Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

14 
Qui aime bien châtie bien...

Communiste : plus que jamais.

Les Français ont-ils encore besoin d’un parti communiste ? Oui, s’il mène sans faiblir la lutte des classes et s’il s’inscrit dans une visée éco-communiste humaniste, faisant fi d’une pseudo opinion publique basée sur les sondages.

Fils du mouvement ouvrier et de la Guerre d’Espagne, je reste au PCF parce que je crois en un avenir pour un communisme de lutte des classes, ouvert, unitaire, créatif, d’innovations révolutionnaires. Je n’ai aucune nostalgie du passé, de ce qui a échoué, mais le PCF perdrait à se « décommuniser », à se décaféiner. La spécificité de la crise que nous vivons : civilisationnelle, anthropologique, systémique... exige, pour la survie des individus comme de la planète, des réponses « radicales », de rupture, antidotes au capitalisme. Des réponses politiques, économiques, sociales, culturelles, écologiques, étroitement imbriquées. En Amérique latine, des militants de plus en plus nombreux travaillent sur « l’éco-socialisme ».

Hier, les communistes avaient un attachement presque filial à leur parti qu’ils considéraient comme quasiment infaillible. Les temps, les pratiques... ont changé, mais le bilan reste très préoccupant. Depuis plus de vingt ans, le PCF est confronté au vieillissement, à son manque de visibilité, d’attractivité, à son affaiblissement, comme s’il n’était plus qu’une fin de propulsion historique. Le PCF vit désormais une faible insertion dans les couches populaires, des départs d’adhérents, la plupart sur la pointe des pieds. Nombre d’adhérents du PCF vivent un « mal-être » qui peut déboucher sur le repli sectaire ou la recherche de boucs émissaires extérieurs aux difficultés internes. Pour le plus grand nombre, le PCF ne fait plus rêver, ne porte plus ni la colère ni l’utopie. Et pourtant, dans le spectre politique français, reconnaissons-lui le courage de soutenir le Venezuela, la Palestine, le peuple kurde, Cuba ...

Aujourd’hui, Mélenchon sert désormais, pour nombre de militants communistes, de repoussoir commode... Cette voie me paraît sans issue, sans avenir. Nous devons d’abord « balayer chez nous », ne pas rater trop de trains... Il est trop facile de dire : c’est la faute au voisin. Communiste, je considère Mélenchon comme un atout et non comme un handicap, et ce, malgré le rejet de militants excédés par son attitude actuelle envers les communistes.

Je souhaiterais de sa part une meilleure compréhension de la planète communiste et un peu moins d’esprit « hégémonique ». Nous sommes « condamnés » (le mot ne convient pas) à construire ensemble, et avec toutes les forces qui veulent en finir (dépasser, rompre, etc.) avec le capitalisme, ou à échouer ensemble. La situation actuelle recèle à la fois de lourds dangers, à commencer par celui de l’effacement définitif du PCF, mais aussi de fortes potentialités pour un nécessaire redressement, une remobilisation, des communistes. La colère populaire monte, telle la marée...

Oui l’unité est nécessaire afin de construire ENSEMBLE une société nouvelle, mais poser l’unité prioritairement en termes d’appareils devient signe de faiblesse et résulte contreproductif. Envisageons plutôt le rassemblement en perspective d’unité populaire, d’abord « en bas ».

Nous avons besoin d’une « ligne » politique, d’une proposition d’alternatives, enfin claires, dégagées de tout électoralisme ; combatives, plus horizontales, en prise avec les revendications, le « ressenti » de toutes les victimes du capital, pour que grandisse l’idée de changement structurel, de Révolution. On peut se réjouir que le PCF commence à se référer à nouveau à des « fondamentaux », à des « marqueurs », à des termes qu’il relégua pendant des années.

Travaillons ensemble, communistes de toutes sensibilités, à rendre le PCF plus internationaliste, plus révolutionnaire, plus attractif, plus désirable. Travaillons à l’unité dans la diversité, sans attitudes contraires à ce que nous prônons : « l’humain d’abord ». Les soucis d’appareil ne sauraient obérer la relation directe avec le peuple, avec la multitude de ceux qui désirent (oui, le désir !) un autre monde. Ça urge !!

Jean ORTIZ

(Les illustrations et le sur-titre ont été ajoutés par LGS).

URL de cet article 33407
   
Même Auteur
Vive le Che !
Jean ORTIZ
Comment expliquer en 2017 le prestige têtu de Che Guevarra, la fascination qu’il exerce encore et toujours ? Le nouvel ouvrage de Jean Ortiz propose une analyse et un point de vue fournis et argumentés, à contre-courant des poncifs et des contre-vérités qui ne manqueront pas de ressurgir en ce cinquantième anniversaire de son assassinat. Il est évident que se joue sur cette figure du combat anticapitaliste comme dans son legs au mouvement pour l’émancipation humaine, une bataille toujours aussi (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

On dit d’un fleuve emportant tout qu’il est violent, mais on ne dit jamais rien de la violence des rives qui l’enserrent.

Bertolt Brecht


Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
41 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.