne se considèrent jamais comme vos maîtres.

Le Comité Central de la Garde Nationale »

Texte de l’affiche apposée avant l’élection de la Commune de Paris, 25 mars 1871.


Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.