Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Colombie. Libération des prisonniers : communiqué des FARC.



Bush-Uribe






Communiqué des FARC-EP, Forces Armées Révolutionnaires de Colombie - Armée du Peuple, 9 décembre 2007.



1. à lvaro Uribe Vélez a échoué dans sa tentative de manipuler le président Chávez et la sénatrice Piedad Córdoba. Il a une nouvelle fois montré son vrai visage d’ennemi de l’Échange humanitaire et de la paix concertée.


2. L’offensante annulation de la gestion facilitatrice a représenté un acte de barbarie diplomatique à l’encontre du chef d’État légitime d’un pays frère et contre le peuple frère vénézuélien, répondant à la demande émise par Bogotá. Cette honteuse rupture constitue un très mauvais précédent : elle a en effet également touché le président Sarkozy, les présidents latino-américains solidaires de la facilitation, d’autres gouvernements toujours diligents dans les questions humanitaires, le Mouvement des Pays non alignés, les peuples de France, des États-unis et de l’ensemble de l’Amérique latine, et, particulièrement, les familles des prisonniers de guerre des deux partis, emplies d’espoir, parce qu’elles pressentaient le terme de leurs angoisses.


3. Ce gouvernement, qui parle des FARC comme s’il était en train de gagner la guerre, avec des discours fanatiques destinés aux élites patronales du monde, ne trompe pas les 30 millions de Colombiens pauvres ni les classes moyennes appauvries victimes de la violence quotidienne de l’État, violence économique, sociale et militaire. Il n’a pas pu cacher au monde, malgré le communiqué trompeur qui annulait la facilitation, l’intense confrontation armée aux profondes racines politiques et sociales qui existe en Colombie, ni l’illégitimité du régime dont le président et une bonne partie des congressistes, des maires et des gouverneurs ont été élus grâce à l’intervention politique, financière et armée du terrorisme narco-paramilitaire.


4. Veule incapable de nier franchement toute possibilité d’Échange humanitaire, imprécis et confus quand il s’agit de dire si les FARC sont des terroristes ou une force politico-militaire belligérante -avec laquelle il serait prêt à dialoguer et à parvenir à un accord-, le président Uribe Vélez sans le moindre sérieux change radicalement d’avis tous les week-ends et improvise d’inacceptables propositions. Ainsi cette dernière proposition de réaliser des dialogues avec le menteur mandaté Restrepo (Haut commissaire colombien pour la paix - n.d.l.r), en des lieux inhospitaliers, éloignés et clandestins, dans un délai de 30 jours, cependant qu’il nous lance des insultes, qu’il nous menace de davantage d’opérations, qu’il ratifie son ordre de libération par opération militaire et qu’il offre des dollars aux combattants des FARC pour qu’ils trahissent leurs idéaux. Ce gouvernement manque décidément de réalisme et de grandeur pour parler avec les insurgés farianos [des FARC-EP].


5. Nous réaffirmons la nécessité de la démilitariser les municipalités Florida et Pradera pendant 45 jours pour la réalisation de l’Échange humanitaire ; nous maintenons notre décision de le réaliser pour avancer vers la solution politique du conflit social et armé, résultat d’un processus accompagné des pleines garanties de la part de l’État, qui ne rechercherait pas la recomposition de l’actuel régime paramilitarisé, corrompu et agenouillé devant l’empire, mais la construction d’un régime nouveau, transparent, vraiment démocratique et souverain, ainsi que nous le proposons dans le Manifeste fariano et la Plateforme bolivarienne.


6. Nous remercions le président Hugo Chávez pour ses efforts colossaux en tant que facilitateur, pour son indéniable bonne foi dans cette oeuvre humanitaire, pour sa solidarité avec la cause pacifique de notre peuple et pour le temps investi malgré ses grandes responsabilités au sommet de la République bolivarienne du Venezuela, pays frère. L’histoire apportera la reconnaissance méritée à sa gestion humanitaire.


7. Face à l’infamie uribiste et en reconnaissance envers le président Chávez, la sénatrice Piedad Córdoba et les familles des prisonniers, nous acceptons son appel à libérer la Docteur Clara Rojas et son fils Emmanuel ainsi que la Docteur Consuela González de Perdomo, clair marque de l’espoir que nous avions placé dans son action de facilitateur. Ces deux dames et Emmanuel devront être reçus par le Président Chávez ou par la personne qu’il désignerait, dans des circonstances qui ne permettront pas de bassesses uribistes, comme cela s’est produit avec les « preuves de vie ». L’ordre de les libérer en Colombie a déjà été donné.

FARC-EP, Secrétariat de l’État Major Central, 9 décembre 2007 - 17ème anniversaire de l’agression contre Casaverde.






Libération des prisonniers en Colombie : lettre Ouverte au Président Sarkozy, par James Petras.






Colombie - Les Insurgés colombiens prêts au dialogue, par Numancia Martà­nez Poggi.


Mon retour au maquis, par Rodrigo Granda, chef des FARC, médiateur pour l’ échange humanitaire.


La Colombie d’Ingrid Betancourt, par Maurice Lemoine.


Etat, paramilitarisme et oppositions armées en Colombie : les enjeux d’un échange humanitaire à haut risque, par Maurice Lemoine.



Colombie : Faits et chiffres sur la violence et le terrorisme, par Garry Leech.

La Colombie face à l’empire aujourd’hui, par Alberto Pinzón Sánchez.


Les véritables raisons de l’intervention nord-américaine en Colombie, par Doug Stokes.






URL de cet article 5841
   
Même Auteur
We Feed The World (documentaire)
DIVERS
Synopsis Un film pour éveiller les consciences sur les absurdités et les gachis de la production, la distribution et la consommation des produits alimentaires. Chaque jour à Vienne, la quantité de pain inutilisée, et vouée à la destrction, pourrait nourrir la seconde plus grande ville d’Autriche, Graz... Environ 350 000 hectares de terres agricoles, essentiellement en Amérique latine, sont employés à la culture du soja destiné à la nourriture du cheptel des pays européens alors que près d’un quart de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"L’Occident a dominé le monde non pas par la supériorité de ses idées, de ses valeurs ou de sa religion mais par sa supériorité à recourir méthodiquement à la violence. Les occidentaux l’oublient souvent, les autres ne l’oublient jamais."

Samuel P. Huntington


Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
31 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.