Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Etat, paramilitarisme et oppositions armées en Colombie : les enjeux d’un échange humanitaire à haut risque.



Bush-Uribe






solidaritéS, 11 juillet 2007.


Mardi 26 juin, avec la collaboration du Groupe de travail Simon Bolivar et du journal Le Courrier, notre bimensuel organisait une soirée à Genève sur les enjeux de la guerre en Colombie, à laquelle ont pris part 120 personnes. Aux côtés de Maurice Lemoine, rédacteur en chef adjoint du Monde Diplomatique, à qui nous avions demandé une introduction, nous avions fait appel au Département fédéral des affaires étrangères, qui a décliné notre invitation, ainsi qu’aux témoignages personnels de Mónica, fille de Rodrigo Granda, et d’un membre de la famille d’Ingrid Bétancourt, qui nous a adressé un message écrit. (...) Les 27 et 28 juin, Caracol, l’une des principales radios privées colombiennes, proche du pouvoir, alertée par notre initiative, interviewait longuement en direct Jean Batou et Maurice Lemoine. Afin de contribuer à l’information et au débat, nous reproduisons ici l’essentiel de l’introduction de Maurice Lemoine à cette soirée.


Que s’est-il passé, il y a quelques semaines entre les présidents Sarkozy et Uribe ? Pour Sarkozy, l’explication est simple : on était à deux semaines des élections législatives et la cause d’Ingrid Bétancourt est très populaire en France. Un coup médiatique était tout bénéfice, quelle qu’en soit l’issue ! Pour Uribe, l’annonce unilatérale de la sortie de prison de 170 guérilleros, dont Rodrigo Granda, permettait de dénoncer la mauvaise volonté des FARC. Mais quels objectifs dissimulait un tel rideau de fumée ? D’abord, il permettait d’éviter toute négociation avec la guérilla. Ensuite, il pouvait aider Uribe à sortir des scandales de la « parapolitique », grâce à l’appui bienvenu du président français sur la scène internationale, notamment au G8.

C’est que même aux Etats-Unis, Uribe commence à sentir le soufre. Il n’a pas obtenu tout ce qu’il voulait pour poursuivre le Plan Colombie, et la signature d’un accord de libre commerce avec Washington pourrait être remise en cause... C’est que les Démocrates contrôlent les deux Chambres, et qu’en Colombie, des magistrats courageux ont engagé une centaine d’actions en justice contre des fonctionnaires d’Etat et des membres de l’appareil politique proches du Président, pour leurs liens avec les paramilitaires. Douze à treize députés et sénateurs sont aujourd’hui sous les verrous, et l’ancien chef de la police politique (Département administratif de la sécurité), proche lui aussi d’Uribe, a été mis en cause. Les liens d’une partie de l’Etat colombien avec les paramilitaires sont révélés au grand jour. C’est pourquoi, en libérant 170 guérilleros, Uribe a annoncé qu’il amnistiait aussi les siens, tentant ainsi d’interrompre les enquêtes et les révélations en cours...

- Lire l’ article www.solidarites.ch




La Colombie d’Ingrid Betancourt, par Maurice Lemoine.


Les véritables raisons de l’intervention nord-américaine en Colombie, par Doug Stokes.

Les FARC-EP sont-elles coca-dépendantes ? par J.J. Brittain, R. J. Sacouman.






URL de cet article 5274
   
Même Auteur
Venezuela – Chronique d’une déstabilisation
Maurice LEMOINE
A la mort de Chávez, et afin de neutraliser définitivement la « révolution bolivarienne », les secteurs radicaux de l’opposition ont entrepris d’empêcher à n’importe quel prix son successeur Maduro, bien qu’élu démocratiquement, de consolider son pouvoir. Se référant de façon subliminale aux « révolutions de couleur », jouissant d’un fort appui international, ils ont lancé de violentes offensives de guérilla urbaine en 2014 et 2017 (45 et 125 morts), dont une partie importante des victimes, contrairement à ce (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Etre radical, c’est prendre les choses par la racine. Et la racine de l’homme, c’est l’homme lui-même.

Karl Marx


Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.