Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Crises du Moyen-Orient : le temps du marchandage

Le train est sur les rails, mais n’a pas encore quitté la gare. Pour la première fois depuis le début de la crise syrienne et les multiples turbulences qui ont secoué la région, on commence à apercevoir le bout du tunnel.

C’est du moins ce que déclare un diplomate arabe en poste à Beyrouth, qui estime que la période actuelle se résume à la préparation des cartes en vue des solutions à venir. Selon ce diplomate, contrairement à ce qu’avaient annoncé les dirigeants iraniens, qui affirmaient vouloir débattre d’un dossier après l’autre avec la communauté internationale et les pays régionaux, les dossiers chauds sont en train de s’imposer aux différents protagonistes plus tôt que prévu. Ces dossiers sont essentiellement l’Irak, la Syrie, le Yémen et dans une moindre mesure le Liban.

Officiellement, le ballet diplomatique actuel vise à effectuer une large campagne d’explication de l’accord sur le dossier nucléaire iranien conclu à Vienne, mais, en réalité, ce sont les dossiers brûlants qui commencent à être évoqués, même à mots couverts. Les contours des enjeux sont en train de se préciser. Au sujet du dossier irakien, les divergences sont en train de se réduire et la guerre contre Daech fait quasiment l’unanimité, même si elle reste dure et longue en raison de l’implantation de cette organisation dans de vastes étendues irakiennes. Au Yémen, la situation est plus complexe : au bout de cinq mois de bombardements intensifs et d’une guerre sans merci menée par la coalition arabe dirigée par l’Arabie saoudite, il est clair que ce pays est considéré comme un enjeu vital pour le royaume wahhabite. Les dirigeants du royaume, et en particulier le vice-héritier du trône, l’émir Mohammad ben Salmane, sont prêts à tout pour continuer à imposer leur loi au Yémen qu’ils considèrent comme leur chasse gardée. C’est dans ce contexte que le diplomate arabe précité place la rencontre incroyable qui a eu lieu à la fin de juillet entre l’émir Mohammad ben Salmane et le chef de la sécurité nationale syrienne le général Ali Mamlouk, qui, selon certaines informations non encore confirmées, aurait été suivie d’autres rencontres entre les deux parties. Ce qui est sûr, c’est que l’entretien entre l’émir saoudien et le général syrien marque une nouvelle étape dans le cours des crises régionales. Même si le fossé entre les deux parties est énorme, si la rencontre devait se confirmer, elle serait en elle-même un pas important et montre, selon le diplomate arabe précité, une possibilité saoudienne de jeter du lest en Syrie moyennant la reconnaissance de son « droit de regard absolu » sur le Yémen. Le problème qui se pose toutefois est le suivant : la Syrie n’a pas vraiment de l’influence au Yémen et l’Arabie saoudite n’est pas le seul acteur de la crise syrienne. Ce qui veut dire que si, pour la première fois en quatre ans, les différents protagonistes commencent réellement à parler du fond du problème, le chemin est encore long pour arriver aux solutions. « Mais, au moins, explique le diplomate arabe en poste à Beyrouth, le train est sur les rails, mais il n’a pas encore quitté la gare... »

Le Yémen aurait pu donc rester un pays oublié, mais en raison de l’enjeu vital qu’il représente pour les dirigeants saoudiens, il a soudain pris une importance capitale. Les derniers développements dans la ville de Aden au sud du pays compliquent encore plus la situation, puisque ce sont les soldats de l’armée des Émirats arabes unis (environ 17 000 hommes) qui ont enregistré une avancée contre l’armée officielle et Ansarallah, parvenant à contrôler la plus grande partie de la ville. Or, les Émirats ont leurs propres considérations et leur propre cheval de bataille au Yémen, qui n’est pas forcément celui des Saoudiens. Ils n’auraient rien contre le fait de remplacer le président actuel démissionnaire Abd Rabbo Mansour Hadi, qui est l’homme des Saoudiens, par le fils de Ali Abdallah Saleh (l’ancien président), lequel est aussi l’ambassadeur de son pays à Abou Dhabi. Pour cette raison, et pour d’autres, l’Arabie a besoin d’une victoire éclatante au Yémen qui lui permettrait par la suite de s’asseoir à la table des négociations régionales en position de force. C’est pourquoi, toujours selon le diplomate arabe précité, l’option d’une offensive terrestre par le nord est une option envisagée, après l’affaiblissement total des combattants d’Ansarallah et de leurs alliés, au moyen de raids aériens intensifs. En se concentrant de cette façon sur le Yémen, les Saoudiens réduisent ainsi leur implication sur la scène syrienne.

C’est donc par ce biais que ceux qui souhaitent faire bouger le dossier syrien cherchent à faire de nouvelles propositions. Il s’agit notamment de la Russie qui s’implique de plus en plus dans la région, mais aussi du sultanat d’Oman puisque Mascate est en train de devenir un des lieux privilégiés pour des négociations discrètes. Mais dès qu’on parle du dossier syrien, on ne peut pas oublier le facteur turc qui y a aussi son mot à dire et qui cherche par tous les moyens à, d’une part, écarter la menace que représente pour l’intérieur turc la présence des réfugiés syriens sur son territoire, et, d’autre part, à éradiquer la menace de la création d’un État kurde, tout en continuant à exiger la chute du régime syrien... Reste le dossier libanais qui, selon les uns, est le plus facile à régler, et, selon d’autres, reste lié aux développements en Syrie. Pour le diplomate arabe, le futur président libanais devra être « un point de rencontre entre l’Iran et l’Arabie ». Ce ne serait donc pas encore pour demain...

OLJ

10/08/15

»» http://www.afrique-asie.fr/menu/moyen-orient/9450-crises-du-moyen-orie...
URL de cet article 29099
   
Même Thème
La poudrière du Moyen-Orient, de Gilbert Achcar et Noam Chomsky.
Noam CHOMSKY, Gilbert ACHCAR
L’aut’journal, 8 juin 2007 Les éditions Écosociété viennent de publier (2e trimestre 2007) La poudrière du Moyen-Orient, Washington joue avec le feu de Gilbert Achcar et Noam Chomsky. Voici un extrait qui montre l’importance de cet ouvrage. Chomsky : Un Réseau asiatique pour la sécurité énergétique est actuellement en formation. Il s’articule essentiellement autour de la Chine et de la Russie ; l’Inde et la Corée du Sud vont vraisemblablement s’y joindre et peut-être le Japon, bien que ce dernier soit (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si un homme blanc veut me lyncher, c’est son problème. S’il a le pouvoir de me lyncher, c’est mon problème. Le racisme n’est pas une question d’attitude ; c’est une question de pouvoir. Le racisme tire son pouvoir du capitalisme. Donc, si vous êtes antiraciste, que vous en soyez conscient ou non, vous devez être anticapitaliste. Le pouvoir du racisme, le pouvoir du sexisme, vient du capitalisme, pas d’une attitude.

Stokely Carmichael


Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.